Entretien avec Félix Dalban-Moreynas – 04 novembre 2020

Saviez-vous que Jeunes Talents organise une dizaine de concerts par an en maison de retraite ? Le 4 novembre 2020, le concert du pianiste Félix Dalban-Moreynas a pu être maintenu devant des résidents d’une maison de retraite parisienne et leur personnel, en respectant un protocole sanitaire strict !

Pour l’occasion, nous avons posé quelques questions au jeune musicien, après le concert. Afin d’en savoir plus sur cet artiste et pour vous immerger dans ce concert solidaire, nous vous invitons à lire cette interview. Bonne lecture !


©Olivier Ramonteu


Pourrais-tu nous présenter brièvement ton parcours ?

J’ai fait toutes mes études à Lyon, d’abord au conservatoire de région puis au CNSMD. J’ai fini le CNSMD il y a deux ans pour le piano et l’année dernière pour la pédagogie. Je m’ouvre à beaucoup d’autres styles musicaux notamment la musique ancienne, ce qui m’a amené à collaborer au CNSM avec des musiciens de musique ancienne, et j’ai également suivi des cours de musique médiévale. Cela m’a permis de m’ouvrir notamment au courant de l’interprétation historiquement informée qui est vraiment à la base de ce qui me définit en tant que pianiste, même si je ne joue pas sur un instrument historique, c’est un point important pour moi. La médiation est également importante pour moi et c’est ce que j’ai fait hier au concert à la maison de retraite. Je viens d’avoir mon CA (certificat d’aptitude) en pédagogie au CNSM de Lyon, c’est quelque chose qui m’a beaucoup fait avancer dans les actions de médiation pour savoir présenter les choses de manière intéressante pour le public. Sinon en termes de nouveauté, cette année, j’ai pris un poste au Conservatoire de Lorient en tant que professeur de piano.

Tu as donc joué hier dans une maison de retraite. Quel a été ton ressenti en tant que pianiste dans cet environnement ?

J’ai trouvé que l’expérience était très intéressante. Ce n’était pas la première fois que je faisais cela, j’avais donc une première expérience. De plus, je me trouvais dans une configuration particulière et cela compte : le piano était au centre du salon. Les résidents étaient donc tout autour de moi. C’était vraiment sympathique, je me sentais proche des résidents (même si la distanciation de rigueur était appliquée) quand je jouais. J’ai fait beaucoup de tours sur moi-même quand je présentais les morceaux pour que les résidents m’entendent bien, c’est une petite technique à prendre (rire). J’ai senti les gens intéressés, j’ai essayé de leur expliquer mon programme qui était sur de la musique allemande. Je voulais montrer une sorte d’évolution de la musique allemande sur 100 ans, de la fin du XVIIe siècle à la fin du XIXe siècle. Je leur ai donc parlé de cela avec des mots simples. Il y a même une résidente qui m’a posé des questions. Cela montre que les gens étaient vraiment intéressés, ils étaient attentifs aussi bien à ce que je jouais qu’à ce que je leur disais.

Quelle différence y a-t-il pour toi entre jouer dans un lieu comme celui d’une maison de retraite et une salle de concert, surtout dans ce contexte particulier ?

Ce n’est pas du tout la même chose. Déjà, dans cette résidence, le salon se trouve proche de l’entrée de la maison de retraite, du fait de cette proximité il y a quelques nuisances sonores. Puis, de toute manière, l’attention de pensionnaires de maison de retraite n’est pas toujours la même que celle d’un public « sagement assis » dans une salle de spectacle. Il y a de la vie, des infirmiers qui passent pour assister les pensionnaires. C’est différent, mais je trouvais cela important de venir dans cette maison de retraite à cette période-là. Je pense beaucoup aux personnes âgées qui, avec la crise sanitaire, ne peuvent pas ou presque recevoir leurs proches, alors le fait d’écouter de la musique « réelle », que je puisse venir jusqu’à eux, ça me semble important. Cela ne doit pas être facile tous les jours.

La Covid, le confinement, cette situation n’est vraiment pas évidente, qu’en est-il pour toi ?

Oui, c’est très compliqué ! Surtout de se projeter dans cette période, on ne sait pas si le projet ira jusqu’au bout ou s’il sera reporté voire annulé. Il y a plein de choses qui se surajoutent aux projets. Par exemple, en ce moment, je donne des cours en conservatoire, il faut maintenant réorganiser les cours en visio-conférence. Tout cela prend du temps. Et ce temps on ne l’a donc plus forcément pour être actif dans ses projets musicaux pendant un moment. C’est tout plein de choses qui chamboulent le quotidien du musicien. On s’adapte mais cela prend du temps. D’autant plus que les programmateurs sont plus frileux et on peut les comprendre. Ils ne savent pas quand les concerts reprendront et avec tous les concerts annulés, il faut essayer de les reprogrammer, cela crée une assez grosse latence dans les temps à venir. Je ne sais pas du tout à quoi ressemblera la saison prochaine.

Malgré ce contexte est-ce que tu réussis à monter des projets musicaux ?

Oui bien sûr ! Je vais profiter des temps qui sont plus compliqués pour les concerts pour créer des outils numériques qui me permettront de mieux communiquer sur mes projets à venir. En ce moment, je prends contact avec des réalisateurs pour tourner un teaser vidéo sur mon univers pianistique. Cela se basera sur le programme que j’ai présenté à la maison de retraite, à la différence près que je propose également une pièce de musique contemporaine car c’est un répertoire qui me parle. De plus, comme je viens d’arriver en Bretagne, j’aimerais essayer de m’y implanter en proposant des concerts dans la région. Pourquoi pas proposer des concerts en centre Bretagne. Je trouverais cela vraiment intéressant car il n’y a pas forcément beaucoup de grandes institutions culturelles et cela me plaît de proposer de la musique classique à des gens qui n’y ont pas beaucoup accès, en bas de chez eux, et d’expliquer cette musique. Le projet serait donc de proposer des concerts avec un avant-propos, construit et un peu formalisé. Ce seraient soit des concerts seuls ou en trio avec mon épouse et une collègue.

Un mot de fin concernant ce concert solidaire avec Jeunes Talents ?

Je suis très content d’avoir pu jouer hier, surtout en cette période. J’ai eu peur quand j’ai vu le confinement arriver mais le concert s’est maintenu et j’étais bien content. C’était une journée très agréable et c’était sympathique de « rencontrer » les résidents (tout en suivant les règles sanitaires de rigueur) et de leur offrir un petit moment de musique. Merci beaucoup !


Immergez-vous dans ce concert au travers de quelques images et de ces morceaux joués par le pianiste Félix Dalban-Moreynas, le 4 novembre.


Bach, Sonate en la Minor, Wq. 57/2, H. 247: I. Allegro
Mendelssohn-Bartholdy Sonate No. 1 in E Major, Op. 6, MWV U 54: I. Allegretto con espressione

Vous aimerez aussi...