PanierMon compte
   
 
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
Concert avec voix
jeu
28
MARS
12:30
 
Entre bonheur et frustration
Éléonore Pancrazi, Mezzo-soprano | Cameron Richardson-Eames, Piano

La quête du bonheur a toujours été omniprésente dans les poèmes de nos plus grands auteurs, dans les mélodies de nos plus grands compositeurs, qu’ils soient de France ou d’ailleurs, et tout simplement l’ultime recherche de tout être humain.

Chanter ce sujet et le partager avec vous est donc chose aisée, mais là où je veux absolument vous emmener également, c’est de l’autre côté du bonheur : quand on pense l’avoir attrapé et qu’il ne reste finalement que le goût amer d’une grande insatisfaction que l’on doit éternellement essayer de gérer tant bien que mal.

Nous avions à cœur, Cameron et moi, de nous exprimer sur ces deux états à travers différentes époques et différentes langues, sans nous enfermer dans un genre ou un style précis, raison pour laquelle vous trouverez par exemple Schubert au côté de Britten en passant par une création contemporaine de Pascal Zavaro (la création étant très primordiale pour nous). Le seul fil d’or de ce récital étant un aller-retour entre l’état de plénitude le plus absolu et l’amertume la plus terrible, en passant par toutes les étapes et toutes les raisons qui font que l’on ne cesse toute notre vie d’osciller entre ces deux monts.

Œuvres de : Franz Schubert | Emmanuel Chabrier | Pascal Zavaro | Francis Poulenc | Benjamin Britten
Lycée Louis-le-Grand
Amphithéâtre Patrice Chéreau

123 rue Saint-Jacques
75005 Paris
sam
30
MARS
19:00
 
Stay tuned !
Local Brass Quintet

A l'occasion de la sortie de leur premier CD, le Local Brass Quintet vous présente un programme inédit autour de créations, dont la nouvelle pièce pour quintette de cuivres de Jean Claude Gengembre (création mondiale) ainsi que des œuvres originales rarement jouées en concert comme la pièce vénézuélienne de Giancarlo Castro d’Addona. Le programme sera aussi articulé autour de transcriptions de pièces du répertoire pianistique (Granados, Gershwin, Debussy).

Pour finir la dernière comédie musicale à succès sera aussi à l'ordre du jour avec un medley de La La Land !

Avec : Javier Rossetto , Trompette | François Petitprez, Trompette | Benoît Collet, Cor | Romain Durand, Trombone | Tancrède Cymerman, Tuba
Œuvres de : Giancarlo Castro d’Addona | Enrique Granados | Claude Debussy | Jean-Claude Gengembre | Georges Gershwin | Enrique Crespo | Justin Hurwitz
Château d'Ecouen
Musée national de la Renaissance

Rue Jean Bullant
95440 Écouen
sam
06
AVRIL
17:30
 
Sei Solo
Anna Göckel, Violon

 

Je joue cette musique depuis toute petite, dans les églises, dans la rue, dans les salles de concerts. Où que j’aille, les Sonates et Partitas de Bach me sont un formidable lieu d’habitation, d’exploration, un lieu musical à partager et à réinterroger à l’infini, à lire dans tous les sens, à la verticale, à l’horizontale, à l’envers et à travers les mots. Une musique profondément humaine qui, avec nos quatre cordes comme points cardinaux, nous donne à embrasser tout l’univers, dans ses rires, ses larmes, sa fatalité et son immensité.

 

Réservation obligatoire au 01 34 38 38 50 ou sur evenement.musee-renaissance@culture.gouv.fr

Informations pratiques : https://musee-renaissance.fr/informations-pratiques/informations-pratiques

Œuvres de : Jean-Sébastien Bach
Lycée Louis-le-Grand
Amphithéâtre Patrice Chéreau

123 rue Saint-Jacques
75005 Paris
Concert avec voix
sam
06
AVRIL
19:00
 
Le ciel est par-dessus le toit
Victoire Bunel, Mezzo-soprano | Kaëlig Boché, Ténor | Sarah Ristorcelli, Piano

Devant nos fenêtres, à toute heure du jour et de la nuit, nous levons silencieusement les yeux vers le ciel, pour y déposer nos pensées. Alors que le monde résonne tout autour, et comme prisonniers de nos vies, ces images s’échappent de nos regards. Embrassées par les mots et les sons. Par la poésie et par la musique.

Derrière nos fenêtres, nous rêvons ensemble en regardant le ciel. 

Sarah Ristorcelli

Œuvres de : Francis Poulenc | Déodat de Séverac | Reynaldo Hahn | Gabriel Fauré
Cercle Suédois
Grand Salon

242 rue de Rivoli, 75001 Paris
Récital de piano
mar
09
AVRIL
20:00
 
Voyage(s)
David Salmon, Piano | Manuel Vieillard, Piano

 

La thématique du voyage est au centre de la production de Franz Schubert - « Wanderer » (voyageur) devant l’éternel - qui a composé de nombreux cycles de variations aux différentes proportions. Un thème exposé, dans sa plus grande simplicité, qui subit les tourments de la vie, tel le « Wanderer », à travers chaque variation, et qui revient une nouvelle fois en fermeture, riche de tout ce qu’il a enduré. Ce programme fait entendre deux bijoux du genre, en ouverture l’Andantino varié extrait du Divertissement à la Française, et en fermeture les grandioses Variations sur un thème original en la bémol majeur.

Ce concert sera également l'occasion d'entendre les peu fréquentes Variations sur un thème de Schumann de J. Brahms. Dédiées à la fille de Schumann, elles constituent un vibrant hommage à son mentor et ami, sur le thème de ses Geistervariationen. Schumann écrira que le thème lui avait été dicté par des esprits.

Moins jouées que les Danses slaves, les pièces de Ze Sumavy (De la Forêt de Bohême) sont un véritable carnet de voyage offert par Antonín Dvořák. Ces pièces descriptives et très orchestrales sont nourries par le folklore d’Europe de l’Est, à l’instar des célèbres Danses hongroises de Brahms. Ces dernières sont un véritable témoignage des soirées que le compositeur passait en Allemagne et ailleurs avec ses plus proches amis - violonistes tziganes - dans des tavernes sans prétention d’où naquit cette merveilleuse musique.

Œuvres de : Franz Schubert | Johannes Brahms | Antonín Dvořák
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
Récital de piano
jeu
11
AVRIL
12:30
 
La musique éveille le temps
Guillaume Durand-Piketty, Piano

 

La Suite anglaise n°3 en sol mineur de Bach et la Sonate n°23 en si bémol majeur de Schubert, bien qu’écrites à des périodes différentes et de nature distincte, ont un rapport au temps qui m’a toujours fasciné. En effet c’est comme si le temps s’arrêtait, ou plus exactement, c’est comme si l’on oubliait que le temps passe et que l’on peut alors être pleinement dans le moment présent.

Ces deux compositeurs utilisent des procédés différents : bien que d’une difficulté technique certaine, la troisième suite anglaise n’est pas une œuvre virtuose ou démonstrative, on en vient donc à oublier l’interprète pour être pleinement dans la musique. C’est une suite de danses françaises pour la plupart, or on peut se rappeler que c’est notamment Louis XIV qui dansait sur ce style de musique. À l’époque, la perfection du geste et le contrôle du corps étaient recherchés, ce qui explique la grande noblesse de cette musique. Enfin, les suites anglaises se distinguent de leurs homologues françaises par la polyphonie germanique et le développement harmonique qui y sont présents ; elles sont chez Bach l’allégorie de la perfection et donc du Divin, ce qui donne d’autant plus de grandeur à l’œuvre. On notera à ce titre des enharmonies et des modulations très éloignées dans la sarabande.

Schubert utilise également ces enharmonies et ces modulations tout au long de sa dernière sonate, ce qui donne un côté très peu polarisé au niveau de la tonalité (contrairement à son contemporain Beethoven par exemple). On a ainsi l’impression de suivre le cours d’une rivière en l’écoutant : ses thèmes voyagent d’un mode à un autre en changeant de couleur, je pense notamment au premier qui est exposé en si bémol majeur et qui revient avec une grande nostalgie en ré mineur dans le développement. Bien que Schubert se sache condamné quand il compose cette pièce, une profonde sérénité s’en dégage. C’est comme s’il regardait sa vie passer avec une distance. Cette sonate est éclairée d’une lumière triste ; notamment le deuxième mouvement dans lequel le désespoir profond de la première partie est contrasté avec la lumière de la partie centrale qui peut-être montre son sourire face à la mort.

Œuvres de : Jean-Sébastien Bach | Franz Schubert
Lycée Louis-le-Grand
Amphithéâtre Patrice Chéreau

123 rue Saint-Jacques
75005 Paris
Concert de musique baroque avec voix
sam
13
AVRIL
19:00
 
Les Saisons
Ensemble Artificiosa | Marine Chagnon, Mezzo-soprano

Ce programme reprend une thématique bien connue du grand public, essentiellement par le biais de l’œuvre de Vivaldi, les saisons. La représentation de la nature étant l’un des sujets ayant inspiré les compositeurs baroques, l’envie est née de faire découvrir d’autres saisons, de compositeurs moins connus et ayant utilisé d’autres formations que Vivaldi. Ainsi, Spring et Autumne de Christopher Simpson, fameux violiste du XVIIe siècle, dialoguent avec l’Été et l’Hiver de Joseph Bodin de Boismortier, compositeur français du XVIIIe siècle. Les pièces de Simpson sont écrites pour consort de viole dans le style des compositeurs anglais de son époque, tandis que Boismortier a choisi de présenter ses saisons sous forme de cantate avec symphonie. Ces œuvres si différentes mais liées par une représentation commune offrent de voyager à travers l’Europe et les siècles et mettent en évidence la richesse des styles et de la diversité musicale de la période Baroque.

Avec : Paul Monteiro, Violon baroque | Julie Pumir, Clavecin | Pierre Descamps, Violoncelle baroque | Mathias Ferré, Viole de gambe | Marie-Suzanne de Loye, Viole de gambe
Œuvres de : Christopher Simpson | Joseph Bodin de Boismortier
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
jeu
18
AVRIL
12:30
 
Musiques traditionnelles / Écriture contemporaine
Quintette Phenix

 

Dans le cadre de son cycle « Un concert : des créations », le Quintette Phénix poursuit l’expansion de son répertoire. Il se développe, d’une part vers le passé en cherchant à redécouvrir des airs traditionnels séculaires et lointains, d’autre part vers l’avenir avec la volonté forte de faire vivre la création contemporaine. La spécificité de ce programme : deux créations mondiales y sont présentées et elles sont elles-mêmes baignées d’influences traditionnelles. Alexandros Markeas, brillant compositeur franco-grec, trouve son inspiration aux sources de la musique méditerranéenne pour créer une œuvre à la fois résolument moderne et pourtant emplie de résonances de musiques anciennes. Le compositeur Jean-Christophe Rosaz, quant à lui, questionne les notions de tradition et de voyage dans une musique universelle.

Dans ce programme, le Quintette Phénix met en regard plusieurs thèmes de musiques traditionnelles avec les œuvres de quatre compositeurs vivants, venant de trois continents, et ayant, chacun à leur manière, puisé dans les racines de leur culture passée pour créer des formes nouvelles. Un voyage musical surprenant et coloré.

Avec : Nikhil Sharma, Hautbois | Joë Christophe, Clarinette | Audrey Crouzet, cor anglais | Félix Bacik, Trombone | Jean-Baptiste Renaux, Tuba
Œuvres de : Jean-Christophe Rosaz | Chanson traditionnelle yiddish | Saskia Apon | Suhail Khoury | Chanson traditionnelle turque | Alexandros Markeas
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
Concert avec voix
jeu
25
AVRIL
12:30
 
La voix des animaux
Axelle Fanyo, Soprano | Louise Akili, Piano

Axelle Fanyo et Louise Akili vous invitent à entendre la voix des animaux sous la plume des poètes Jules Renard, Prosper Estieu, Sully Prudhomme, Guillaume Apollinaire et Jean de La Fontaine, avec la complicité des compositeurs Maurice Ravel, Déodat de Séverac, Henri Duparc, Francis Poulenc, Claude Debussy et André Caplet.

Ce cortège animalier va vous transporter vers un pays aux confins de la tendresse, de l'ironie, de la mélancolie, de la gaieté et de l'étrangeté.

Entrez dans un univers aux mille facéties et découvrez ce bestiaire philosophique, déjanté et merveilleux.

Axelle et Louise vous y conduisent...

Œuvres de : Maurice Ravel | Déodat de Séverac | Henri Duparc | Francis Poulenc | Claude Debussy | André Caplet
Chapelle de la Madeleine
Rue Racine
02400 Château-Thierry
dim
28
AVRIL
17:00
 
Les grands romantiques allemands
Marion Platero, Violoncelle | Julie Alcaraz, Piano

 

Le programme de ce concert sera axé sur deux compositeurs phares allemands, Schumann et Brahms. Tout d’abord, les trois Fantasiestücke de Robert Schumann, œuvre composée en 1849, en seulement deux jours. Originalement écrite pour clarinette et piano, cette œuvre se compose de trois mouvements très distincts : « tendre et avec expression », « vif et léger », « vite et avec feu ». Le reste du programme sera consacré à Johannes Brahms (1833-1897) et ses deux sonates pour violoncelle et piano. La première écrite entre 1862 et 1865, appelée « Sonate pastorale », dédiée au violoncelliste Josef Gansbacher et la seconde composée vingt-quatre ans après, en 1886, et créée la même année par le violoncelliste Robert Hausmann. Ces deux œuvres majeures du répertoire pour violoncelle dévoilent un compositeur plein de nostalgie, de mélancolie, s’étant également inspiré de Bach comme le prouve la fugue du mouvement final de l’opus 38. Le contraste est net entre les deux sonates, l’une pouvant être considérée comme musique de salon alors que l’opus 99 est plus brillante, plus solistique et beaucoup plus passionnée.

Œuvres de : Robert Schumann | Johannes Brahms
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
Récital de piano
jeu
09
MAI
12:30
 
Âme des salons parisiens
Paul Drouet, Piano

 

Au XIXe siècle, les salons parisiens accueillent les plus grands virtuoses et compositeurs dans l’intimité du cercle amical et mondain, notamment Chopin et Liszt, chez la comtesse Marie d’Agoult ou encore le peintre Ary Scheffer.

« Âme des salons parisiens », c’est l’expression consacrée par Jean-Jacques Eigeldinger pour désigner Frédéric Chopin. En effet, par son aversion pour les grands récitals et son goût pour les soirées musicales intimistes, c’est lui qui incarne au mieux l’esprit de complicité et de générosité qui habitait ces salons de musique. Quant à Franz Liszt, s’il s’épanouit évidemment dans le grand récital, c’est aussi aux salons qu’il peut faire entendre ses nouvelles compositions pour l’élite culturelle parisienne, telles que ses transcriptions d’opéras de Rossini et Wagner.

Les salons sont également propices à la découverte de talents moins connus, notamment les compositrices, à qui la carrière officielle était interdite par les conventions sociales de l’époque. C’est le cas d’Amy Beach, compositrice américaine, ou encore Cécile Chaminade, compositrice française qui fut l’élève de Camille Saint-Saëns.

Œuvres de : Frédéric Chopin | Richard Wagner / Franz Liszt | Franz Liszt | Amy Beach | Cécile Chaminade
Lycée Louis-le-Grand
Amphithéâtre Patrice Chéreau

123 rue Saint-Jacques
75005 Paris
sam
11
MAI
19:00
 
Quand le vent se lève
Trio Eluard

« Quand le vent se lève, mon âme tourbillonne. » L. van Beethoven

Beethoven, Schubert, Mendelssohn, trois compositeurs de génie, à l’esprit libre et aux tempéraments tourmentés, qui tracèrent avec leurs œuvres le chemin du classicisme vers le romantisme.

Le Trio opus 70 n°1 dit « Les esprits » de L. van Beethoven tiendrait son appellation de l'orchestration étrange et de l'ambiance lugubre qui règne dans le deuxième mouvement (Largo assai ed espressivo). Ce trio fut composé entre 1807 et 1808, à la même période que la Cinquième symphonie et la Symphonie pastorale, et il fut dédié à la comtesse Maria von Erdödy, proche amie chez qui le compositeur séjournait.

« On appelait Schubert le romantique classique et Mendelssohn le classique romantique ».
En 1827, un an avant sa mort, Schubert compose le Notturno pour trio à cordes. Il s’agit d’un mouvement unique, un adagio en mi bémol majeur, au lyrisme tout en fragilité qui fait écho, par les grandes tenues harmoniques des cordes, l’utilisation des pizzicatti, ainsi que la partie centrale plus animée et au caractère contrasté et très exalté, au deuxième mouvement du Quintette à deux violoncelles en ut majeur composé durant l’été 1828.
Le Trio n°2 en do mineur de Mendelssohn est également une œuvre de maturité puisqu’il l’écrit à l’âge de 36 ans, soit deux ans avant sa mort en 1847. Ce trio exprime toute la passion orageuse et la fougue de Mendelssohn qui s’affirme comme un compositeur majeur du mouvement romantique. Cette œuvre est composée de quatre mouvements, avec un scherzo virtuose, truculent et malicieux, rappelant Le Songe d’une nuit d’été composé à l’été 1826 alors que Mendelssohn n’avait que dix-sept ans.

Avec : Hanna Salzenstein, Violoncelle | Fiona Mato, Piano | Théotime Langlois de Swarte, Violon
Œuvres de : Ludwig van Beethoven | Franz Schubert | Felix Mendelssohn
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
jeu
16
MAI
12:30
 
La musique romantique en Allemagne
Josquin Otal, Piano | Elia Cohen-Weissert , Violoncelle

 

En musique classique, la période romantique s’étend du début du XIXe siècle jusqu’au début du XXe siècle. Comme lors des autres périodes, la musique s’inscrit dans un cadre global, celui du romantisme en l’occurrence, dont les préoccupations principales sont l’exaltation du « moi », l’ascendant donné aux sentiments sur la raison. Le romantisme musical s’exprime sous de nombreuses formes, dont les plus prisées sont la symphonie, le poème symphonique (notamment avec Liszt), les Lieder (notamment avec Schubert) et le concerto. Mais de nombreux compositeurs romantiques se sont concentrés sur la formation violoncelle et piano.

Avec Mendelssohn, Schumann et Strauss, on remarquera à travers ces trois sonates l’évolution du romantisme jusqu’au post romantisme allemand.

La Sonate en ré majeur opus 58 de F. Mendelssohn est une pièce très lumineuse, d’un seul grand geste et d’un caractère fougueux. Le deuxième mouvement (Allegretto scherzando) rappelle le Songe d’une nuit d’été, le troisième mouvement est un grand choral évoquant le caractère religieux du compositeur, et le final est une véritable envolée, extrêmement virtuose pour les deux instruments. Cette sonate est une des grandes pages de la musique romantique pour violoncelle, elle est un pont entre les sonates de Beethoven et celles de Brahms.

Les trois pièces des Fantasiestücke opus 73 initialement écrites pour clarinette et piano, ont été composées en 1849 par Robert Schumann. Il a indiqué qu’elles pouvaient être également jouées au violoncelle ou à l’alto. La première pièce, d’un caractère mélancolique et rêveur, se termine avec espoir ; elle est suivie d’une pièce beaucoup plus agitée et enjouée. La dernière est pleine d’énergie et de passion, contrastant avec les deux précédentes.

La Sonate en fa majeur opus 6 de Strauss, composée en 1883 alors qu’il n’avait que 19 ans, est fortement inspirée par l’écriture de Mendelssohn. Elle a eu un grand succès lors de la première représentation et est restée au cours de sa vie l’une de ses pièces les plus jouées. Le père de Richard Strauss reçut d’un spectateur une lettre qui ne tarissait pas d’éloges sur le concert : « L’excellente sonate de Monsieur votre fils a été vigoureusement applaudie au sein de la Société des compositeurs. Il faut dire que c’est un morceau superbe, débordant de fraîcheur, d’énergie et de santé ; votre fils est une force de la nature ». L’enthousiasme suscité par cette sonate longue d’une demi-heure environ est dû à l’équilibre subtil entre un respect spontané de la tradition et des accents qui annoncent déjà le musicien visionnaire.

Œuvres de : Félix Mendelssohn Bartholdy | Robert Schumann | Richard Strauss
Lycée Louis-le-Grand
Amphithéâtre Patrice Chéreau

123 rue Saint-Jacques
75005 Paris
sam
18
MAI
19:00
 
Opéras à 16 cordes ou l’utopie du chant
Quatuor Akilone

Mozart, maître incontesté de l’opéra, réussit le tour de force d’incorporer cette forme dramatique à sa musique instrumentale. Il écrit ce quatuor, dont l’introduction a fait couler beaucoup d’encre, en hommage à Haydn. Les quatre instruments à cordes se transforment en personnages, dialoguent, se querellent, s’aiment et parlent.

Janáček, compositeur tchèque, moins connu, mais tout aussi stupéfiant, réinvente l’opéra. Ses livrets se transforment en intrigue policière et philosophique (L’affaire Makropoulos) ou ses personnages en animaux (La petite renarde rusée). Comme Mozart on reconnaît sa musique dès les premières notes. Et les deux compositeurs ont le sens de la dramaturgie. Ici, Janáček nous parle de son amour impossible pour une jeune danseuse alors qu’il est à la fin de sa vie. L’alto (viole d’amour à l’origine) est personnifié dans le chant d’amour et on passe de la fougue au désespoir, de la passion à la haine sans transition. Il en ressort une œuvre d’une puissance rarement égalée et d’un lyrisme passionnel. Nous pensons que l’œuvre de Janáček peut apporter un autre regard à cette sidérante introduction du quatuor de Mozart appelé Les dissonances. Deux œuvres d’un lyrisme assumé, deux opéras pour un quatuor à cordes.

Avec : Emeline Concé, Violon | Elise De-Bendelac, Violon | Tess Joly, Alto | Lucie Mercat, Violoncelle
Œuvres de : Wolfgang Amadeus Mozart | Leoš Janáček
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
Concert avec voix
jeu
23
MAI
12:30
 
Apparitions
Marielou Jacquard, Mezzo-soprano | Kunal Lahiry, Piano

The night in silence under many a star.

C’est avec cette évocation prometteuse que le compositeur américain George Crumb ouvre en 1979 son cycle Apparition pour voix et piano-préparé. À partir de cette mélodie s’articule un voyage fantasmagorique circulant entre rêves légers et réminiscences aux saveurs aigres-douces, allant parfois jusqu’aux souvenirs et cauchemars les plus tortueux.

Dans ce programme s’étalant du romantisme schumannien à la musique du XXe siècle de Crumb ou de Henri Dutilleux, il nous tenait à cœur de retracer - au-delà de notre parcours tantôt méditatif, tantôt féerique, et parfois lugubre - l’évolution de la mélodie et du Lied et questionner son héritage aujourd’hui.

Œuvres de : George Crumb | Robert Schumann | Héloïse Werner | Henri Dutilleux | Henri Duparc | Arthur Honegger | Gabriel Fauré | Claude Debussy
Lycée Louis-le-Grand
Amphithéâtre Patrice Chéreau

123 rue Saint-Jacques
75005 Paris
sam
25
MAI
19:00
 
TromboNoscope
Quatuor SlyMe

Le trombiNoscope-tromboNistique que vous entendez ce soir présente les différentes identités musicales de notre formation : à travers un florilège d'œuvres et de compositeurs, vous (re)découvrirez le quatuor de trombones et ses multiples facettes.

Pour ce faire, vous entendrez quatre aspects de notre répertoire : des pièces originales, des arrangements classiques, des pièces avec soliste ainsi que des musiques populaires et musiques de films.

Les arrangements des compositions de Tomás Luis de Victoria et d'Anton Webern permettent de mettre en avant les deux âges d'or du trombone que sont respectivement le Baroque et le Romantisme.

Plus proche de nous, au XXe siècle, des compositeurs comme Jacques Charpentier et André Lafosse se sont intéressés plus spécifiquement à notre instrument afin d'en développer le répertoire. Leurs œuvres sont donc des compositions originales, dédiées au célèbre quatuor de trombones « Le Quatuor de Paris ».

Suivront deux compositeurs français avec deux pièces concertantes de deux époques contrastantes : la première, du compositeur romantique Paul Vidal, vous permettra d'apprécier la brillance et le lyrisme du trombone ténor ; la seconde mettra en avant la rondeur et la profondeur du son du trombone basse à travers une œuvre contemporaine d'Olivier Boreau.

Enfin, dans un tout autre style, d'Astor Piazzolla au mythique groupe Queen, en passant par le non moins célèbre compositeur de musique de film Ennio Moriconne, c'est un tour d'horizon de l'Argentine à l'Angleterre que nous vous proposons pour finir ce programme sur une note légère et enjouée.

Avec : Dylan Vauris, Trombone | Simon Philippeau, Trombone | Geoffray Proye, Trombone | Valentin Moulin, Trombone
Œuvres de : Tomás Luis de Victoria | Anton Webern | Jacques Charpentier | André Lafosse | Paul Vidal | Olivier Boreau | Astor Piazzolla | Ennio Morricone | Freddie Mercury
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
Récital de piano
jeu
06
JUIN
12:30
 
Faust et Chouchou
François Moschetta, Piano

 

En juillet 1908, Claude Debussy offre Children's Corner, un recueil de 5 petites pièces, à sa fille adorée Chouchou. Ces miniatures, pleines d'humour et de sensibilité, exigent un touché nuancé et une grande imagination sonore. Elles ne sont pas destinées à des mains d'enfant malgré la dédicace du compositeur : « A ma très chère petite Chouchou, avec les tendres excuses de son père pour ce qui va suivre. »

Après cette incursion dans un monde féérique et délicat, la Mazurka op.17 n°4 de Chopin, Lento ma non troppo, nous murmure la plus intense mélancolie.

La Sonate en si mineur de Liszt, dédiée à Robert Schumann, est créée en juillet 1857 à Berlin. Dans cette œuvre en un seul mouvement, la plus vaste du compositeur, les thèmes sont caractérisés comme des personnages (Faust, Mephisto) et subissent des transformations rythmiques, mélodiques et harmoniques. Conçue comme un véritable poème symphonique, elle reste unique dans la littérature romantique de par son originalité, son inspiration et sa liberté de construction. Pour Julien Hanck, fondateur du Cercle des mélomanes, « jouer la Sonate en si constitue un acte métaphysique ; appelant du pianiste toute son énergie et sa clairvoyance, elle est vouée à transcender sa condition. Il s'agit de trouver le juste milieu entre démonstration de force et sophistication gratuite. »

Œuvres de : Claude Debussy | Frédéric Chopin | Franz Liszt
Lycée Louis-le-Grand
Amphithéâtre Patrice Chéreau

123 rue Saint-Jacques
75005 Paris
sam
08
JUIN
19:00
 
Le XXe siècle en musique
Jérémy Garbarg, Violoncelle | Vincent Mussat, Piano

Depuis l’avènement du romantisme au XIXe siècle, le pianoforte subit des évolutions pour devenir plus puissant et chaleureux en volume sonore, et le violoncelle s’impose en tant qu’instrument soliste, considéré comme se rapprochant le plus de la voix humaine. Réunir ces deux instruments devient alors courant.

Le voyage musical vous guidera vers l’univers fantasque et la poésie mélancolique de la Sonate n°1 pour violoncelle et piano de Debussy. Le titre, Pierrot fâché avec la lune, bien que finalement abandonné, aurait été imaginé par Debussy en référence aux arlequinades de la Commedia dell’arte.

Le deuxième nocturne pour piano seul de Fauré - lumineux intermède - oscille entre mélodie nostalgique et éclat de passion. La Sonate pour violoncelle seul de Ligeti instaure dans le premier mouvement un dialogue énigmatique entre deux personnages qui se poursuit dans un deuxième mouvement endiablé de virtuosité.

Ondine, pièce extraite de Gaspard de la Nuit de Ravel, nous emporte dans l’univers rêveur d’une déesse aquatique, essayant de convaincre un humain de visiter son domaine.

Enfin, la Sonate pour violoncelle et piano op. 119 de Prokofiev, née de la rencontre du compositeur avec le grand violoncelliste Rostropovitch, est une mosaïque musicale rappelant l’univers cinématographique, teintée de sobriété, de franchise et d’humour.

Œuvres de : Claude Debussy | Gabriel Fauré | György Ligeti | Maurice Ravel | Sergueï Prokofiev
Cercle Suédois
Grand Salon

242 rue de Rivoli, 75001 Paris
Récital de piano
mar
11
JUIN
20:00
 
Clara Schumann : figure de fascination
Flore Merlin, Piano

 

Cette année voit le bicentenaire de la naissance de Clara Schumann, célébrée à juste titre comme une extraordinaire pianiste et compositrice. Traversant presque tout le XIXe  siècle, donnant de très nombreux concerts, composant un important corpus pianistique, chambriste et vocal, défendant ardemment les œuvres de son mari, acclamée de toutes parts, elle suscita également plusieurs passions sentimentales enflammées. Les lettres échangées avec Robert sont bien connues ; on y lit toute l'intensité de leur amour qui transparaît également de façon éclatante dans leurs compositions respectives. Ainsi écrit-il à propos de ses Kreisleriana, opus 16 (1838) : « Toi et ta pensée les dominent complètement [...]. Dans certaines parties, il y a un amour vraiment sauvage, et ta vie et la mienne et beaucoup de tes regards ». Précédant ce cycle emblématique de l'œuvre de Robert Schumann, figurent au programme trois œuvres : le Scherzo, opus 4 de Johannes Brahms - qui témoignera toute sa vie de forts sentiments pour Clara -, les Trois Romances, opus 11 de celle-ci, ainsi qu'un merveilleux cycle du méconnu Theodor Kirchner, les Notturnos, opus 28, enregistrés en première mondiale par Flore Merlin et édités en novembre 2018 sous le label 7 Mountain Records.

Œuvres de : Johannes Brahms | Clara Schumann | Theodor Kirchner | Robert Schumann
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
jeu
13
JUIN
12:30
 
Le romantisme européen
Mathilde Klein, Violon | Antoine Simon, Piano

 

Composée aux abords du Lac de Thun, la deuxième sonate pour violon et piano de Johannes Brahms est considérée comme la plus lyrique de ses trois sonates pour cette formation. En effet, on pourra y reconnaître de nombreux thèmes empruntés à ses Lieder. On reconnaît ainsi dans le second thème du premier mouvement le Lied Wie Melodien zieht es mir leise durch den Sinn op.105 n°1 (Les mélodies traversent doucement mes pensées), puis dans le troisième mouvement Auf dem Kirchhofe op.105 n°4 (Au cimetière) et enfin Meine Liebe ist grün (Mon amour est vert). Cette sonate est destinée à Hermine Spiess, une jeune altiste dont Brahms admirait le jeu et dont il s’était épris. Brahms lui a dédié plusieurs Lieder dont ceux cités dans la sonate, et un autre au titre plus explicite sur ses sentiments intitulé Komm bald (Viens vite).

Commandée par le maître Eugène Ysaÿe, la Sonate pour piano et violon en sol majeur de Guillaume Lekeu fut composée en 1892. Elle figure parmi les plus belles pages du compositeur. Rêve, mélancolie, pudeur ou nostalgie laissent parfois place à la passion, la fougue ou bien même la rage. La première partie évoque les désirs bouillonnants de la jeunesse pourtant intimement mêlés à une tristesse profonde et indéracinable. Le deuxième mouvement est l’image d’une véritable plainte infinie, d'une tristesse parfois morbide qui ne peut laisser indifférent. On découvre un paysage contrasté, à la frontière de la musique classique et du XXe siècle qui entame son parcours de rupture, mais déjà résolument tourné vers le futur.

Œuvres de : Johannes Brahms | Guillaume Lekeu
Château d'Ecouen
Musée national de la Renaissance

Rue Jean Bullant
95440 Écouen
sam
15
JUIN
18:00
 
Trios à cordes viennois
Trio Sypniewski

 

L'année 1788 voit éclore de nombreux chefs-d'œuvre chez Mozart dont ses trois dernières symphonies avec la fameuse Jupiter et son opéra Don Giovanni qui fut tout d’abord boudé par le public viennois. Dans le Divertimento pour cordes en mi bémol majeur écrit la même année, le génie du compositeur s'illustre au long de six mouvements dans un style plutôt galant qui n'altère en rien la gravité de l'œuvre. Un an plus tôt, Mozart reçoit à Vienne le jeune Beethoven âgé de 17 ans et dont le talent est déjà prometteur. En 1798, ce dernier compose plusieurs œuvres notables : la Sonate Pathétique pour piano, ses six premiers quatuors, ainsi que trois trios à cordes dont le Trio op. 9 n° 3.

Le Trio Sypniewski

Réservation obligatoire au 01 34 38 38 50 ou sur evenement.musee-renaissance@culture.gouv.fr

Informations pratiques : https://musee-renaissance.fr/informations-pratiques/informations-pratiques

Avec : Caroline Sypniewski, Violoncelle | Anna Sypniewski, Alto | Magdalena Sypniewski, Violon
Œuvres de : Wolfgang Amadeus Mozart | Ludwig van Beethoven
Lycée Louis-le-Grand
Amphithéâtre Patrice Chéreau

123 rue Saint-Jacques
75005 Paris
Concert de musique baroque
sam
15
JUIN
19:00
 
L'âge d'or du cornet à bouquin
Trio Fontana

« Le cornet est semblable à l’éclat d’un rayon de soleil, qui paroist dans l’ombre ou dans les ténèbres (…) ». Voilà comment Marin Mersenne introduit le cornet à bouquin dans son Harmonie universelle parue en 1636. Éclatant, il l’est sans nul doute ; mais pas seulement. Considéré à cette époque comme très proche de la voix humaine et capable de rivaliser de virtuosité avec le violon, tantôt suave et expressif, tantôt véloce et virtuose, le cornet à bouquin est un instrument incontournable du paysage musical du tournant des XVIe et XVIIe siècles.

Le Trio Fontana vous propose de découvrir cette musique sous de nombreuses formes et à travers le regard de compositeurs de cultures et d’influences diverses.

Nous présentons une relecture de ce répertoire appuyée sur l'étude des traités de cette époque, appliquant les notions d'improvisation, de diminution et d'ornementation propres à la pratique vocale et instrumentale de cette période de l'histoire de la musique.

Le concert sera commenté et les instruments utilisés ainsi que les œuvres jouées seront remis en contexte. C'est donc une invitation au voyage que nous proposons, un voyage à la croisée des époques Renaissance et Baroque.

Avec : Adrien Ramon, Cornet à bouquin | Loïc De la Fournière, Clavecin | Thomas Guyot, Violoncelle baroque
Œuvres de : Andrea Falconieri | Domenico Gabrielli | Giovanni Paolo Cima | Girolamo Frescobaldi | Giovanni Bassano | William Byrd | Antonio Brunelli | Tarquinio Merula | John Bull | Johann Heinrich Schmelzer
Château de Monte-Cristo
78560 le Port-Marly
dim
23
JUIN
14:00
 
Musique à Monte-Cristo
Les Clarinautes | Marion Oudin, Violoncelle | Aurore Montaulieu, Violoncelle

14h - 18h Marion Oudin et Aurore Montaulieu, violoncelle

On le surnommait « le Liszt du violoncelle » ! Jacob Offenbach (1819-1880) arrive à Paris en 1833 et devient très rapidement Jacques. Renvoyé pour indiscipline du Conservatoire et de l’Orchestre de l'Opéra-Comique, il persiste dans son souhait de pouvoir vivre de ses compositions. En attendant son heure de gloire, il enseigne le violoncelle et compose des duos dits pédagogiques. Classés de la lettre A, les plus faciles, à la lettre F, les plus difficiles, ces duos font partie des œuvres les plus jouées pour duo de violoncelles.

Julius Klengel (1859-1933) est un violoncelliste allemand, membre de l'orchestre du prestigieux Gewandhaus de Leipzig et professeur d’Emanuel Feuermann ou encore de Gregor Piatigorsky. Il enseigne à la Hochschule de Leipzig et commence à composer des pièces pour ses élèves, dont cette Suite opus 22 en ré mineur.

David Popper (1843-1913) est un violoncelliste tchèque. Élève prodige de Julius Goltermann, il est repéré par le chef d'orchestre Hans von Bülow et réalise ses premières tournées internationales. Par la suite, il rencontre Franz Liszt, qui lui propose d’enseigner le violoncelle à l'Académie nationale de musique de Budapest. Il y compose de nombreuses œuvres pour violoncelle, notamment beaucoup d'œuvres pédagogiques, dont cette Suite, op.16 pour deux violoncelles.

Jacques Offenbach (1819 – 1880)
Suite n°1 en sol mineur, op. 54 | 1846
Allegro non troppo 
Adagio religioso 
Rondo (Allegro)

Julius Klengel (1859 – 1933)
Suite en ré mineur, op. 22 | 1888 (20’)
Introduction
Praeludium
Arioso
Gavotte
Sarabande
Fughette

David Popper (1843 – 1913)
Suite pour deux violoncelle, op. 16 | 1876
Andante grazioso 
Gavotte
Scherzo
Largo espressivo
Marcia. Finale

14h - 18h Les Clarinautes (Claire Voisin et Elodie Roudet, clarinette)

Les Clarinautes, ensemble constitué de deux jeunes clarinettistes talentueuses, vous proposent des arrangements d’airs d'opéras de Verdi et Rossini, compositeurs phares du XIXème siècle.

Giuseppe Verdi (1813 – 1901)
Rigoletto, sur un livret de Francesco Maria Piave (extraits, arrangement de B. Carulli) │ 1851
Tutto è gioja, tutto è festa (Tout n’est plus que joie et réjouissances)
Signor nè principe io lo vorrei (Je voudrais qu’il ne soit ni seigneur, ni prince)

Gioachino Rossini (1792 – 1868)
Le Turc en Italie, sur un livret de Felice Romani (extraits, arrangement de P. Weston) │ 1814

Giuseppe Verdi (1813 – 1901)
Rigoletto, sur un livret de Francesco Maria Piave (extraits, arrangement de B. Carulli) │ 1851
Figlia ! Mio padre (Ma fille ! Père !)

Gioachino Rossini (1792 – 1868)
Le Barbier de Séville, sur un livret de Cesare Sterbini (extraits, arrangement de P. Weston) │ 1816

Giuseppe Verdi (1813 – 1901)
Rigoletto, sur un livret de Francesco Maria Piave (extraits, arrangement de B. Carulli) │ 1851
Tutte le feste al tempio (Chaque jour saint, dans l'église)

Giuseppe Verdi (1813 – 1901)
Otello, sur un livret de Arrigo Boit (extraits, arrangement de P. Weston)

 

Réservations : 
Vente uniquement sur place, billet permettant l'accès au parc, au château et aux concerts.
12€, 5€ pour les -10 ans


Informations : 01 30 87 20 63
contact@chateau-monte-cristo.com
www.chateau-monte-cristo.com

Avec : Elodie Roudet, Clarinette | Claire Voisin, Clarinette
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
Concert avec voix
jeu
27
JUIN
12:30
 
Connais-tu ce pays ?
Héloïse Mas, Mezzo-soprano | Florian Caroubi, Piano
Œuvres de : Richard Strauss | Gustav Mahler | Hugo Wolf
 
 

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience et réaliser des statistiques de visites.

Pour accepter l'utilisation de ces cookies, cliquez-sur le bouton "J'accepte". Vous pourrez modifier votre choix à tout moment en vous rendant à la page Mentions Légales.

Pour en savoir plus ou pour paramétrer les cookies, cliquez sur « Paramétrer ».

Paramétrer…
J'accepte