PanierMon compte
   

Archives de nos concerts en saison

 
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
jeu
18
OCTOBRE
2018
12:30
 
Deux corps et quelques objets
Girr Duo

Pour tout musicien, son corps donne naissance, via son instrument, à un son… Mais qu'en est-il lorsque l’artiste tient du bout des doigts des objets du quotidien, l'énergie d'une autre personne, l'espace d'une pièce, le vide...? À travers ce spectacle, Girr Duo accompagne le public dans un voyage qui mêle des situations diverses, des allées et venues entre la poésie, le dramatique ou le comique, par le biais d’un répertoire contemporain utilisant des percussions « non-classiques ». Deux corps et quelques objets évolue autour de l'œuvre musicale et théâtrale de Georges Aperghis et de compositeurs brésiliens et français rencontrés et découverts par le Girr Duo depuis sa création.

Avec : Antoine Brocherioux, Percussions | Zacarias Maia, Percussions
Œuvres de : Georges Aperghis | Thierry De Mey | Alexandre Lunsqui | Bertrand Gourdy | Carola Bauckholt | Francisco Abreu
Crédit Municipal
Galerie

55 rue des Francs-Bourgeois
75004 Paris
Concert de musique baroque
mer
17
OCTOBRE
2018
12:30
 
Résonance(s)
Adèle Gornet, Clavecin

Créé en 2014, le Tombeau de Rameau de Gérard Pesson rend hommage au compositeur Jean-Philippe Rameau, mais aussi plus largement, aux clavecinistes français des XVIIe et XVIIIe siècles. Il propose de véritables « pièces de clavecin », au sens ancien du terme : ces six pièces sont de petits tableaux, faisant sonner l’instrument par des caractères contrastés juxtaposés. Chaque pièce propose un climat particulier, avec une radicalité dans les moyens d’expression employés. Cet hommage est rendu par une connaissance intime de l’œuvre de ces clavecinistes.

Cette œuvre est passionnante, mise en regard avec des pièces anciennes, comme celles de Jean-Philippe Rameau lui-même, ou encore celles de Jacques Duphly. Les affinités entre les œuvres se révèlent, laissant apparaître les différentes facettes du clavecin français, généreux et brillant.

Œuvres de : Jean-Philippe Rameau | Gérard Pesson | Jacques Duphly
Chapelle de la Madeleine
Rue Racine
02400 Château-Thierry
dim
14
OCTOBRE
2018
17:00
 
Du pianoforte de Schubert au piano symphonique de Stravinski
Aude-Liesse Michel, Piano

Comment illustrer l’évolution de la facture instrumentale avec pour outil un seul et même instrument ? C’est autour de cette grande question que s’articule ce programme allant du piano de salon au piano « orchestral ». S’étalant sur un peu plus d’un siècle et demi, de Schubert à Stravinski, ce concert est dédié à la recherche d’un son, d’une esthétique et de traditions propres à leurs époques. Le programme invite à se plonger dans les ambiances tantôt feutrées et intimes des salons romantiques, tantôt grandioses et généreuses des salles de récitals démocratisées par F. Liszt – et aller même jusqu’à l’exploitation la plus extrême de l’instrument en le transformant en véritable orchestre à travers des transcriptions de pièces symphoniques. Ce que l’on connaît aujourd'hui comme « piano moderne » - aboutissement d´une recherche notamment de puissance et d´égalité de la mécanique afin de permettre à l’interprète de jouer des pièces de plus en plus exigeantes techniquement - voit son apogée à la charnière du XIXe et du XXe siècles. Mais durant les décennies précédentes, les priorités n’étaient pas nécessairement situées aux mêmes endroits. Ce programme de concert est une invitation à se projeter dans un autre monde, à considérer l’instrument de musique comme une machine à voyager dans le temps, à visiter l’histoire du piano et repenser l’évolution du style musical en lien direct avec l’instrument de son époque.

Œuvres de : Félix Mendelssohn | Franz Schubert | Franz Liszt | Frédéric Chopin | Serge Rachmaninov | Igor Stravinski
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
sam
13
OCTOBRE
2018
19:00
 
Chefs-d’œuvre et découvertes
Polina Streltsova, Violoncelle | Marcel Cara, Harpe

Depuis près de deux siècles, le répertoire instrumental a toujours laissé une large place au violoncelle, instrument soliste par excellence, au large répertoire. Instrument associé traditionnellement au piano à travers des concerts de sonate par les maîtres du romantisme, aucun compositeur à partir de la fin du XIXe siècle n’a alors osé mélanger la sonorité du violoncelle à celle de la harpe.

C’est ce que proposent Polina Streltsova et Marcel Cara, jeunes musiciens rencontrés récemment au sein du Conservatoire de Paris, dans ce programme fantastique et original, allant de la célèbre Sonate pour violoncelle et piano de Debussy à Philippe Hersant.

Œuvres de : Claude Debussy | Jacques de la Presle | Enrique Granados | Thomas Demenga | Philippe Hersant | Valeri Kikta
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
jeu
11
OCTOBRE
2018
12:30
 
Le piano sous toutes ses formes
Jodyline Gallavardin, Piano

Riche d'un répertoire tant immense que varié, le piano offre aux compositeurs une multitude de cadres et de formes d'expression. La « Sonate » occupe une place très importante, notamment à l'époque classique durant laquelle Haydn compose 52 sonates pour piano. Répondant aux codes classiques, la Sonate Hob XVI-23 comprend trois mouvements dont le premier et le dernier sont de forme sonate (exposition, développement, réexposition). Le second mouvement quant à lui est un adagio au rythme de sicilienne.

Enesco, dont le style néo-classique reste prégnant dans la Suite n°2 op. 10, explore néanmoins toujours le folklore roumain. Cette œuvre en quatre parties (Toccata, Sarabande, Pavane et Bourrée) fut saluée par Claude Debussy lors d'un concours de composition en 1903. Scriabine quant à lui s'inspire pour ses courtes mazurkas de jeunesse (composées alors qu'il n'a que seize ans !) de Frédéric Chopin. Cette danse traditionnelle polonaise à trois temps se colore pourtant déjà ici du langage du compositeur russe.

Enfin, dédiées à son professeur Czerny, les Études d'exécution transcendante de Liszt sont autant des pièces techniques d'une grande virtuosité que de véritables œuvres romantiques de concert. La huitième, Wilde Jagd en do mineur, avec pour indication « Presto furioso », déploie en quelques minutes un univers incroyable où l'on imagine aisément chevauchées et cors impétueux que viennent éclairer de grandes envolées lyriques.

Œuvres de : Joseph Haydn | Georges Enesco | Alexandre Scriabine | Franz Liszt
Cour d'honneur
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
sam
06
OCTOBRE
2018
20:00
 
Jeunes Talents fête ses 20 ans !
Trio Musica Humana | Quatuor Ellipsos | Trio Sora | Local Brass Quintet | Claire Luquiens, Flûte traversière | Maxence Grimbert-Barré, Alto | Delphine Benhamou, Harpe | Romain Hervé, Piano | Véra Tsybakov, Piano | Arnaud Thorette, Alto | Johan Farjot, Piano | Fiona McGown, Mezzo-soprano | Varduhi Yeritsyan, Piano | Rodolphe Menguy, Piano | Hildegarde Fesneau, Violon | Adélaïde Ferrière, Percussions | Marielou Jacquard, Mezzo-soprano | Kunal Lahiry, Piano | Agathe Peyrat, Soprano | Axel Trolese, Piano | Erik Breer, Piano

Vous êtes chaleureusement invités à fêter les 20 ans de Jeunes Talents, le samedi 6 octobre à partir de 20h, dans le cadre de la Nuit Blanche. L'association soufflera ses bougies dans la cour d'honneur des Archives nationales entourée d'artistes qui ont marqué son histoire !

Laissez-vous emporter jusqu’à 1h du matin par de nombreuses formations : sonate instrumentale, trio, quatuor de saxophones, harpe, voix, piano à huit mains… Ils vous feront voyager du Moyen-âge à nos jours !

(Re)-découvrez toute la richesse qu'offre le répertoire de la musique classique interprété par des musiciens d'exception. Un événement à ne pas manquer !


 

20h - Claire Luquiens, flûte - Maxence Grimbert-Barré, alto - Delphine Benhamou, harpe
Claude Debussy (1862-1918)
Suite Bergamasque (extrait) | 1890
Clair de lune

Claude Debussy (1862-1918)
Sonate pour flûte, alto et harpe, CD 145 | 1915
Pastorale. Lento, dolce rubato
Interlude. Tempo di minuetto
Finale. Allegro moderato ma risoluto

20h30 - Romain Hervé, Véra Tsybakov – piano
Claude Debussy (1862-1918)
La Mer, L. 109 | 1905 (24’)
I. De l’aube à midi sur la mer
II. Jeux de vagues
III. Dialogue du vent et de la mer

21h - Arnaud Thorette, alto - Johan Farjot, piano
Ernest Bloch (1880-1959)
Suite Hébraïque (extrait) | 1951
Rapsodie

Franz Schubert (1797-1828)
Sonate en la mineur « Arpeggione », D. 821 (extraits) | 1824
Adagio
Allegretto

Franz Liszt (1811-1886)
Années de pèlerinage HN 174, Deuxième année (Italie) S. 161 (extrait et transcription pour alto et piano de Johan Farjot et Arnaud Thorette) | 1858
Sonnet de Pétrarque n°104

Astor Piazzolla (1921-1992)
Oblivion (arrangement pour alto et piano de Johan Farjot et Arnaud Thorette) | 1984

21h30 - Fiona McGown, mezzo-soprano - Marielou Jacquard, mezzo-soprano - Agathe Peyrat, soprano - Kunal Lahiry, piano
Johannes Brahms (1833 – 1897)
Vier Duette, op.61 (extrait) | ca 1860
Die Schwestern (Les sœurs), sur un poème d’Eduard Mörike

Johannes Brahms (1833 – 1897)
Drei Duette, op. 20 (extrait) | 1860
Die Meere (Les Mers) sur un poème de Johann Gottfried von Herder

Robert Schumann (1810 – 1856)
Drei zweistimmige Lieder (Trois chansons à deux voix), op. 43 | 1840
Wenn ich ein Vöglein wär (Si j’étais un petit oiseau)

Hector Berlioz (1803 – 1869)
La Mort d’Ophélie, ballade d’après Shakespeare, H92B | 1842

Camille Saint-Saëns (1835 – 1921)
El Desdichado (Le malheureux), sur un texte de Jules Berbier | 1871

Charles Gounod (1818 – 1893)
Quinze mélodies enfantines (extrait) | 1878
L’Arithmétique, sur un texte de Charles Turpin

André Messager (1853 – 1929)
Les P’tites Michu (extrait) | 1897
Blanche-Marie et Marie-Blanche (Acte I)

Roger Cuthbert Quilter (1877 – 1953)
Shakespeare Songs, op. 23 (extrait) | 1921
It was a Lover and his Lass (C’était un amant et sa bergère), sur un poème de Shakespeare

22h - Local Brass Quintet (Javier Rossetto, trompette - François Petitprez, trompette - Benoit Collet, cor - Romain Durand, trombone - Tancrède Cymerman, tuba)
Enrique Crespo (Né en 1941)
Suite Americana n°1, pour quintette de cuivres (extrait) | 1977
Ragtime

Enrique Granados (1867 – 1916)
Valses poétiques (arrangement) | 1886 – 1887
Preludio
Melódico
Tiempo de Vals noble
Tiempo de Vals lento
Allegro humoristico
Allegretto (Elegante)
Quasi ad libitum (Sentimental)
Vivo, Presto

Claude Debussy (1862 – 1918)
Premier livre des préludes (extrait) | 1909-1910
La Fille aux cheveux de lin (arrangement de Huug Steketee)

Enrique Crespo (Né en 1941)
Suite Americana n°1, pour quintette de cuivres (extrait) | 1977
Vals peruano (Valse péruvienne)

22h30 - Trio Sora (Magdalēna Geka, violon - Angèle Legasa, violoncelle - Pauline Chenais, piano)
Mieczysław Weinberg (1919-1996)
Trio, op.24 | 1945
Prelude and Aria – Larghetto
Toccata – Allegro
Poem – Moderato
Finale - Allegro moderato

23h - Varduhi Yeritsyan, Axel Trolese, Erik Breer, Rodolphe Menguy – piano
Alexandre Scriabine (1872 – 1915)
Prélude pour la main gauche | 1894

Georg Gershwin (1898 – 1937)
Prélude n°1 | 1926

Claude Debussy (1862 – 1918)
Petite Suite pour piano à 4 mains, L65 (extraits) | 1888 – 1889

Edvard Grieg (1843 – 1907)
Quatre danses norvégiennes pour piano à 4 mains, op. 35 (extraits) | 1881

Sergueï Rachmaninov (1873 – 1943)
Romance pour piano à 6 mains | 1890 – 1891 (5’)

Albert Lavignac (1846-1916)
Galop-Marche pour piano à 8 mains | 1900

23h30 - Hildegarde Fesneau, violon - Adélaïde Ferrière, marimba
Niccolò Paganini (1782 – 1840)
Caprice n°24 pour violon seul | 1802 – 1817

Pius Cheung | (Né en 1982)
Etude en mi mineur pour marimba seul | 2006

Astor Piazzolla (Né en 1921)
Histoire du Tango (extraits) | 1970
Café, 1930
Night-Club, 1960
Concert d'aujourd'hui

00h00 - Quatuor Ellipsos (Paul-Fathi Lacombe, saxophone soprano - Sylvain Jarry, saxophone ténor - Julien Brechet, saxophone alto - Nicolas Herrouët, saxophone baryton)
Will Gregory (Né en 1959)
High Life

Thierry Escaich (Né en 1965)
Tango Virtuoso | 1991

Graham Lynch
The Pale Dancer | 2006

00h30 - Trio Musica Humana (Yann Rolland, contre-ténor - Martial Pauliat, ténor - Igor Bouin, baryton)
Guillaume de Machaut (1300 – 1377)
Puis qu'en oubli

Guillaume Dufay (1397-1474)
Vergine Bella

Clément Janequin (1485-1558)
Quelqu'un me disoit l'aultre jour

Clément Janequin (1485-1558)
Le chant de l'alouette

Andrea Gabrieli (1533-1585)
La Verginella

Josquin des Prés (1450-1521)
En l'ombre d'un buissonet

Josquin des Prés (1450-1521)
El Grillo

Avec : Yann Rolland, Contre-ténor | Martial Pauliat, Ténor | Igor Bouin, Baryton | Paul-Fathi Lacombe, Saxophone | Julien Brechet, Saxophone | Sylvain Jarry, Saxophone | Nicolas Herrouët, Saxophone | Magdalēna Geka, Violon | Angèle Legasa, Violoncelle | Pauline Chenais, Piano | Javier Rossetto , Trompette | François Petitprez, Trompette | Benoît Collet, Cor | Romain Durand, Trombone | Tancrède Cymerman, Tuba
Œuvres de :
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
Concert avec voix
jeu
04
OCTOBRE
2018
12:30
 
Schubertiade ibérique
Anas Seguin, Baryton | Antonin Fresson, Guitare

Chers spectateurs, nous sommes très heureux de vous présenter ce concert qui mêlera chant et guitare. Amis de longue date, ce n’est que très récemment que nous avons décidé de jouer ensemble.

L’idée de s’associer nous est venue un soir où nous écoutions un concert de jazz dans une salle parisienne, et nous avons alors cherché un programme à la fois beau et improbable. Schubertiade ibérique était née.

Pourquoi ce titre ? Tout simplement parce que dans ce concert, nous allons mêler des lieder de Schubert à des mélodies espagnoles, deux styles, à la fois importants et très différents, qui ont marqué deux époques de l’histoire de la musique.

Schubert a écrit plus de six cents lieder, écoutés et chantés par tous les chanteurs lyriques ; nous en avons choisi quelques-uns dans notre programme.

Emblème de la musique espagnole, la guitare est l’instrument auquel sont dédiées un grand nombre d’œuvres, celles des compositeurs Manuel de Falla ou Federico García Lorca étant parmi les plus célèbres.

Nous espérons que ce programme vous plaira comme il nous a plu.

Œuvres de : Franz Schubert | Francisco Tàrrega | Manuel de Falla | Federico García Lorca
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
Concert avec voix
sam
29
SEPTEMBRE
2018
19:00
 
Danse à Paris et chante à New York !
Trio Dämmerung | Mariamielle Lamagat, Soprano

Le XXe siècle a vu la civilisation occidentale traverser les crises majeures que furent les deux guerres mondiales.

En ces périodes de changement, de nouvelles esthétiques émergent dans les grandes capitales culturelles telles que Paris qui est un véritable carrefour musical, où se côtoient Stravinski et ses rythmes aksak venus de l'Est que l'on peut clairement déceler dans Petrouchka, le romantique Saint Saëns et sa frénétique Danse macabre, ou encore l'impressionnisme de Maurice Ravel dans sa noire et prophétique Valse. Si la nouveauté était de mise au XXe siècle, elle le sera également pour ce concert avec la création de la « funky » Créatine Phosphate du jeune et talentueux jazzman Pierre Marie Lapprand.

Importé de l'autre côté de l'Atlantique, le succès retentissant du jazz influencera beaucoup les compositeurs majeurs de l'époque comme Georges Gershwin, véritable pionnier du jazz en musique savante, ou plus tard, le génial Léonard Bernstein. L'un comme l'autre écriront de grands chefs-d'œuvre comme West Side Story ou Porgy and Bess !

Avec : Eudes Bernstein, Saxophone | Misako Akama, Violon | Orlando Bass, Piano
Œuvres de : Igor Stravinski | Camille Saint-Saëns | Pierre Marie Lapprand | Maurice Ravel | Entracte | Georges Gershwin | Léonard Bernstein | Richard Rodgers | Nacio Herb Brown | Cole Porter
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
jeu
27
SEPTEMBRE
2018
12:30
 
Pour que la nuit soit propice
Duo Dimensions

“Au cours de ma vie, j'ai fait des rêves qui me restèrent longtemps,
et changèrent mes idées. Ils me traversèrent de part en part,
comme le vin versé dans l'eau, et altérèrent la couleur de mon esprit.”

Emily Brontë

 

La nuit est ponctuelle et inévitable. Parfois nous la pensons sereine, solitaire et mélancolique ; d’autres fois elle est plutôt surprenante, mystérieuse et pleine d’aventures inattendues. Quelquefois, elle nous rapproche de la mort avec le sommeil. Elle peut également être tout simplement le prélude d’un soleil qui se lève. N’oublions pas que la nuit est aussi une femme qui chante au berceau de son enfant et qui essuie les larmes d’une vie à deux qui est cassée. La nuit est aussi menteuse. La nuit rayonne sur le ciel après le crépuscule et le bonheur arrive comme un mirage.

(Concert en partenariat avec le CNSMD de Lyon)

Avec : Eunji Han, Piano | Helena Otero Correa, Saxophone
Œuvres de : Franck Krawczyk | Claude Debussy | Alex Nante | Nadia Boulanger | Gabriel Fauré
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
mer
26
SEPTEMBRE
2018
20:00
 
Alors on danse !
Guillaume Vincent, Piano

Dans ce programme, Guillaume Vincent nous offre un aperçu du répertoire de l’Europe orientale du XIXe siècle, traditionnellement étroitement lié à la danse.

Autour des Valses de Dvořák et Chopin ainsi que des Danses tchèques de Smetana se dresse l’esprit typique tchèque et polonais de cette époque, combinant des ambiances bucoliques et dynamiques, offrant une palette émotionnelle très large.

A l’exception des pièces de Chopin, celles de Liszt, Dvořák et Smetana s’inscrivent dans un contexte historique particulièrement complexe de la deuxième moitié du XIXe siècle, début d’une longue transition vers la fin de l’Empire austro-hongrois, durant laquelle les revendications nationales s’amplifient, et où l’art devient une échappatoire à une société qui se déchire. La musique devient duale, en étant à la fois un véritable exutoire d’une situation qui se dégrade, et un moyen de retrouver des racines nationales perdues. Ainsi, ces trois compositeurs dépeignent une beauté simple et désarmante, celle que l’on recherche dans le quotidien tchèque et hongrois du XIXe siècle.

Œuvres de : Antonín Leopold Dvořák | Bedřich Smetana | Frédéric Chopin | Franz Liszt
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
dim
23
SEPTEMBRE
2018
16:00
 
Impressionnisme musical en France et en Angleterre
Trio Zadig

Le Trio Zadig propose un programme en lien avec l’exposition sur les Impressionnistes à Londres. Ralph Vaughan Williams est une figure éminente de l’impressionnisme musical anglais. Dans ses Six studies in English Folk Song, le compositeur ne se contente pas de retranscrire des chansons populaires anglaises mais s’en empare et en fait une partie intégrante de son univers musical. Dans son Salut d’amour, Edward Elgar joue avec les mélodies et les contrechants pour évoquer avec lyrisme l’amour qu’il porte à Caroline Alice Robert, avec qui il se mariera peu après.

L’aura artistique de Londres ne se limita pas à l’Angleterre. Outre-Manche, des compositeurs tels que Fauré et Ravel y voyagèrent et s’en nourrirent. Les Trios de Gabriel Fauré et de Maurice Ravel sont des œuvres de maturité, mais témoignent de parcours esthétiques différents. Celui de Fauré déploie un langage riche, entre complainte et élégie. Le Trio de Ravel, d’une grande perfection formelle, laisse entendre à travers des structures aisément audibles et descriptibles, tels les pantoums et les passacailles, l’influence du folklore basque.

Avec : Boris Borgolotto, Violon | Marc Girard Garcia, Violoncelle | Ian Barber, Piano
Œuvres de : Gabriel Fauré | Ralph Vaughan Williams | Maurice Ravel | Edward Elgar
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
sam
22
SEPTEMBRE
2018
19:00
 
Découvrir, redécouvrir
Quatuor Bergamasque

Si la guitare est aujourd'hui l'instrument populaire par excellence, elle n'en est pas moins un réservoir inépuisable d’inspiration et de couleurs, Berlioz la décrivait comme un « petit orchestre ». À la frontière entre musique populaire et musique savante, elle est une formidable passerelle permettant aux initiés comme aux néophytes de découvrir ou redécouvrir le répertoire classique.

À travers ce programme, le Quatuor Bergamasque présente des œuvres initialement écrites pour des instruments classiques allant du piano à l’orchestre. C’est le cas du Concerto Brandebourgeois n°3 de J.S. Bach, écrit à l’origine pour orchestre, mais aussi de la Oración del torero de Turina, originalement composée pour quatuor de bandurria (luth espagnol du XVe siècle), transposée à la guitare par le Quatuor Bergamasque. Parmi les autres pièces orchestrales arrangées par le quatuor vous pourrez entendre la Valse triste du compositeur finlandais Sibelius, écrite pour accompagner la pièce de théâtre Kuolema (La Mort), ainsi que la célèbre Pavane pour une infante défunte de Ravel, transcrite à partir de la version orchestrale de 1910 publiée onze ans après la version piano.

Le répertoire pianistique représente aussi une source d’inspiration pour le Quatuor Bergamasque. Parmi celui-ci, les Danses Argentines de Ginastera, aux mélodies inspirées du folklore argentin, les Romances sans paroles de Mendelssohn, ou encore La soirée dans Grenade de Debussy pour redécouvrir les influences hispaniques de cette œuvre avec les couleurs de la guitare, instrument emblématique de ce pays qui inspira le compositeur français.

Avec : Bruno Pancek, Guitare | Clément Mengelle, Guitare | Raphaël Guichard, Guitare | Clément Charpentier, Guitare
Œuvres de : Johann Sebastian Bach | Félix Mendelssohn | Jean Sibelius | Maurice Ravel | Joaquín Turina | Claude Debussy | Alberto Ginastera
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
jeu
20
SEPTEMBRE
2018
12:30
 
Confrontation de deux géants
Baptiste Tricot, Piano

Beethoven et Debussy, deux compositeurs faisant référence dans l’histoire de la musique et ayant été chacun source majeure d’inspiration pour leurs successeurs, sont rassemblés dans ce programme. Il ne semble pourtant pas évident de les associer, tant leurs musiques sont dissemblables, mais ne pourrait-on pas considérer une forme de complémentarité à travers leur divergence aussi bien esthétique que de moyens techniques, et trouver une jonction des deux univers autour de la notion du sublime ?

La Sonate n°13, op 27 n°1, de Beethoven, est précisée « Quasi una fantasia » : il s’agit d’expérimenter et d’intégrer des gestes caractéristiques de l’improvisation à la sonate. L’originalité de cette œuvre se manifeste ainsi, entre autres, dans l’absence d’interruption entre les mouvements, dans la profusion d’idées mélodiques, rythmiques, d’indications de nuances, et dans la diversité du phrasé. Ces éléments incarnent le caractère révolutionnaire de la musique de Beethoven, occupé, au moment de la composition de cette sonate (en 1800-1801), à l’écriture de la musique du ballet Les créatures de Prométhée.

La Sonate n°27, op 90, composée en 1814 par Beethoven, est dédiée au comte Moritz von Lichnovsky, et selon A. F. Schindler elle illustre le mariage du comte en dépit des réticences familiales. Les deux mouvements opposent le mineur au majeur, un matériau fait de motifs contrastés et développés à un thème chantant de rondo-sonate. Que l’anecdote soit juste ou non, l’opposition franche entre les deux mouvements laisse volontiers imaginer une signification de nature idéale derrière la musique.

Plusieurs éléments, de nature musicale comme biographique, conduisent à penser que Masques, D’un cahier d’esquisses et l’Isle Joyeuse, composées par Debussy en 1903-1904, éditées comme trois pièces isolées, étaient conçues pour former un triptyque, dans cet ordre, identifié par le pianiste et musicologue Roy Howat comme une « seconde Suite Bergamasque ». L’inspiration de ces pièces (ainsi que leurs titres l’indiquent) suppose une référence à Watteau et Verlaine.

La 1ère série des Images fut achevée en 1905, après La Mer. Comme le suggère le titre, on peut supposer que la musique évoque une réalité optique, et paradoxalement serait donc une traduction sonore du silence ; ou plutôt s’agirait-il d’une musique intérieure. Évoquant son travail acharné sur les Reflets dans l’eau, Debussy écrit qu’il « a résolu de composer sur des données nouvelles et d’après les plus récentes découvertes de la chimie harmonique », propos que l’on peut, de toute évidence, étendre à tout le recueil.

Œuvres de : Ludwig van Beethoven | Claude Debussy
Crédit Municipal
Galerie

55 rue des Francs-Bourgeois
75004 Paris
mer
19
SEPTEMBRE
2018
12:30
 
The United Tastes
The Beggar's Ensemble

Présenté par Daria Zemele au clavecin et Augustin Lusson au violon baroque, ce récital croisé entremêle deux nations aussi proches que lointaines : la France et l’Angleterre.

Comme une conversation, clavecin et violon partagent un dialogue dans des sonates d’influence italienne, ou bien s’expriment dans toute leur complexité chez Richard Jones, compositeur londonien au style cosmopolite et inspiration principale du Beggar’s Ensemble.

Entre crise du gin à Londres et querelle des bouffons à Paris, ce programme expose en toute simplicité la diversité des goûts en Europe au XVIIIe siècle.

Avec : Augustin Lusson , Violon | Daria Zemele, Clavecin
Œuvres de : François Francoeur | Jean-Philippe Rameau | François Couperin | Richard Jones | Arcangelo Corelli
Parc de Villeroy
7 Avenue du Villeroy, 91540 Mennecy
# Musique en région
dim
09
SEPTEMBRE
2018
17:00
 
Brass Estival
Local Brass Quintet

Dans la musique encore plus qu’ailleurs, la force est dans l’union : l’union des timbres, l’union des sons et l’union des talents. Novateurs, généreux, brillants et complices, les cinq jeunes solistes du Local Brass Quintet, né en 2015 au creux du prestigieux Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, rendront ici hommage au répertoire original pour quintette de cuivres, tout en donnant à entendre plusieurs transcriptions.

Au cours de ce patchwork musical, vous pourrez découvrir un répertoire varié allant de l’arrangement de La fille aux cheveux de lin de Claude Debussy au Souffle du Ciel sur l’acier de Jean-Claude Gengembre, ainsi qu'une transcription inédite, originalement écrite pour piano, des Valses poétiques de Enrique Granados, ascendant direct de notre trompettiste Javier Rossetto.

Tout sera donc réuni, nous l’espérons, pour que vous passiez un après-midi musicalement ensoleillé !

Avec : Javier Rossetto , Trompette | François Petitprez, Trompette | Benoît Collet, Cor | Romain Durand, Trombone | Tancrède Cymerman, Tuba
Œuvres de : Enrique Crespo | Enrique Granados | Claude Debussy | Jean-Claude Gengembre | Derek Bourgeois
Fossé sec - Château-Thierry
Esplanade du Château « Fossé sec »
02400 Château Thierry
mer
15
AOÛT
2018
17:00
 
Harpe en voyage
Coline Jaget, Harpe

Ce programme retrace des grandes œuvres du répertoire de la harpe, nous permettant de voyager grâce à des compositeurs de plusieurs pays d’Europe et d’époques différentes, allant du baroque à la musique du 20e siècle. Toutes les pièces mettent la harpe en valeur d’une manière différente, de la virtuosité avec Parish-Alvars et Liszt, aux sonorités sombres d'Hindemith, en passant par la douceur et l’intimité des harmonies de Cras ou encore de Fauré, l'élégance de Tchaïkovski, le tout ponctué par la poésie de Satie.

Œuvres de : Domenico Scarlatti | Paul Hindemith | Erik Satie | Elias Parish Alvars | Entracte | Ekaterina Walter-Kühne | Jean Cras | Franz Liszt | Gabriel Fauré
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
28
JUIN
2018
12:30
 
Les pastels oniriques
Juliet Dufour, Soprano | Satenik Shahazizyan , Piano

« Nous avons le plaisir de vous suggérer, en parallèle de l’exposition du Petit Palais, notre collection dûment sélectionnée de mélodies pour piano et voix allant du symbolisme à l’expressionisme…

Nous danserons au Cabaret avec Satie

Naviguerons sur les rives parisiennes et voyagerons avec Duparc,

Festoierons avec Mendelssohn,

Visiterons les jardins de nuit avec Debussy …

Mystère, suggestion et onirisme seront les crayons-pastels de ce voyage en musique. »

Le Duo Vitae

Œuvres de : Erik Satie | Henri Duparc | Aram Khatchaturian | Felix Mendelssohn | Claude Debussy | Duo Vitae | Vincent Bouchot | Kurt Weill
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
27
JUIN
2018
12:30
 
François Couperin, un portait inédit
Ensemble Sarbacanes

En cette année 2018, nous célébrons le 350e anniversaire de la naissance de François Couperin. Surnommé à raison « le grand » au sein de son immense famille de musiciens, il nous a livré des pages de musique telles que Les Nations, Les Concerts Royaux ou Les Apothéoses qui sont aujourd’hui au panthéon du répertoire de la musique baroque.

Au moyen de partitions inédites, Sarbacanes nous propose a contrario de dresser un portrait méconnu du grand claveciniste.

Sa musique pour clavecin fut sujette à de nombreuses transformations ou transcriptions, et en proposant une alternance entre les originaux et des adaptations pour deux dessus sans basse (un manuscrit anonyme de la BNF), l’ensemble souhaite créer un dialogue qui offre à ces Ordres un nouveau visage.

C’est également l’occasion de sortir de l’ombre les sonates en trio qui n’ont pas été intégrées aux Nations : La Superbe et La Steinquerque.

Enfin, en confiant aux hautbois et au basson les rôles de protagonistes des pièces pour dessus et basse, nous souhaitons rappeler le lien originel entre cette famille d’instruments et la cour de Louis XIV où ils sont nés et se sont développés, avant d’intégrer la Chambre où officiait François Couperin, et de devenir une figure emblématique de la musique française.

Avec : Neven Lesage, Hautbois | Gabriel Pidoux, Hautbois | Alejandro Pérez Marin, Basson baroque | Loris Barrucand, Clavecin
Œuvres de : François Couperin | Johann Sebastian Bach
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Des siècles de musique
sam
23
JUIN
2018
19:00
 
Une vie de bohème
Amaury Viduvier, Clarinette | Shuichi Okada, Violon | Aurélien Pascal, Violoncelle | Guillaume Vincent, Piano

De la Pologne à la Russie en passant par la Hongrie, voici un programme nomade, de compositeurs des XIXe et XXe siècles tournés vers le folklore du vieux continent et ses racines.

Durant la première moitié du XIXe siècle, Chopin, dans une œuvre nourrie de sève populaire, composait polonaises et mazurkas ; il y suggérait subtilement le folklore en utilisant la richesse de ses rythmes, la vigueur de ses danses, associées à une expressivité toute romantique, comme en témoigne l’Introduction et Polonaise brillante en ut majeur, op.3.

Presqu’un siècle plus tard, Kodály, un des pères de l’ethnomusicologie qui est resté proche d'un style traditionnel épuré compose le Duo pour violon et violoncelle, op. 7. Il s’agit d’une œuvre tour à tour mélancolique et virtuose, de forme très libre et qui abonde d’effets et de modes de jeu différents, dans un souci de proximité toujours plus grand avec la matière folklorique.

La Sonate FAE pour violon et piano («Frei, aber einsam», «libre, mais solitaire»), est une œuvre collective à l’initiative de R. Schumann, qui a été rejoint par J. Brahms et A. H. Dietrich. En effet, chaque mouvement a été composé par un artiste différent, le scherzo étant l’œuvre de J. Brahms.

Alban Berg rattaché à la seconde école de Vienne compose en 1913, Quatre pièces pour clarinette et piano qui s’inspirent à la fois des sonates de Brahms pour ces instruments et de l’écriture de Schoenberg : démarche non thématique au travers de lignes peu développées, harmonies à base de quartes, un accord en harmonique au piano…

Le troisième mouvement de la Sonate pour violoncelle et piano, op.19 de S. Rachmaninov est une pause sereine et heureuse dont les mélodies méditatives sont d’abord présentées au piano avant d’être reprises par le violoncelle.

Enfin, tous les artistes se retrouvent sur scène pour Let’s be Happy de Göran Fröst, violoniste suédois, qui évoque sans détours la musique klezmer des juifs ashkénazes, porteuse de gènes slaves, balkaniques, tziganes et turcs.

Œuvres de : Frédéric Chopin | Zoltán Kodály | Entracte | Johannes Brahms | Alban Berg | Sergueï Rachmaninov | Göran Fröst
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
jeu
21
JUIN
2018
21:30
 
Fête de la musique aux Archives nationales
Noé Nillni, Trompette | Bianca Chillemi, Piano

Pour la Fête de la musique 2018 à l'Hôtel de Soubise, nous vous proposons 8 mini-concerts à partir de 18h ! 

Œuvres de : György Ligeti | George Enesco | Mauricio Kagel | Oskar Böhme | Leonard Bernstein
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
jeu
21
JUIN
2018
21:00
 
Fête de la musique aux Archives nationales
Laure Poissonnier, Soprano | Louise Akili, Piano

Pour la Fête de la musique 2018 à l'Hôtel de Soubise, nous vous proposons 8 mini-concerts à partir de 18h ! 

Œuvres de : Francis Poulenc | Robert Schumann | Giaccomo Puccini | Franz Lehár | André Messager | Jean Lenoir
Cour d'honneur
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
jeu
21
JUIN
2018
20:30
 
Fête de la musique aux Archives nationales
François Moschetta, Piano

Pour la Fête de la musique 2018 à l'Hôtel de Soubise, nous vous proposons 8 mini-concerts à partir de 18h ! 

Œuvres de : Joseph Haydn | Claude Debussy | Sergueï Prokofiev
Cour d'honneur
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
jeu
21
JUIN
2018
20:00
 
Fête de la musique aux Archives nationales
Ensemble Rafiki

Pour la Fête de la musique 2018 à l'Hôtel de Soubise, nous vous proposons 8 mini-concerts à partir de 18h ! 

Avec : Yaeram Park, Flûte traversière | Seong Young YUN, Hautbois | Adrien Goldschmidt, Basson | Seung-Hwan LEE, Clarinette | Manuel Escauriaza, Cor
Œuvres de : Paul Taffanel | György Ligeti | Julio Medaglia
Cour d'honneur
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
jeu
21
JUIN
2018
19:30
 
Fête de la musique aux Archives nationales
Sarah Jégou-Sageman, Violon | Aude-Liesse Michel, Piano

Pour la Fête de la musique 2018 à l'Hôtel de Soubise, nous vous proposons 8 mini-concerts à partir de 18h ! 

Œuvres de : César Franck
Cour d'honneur
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
jeu
21
JUIN
2018
19:00
 
Fête de la musique aux Archives nationales
Quatuor Bergamasque

Pour la Fête de la musique 2018 à l'Hôtel de Soubise, nous vous proposons 8 mini-concerts à partir de 18h ! 

Avec : Bruno Pancek, Guitare | Clément Mengelle, Guitare | Raphaël Guichard, Guitare | Clément Charpentier, Guitare
Œuvres de : Johann Sébastien Bach | Vincent Alexandre Jockin | Alberto Ginastera
Cour d'honneur
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
jeu
21
JUIN
2018
18:30
 
Fête de la musique aux Archives nationales
Marie-Astrid Hulot, Violon

Pour la Fête de la musique 2018 à l'Hôtel de Soubise, nous vous proposons 8 mini-concerts à partir de 18h ! 

Œuvres de : Georg Philipp Telemann | Eugène Ysaÿe | Fritz Kreisler
Cour d'honneur
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
jeu
21
JUIN
2018
18:00
 
Fête de la musique aux Archives nationales
Emmanuel Arakélian, Clavecin | Gabrielle Rubio, Traverso | Raphaël Unger, Violoncelle

Pour la Fête de la musique 2018 à l'Hôtel de Soubise, nous vous proposons 8 mini-concerts à partir de 18h ! 

Œuvres de : Johann Sebastian Bach | Georg Friedrich Haendel
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
jeu
21
JUIN
2018
16:30
 
Fête de la musique au Petit Palais
Sarah Jégou-Sageman, Violon | Côme Giraudon, Violoncelle | Aude-Liesse Michel, Piano

Pour la Fête de la musique 2018 au Petit Palais, nous vous proposons quatre mini-concerts à partir de 14h30 ! 

Œuvres de : Peteris Vasks | Zoltán Kodály | Frédéric Chopin
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
jeu
21
JUIN
2018
16:00
 
Fête de la musique au Petit Palais
David Salmon, Piano | Manuel Vieillard, Piano

Pour la Fête de la musique 2018 au Petit Palais, nous vous proposons quatre mini-concerts à partir de 14h30 ! 

Œuvres de : Claude Debussy | Igor Stravinsky
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
jeu
21
JUIN
2018
15:00
 
Fête de la musique au Petit Palais
Aliénor Feix, Mezzo-soprano | Anne Louise Bourion, Piano

Pour la Fête de la musique 2018 au Petit Palais, nous vous proposons quatre mini-concerts à partir de 14h30 ! 

Œuvres de : Claude Debussy | Manuel de Falla
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
jeu
21
JUIN
2018
14:30
 
Fête de la musique au Petit Palais
Mathilde Klein, Violon | Antoine Simon, Piano

Pour la Fête de la musique 2018 au Petit Palais, nous vous proposons quatre mini-concerts à partir de 14h30 ! 

Œuvres de : Edvard Grieg
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Les déconcertants
sam
16
JUIN
2018
19:00
 
Danzas y Melodías
Hélène Escriva, Euphonium | Pierre Cussac, Accordéon

De la milonga argentine de Julian Plaza (« El Rey del Compás ») aux métriques irrégulières du horo traditionnel bulgare, de la tournoyante valse musette de Tony Murena à la mélodie française de Gabriel Fauré, de la mystique prière d’Ernest Bloch à la profonde danse espagnole d’Enrique Granados, Hélène Escriva et Pierre Cussac revisitent un répertoire dansant et intensément lyrique pour ce concert haut en couleurs !

Découvrez la playlist préparée par DiscMuseum !

Œuvres de : Jacques Ibert | Enrique Granados | Reynaldo Hahn | Egberto Gismonti | Julián Plaza | Gabriel Fauré | Pierre Cussac | Traditionnel bulgare | Ernest Bloch | Duke Ellington | Tony Munera | Astor Piazzolla
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Parenthèse Instrumentale
jeu
14
JUIN
2018
12:30
 
Promenade vers l’est
Ensemble Rayuela

Ce récital est l’occasion pour l’Ensemble Rayuela de tisser des liens entre deux mondes musicaux : la musique populaire et la musique classique. Le spectateur chemine à travers les styles et les époques pour mieux se rendre compte de l’influence de l’une sur l’autre.

Le programme se présente comme un itinéraire à travers les cultures des quatre coins du monde, en écho avec les différentes nationalités qui composent cet ensemble.

Le voyage commence au pays du soleil levant aux côtés du compositeur japonais Dai Fujikura. La clarté et la précision de Reach Out témoignent de la richesse des couleurs de la culture japonaise. Vient ensuite l’Espagne, avec La vida breve, un opéra écrit par Manuel de Falla en 1905 où se côtoient folklore espagnol et impressionnisme.

Ce voyage ne pouvait que passer par l’Italie, escale obligatoire du mélomane. Rossini per quattro est un florilège d’airs emblématiques du compositeur. Ses opéras ont marqué l’histoire de la musique par la virtuosité de leur ligne vocale et l’usage du bel canto.

Après la chaleur de la Méditerranée, la Russie de Moussorgski. Les Tableaux d’une exposition furent composés en 1874 à la mort de son ami peintre Viktor Hartmann. S’inspirant des œuvres de ce dernier alors exposées à Saint-Pétersbourg, Moussorgski compose une véritable célébration du nationalisme culturel russe. L’œuvre se présente comme la déambulation d’un visiteur dans une exposition, alternant les pages descriptives (les tableaux) et les passages indiquant que le visiteur passe d’une salle à l’autre (la promenade). Originellement écrite pour piano, Maurice Ravel l’orchestrera en 1922 à la demande du chef d’orchestre russe Serge Koussevitzky. Il en profitera alors pour intégrer un saxophone à l’orchestre, et lui confier un solo dans “Le vieux château”, qui deviendra l’un des plus importants du répertoire de l’instrument.

Avec : Rui Ozawa, Saxophone | Raquel Paños , Saxophone | Nahikari Oloriz, Saxophone | Livia Ferrara, Saxophone | Kishin Nagai, Piano
Œuvres de : Dai Fujikura | Manuel de Falla | Gaetano Di Bacco | Modeste Moussorgski
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Piano du prince
mer
13
JUIN
2018
20:00
 
Un piano lyrique
Alissa Zoubritski, Piano

Alissa Zoubritski nous propose un hommage au répertoire du lied et de la mélodie vu à travers l'imagination, débordante d'ingéniosité, des plus habiles compositeurs et arrangeurs pour piano que furent Franz Liszt et Serge Rachmaninov, pour ne citer qu'eux.

Certaines pièces, comme Quejas, o la maja y el ruiseñor de Granados ou le Sonetto 104 del Petrarca, S.161/5 de Liszt, existent indépendamment comme œuvres pour piano seul et non comme transcriptions, mais elles sont étroitement liées à un poème qui influence incontestablement la ligne de la mélodie et en fait des œuvres lyriques pour piano.

Œuvres de : Franz Liszt | Sergueï Rachmaninov | Enrique Granados | Francis Poulenc | Max Reger
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# La musique de chambre de Debussy
sam
09
JUIN
2018
19:00
 
Contrastes romantiques
Quatuor Hanson

Claude Debussy, né seulement trente-cinq ans après la mort de Beethoven, cherche à son tour une issue différente de ce qui existe déjà. Anticonformiste, il rejette tout académisme musical. Il puise en lui-même pour trouver son propre langage et insuffle un nouveau vent de liberté aux genres musicaux qu’il aborde (La MerJeux d'eauPelléas et Mélisande). Muni d'un fort caractère, il secoue le monde musical avec une limpidité et des couleurs harmoniques à couper le souffle.

Le célèbre Quatuor n°14 en ré mineur « La jeune fille et la mort » D. 810 est écrit par Franz Schubert en mars 1824, alors qu’il souffre d’une maladie incurable. Symboliquement, ce quatuor est souvent décrit comme son testament. Il doit son nom à son deuxième mouvement. En effet, l’Andante con moto est un thème à variations basé sur le lied Der Tod und das Mädchen D. 53 sur un poème de Mathias Claudius que Schubert compose en 1817. Ce Quatuor n°14, D. 810 est particulièrement sombre et tragique. Ecrit en ré mineur, tonalité traditionnellement associée aux musiques funèbres, comme le Requiem de Mozart ou sa Musique funèbre maçonnique, il conserve presque continuellement un caractère grave, parfois même violent.

Avec : Anton Hanson, Violon | Jules Dussap, Violon | Gabrielle Lafait, Alto | Simon Dechambre, Violoncelle
Œuvres de : Claude Debussy | Franz Schubert
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
07
JUIN
2018
12:30
 
Inspirations France/Japon
Ryutaro Suzuki, Piano

Ryutaro Suzuki nous propose un programme coloré d'inspirations et d'impressions avec des œuvres françaises et japonaises, principalement composées au XXe siècle.

Cette année marque le 100e anniversaire de la mort de Claude Debussy ; ce récital lui rend hommage : il s’ouvre avec les Préludes, fruit de la haute maturité du compositeur et se clôture avec la brillante Isle joyeuse.

Le magnifique Nocturne n°6 en ré bémol majeur, op. 63 de Gabriel Fauré et les Histoires de Jacques Ibert complètent la touche impressionniste de ce programme. 

Kyoko Hirai, ancienne professeur de solfège de Ryutaro et également compositrice, s’inspire du recueil d’Ibert pour écrire ses Histoires.

Hisatada Otaka, quant à lui, est l'un des premiers compositeurs de musique « classique » au Japon. Il compose sa Japonese Suite d'après le paysage et la vie rustique du Japon, au début du XXe siècle.

 

Découvrez la playlist préparée par DiscMuseum !

Œuvres de : Claude Debussy | Gabriel Fauré | Jacques Ibert | Kyoko Hirai | Hisatada Otaka
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Des siècles de musique
sam
02
JUIN
2018
19:00
 
Instants franco-allemands
Hildegarde Fesneau, Violon | Jonathan Fournel, Piano

Ce programme nous emmène d’un côté et de l’autre du Rhin et nous fait entendre comment Schumann, Brahms ou Debussy ont su s’approprier le genre intimiste qu’est la sonate. La Sonate n°1 pour violon et piano de Schumann, composée à Düsseldorf en 1851, met en scène un violon retranché dans les graves de sa tessiture, entre innocence et délicatesse nostalgique. La Sonate pour violon et piano de Debussy, composée à Arcachon alors que le compositeur était marqué par la guerre et la maladie, est une pièce relativement courte où les émotions se côtoient dans une mosaïque de thèmes. Malgré un premier thème passionné et un intermède fantasque, on décèle dans cette œuvre une lutte angoissée et un pathétisme prégnant. Enfin, la Sonate n°2 pour violon et piano de Brahms est un véritable poème instrumental. Elle rend hommage à la musique vocale allemande : tandis que le premier mouvement évoque le chant de concours des Maîtres chanteurs de Wagner, le troisième mouvement n’est pas sans rappeler le très célèbre lied de Brahms lui-même, Meine Liebe ist grün wie der Fliederbush repris avec la tendresse d’un violon expressivo.

Œuvres de : Robert Schumann | Claude Debussy | Johannes Brahms
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
31
MAI
2018
12:30
 
Nuits magiques
Sahy Ratianarinaivo, Ténor | Qiaochu Li, Piano

Dans Clairières dans le ciel, Lili Boulanger s’identifie à la jeune femme des poèmes dont les thèmes dominants sont la tristesse, la solitude, la folie, la mort et la foi. Le langage modal marqué par Fauré (auquel ce cycle est dédié) et Debussy s’allie à l’influence allemande de Schubert à Wagner.

En 1888-1889, Richard Strauss se tourne vers un poète de l’école de Munich, Felix Dahn, pour un ensemble de cinq lieder qu’il offre à sa sœur Johanna. Du meines Herzens Krönelein est une chanson d’amour fraîche et pure, dans le style schubertien.

Composés d’août à novembre 1885, les Acht Gedichte aus « Letzte Blätter » von Hermann von Gilm, op. 10 forment un recueil de poèmes amoureux. Die Nacht reflète l’anxiété de l’amant en présence de la nuit qui prend toutes les beautés du monde et peut dérober aussi sa bien-aimée. Dans Zueignug, l’amant se languit loin de sa « chère âme » qui a béni sa coupe d’améthyste et conjuré les démons.

L’imagination marque les mélodies des Soirées musicales de Gioacchino Rossini. La virtuosité vocale s’épanouit librement, particulièrement dans les codas. La Promessa débute comme une douce barcarolle, mais s’anime dans une section centrale plus contrastée. La Danza, quant à elle, est une tarentelle napolitaine enivrante.

L’Isle Joyeuse de Debussy, pièce de maturité du compositeur pour piano seul, regroupe des évocations poétiques merveilleuses et une richesse de nuances considérable.

Très typé par les moyens musicaux, mais sans couleur locale excessive, Camille Saint-Saëns ne cède pas à l’orientalisme dans sa Nuit persane, op. 26 bis. Charmant, ce cycle est rempli d’innovations.

Œuvres de : Lili Boulanger | Richard Strauss | Gioacchino Rossini | Claude Debussy | Camille Saint-Saëns
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
30
MAI
2018
12:30
 
Hommage à François Couperin

Pour ce dernier trimestre, le département de musique ancienne du Conservatoire du 7e arrondissement célèbre le 350e anniversaire de la naissance de François Couperin, illustre compositeur français, organiste et claveciniste.

Avec la participation des classes de Christine Plubeau, Caroline Pelon, Elisabeth Joyé et Sébastien Marq.

Œuvres de : François Couperin
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# La musique de chambre de Debussy
sam
26
MAI
2018
19:00
 
Hommage à Debussy
Joséphine Poncelin, Flûte traversière | Arianna Smith, Alto | Coline Jaget, Harpe

Ce programme rend hommage à Claude Debussy, et particulièrement à sa Sonate pour flûte, alto et harpe. En effet, il fut le premier à composer pour cette formation singulière.  Les timbres des trois instruments se mélangent à merveille, et créent des sonorités tout à fait particulières, qui n'ont eu de cesse d'inspirer les compositeurs par la suite… Dans le trio And then i knew t’was wind, Tōru Takemitsu joue avec les thèmes de Debussy dans un panel de motifs musicaux semblables à ceux de la sonate. Beaucoup de compositeurs ont également écrit pour cette formation : Louvier, Bax, ou encore Karol Beffa, avec sa pièce Eloges de l'ombre.

Entre ces trios, les musiciennes nous proposent quelques œuvres en duo (Arabesque n°1 en mi majeur de Debussy), ou bien pour harpe seule (Impromptu n°1 de Cras), tout en restant dans cette délicatesse, cette fluidité, ces timbres et ces couleurs pastel propres à Debussy.

Mais comment lui rendre hommage sans faire au passage, grâce à la Vocalise-Étude en forme de Habanera, un petit clin d'œil à Ravel, et à leur attrait commun pour l'Espagne ?

Œuvres de : Claude Debussy | Karol Beffa | Jean Cras | Maurice Ravel | Tōru Takemitsu
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Parenthèse Instrumentale
jeu
24
MAI
2018
12:30
 
La virtuosité à quatre baguettes
Adélaïde Ferrière, Percussions

Ce programme présente un panel d’œuvres jouées au marimba, instrument de percussion de la famille des claviers. Le thème central est la virtuosité qu’Adélaïde Ferrière développe avec une sélection de compositeurs d’époques différentes. Nous partons de l’ère baroque avec Bach, Haendel et Scarlatti, en passant par le classicisme de Mozart. Nous continuons avec l’Argentin Piazzolla et l’Espagnol Albéniz qui s’inspirent de la musique populaire. Nous terminons avec la célèbre Rhapsody in Blue de Gershwin, totalement revisitée. Le répertoire propre aux percussions n’est pas non plus mis à l'écart, avec l'intensité des deux pièces contemporaines signées par des compositeurs toujours vivants : Gerassimez et Mikki. Cette grande diversité permet de découvrir le monde de possibilités qui s'ouvre à l'interprète et toute la richesse musicale qui en découle…

Œuvres de : Johann Sebastian Bach | Georg Friedrich Haendel | Wolfgang Amadeus Mozart | Domenico Scarlatti | Isaac Albéniz | Kazunori Miyake | Astor Piazzolla | Alexej Gerassimez | George Gershwin
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
17
MAI
2018
12:30
 
Au gré des ondes
Vincent Mussat, Piano

« S’il faut parler d’héritage ravélien, c’est bien dans la préoccupation de la matière sonore et de la maîtrise orchestrale qu’il se situe ; cette prédilection pour la rareté des timbres et de leur alliage n’était pas si fréquente chez ses contemporains. » : tels sont les mots d’Henri Dutilleux au sujet de son ami Maurice Ravel.

Le voyage musical commence par Jeux d’eau, première œuvre impressionniste de Ravel, qui évoque un « Dieu fluvial riant de l'eau qui le chatouille ».

Gaspard de la Nuit retrace les décors lugubres et grotesques de trois poèmes d’Aloysius Bertrand que Ravel met en musique en 1908, alors que son père est sur le point de mourir. Le rêve et la mort sont omniprésents dans les trois mouvements.

La Pavane pour une infante défunte est une danse lente, nostalgique, grave. Cette pièce est écrite pour piano à l’origine, puis orchestrée dix ans plus tard.

Quant à la Sonate pour piano d'Henri Dutilleux, ce chef-d’œuvre de virtuosité est considéré par le compositeur comme sa première œuvre de maturité. Elle s’inspire des ambiances musicales russes de Stravinsky et Chostakovitch, tout en faisant honneur au style français.

Œuvres de : Maurice Ravel | Henri Dutilleux
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Itinéraire baroque
sam
28
AVRIL
2018
19:00
 
La bataille des deux goûts
Le Palais des songes

Paris, 1752. Face au rayonnement artistique de l’Italie dans toute l’Europe, Rousseau décrit les deux clans qui s’affrontent : « l’un plus puissant, plus nombreux, composé des grands, des riches et des femmes, soutient la musique française - le coin du roi ; l’autre, plus vif, plus fier, plus enthousiaste, est composé des vrais connaisseurs, des gens à talents, des hommes de génie - le coin de la reine. »

Deux chanteurs doivent alors défendre leur camp lors d’une joute verbale et musicale aux allures de bataille politique : Marie-Jeanne Fesch, dite Mademoiselle Chevalier, soprano et partisane de la tradition française ; face à elle, Monsieur Pierre de Jélyotte, haute-contre et défenseur de la nouvelle musique italienne. Ils seront accompagnés de trois instrumentistes impartiaux.

Parviendront-ils à une réunion des goûts ?

Ce duel sera prétexte à montrer toutes les facettes de ces deux styles - la théâtralité et la virtuosité italienne, face à la majesté et au « bon goût » français, illustrés par des témoignages des différents acteurs de la querelle des bouffons (chroniqueurs, écrivains, philosophes, musiciens, public, …).

Avec : Cécile Madelin, Soprano | Paul-Antoine Bénos-Dijan, Contre-ténor | Nicolas Rosenfeld, Flûte à bec | Julie Petit, Viole de gambe | Jeanne Jourquin, Clavecin
Œuvres de : Arcangelo Corelli | Michel Pignolet de Montéclair | Jean-Baptiste Lully | Leonardo Vinci | Jean-Joseph Mouret | Antonio Caldara | Elisabeth Jacquet de la Guerre | Antonio Vivaldi | Marin Marais | Pietro Castrucci | Agostino Steffani
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
26
AVRIL
2018
12:30
 
Les figures de l'abandon
Marianne Croux, Soprano | Florence Boissolle, Piano

Abandon amoureux, religieux, à l’érotisme, à la solitude, à la vengeance… La soprano Marianne Croux et la pianiste Florence Boissolle vous proposent un voyage musical à travers les styles et les époques. Elles vous emmènent sur les traces d’héroïnes d’opéra, de chants populaires, de lieder, et de mélodies françaises.

Œuvres de : Georg Friedrich Haendel | Nadia Boulanger | Ottorino Respighi | Richard Strauss | Hugo Wolf | Georges Bizet | Joaquín Turina | Franz Schubert | Maurice Ravel | Igor Stravinsky
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
25
AVRIL
2018
12:30
 
6 Sonates à l’usage des dames
Camille Ravot, Clavecin

La production pour clavier représente une part monumentale de l’activité de composition de Carl Philipp Emanuel Bach, avec plus de 150 sonates. Il compose ses 6 Sonates à l’usage des dames (titre en français dans l’édition de 1770) entre 1765 et 1766 alors qu’il est encore en poste à Berlin à la cour du roi Frederick II, au service duquel il passe 25 ans. En 1766, il s’installe à Hambourg et y reste jusqu'à son dernier souffle en 1788. Ces sonates ont donc été composées à Berlin mais il prend la peine de les apporter à Hambourg, où il les fait publier. Deux éditions ont été réalisées du vivant de Bach, la première en 1770 à Amsterdam et la seconde en 1773 à Riga. On peut en déduire que ces sonates devaient être populaires de leur temps car de nombreux exemplaires manuscrits sont parvenus jusqu'à nous, probablement recopiés à partir des éditions imprimées.

Les sonates de C. P. E. Bach composées à la cour sont très différentes de celles de la fin de sa vie à Hambourg. En effet, pendant les années berlinoises, il développe le langage de la sonate pour clavier, lui conférant peu à peu une théâtralité, de même qu'une expression propres à l'Empfindsamkeit. Mais les 6 Sonates à l’usage des dames relèvent de caractères plus légers, plus concis. Répartissant leurs trois mouvements sur trois à quatre pages seulement, elles sonnent un peu comme des prolongements de l'art de la miniature de Domenico Scarlatti.

Cette musique était, sans doute, destinée à l'espace privé des salons, à une époque où le concert pour clavier existait peu…

Œuvres de : Carl Philipp Emanuel Bach
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# La musique de chambre de Debussy
sam
21
AVRIL
2018
19:00
 
Tous les chemins mènent à Debussy
Adrienne Auclair, Violoncelle | Vincent Forestier, Piano

En cassant les codes du romantisme, Debussy apporte un vent de fraîcheur qui marquera la musique classique tout au long du XXe siècle. Son œuvre est une source d’inspiration inépuisable pour les compositeurs, que ce soit en France ou à l’étranger. Ainsi, les trois compositeurs qui lui sont associés dans ce programme ont été directement ou indirectement influencés par la musique du maître français.

En premier plan, Eric Tanguy s’inscrit dans une grande tradition française qui, après Debussy et Ravel, s’est poursuivie avec des compositeurs comme Messiaen, Boulez puis Dutilleux. Il est passionné par le violoncelle et son œuvre se situe à la frontière du spectralisme et du post-sérialisme.

Bohuslav Martinü s’inspire largement du folklore tchèque dans son œuvre mais sa plus grande source d’inspiration est certainement la musique française, et en premier lieu Debussy. Il s’installe en France après la guerre et y séjourne jusqu’à sa mort en 1959, année au cours de laquelle il compose les Variations sur un thème slovaque, H. 378 qui représentent l’aboutissement de son style.

La Sonate pour violoncelle et piano de Debussy est écrite d’un seul jet, comme improvisée, lors d’un séjour à Pourville, devant la mer. L’auteur avait pensé à l’intituler Pierrot fâché avec la Lune, comme un hommage à Watteau ou à des poètes de son temps. La partition ne paraît pas sous ce titre, cependant merveilleusement évocateur de ce mélange très debussyste d’humour sarcastique et de poésie mélancolique.

Dans Beau soir et Paysage sentimental, Debussy, encore proche du romantisme à cette époque, ébauche déjà son style particulier dans un rapport impressionniste à la nature.

Lorsqu’il compose sa Sonate en ré mineur, op. 40 en 1934, Chostakovitch possède déjà un style personnel. Cependant, sa richesse expressive et son modernisme évoluent dans un cadre architectural classique : forme sonate dans le premier mouvement, scherzo puis mouvement lent et final. C’est là tout son génie, et c’est ce qui le rapproche de la conception debussyste de la sonate.

Œuvres de : Eric Tanguy | Bohuslav Martinů | Claude Debussy | Dmitri Chostakovitch
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Parenthèse Instrumentale
jeu
19
AVRIL
2018
12:30
 
Couleurs françaises
Aiko Okamura , Violon | Célia Oneto Bensaid, Piano

La formation du duo violon-piano a inspiré de nombreux compositeurs de toutes nationalités, mais c'est la vision des compositeurs français sur cette formation qui demeure le fil rouge de ce programme, sur trois siècles.

C'est avec l'emblématique Sonate de César Franck (compositeur belge, mais naturalisé français en 1870) que ce concert s'ouvre. Œuvre cyclique, à l'architecture travaillée avec de nombreux thèmes, c'est une pièce caractéristique du compositeur. Les rôles des deux instruments sont très équilibrés et traités comme deux parties égales et très exigeantes. Elle est dédiée au violoniste belge Eugène Ysaÿe, qui la crée en 1886 avec la pianiste Marie-Léontine Bordes-Pène.

Ce concert se poursuit avec la Sonate de Francis Poulenc, composée à la mémoire de Federico Garcia Lorca. Poulenc confesse avoir eu du mal à composer cette sonate et l'a fait en grande partie grâce à l'insistance de son amie, la violoniste Ginette Neveu. Il décrit son travail ainsi : « Le monstre est au point, je vais commencer la réalisation. Ce n'est pas mal, je crois, et en tout cas fort différent de la sempiternelle ligne de violon-mélodie des sonates françaises du XIXe siècle. (...) Le violon prima donna sur piano arpège, me fait vomir ».

Enfin, pour terminer, c’est la jeune compositrice Camille Pépin qui est mise à l'honneur avec sa pièce Indra composée en hommage à Lili Boulanger. Une fois encore, les deux instruments sont traités à parts égales et cette pièce très rythmique permet de montrer une grande virtuosité des interprètes.

Œuvres de : César Franck | Francis Poulenc | Camille Pépin
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Des siècles de musique
sam
14
AVRIL
2018
19:00
 
Musiques éternelles
Ensemble Ouranos

Impressionniste, figuraliste, minimaliste ou encore au service d’une narration, la musique s’est toujours inscrite dans une époque ou un courant propre à chaque compositeur. Mais à l’image de Tamino dans l’opéra La Flûte enchantée, K. 621 de Mozart, l’auditeur se rend compte que, comme dans la quête de la sagesse, rien n’est aussi simple qu’il n’y paraît. Malgré tout, certaines pièces gardent un côté intemporel, s'affichant sous un nouveau jour lorsqu’on les éclaire sous un prisme temporel différent. Dans ce programme, l’Ensemble Ouranos a souhaité mettre en exergue cette pluridimensionnalité de la musique. Que ce soit sous la plume de Dvořák mêlant le folklore traditionnel à la vision d’un monde nouveau, de Beffa travaillant cette cellule souche de la musique qu’est le rythme, de Ravel remettant au goût du jour les anciennes formes de danses, toute partition mérite d’être accueillie à la fois comme symbole ancré dans une certaine temporalité, et comme témoin des profondes mutations de cet art…

Ce concert est organisé en partenariat avec le Concours International de Musique de Chambre de Lyon.

Avec : Mathilde Caldérini, Flûte traversière | Philibert Perrine, Hautbois | Amaury Viduvier, Clarinette | Nicolas Ramez, Cor | Rafael Angster, Basson
Œuvres de : Wolfgang Amadeus Mozart | Maurice Ravel | Karol Beffa | Antonín Dvořák
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
12
AVRIL
2018
12:30
 
Instants russes
Antoine Simon, Piano

« Ô Russie, grande et incroyable,
Ni la raison ne peut te cerner,
Ni le mètre te mesurer
Et à la foi seule tu es perméable.
»

Ces vers de Fiodor Tiouttchev sont un beau prologue à ce concert, dans lequel Antoine Simon a voulu présenter plusieurs aspects, plusieurs portraits de ce pays extraordinairement inspirant qu'est la Russie. La Fantaisie en si mineur, op. 28 de Scriabine est une œuvre ambitieuse par sa virtuosité poussée à l’extrême. Il s'agit d'une forme sonate particulièrement aboutie, poussant à son paroxysme les élans et contours du romantisme. C'est un poème épique, une ode à l'humain, à sa force et à son destin. Du Fatum qui l'assaille, aux révoltes de l'âme en passant par la joie débordante, rayonnante, vitale, elle brasse une pléiade de sentiments et d'idées philosophiques chères à son auteur et à son siècle. Rien n'y est démonstratif, ni vanité, il s’agit plutôt de la recherche d’un dépassement de ses capacités physiques, de soi-même, une lutte de l’esprit et du corps, doublée d’une dramaturgie saisissante.

Les Red Squares sont, pour leur part, ce qu'il reste de souvenirs et d'impressions qu’Antoine Simon a pu avoir lors de ses voyages en Russie. Il a voulu en reproduire les odeurs, la nostalgie, l'exubérance, la profondeur. Il s'agit bien sûr de sentiments personnels, mais également de sensations étrangères et insaisissables que l'on sent flotter dans l'air, en provenance de temps plus anciens. Il a souhaité à travers ces pièces, par le matériau, par la forme et par leur durée, rendre compte de cette sensation impalpable qui capte l'âme à peine y met-on le pied.

Quant au Lac des Cygnes, il n'est bien évidemment nul besoin de présenter cette œuvre emblématique de Tchaïkovski et les pièces d'une extraordinaire variété de styles et de couleurs qui le composent. Aujourd'hui encore, il s'agit d'un des ballets les plus représentés de par le monde.

Œuvres de : Alexandre Scriabine | Antoine Simon | Piotr Ilitch Tchaïkovski
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Piano du prince
mer
11
AVRIL
2018
20:00
 
Le Tombeau de Couperin
Clément Lefebvre, Piano

Jean-Philippe Rameau et François Couperin sont deux figures majeures de l’école française baroque, et relativement opposés musicalement. Le premier, considéré comme un harmoniste et théoricien prodigieux, pense sa musique de manière orchestrale en termes de timbres et de couleurs (il demeure le premier grand orchestrateur de l’histoire de la musique avant Haydn). Couperin quant à lui, adopte une écriture plus étroitement liée à l’instrument, davantage en demi-teinte. Il déclare d’ailleurs : « J’avoue de bonne foi que j’aime mieux ce qui me touche que ce qui me surprend ».

Si je voulais rebondir sur cette citation, je dirais, en parlant des deux compositeurs, que leur musique touche, et surprend tout autant. C’est pourquoi je suis très heureux de les mettre à l’honneur dans ce récital, dédié intégralement à la musique française. Se pencher sur ce répertoire en tant que pianiste est une chose passionnante, et délicate : si l’approche instrumentale diverge totalement de celle du clavecin, l’approche stylistique, elle, reste la même, ainsi que le rapport à l’authenticité des œuvres. Ce souci d’authenticité, cette responsabilité dont se charge l’interprète ne doit surtout pas l’empêcher d’offrir à l’auditeur une écoute différente d’une œuvre. Chercher à imiter le clavecin n’aurait ici aucun intérêt. Il s’agit de rendre grâce à cette musique en exploitant toutes les ressources du piano moderne  (diversité de nuances et d’attaques, utilisation de la pédale de résonance, etc…), pour faire ressurgir les audaces harmoniques de ces compositeurs, et les aspects modernes de leur musique, au même titre qu’une transcription finalement. Ainsi, on perçoit le raffinement d’écriture, la tendresse, l’humour parfois présents dans ces trois pièces de Couperin qui entament le concert, ainsi que la finesse du contrepoint et la densité orchestrale qui se dégage de la célèbre Nouvelle Suite en la de Rameau.

Au programme vient se glisser un rouge-gorge subtilement tracé en quelques coups de crayon par Olivier Messiaen. Son intérêt pour l’ornithologie l’a conduit à prendre en dictée différents chants d’oiseaux et les intégrer dans son discours musical. Ainsi, son Rouge-gorge, extrait des Petites esquisses d’oiseaux, s’exprime dans un paysage dépeint par ses fameux accords couleurs, et devient à lui seul un véritable petit bijou de poésie.

Le Tombeau de Couperin de Maurice Ravel, composé durant la première guerre mondiale, est constituée de six pièces (Prélude – Fugue - Forlane – Rigaudon – Menuet – Toccata), chacune dédiée à des amis musiciens du compositeur tombés au combat. Ravel se positionne avec ce cycle comme un parfait héritier de Rameau et Couperin, réutilisant modes d’écritures, danses et genres anciens. À travers son Tombeau de Couperin, Ravel rend en réalité hommage à toute la musique baroque française.  Clément Lefebvre

Œuvres de : François Couperin | Olivier Messiaen | Jean-Philippe Rameau | Maurice Ravel
Chapelle de la Madeleine
Rue Racine
02400 Château-Thierry
# Château Piano
dim
08
AVRIL
2018
17:00
 
Inspirations lointaines
Paolo Rigutto, Piano

En composant Après une lecture de Dante et Sposalizio, Franz Liszt choisit de s'approcher de la littérature, la peinture et bien sûr l'Italie pour trouver son inspiration. En effet, si Après une lecture de Dante nous emmène sur le chemin de l'enfer et du paradis, tels qu'ils sont dépeints dans la Divine Comédie de l'écrivain florentin, Sposalizio semble directement lié à la peinture de Raphaël.

En intitulant ses pièces pour piano Drei Klavierstücke, Elisabeth Angot utilise une terminologie qui n'est pas sans rappeler celle utilisée par ses prédécesseurs. Œuvre d'aujourd'hui, elle ne va pas sans s'inspirer d'un Brahms ou d’un Schönberg.

Terminées en 1903, deux ans après l'exposition universelle de 1901, dont on sait qu'elle a profondément marqué les compositeurs français, les Estampes de Debussy nous font voyager dans des contrées éloignées. L’inspiration peut se trouver dans les feuilles des arbres (Leaf, Cloches à travers les feuilles), dans l’Orient (Et la lune descend sur le temple qui fut), ou encore dans une estampe japonaise Poissons d’or, à l’origine de la pièce éponyme de Debussy.

Figure majeure du XXe siècle, Ravel aime particulièrement s'appuyer sur des formes et styles du passé pour composer des œuvres nouvelles. Ainsi, la Sonatine, avec sa structure et son mouvement de menuet on ne peut plus classiques du point de vue formel, nous entraîne dans l'univers magique et onirique de Ravel.

Enfin, c'est une Espagne rêvée, de souvenirs, qu’Albéniz dépeint dans Iberia. Issue de cette œuvre monumentale pour piano, la pièce El Albaicín nous emmène dans les méandres de l'Albaicín, le quartier de Grenade niché au pied de l'Alhambra.

Œuvres de : Elisabeth Angot | Franz Liszt | Maurice Ravel | Isaac Albéniz | Claude Debussy
Eglise Saint Louis en l’Ile
19 rue Saint-Louis en l’Ile
75004 Paris
# Point d’orgue
dim
08
AVRIL
2018
12:30
 
Pâques
Alvise Mason, Orgue

Le programme proposé par Alvise Mason s'ouvre avec le Prélude et Fugue en sol mineur, BWV 535 de Johann Sebastian Bach. Cette pièce existe dans de nombreuses versions car l’original manuscrit, BWV 535a, n’était pas complet (il manquait la dernière page).

Nous poursuivons avec les Pièces furtives, op. 58 de Jean Guillou, compositeur et organiste français qui, outre de grandes œuvres telles que la Toccata ou Hypérion, a également voulu dédier ces petites pièces évocatrices à l’orgue.

La musique pour orgue de Félix Mendelssohn représente une approche orientée non pas vers le futur, mais vers le glorieux passé de la musique germanique, et plus spécifiquement vers les œuvres de Bach. Liszt l’appela un jour « Bach revenu sur terre. ». La Sonate n°6 en ré mineur, op. 65 montre la maîtrise talentueuse qu’avait le compositeur des spécificités de l’instrument, dans une série de variations sur le choral de Bach, Vater unser im Himmelreich, BWV 416.

Nous entendons ensuite l'un des chorals les plus marquants de Bach : O Mensch, bewein dein Sünde groß, BWV 622 dont l’inspiration atteint des sommets de l'émotion intérieure.

Le concert se termine avec la brillante et mélodieuse Suite modale, op. 43 du belge Flor Peeters.

Œuvres de : Johann Sebastian Bach | Jean Guillou | Felix Mendelssohn | Flor Peeters
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# La musique de chambre de Debussy
sam
07
AVRIL
2018
19:00
 
Voyage à travers l’harmonie
Vashka Delnavazi, Violon | Alexandre Kantorow, Piano

La Sonate n°2 en la majeur, op. 100 de Brahms est certainement la plus lyrique et la plus joyeuse de ses sonates ; elle est composée sur les rives du lac de Thun près de Berne durant l’été 1886, été radieux pour le compositeur qui, se sentant inspiré par le paysage, déclare que ce dernier est « tellement plein de mélodies qu’il faut faire attention à ne pas en piétiner ». Effectivement, la sonate en est remplie, à tel point qu’on pourrait y voir un recueil de lieds (les thèmes principaux sont d’ailleurs basés sur des mélodies pour voix et piano composées durant le même été). 

La Sonate pour violon de Debussy fait partie d’une série de six sonates pour divers instruments dédiées à la deuxième femme du compositeur, Emma Bardac. Cloitré depuis le début de la guerre, Debussy le patriote, alias « Claude de France » est dans un état de frustration qui freine sa créativité. C’est l’éditeur Jacques Durand qui le convainc de se lancer dans cette dernière série de compositions. Trois sonates seulement (violon et piano ; violoncelle et piano ; flûte, alto et harpe) seront achevées avant que Debussy ne meure en 1918. Selon lui, cette sonate est intéressante pour « illustrer ce que peut produire un homme malade en temps de guerre ». D’une inspiration riche de fantaisie et d’un langage dramatique inhabituel, elle est conçue avec la finesse, la transparence et ce parfait équilibre entre les instruments que l'on retrouve dans toute la production du compositeur.

Enfin, la Sonate en la majeur de Franck est une œuvre emblématique du répertoire. Admirée pour son langage harmonique riche et sa nature cyclique, elle demeure l’une des sources d’inspiration de la Sonate de Vinteuil, œuvre fictive évoquée par Proust dans A la recherche du temps perdu ; il s’agit pour l’écrivain d’un idéal esthétique qui, par sa résonance profonde dispose ses auditeurs à prendre mieux conscience d’eux-mêmes. 

Œuvres de : Johannes Brahms | Claude Debussy | César Franck
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
28
MARS
2018
12:30
 
Pièces de clavecin en concert

Le département de musique ancienne du 7e arrondissement nous propose de redécouvrir certaines des plus belles pages de l'histoire de la musique française avec des œuvres de Jean-Philippe Rameau, figure musicale de référence du XVIIIe siècle.

Avec la participation des classes d’Elisabeth Joyé, Christine Plubeau, Caroline Pelon et Hélène d’Yvoire.

Œuvres de : Jean-Philippe Rameau
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Des siècles de musique
sam
24
MARS
2018
19:00
 
Couleurs cuivrées
Local Brass Quintet

Dans la musique encore plus qu’ailleurs, la force est dans l’union. L’union des timbres, l’union des sons, l’union des talents. Novateurs, généreux, brillants et complices, 5 jeunes solistes issus du prestigieux Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris créent un quintette de cuivres en 2015. Cette formation constituée de deux trompettes, un cor, un trombone et un tuba arrive tardivement dans l’histoire de la musique de chambre puisque sa reconnaissance et la création d’un répertoire dédié n’apparaissent qu’en deuxième partie du XXe siècle. Elle se trouve à la croisée de différents univers musicaux où combinent influences classiques (créations, transcriptions) et populaires (variété, jazz). 

Porté par ce souffle, le Local Brass Quintet explore le passionnant répertoire de la musique de chambre pour vents et n’hésite pas à brouiller les codes en convoquant lors d’une même soirée des transcriptions du répertoire baroque avec la célèbre Arrivée de la Reine de Saba de Haendel ou le Concerto en la mineur, BWV 1041 de Bach, mais aussi du répertoire pianistique avec La fille aux cheveux de lin de Debussy. Ces transcriptions nous font également traverser Broadway grâce aux compositions de Bernstein et d’Ellington et découvrir des œuvres originales pour quintette de cuivres avec une pièce post-romantique d’Ewald (le Quintet n°2 en mi bémol majeur, op. 6) ou encore des extraits de la célèbre Suite américaine de Crespo.

Avec : Javier Rossetto , Trompette | François Petitprez, Trompette | Benoît Collet, Cor | Romain Durand, Trombone | Tancrède Cymerman, Tuba
Œuvres de : Georg Friedrich Haendel | Johann Sebastian Bach | Victor Ewald | Claude Debussy | Duke Ellington | Enrique Crespo | Leonard Bernstein | Paul Nagle
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
22
MARS
2018
12:30
 
Evasion et abandon
Brenda Poupard, Mezzo-soprano | David-Huy Nguyen-Phung, Piano

"Fuir au plus vite, marcher, marcher, loin de tout foyer, en quête d'un angle perdu des magiques architectures du vide" (Hubert Haddad - )

Dans ce programme franco-allemand, Brenda Poupard et David-Huy Nguyen Phung ont souhaité construire un univers musical basé sur une réflexion commune autour de l'évasion et l'abandon de l'esprit. Ces deux notions faisant écho à la méditation, ils nous incitent ici à laisser notre esprit et notre imagination nous guider pour un voyage empreint de cette méditation. 

Nous retrouvons ainsi dans ce récital l'idée du voyage et de l'errance, aussi bien réel qu'imaginaire, physique que philosophique, où les différents sentiments de liberté, de joie ou de peine se mêlent. 

Laissons-nous porter par ces paysages et atmosphères tantôt chauds et réconfortants, tantôt froids, humides et nostalgiques, parfois inquiétants, que les deux artistes nous invitent à découvrir ... avec, bien évidemment, quelques notes amoureuses et humoristiques !

Œuvres de : Franz Liszt | Henri Duparc | Hugo Wolf | Franz Schubert | Johannes Brahms | Henriette Puig-Roget | Emmanuel Chabrier | Benoît Mernier | Henri Dutilleux | Francis Poulenc
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Itinéraire baroque
sam
17
MARS
2018
19:00
 
Deux compositeurs de génie
Le Consort

La musique italienne des XVIIe et XVIIIe siècles a eu un succès resplendissant dans toute l’Europe des Lumières. De nombreux musiciens anglais, français ou allemands se devaient d’aller en Italie pour apprendre des maîtres italiens. Bach, s’il n’a pas fait ce voyage, était tout de même fasciné par la musique italienne. On a retrouvé des copies de sa main des concerti de Vivaldi, Marcello... Preuve de son admiration pour leurs compositions, il a même transcrit pour clavecin quelques mouvements tirés de ces concertos. Bach et Vivaldi sont donc intimement liés. Les Sonates en trio, op. 1 demeurent les premières partitions éditées de Vivaldi. On trouve déjà les éléments caractéristiques du compositeur qui feront son succès : virtuosité, contrastes, marches harmoniques… Dans ses sonates, Bach intègre ces différents éléments au sein d’un contrepoint savant dont il maîtrise les moindres secrets.

Voici donc un double portrait qui met en valeur les similitudes et l’originalité de deux compositeurs de génie !

Ce concert est organisé en partenariat avec le Concours International de Musique Ancienne du Val de Loire.

Avec : Théotime Langlois de Swarte, Violon | Sophie de Bardonnèche, Violon baroque | Louise Pierrard, Viole de gambe | Justin Taylor, Clavecin
Œuvres de : Johann Sebastian Bach | Antonio Vivaldi
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Parenthèse Instrumentale
jeu
15
MARS
2018
12:30
 
Estampes de France, vents d'ailleurs
Noé Nillni, Trompette | Natasha Roque Alsina, Piano

En marge des expositions du Petit Palais, Noé Nillni et Natasha Roqué-Alsina ont conçu une « parenthèse » autour d'idées picturales. Principalement axé sur un répertoire français de la fin du XIXe et début du XXe siècle, le programme oscille entre pièces originales et transcriptions. Il nous fait découvrir successivement les inclinations romantiques de Fauré, la modernité figuraliste de Debussy, la finesse badine de Philippe Gaubert et les parfums d'influences populaires des œuvres de Ravel, Delibes ou Enesco...

Toutefois, dans le souci d'apporter la réflexion d'une dualité avec le langage des compositeurs d'aujourd'hui, et faisant aussi écho à leurs racines argentines respectives, les deux musiciens ont décidé d'exposer également des pièces de Ricardo Nillni, Mauricio Kagel, et Alex Nante. Par leurs différents langages, ceux-ci donnent à la trompette, au piano, et surtout à l'association des deux, une palette entière de nouvelles couleurs.

Œuvres de : Philippe Gaubert | Ricardo Nillni | Maurice Ravel | Claude Debussy | Georges Enesco | Gabriel Fauré | Mauricio Kagel | Alex Nante | Léo Delibes
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Clavecin en partage
dim
11
MARS
2018
12:30
 
Un tour d’Europe à deux clavecins (avant le Brexit)
Bertrand Cuiller, Clavecin | Mathilde Mugot, Clavecin

Deux clavecins, ce n’est pas très commode à transporter. Alors, Bertrand Cuiller et Mathilde Mugot nous proposent un voyage à mobilité réduite, la musique s’occupera de faire le reste !

Ce concert est un tour d’horizon des pièces à deux claviers des XVIIe et XVIIIe siècles.

Œuvres de : François Couperin | Thomas Tomkins | Giles Farnaby | Johann Christian Bach | Johann Sebastian Bach
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Y'a d'la voix !
sam
10
MARS
2018
19:00
 
Diva’gations
Mathilde Rossignol, Mezzo-soprano | Susanna Tiertant, Piano

Dans une atmosphère de cabaret, une chanteuse quelque peu diva et sa pianiste explorent toujours plus loin l’inextricable lien entre théâtre et musique, mais aussi la frontière entre réalité et fiction. Maurice Yvain, Erik Satie, Francis Poulenc, Reynaldo Hahn, Oscar Straus, André Messager, Kurt Weill ou encore Francis Lopez se retrouvent soudain les cobayes de nos deux interprètes, qui nous entraînent avec sensibilité et humour dans les méandres de leur duo explosif…

Œuvres de : Maurice Yvain | Erik Satie | Francis Poulenc | Reynaldo Hahn | Oscar Straus | André Messager | Kurt Weill | Francis Lopez
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
08
MARS
2018
12:30
 
Chefs-d’œuvre du répertoire (Journée internationale des femmes)
Yundi Xu, Piano

Ce programme, qui peut paraître épars au premier abord, propose un puissant fil conducteur : il réunit certaines des œuvres les plus marquantes écrites pour le clavier.

Parmi les cinq dernières sonates, la Sonate n°59 en mi bémol majeur, Hob. XVI : 49 de Haydn occupe une position particulière : il s’agit du célèbre témoignage de l’affection qui liait le compositeur et Marianne von Genzinger, et qui fut au musicien d’un si grand secours dans les dernières années solitaires du séjour à Esterhaz. L’écriture pianistique est fluide et légère, et jamais Haydn n’a été plus proche de son grand ami Mozart.

Clara Schumann, née Wieck, est une des rares femmes compositrices de l'histoire de la musique, et l'une des plus grandes pianistes du XIXe siècle. Connue comme étant l'inspiratrice et compagne de Robert Schumann, la muse de Johannes Brahms, Clara possédait un talent unique pour la composition qui aurait pu s'égaler à celui de son mari si elle y avait consacré sa vie. Parmi une quarantaine d’œuvres écrites, la plupart ont été dédiées au piano dont les deux scherzos interprétés ici.

Miroirs est un chef-d’œuvre incontesté du piano ravélien. Chaque pièce est dédiée à une personnalité distincte de la Société des Apaches, groupe avant-gardiste dont Ravel faisait partie. L'intention du compositeur était de montrer les images visuelles et les ambiances de cinq personnages différents se regardant chacun dans un miroir. Ravel écrit à son sujet : « Les Miroirs forment un recueil de pièces pour le piano qui marque dans mon évolution harmonique un changement assez considérable pour avoir décontenancé les musiciens les plus accoutumés jusqu’alors à ma manière… ». 

Les Études de Ligeti appartiennent aux œuvres les plus innovantes de ces dernières décades. Mêlant virtuosité et expressivité, elles suivent la tradition des études de Chopin, Liszt et Debussy mais s'attaquent à de nouvelles idées techniques en synthétisant les concepts sur lesquels Ligeti a travaillé dans ses autres œuvres depuis les années 1950.

La Ballade n°4 en fa mineur, op. 52 fut dédiée à la baronne Charlotte de Rotschild. Chef-d’œuvre extraordinaire par son inspiration et son éloquence, par l’originalité de ses motifs et la richesse de son harmonie, c’est une page pathétique, tantôt passionnée, tantôt triste, voire suppliante…

Œuvres de : Joseph Haydn | Clara Schumann | Maurice Ravel | György Ligeti | Frédéric Chopin
Chapelle de la Madeleine
Rue Racine
02400 Château-Thierry
# Château Piano
dim
04
MARS
2018
17:00
 
Évocations
Alexandre Lory, Piano

Les évocations musicales, les symboles, les images et la musique descriptive irriguent ce programme.

Nous commençons notre voyage avec les Poèmes, op. 32 de Scriabine qui ne sont pas des œuvres à programme, s’inspirant d’un texte poétique ou littéraire qu’elles chercheraient à décrire, mais plutôt des esquisses musicales miniature où la poésie s’exprime par une grande liberté de forme et une fantaisie rare.

S’en suit Le baiser de l’Enfant-Jésus de Messiaen. La musique de celui-ci, emprunte d’une profonde ferveur catholique, est aussi très descriptive. Tout est signifiant. Il y a une désignation presque systématique de chaque élément musical. Messiaen note à propos des Regards : « Plus que dans toutes mes précédentes œuvres, j'ai cherché ici un langage d'amour mystique, à la fois varié, puissant, et tendre, parfois brutal, aux ordonnances multicolores. ».

L’enchaînement avec l’œuvre impressionniste de Ravel, Une barque sur l’océan est saisissant. Dédiée au peintre Paul Sordes, la pièce évoque un bateau naviguant sur les vagues de l'océan. Concernant les Initials Dances de Connesson, elles rendent hommage successivement à l’écriture baroque du clavecin (Rameau) puis aux rythmes et ostinatos funky, inclus dans un mouvement sauvage très virtuose.

Ensuite vient un monument de la musique, l’ultime Sonate n°32 en ut mineur, op. 111 de Beethoven, l’une des rares à avoir connu une consécration littéraire. Elle revêt une dimension métaphysique très importante. Voici ce qu’en dit Alfred Brendel : « [L'opus 111] est à la fois une confession qui vient clore les Sonates et un prélude au silence. ».

Nous concluons ce programme avec Vers la flamme, l'une des dernières pièces pour piano de Scriabine. Il aurait composé cette pièce à partir d'une vision apocalyptique qu'il aurait eue lors d'un voyage en train et dans laquelle il se demandait si « le feu, les flammes cosmiques étaient des vibrations, semblables à celles des sons et des couleurs, destinées à se rencontrer, à se fondre dans l'embrasement final de l'univers. » Ainsi, il développe dans le poème accompagnant Vers la Flamme un scénario apocalyptique ou des flammes envahissent la Terre et font renaître les Hommes en une meilleure race : tout un programme…

Œuvres de : Alexandre Scriabine | Olivier Messiaen | Maurice Ravel | Guillaume Connesson | Ludwig van Beethoven
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
28
FÉVRIER
2018
12:30
 
Féerie baroque
Jennifer Courcier, Soprano | Éléonore Pancrazi, Mezzo-soprano | Marie Van Rhijn, Clavecin

Omniprésent dans la période baroque, le thème de la magie a inspiré des générations de compositeurs, qui l’ont beaucoup exploité pour son atmosphère très propice à la créativité. Pour les artistes qui interprètent cette musique, c’est un régal de jeux de notes, de vocalises, d’ambiances sonores. Les interprètes peuvent ainsi laisser parler leur imagination et leur folie plus facilement.

Purcell est notamment le compositeur qui excelle en la matière comme on peut l’entendre dans The Fairy Queen, où jaillissent une multitude de personnages féeriques et magiques, tous servis admirablement par le génie créatif du compositeur.

Haendel, Gluck, Charpentier, D’Anglebert, ou encore Duphly avec sa Médée pour clavecin, mettent également en valeur le caractère magique de certains de leur personnages ou de l’atmosphère de leur œuvres avec délicatesse et envolées lyriques.

Œuvres de : Henry Purcell | Marin Marais | Jacques Duphly | Marc-Antoine Charpentier | Georg Friedrich Haendel | Jean-Henri d’Anglebert | Jean-Baptiste Lully
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Des siècles de musique
sam
24
FÉVRIER
2018
19:00
 
Un duo exalté
Mon-Puo Lee, Violoncelle | Han-Wen (Jennifer) Yu, Piano

Ce programme commence avec les 6 Pieces du compositeur russe Yuri Shaporin écrites pour Mstislav Rostropovich. Mon-Puo Lee et Han-Wen Yu ont découvert cette partition manuscrite des mains de Natalia Shakhovskaya, professeur assistante du célèbre violoncelliste. Très rarement interprétée, elle recèle de trésors. Chaque pièce possède son propre caractère : l’Introduction est rêveuse, la Valse espiègle, l’Intermezzo penseur, l’Aria romantique, la Russian Song nostalgique et le Scherzo frénétique.

Nous voyageons ensuite en Amérique Latine avec Le Grand Tango d’Astor Piazzolla, œuvre passionnée, pleine de feu et de fantaisie.

Nous poursuivons avec la pièce Alone de Giovanni Sollima, profonde et réfléchie. Elle est constituée de deux parties : un lamento, sorte de conversation désespérée entre deux âmes endommagées et une deuxième section où l’on peut ressentir une perte de contrôle, un désordre à l’état brut.

La Vocalise de Rachmaninov demeure l’une des plus belles mélodies écrites pour la voix. Très expressive, elle résonne comme un long cri mystérieux et implorant.

Chef-d’œuvre incontestable de la musique de chambre française au XIXe siècle, la Sonate en la majeur de César Franck est dédiée au violoniste Eugène Ysaÿe. C’est une œuvre capitale dans l’évolution du genre. Elle constitue un très bel exemple de sonate cyclique, tous les mouvements partageant des motifs thématiques communs.

Nous terminons ce voyage au cœur du violoncelle par une grande fête avec Encore de Jérôme Ducros.

Œuvres de : Yuri Shaporin | Astor Piazzolla | Giovanni Sollima | Sergueï Rachmaninov | César Franck | Jérôme Ducros
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
22
FÉVRIER
2018
12:30
 
Un peu de magie dans l’air
Duo Volpe

« Un peu de magie dans l’air » est un programme avec une symbolique forte qui permet d’exprimer, à travers des mélodies, lieder et airs d’opéra, une palette très riche de couleurs musicales.

Grâce à la musique, nous pouvons peindre des ambiances, des univers, des personnages et les faire vivre : ce thème féerique permet d’exposer tout particulièrement cette richesse, à travers différentes figures représentatives comme la nuit, les fées, les lutins, les elfes, mais aussi le pouvoir de la magie face à l’amour…

Avec : Jennifer Courcier, Soprano | Lucia Zarcone, Piano
Œuvres de : Henry Purcell | Engelbert Humperdinck | Robert Schumann | Hugo Wolf | Felix Mendelssohn | Piotr Ilitch Tchaïkovski | Jules Massenet | Benjamin Britten | Gabriel Fauré | Maurice Ravel | Giuseppe Verdi | Edvard Grieg | Georg Friedrich Haendel | Gaetano Donizetti
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Y'a d'la voix !
sam
17
FÉVRIER
2018
19:00
 
Sur les chemins d’Europe
Duo Llyria

« N’hésitez jamais à partir loin, au-delà de toutes les mers, toutes les frontières, toutes les croyances. » (Amin Maalouf)

C’est une invitation au voyage que le Duo Llyria nous propose à travers ces mots résonnants d’actualité du poète Amin Maalouf. Car loin d’une proposition convenue, nous embarquons au gré du temps et des frontières pour nous imprégner des richesses d’écriture de notre continent : le parfum de rue des chants populaires avec le langoureux Manuel de Falla (délicatement introduit par le poétique Joaquín Malats, où les sonorités de la harpe ne sont pas sans rappeler celles d’une guitare aux accents hispaniques), le folklore britannique cher à Benjamin Britten, le charme mélancolique des mélodistes italiens Vincenzo Bellini et Gaetano Donizetti, en passant par la fausse légèreté des mélodies de Maurice Ravel qui sut s’affranchir des frontières pour puiser son inspiration bien au-delà de notre pays.

S’attachant aussi bien au répertoire dédié à leur formation qu’à proposer de nouvelles sonorités au plus traditionnel piano-voix, le Duo Llyria nous emmène en escapade à la (re)découverte des paysages musicaux d’Europe, où la harpe se fait guide et soutien des échappées mélodieuses et lyriques de la voix. En route !

Avec : Roxane Chalard, Soprano | Anaëlle Tourret, Harpe
Œuvres de : Benjamin Britten | Gaetano Donizetti | Vincenzo Bellini | Joaquín Malats | Manuel de Falla | Fabien Touchard | Maurice Ravel
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Parenthèse Instrumentale
jeu
15
FÉVRIER
2018
12:30
 
Allégorie en rouge
Florentin Ginot, Contrebasse | Paolo Rigutto, Piano

Conçu autour des inspirations musicales d’Odilon Redon et à l’occasion de l’exposition « L'art du pastel de Degas à Redon » au Petit Palais, ce programme offre une redécouverte d'œuvres emblématiques de Marin Marais à György Kurtág en passant par L.v Beethoven, inspirateur musical du « peintre des rêves ».

Les deux jeunes musiciens Florentin Ginot et Paolo Rigutto proposent ainsi une constellation musicale autour de transcriptions pour contrebasse seule ou avec piano.

Œuvres de : Marin Marais | Jean Sébastien Bach | Anton Webern | György Kurtág | Ludwig van Beethoven
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Piano du prince
mer
14
FÉVRIER
2018
20:00
 
Feu d’artifice sonore
Julie Alcaraz, Piano

Ce programme montre le lien incontestable qu’entretiennent différents compositeurs dans le traitement sonore du piano.

Les Sonates de Scarlatti sont uniques, d’une modernité incroyable. Scarlatti puise dans une riche palette d’idées un élan d'inventivité hors du commun.

Dans l’Étude n°10 en fa mineur dite « Appassionata » de Liszt, le style déclamatoire et chaleureux, la fièvre qui emplit le clavier dans l’épanouissement de ses registres, une magnifique strette en octaves signalent une page du plus pur « style » lisztien. Les jeux d'eau à la Villa d'Este, quant à eux, illustrent à merveille le lieu d’inspiration du compositeur avec ses sources, fontaines, cascades et grottes ruisselantes. Les difficultés d'interprétation y sont nombreuses : tierces staccato en arpèges et gammes, sauts, traits parallèles rapides, trémolos et trilles à deux mains. Les Jeux d'eau de Ravel s'en sont inspirés.

Gaspard de la nuit de Ravel, triptyque désigné par le compositeur « Poèmes pour piano » a été composé d’après trois poèmes extraits du recueil éponyme d'Aloysius Bertrand. La noirceur de ces pages reflète son état d'esprit à cette époque où son père, très malade, était proche de la mort.

Enfin, c’est avec Iberia qu’éclate le génie d’Albéniz. C’est un chef-d’œuvre de la littérature pianistique qui révèle la richesse de son écriture. Marqué par le folklore espagnol, il fait preuve d’innovations dans la technique pianistique et nous livre une œuvre aux sonorités individualisées, aux couleurs diversifiées, à l’harmonie complexe et raffinée.

Œuvres de : Domenico Scarlatti | Franz Liszt | Maurice Ravel | Isaac Albéniz
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Clavecin en partage
dim
11
FÉVRIER
2018
12:30
 
Quatre mains pour un clavecin
Jean-Marc Aymes, Clavecin | Yukari Ishikawa , Clavecin

Le répertoire à quatre mains pour clavecin n’est pas si abondant. Jean-Marc Aymes et sa brillante élève Yukari Ishikawa sont allés puiser dans sa musique la plus tardive, principalement celle, délicieuse, émouvante et brillante, du jeune Mozart. Quelques somptueuses pièces de Royer et Duphly (qui termine sa carrière comme professeur de pianoforte) viennent compléter ce rendez-vous pétillant et inhabituel !

Œuvres de : Wolfgang Amadeus Mozart | Joseph-Nicolas-Pancrace Royer | Jean-Baptiste Barrière
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Des siècles de musique
sam
10
FÉVRIER
2018
19:00
 
Voyage à travers des siècles de trios
Trio Sora

Cette exploration musicale à travers des siècles de trios commence avec Joseph Haydn. Le Trio en mi majeur, Hob.XV:28, œuvre virtuose à la palette expressive exceptionnellement large, regorge de surprises. Le deuxième mouvement nous offre à lui seul un voyage dans le temps : son écriture strictement contrapuntique et la présence à la basse d’un ostinato de croches en font un hommage au baroque ; il est classique par son ferme mouvement vers le relatif sol majeur, ainsi que par ses accents qui en varient la pulsation ; enfin, il est romantique par sa tension culminant avec l’accord final, ainsi que par le fait même de revoir des procédés baroques à la lumière du classicisme, sans aucun archaïsme.

Le Trio Sora prend ensuite son envol dans le XXe siècle sur les ailes du Phénix, oiseau fabuleux doué d'une grande longévité et caractérisé par son pouvoir de renaître après s'être consumé dans les flammes. La pièce Give Me Phoenix Wings to Fly de la compositrice canadienne Kelly-Marie Murphy, à l’écriture expressive et imagée, s’inspire du mythe et véhicule la croyance en la force de l’homme à se remettre et à avancer après des événements destructeurs.

Le voyage s’achève avec le Trio n°2 en mi bémol majeur, D. 929 de Franz Schubert, œuvre de maturité considérée parmi les plus grands chefs-d’œuvre du répertoire. L’intention d’assurer l’unité des quatre mouvements, d’amples proportions, éclate à l’évidence, en des rappels thématiques extrêmement précis. Puissance lyrique, mélancolie poignante, allégresse, rêverie ou encore candeur se succèdent et nous emportent avec effervescence dans cette œuvre monumentale.

Avec : Magdalēna Geka, Violon | Angèle Legasa, Violoncelle | Pauline Chenais, Piano
Œuvres de : Joseph Haydn | Kelly-Marie Murphy | Franz Schubert
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
08
FÉVRIER
2018
12:30
 
Prokofiev / Schumann / Scriabine / Liszt
Antoine Simon, Piano
Œuvres de : Serge Prokofiev | Robert Schumann | Alexandre Scriabine | Franz Liszt
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Y'a d'la voix !
sam
03
FÉVRIER
2018
19:00
 
Schumann, Wolf et l'Espagne
Ensemble Maja | Marianne Croux, Soprano | Fiona McGown, Mezzo-soprano | Mathys Lagier, Ténor | Edwin Fardini, Baryton | Bianca Chillemi, Piano

L'Ensemble Maja part aux abords de l'Espagne avec les compositeurs allemands Robert Schumann et Hugo Wolf.  

A quarante ans d'intervalle, Schumann et Wolf se prennent d'amour pour des poésies populaires espagnoles, collectées et traduites en allemand par le poète Emanuel Geibel.

Un quatuor vocal se partageant tantôt des duos, trios, quatuors et soli, nous emmène au gré des sonorités chatoyantes de l'Espagne.

Robert Schumann se prend au jeu de la légèreté pour la composition de son cycle. Lui-même affirme que le liederspiel est pour lui « d'une forme la plus originale qui soit, le tout ayant un effet des plus gais ».

Hugo Wolf, contrairement à Schumann qui a voulu donner une réelle unité cyclique à ses lieder, met en musique ces mêmes poèmes, mais de façon individuelle, chantés soit par une femme, soit par un homme en fonction du sujet.

Avec : ,
Œuvres de : Hugo Wolf | Robert Schumann
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
31
JANVIER
2018
12:30
 
Scarlatti, moderniste avant son temps
Lillian Gordis, Clavecin

« La musique de Scarlatti parle toute seule, avec son imaginaire si personnel…

Domenico Scarlatti, fils du grand compositeur italien Alessandro, est né à Naples en 1685, la même année que Bach et Haendel : une année fabuleuse pour le clavecin ! Trop longtemps dans l’ombre de son père, le jeune Domenico est connu surtout pour sa prodigieuse technique d'improvisation au clavier, mais ne produit rien d’extraordinaire dans ses œuvres écrites. Il décroche un poste prestigieux à Rome où il écrit surtout de la musique vocale, mais apparemment rien pour le clavier. C’est uniquement à la cour de Lisbonne, où il devient professeur de la jeune princesse Maria Barbara, que son génie artistique explose de façon inattendue.

Les 555 sonates pour clavier, qu’il compose à partir de ses quarante ans et jusqu’à sa mort, sont si distinctes stylistiquement qu’elles se prêtent idéalement à l’enjeu de sortir le clavecin du XVIIIe siècle et le rendre actuel. Ce répertoire a la qualité de casser les codes de la musique baroque plus typique et de toucher un public jeune et parfois moins sensibilisé à la musique classique. Des éléments de la musique traditionnelle espagnole et andalouse et la danse paysanne sont plus qu’apparents dans le corpus de son œuvre.

Scarlatti, qui suit la princesse à Madrid lorsqu’elle épouse le futur roi Ferdinand VI, s’isole à la cour espagnole et n’imprime qu’un seul volume de ses sonates avec une trentaine de pièces. Le reste de ses sonates sont composées là, dans son monde intérieur.

Il nous communique un univers à la fois autonome et poreux, façonné en miniatures imaginées. Simultanément décomposées et rigidement structurées, sans limites harmoniques ou rythmiques, les sonates de Scarlatti contiennent un certain type de multiplicité, dans laquelle des cellules thématiques se diversifient et se replient, les unes sur les autres. Cet exercice de répétition bête frôle la démence et sa qualité obsessionnelle est à la fois vertigineuse et stupide. Moderniste, peut-être fou, plein d’humour et de souffrance, le style de ce compositeur si original touche à l’ensemble des expériences humaines et évoque une intensité physique et émotionnelle sidérante. J’aime la musique de Domenico. » Lillian Gordis

Œuvres de : Domenico Scarlatti
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Des siècles de musique
sam
27
JANVIER
2018
19:00
 
Grandes sonates et miniatures romantiques
Elia Cohen-Weissert , Violoncelle | Josquin Otal, Piano

Grieg a seulement vingt ans lorsqu’il compose sa Sonate en la mineur, op. 36. Achevée en 1883, cette unique sonate pour violoncelle ne connaît pas, en dehors de la Norvège, le succès d’autres partitions du compositeur. Pourtant, cette œuvre est largement influencée par son Concerto pour piano et son lyrisme passionné annonce déjà Rachmaninov.

Les trois pièces de Fauré sont des chefs-d’œuvre de la forme miniature. Charmantes et mélancoliques à la fois, elles réunissent un concentré d’émotions dans de petites images.

Chopin s'installe à Paris en 1831 et y passe près de la moitié de sa vie. La ville est, à cette époque, une des capitales culturelles du monde. Il y noue ses amours et ses amitiés les plus importantes : Sand, Delacroix, Liszt ou Pleyel. Il y rencontre le tout Paris artistique (Balzac, Berlioz, Thalberg, Heine...) et aristocratique. Bien que son identité polonaise soit forte, l'univers artistique et culturel dans lequel il produit l'essentiel de son œuvre n'est pas la Pologne, mais la France. Pour le musicologue Eigeldinger, l'allégeance de Debussy vis-à-vis du maître polonais est patente. Cette influence, aussi présente chez Ravel ou Fauré, ne se limite pas à la musique. Son impressionnisme musical se retrouve en peinture : « … en vue de produire un poudroiement sonore assez analogue à certains effets de lumière, à la fois flous et précis, dans la peinture d'un Monet ». Chopin joue sa Sonate en la mineur, op. 36 avec le violoncelliste Auguste-Joseph Franchomme à la salle Pleyel le 16 février 1848. C’est son dernier concert public avant sa mort. Cette sonate fait partie des rares pièces qu’il compose pour musique de chambre. Elle est remarquable par sa complexité et son inventivité d’écriture, certains motifs se retrouvant dans les quatre mouvements.

Œuvres de : Edvard Grieg | Gabriel Fauré | Frédéric Chopin
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
25
JANVIER
2018
12:30
 
Nuits (en)chantées
Kaëlig Boché, Ténor | Célia Oneto Bensaid, Piano

De tout temps, et partout, la nuit est une source d'inspiration pour les poètes. Tantôt mystérieuse et inquiétante, tantôt calme et silencieuse, c'est un moment d'ombre ; la nuit fascine les poètes.

La lune est le témoin privilégié du voyageur solitaire cherchant l'amour, on la retrouvera à maintes reprises au travers de ce programme.

Au milieu de ces lieder et mélodies, nous découvrons la Sonate n°5 pour piano, op. 38 de Prokofiev, unique sonate du compositeur écrite hors de sa Russie natale. Il la compose à une période très tourmentée où il fuit la dictature soviétique avant de finalement revenir dans son pays d’origine quelques années plus tard.

Œuvres de : Franz Schubert | Gabriel Fauré | Johannes Brahms | Hugo Wolf | Reynaldo Hahn | Sergueï Prokofiev | Samuel Barber | Claude Debussy | Francis Poulenc | Fabien Waksman
Chapelle de la Madeleine
Rue Racine
02400 Château-Thierry
# Château Piano
dim
21
JANVIER
2018
17:00
 
Kaléidoscope
Duo Eclypse

A l’image d’un quatuor à cordes, le quatre mains se partage le clavier et doit s’accorder à merveille.

Cette formation est particulièrement appréciée par Franz Schubert, qui nous laisse ainsi sa sublime Fantaisie en fa mineur, D. 940 et plus de 200 œuvres pour cette formation.

Au XIXe siècle, l’âge d’or de la transcription développe la palette sonore du piano comme nous pouvons l’entendre avec le sublime Adagio pour quatuor d’orchestre de Guillaume Lekeu, et la tourbillonnante Valse extraite du ballet Mascarade d’Aram Khatchaturian.

La Petite suite de Claude Debussy illustre avec douceur et finesse un univers poétique, gracieux et joyeux dans lequel le piano devient à son tour orchestre par les couleurs que la musique suggère.

Dans la lignée des mélodistes et impressionnistes, le compositeur Michaël Sebaoun nous propose de découvrir ses Variations Paganini, source d’inspiration et de transcription pour de nombreux compositeurs. Cette version propose une architecture bien réalisée s’inspirant parfois des harmonies de Lutoslawski ou bien encore des allusions discrètes à la musique répétitive américaine, alternant moments brillants et plages expressives.

Orchestrées un an après la version originale pour quatre mains, les célèbres Légendes, op. 59 et Danses slaves, op. 46 d’Antonín Dvořák révèlent l’univers intime du compositeur tchèque.

Avec : Antoine Mourlas, Piano | Maroussia Gentet, Piano
Œuvres de : Guillaume Lekeu | Franz Schubert | Aram Khatchaturian | Claude Debussy | Michaël Sebaoun | Antonín Dvořák
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Y'a d'la voix !
sam
20
JANVIER
2018
19:00
 
Modern Bach
Trio Ayònis

Aux pièces célèbres, comme les extraits du Magnificat ou de la Passion selon Saint-Jean, se mêlent des pièces moins connues, des pièces instrumentales et des hommages de compositeurs afin de faire entendre toute la richesse de la musique de Johann Sebastian Bach. Mais comment jouer du Bach avec une nomenclature atypique comme celle d’Ayònis ? C’est le défi que se sont lancé Enguerrand de Hys, ténor, Elodie Roudet, clarinettes, et Paul Beynet, piano, en réalisant eux-mêmes leurs propres arrangements, afin de ne donner aucune limite à cette musique si sublime.

Avec : Enguerrand De Hys, Ténor | Elodie Roudet, Clarinette | Paul Beynet, Piano
Œuvres de : Johann Sebastian Bach | Béla Kovács | Édouard Ferlet | Charles Gounod | Henri Dutilleux | Heitor Villa-Lobos
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Parenthèse Instrumentale
jeu
18
JANVIER
2018
12:30
 
A fiery flame, a flaming fire
Trio Metral

Joseph Haydn, père de la symphonie, passe le flambeau au jeune Félix Mendelssohn, un surdoué, animé dès sa naissance par l'irrépressible tempo du scherzo fantasque. Cette osmose musicale, étonnante et symbolique, nous mène sur un chemin que Haydn et Mendelssohn ont su embellir de leurs talents réciproques.

Le Trio en do majeur, Hob.XV:27 de Haydn fait l'admiration de Mendelssohn. Il confie en 1838 à son sujet : « les gens n'en revenaient pas d'étonnement qu'une chose aussi belle puisse exister, et pourtant, elle est imprimée depuis longtemps chez Breitkopf ». On retrouve ici l'écriture très Sturm und Drang du compositeur, dont l'intensité dramatique annonce les tourments de l'ère suivante.

Interprété pour la première fois en Europe, le trio A fiery flame, a flaming fire de Michel Petrossian, plein de feu et de passion, fait un parfait parallèle entre Haydn et Mendelssohn.

Le Trio n°1 en ré mineur, op. 49 de Mendelssohn s'affirme par une écriture pianistique très moderne et par sa maîtrise des élans passionnés. On y retrouve les traits caractéristiques de passions et d’héroïsmes du compositeur avec des accents schumaniens prémonitoires.

Avec : Joseph Metral, Violon | Justine Metral, Violoncelle | Victor Metral, Piano
Œuvres de : Joseph Haydn | Michel Petrossian | Felix Mendelssohn
Eglise Saint Louis en l’Ile
19 rue Saint-Louis en l’Ile
75004 Paris
# Point d’orgue
dim
14
JANVIER
2018
12:30
 
Serpent et orgue, fantaisies en duo
Patrick Wibart, Serpent | Marie Van Rhijn, Clavecin

Ce programme explore plusieurs facettes du répertoire pour orgue et serpent au cours des XVIIe et XVIIIe siècles. La complémentarité de ces deux instruments dits « d'église », est, depuis la fin du XVIe siècle jusqu'au milieu du XIXe siècle, une réalité incontournable du paysage musical français. Pour tenter de restituer la manière dont les musiciens ont pu faire sonner ensemble l'orgue et le serpent au cours des siècles, Patrick Wibart et Marie van Rhijn nous proposent tout d'abord une première partie consacrée à l'organiste Louis Couperin. Ce dernier fut titulaire de l'orgue de l'église Saint-Gervais à Paris à partir de 1650. Sa musique, conservée dans divers manuscrits, ne fut éditée que bien après sa mort. Nous parcourons ainsi une sélection de fantaisies et symphonies pour orgue, différents psaumes et antiennes grégoriennes pour mettre en évidence le caractère liturgique et usuel cette musique.

Nous poursuivons avec quelques extraits de la Messe pour les Couvents écrite en 1690 par le célèbre organiste François Couperin, neveu de Louis et lui-même titulaire de la tribune de l'église Saint-Gervais ainsi que de la Chapelle royale de Louis XIV.

Enfin, pour illustrer l'évolution du langage au cours du XVIIIe siècle, nous découvrons l’univers de Joseph Bodin de Boismortier et Michel Corrette, deux compositeurs emblématiques d'une forme musicale extrêmement populaire à l'époque : la sonate.  Cette dernière  permet la mise en avant d'un ou plusieurs solistes à travers de courts mouvements aux caractères et aux tempi très différents.  C'est aussi, progressivement à partir de cette seconde moitié du XVIIIe siècle que le serpent, auparavant spécificité française, se popularisera à travers l’Europe pour poser les bases de ses futurs métamorphoses que seront l'ophicléide et l'actuel tuba.

Œuvres de : Louis Couperin | François Couperin | Joseph Bodin de Boismortier | Michel Corrette
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Les déconcertants
sam
13
JANVIER
2018
19:00
 
Un répertoire inouï
Raphaël Pidoux, Violoncelle | Hortense Airault , Violoncelle | Hanna Salzenstein, Violoncelle | Raphaël Ginzburg, Violoncelle | Fiona Mato, Piano | Arthur Bechet, Percussions

« Le violoncelle est militant depuis toujours, comme s'il avait eu du mal à s'affirmer dans le répertoire du concerto ou de la sonate. Aujourd’hui, les compositeurs n'hésitent plus à écrire pour cet instrument devenu incontournable dans le répertoire de soliste.

À l'occasion du Concours des jeunes ViolloncellEnSeine 2016, nous avons, grâce à l'Association Française du Violoncelle, passé commande à vingt compositeurs afin d'agrandir encore le répertoire et aussi dans un but pédagogique, le rendre accessible à chacun.

Nous sommes ravis de vous présenter ici une sélection de créations et aussi quelques pièces moins connues du public, étonnantes de contrastes, tantôt avant-gardistes ou plus classiques. » Raphaël Pidoux, professeur au CNSMDP et membre du Trio Wanderer

Ce concert est organisé en partenariat avec le Concours ViolloncellEnSeine.

Œuvres de : Thomas Demenga | Florentine Mulsant | Renaud Déjardin | Helmut Lachenmann | Marc-Didier Thirault | Nicolas Martynciow
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
11
JANVIER
2018
12:30
 
Un piano en émoi
Dmitry Sin, Piano

Dmitry Sin nous livre un piano en émoi de Chopin à Ravel, en passant par Rachmaninov.

Chef-d’œuvre extraordinaire par son inspiration et son éloquence, par l’originalité de ses motifs et la richesse de son harmonie, la Ballade n°4 en fa mineur, op. 52 de Chopin est une page pathétique, tantôt passionnée, tantôt triste, voire suppliante.

La Sonate n°1 en ré mineur, op. 28 de Rachmaninov est inspirée du Faust de Goethe et s'apparente aux symphonies à programme sur le modèle de la Faust Symphonie de Franz Liszt. Chaque mouvement représente l'un des personnages de l'intrigue : Faust, Marguerite et Méphistophélès. L’œuvre, très complexe et dense, offre une multitude d'affects et contrastes pianistiques. Exceptionnellement, le premier exécutant de l’œuvre ne fut pas Rachmaninov lui-même mais Constantin Igoumnov qui la joua le 17 octobre 1908 à Moscou.

Enfin, La Valse de Ravel reflète la maîtrise pianistique absolue du compositeur, dans la conduite du discours, la netteté du trait et des articulations, et le contrôle de la virtuosité. Cette pièce est, d’après les propres mots du compositeur, un « tourbillon fantastique et fatal », somptueuse évocation de la grandeur, de la décadence puis de la destruction de la civilisation occidentale…

Œuvres de : Frédéric Chopin | Sergueï Rachmaninov | Maurice Ravel
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Clavecin en partage
dim
07
JANVIER
2018
12:30
 
Paris-Londres, un aller-retour
Olivier Baumont, Clavecin | Jeanne Jourquin, Clavecin

Quatre compositeurs sont conviés pour ce concert : deux Allemands qui s’établirent en Angleterre, et deux Français n’ayant jamais quitté leur pays. Jeanne Jourquin et Olivier Baumont proposent ainsi une sorte d’aller-retour musical entre Londres et Paris, jouant tour à tour de rares pièces écrites pour clavecin à quatre mains, et des pièces solistes.

Johann Christian Bach n’a pas la place qu’il mérite dans la vie musicale actuelle. Cet Allegro extrait du Duo en la majeur, à quatre mains, est un véritable chef-d’œuvre ; il est de ceux qui permettent de comprendre pourquoi Wolfgang Amadeus Mozart s’exclama à la mort du compositeur : « Le Bach de Londres est mort, quelle perte pour la musique ! ».

François Couperin publie son Livre II de Pièces de clavecin en 1717. L’Ordre VIII, qui en est issu, est l’un plus beaux du compositeur ; la grande Passacaille en rondeau, notamment, montre une noblesse de ton et une puissance de discours rarement atteintes. Nous savons que Johann Sebastian Bach connut ce Livre de Couperin ; ce Huitième Ordre en si mineur présente maintes similitudes avec l’Ouverture à la française du musicien allemand. 

Claude Balbastre, élève du frère cadet de Jean-Philippe Rameau, fut une idole du public parisien lors de ses prestations à l’orgue. Ses Pièces de Clavecin appartiennent à ce moment merveilleux de la musique française du milieu du XVIIIe siècle, où l’hédonisme triomphant des années précédentes n’a plus vraiment cours, et où il laisse la place à une sorte de grâce d’une allure plus nonchalante.

Nous terminons le concert avec une transcription à quatre mains réalisée par John Marsh du célèbre Zadock the Priest, composé en 1727 par Haendel pour le couronnement du roi George II. Cette adaptation fut publiée en 1783, et présente un bref Preludio de Marsh lui-même. Le bonheur de jouer à deux sur un même clavier est ici particulièrement audible ! O.B.

Œuvres de : Johann Christian Bach | François Couperin | Claude Balbastre | Georg Friedrich Haendel
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
21
DÉCEMBRE
2017
12:30
 
Au sourire de rose
Cécile Madelin, Soprano | Benjamin Carré, Piano

Ce programme est construit autour d’un cycle méconnu de Roland Manuel, élève de Maurice Ravel, intitulé Farizade au sourire de rose, mêlant influence française du début du XXe siècle et musique orientale. On y retrouve un univers pouvant faire penser aux contes des Mille et Une Nuits.

Aux côtés de cette charmante pièce, les musiciens proposent des œuvres de Massenet, Ravel, Wolf, Webern, Reimann, Schubert, en rapport avec la beauté de la nature, ainsi que des mélodies de Fauré évoquant les roses…                      

 

Œuvres de : Gabriel Fauré | Roland-Manuel | Jules Massenet | Maurice Ravel | Franz Schubert | Hugo Wolf | Anton Webern | Aribert Reimann | Franz Lehár
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
20
DÉCEMBRE
2017
12:30
 
La danse dans la musique chez la famille de Guise

Pour ce premier concert de la saison 2017-2018 en partenariat avec le département de musique ancienne du Conservatoire du 7e, nous pourrons entendre un programme dédié à la danse dans la musique chez la famille de Guise.

Avec la participation des classes de Christine Plubeau, Caroline Pelon et Elisabeth Joyé.

Œuvres de : Henry Du Mont | Louis Couperin | Marin Marais | Marc-Antoine Charpentier | Jean-Henry d’Anglebert
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Parenthèse Instrumentale
jeu
14
DÉCEMBRE
2017
12:30
 
Kaléidoscope
Léo Marillier, Violon | Natasha Roque Alsina, Piano

Échappant aux époques, Beethoven a conduit sa musique vers l'indépendance et la supériorité de son art, au prix d’une vie bousculée de tragédies et frustrations. La mélodie, qu’il moule avec souffrance dans ses esquisses, n'est créée que pour être développée, changée, remise en cause, rendue vivante et élastique.

Ce programme commémoratif commence cependant avec le versant « léger » de Beethoven, quelques canons, traces musicales de son quotidien… Écrits d'une traite, souvent en guise de signature ou de dédicace dans ses lettres, ils trouvent parfois également leur chemin dans ses œuvres ultérieures.

L’immense Benedictus de la Missa Solemnis qui s’ensuit, a, entre autres, la visée de construire un théâtre pour les textes liturgiques et le rituel de la messe. Le solo de violon est notamment la mise en scène de Dieu incarné descendant parmi les hommes.

Puis Schnittke et Kagan, tous deux très marqués par Beethoven, se retrouvent dans le Madrigal où un fil de vie relie les sons…

Enfin, la Sonate n°9 en la majeur, op. 47 « Sonate à Kreutzer », composée à la moitié de la vie du compositeur, est le portique d'entrée de sa période héroïque. En effet, dès 1800, Beethoven ne peut plus différencier les sons, ni les identifier. Cette perte du sens de l’objet est l'événement qui déclenche sa dépression de 1803, suivie de sa décision de relever sa vie par la musique. Cette sonate écrite juste après est en réalité un concerto pour deux solistes, d'une puissance de conviction extrême.

Œuvres de : Ludwig van Beethoven | Alfred Schnittke
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Piano du prince
mer
13
DÉCEMBRE
2017
20:00
 
Un tourbillon d’émotions
Sarah Margaine, Piano

Toutes les œuvres de ce programme nous propulsent dans un tourbillon d’émotions.

Bijou de poésie, le cycle Davidsbündlertänze, op. 6 de Schumann est l’un des plus aboutis du compositeur. Il se trouve au croisement des ambitions musicales et poétiques du compositeur, mais aussi de ses luttes personnelles pour épouser Clara Wieck. Il nous immerge en plein cœur du romantisme allemand.

On trouve différentes inspirations dans les Initials Dances de Guillaume Connesson. La F.K Dance (F. K à la fois référence au Funk et une dédicace secrète) se développe dans un mouvement sauvage très virtuose aux couleurs funk et se désagrège peu à peu jusqu’aux derniers accords.

Le Livre I des Images de Claude Debussy, véritable condensé enchanteur de couleurs et sons, est un chef-d'œuvre poétique. Le compositeur exprime sa satisfaction à son éditeur Jacques Durand après l’avoir achevé : « Sans fausse vanité, je crois que ces trois morceaux se tiennent et qu’ils prendront leur place dans la littérature pour piano…, à gauche de Schumann ou à droite de Chopin… as you like it ».

Enfin, dans sa Sonate n°1, op. 22, Alberto Ginastera souhaite capturer l'esprit de la musique populaire argentine sans compter sur des citations explicites des chants folkloriques existants. Ce qui se manifeste immédiatement, c'est la pulsion et la passion des rythmes sauvages d’une musique violente et tourmentée…

Œuvres de : Robert Schumann | Guillaume Connesson | Claude Debussy | Alberto Ginastera
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Clavecin en partage
dim
10
DÉCEMBRE
2017
12:30
 
La flûte phantastique
Clément Gester, Flûte à bec | Aline Zylberajch, Clavecin

Le terme de « stylus phantasticus » se réfère à une pratique de composition tout d’abord italienne. « C'est la forme de composition la plus libre et la moins contrainte, qui n'est liée à aucun texte, à aucun sujet mélodique. Il a été institué pour faire preuve de génie et enseigner les formes harmoniques cachées, ainsi que d'ingénieuses compositions de phrases et de fugues. » (Athanasius Kircher, Musurgia universalis, Rome, 1650). Ce style, radicalement nouveau et attestant d’une non moins nouvelle conception de l’harmonie et de son rôle, se diffuse au XVIIe siècle et s’étend à partir de la musique de clavier de manière plus ou moins marquée à l’ensemble de la musique instrumentale, en Italie, puis en Allemagne.

La flûte à bec ou « flauto italiano », ainsi que qu'on la nomme en Italie, y connaît très tôt la gloire : les premiers facteurs de flûtes à bec renommés, tous italiens, exportent leur production à travers l’Europe ; et c'est à Venise que La Fontegara, premier traité exclusivement dédié à cet instrument, est publié en 1535. Contrairement à sa consœur la « flûte allemande » – c’est-à-dire traversière –, elle y restera très longtemps la flûte de prédilection, bien après avoir été délaissée en France et en Allemagne au profit de sa concurrente.

Ce programme se propose donc d’explorer l'effervescence du « style fantastique » à travers le prisme de la virtuosité et l'expressivité de la « flûte italienne » : ces sonates, fantaisies, variations mélodiques, basses obstinées, madrigaux diminués sont autant de facettes qu’arbore le répertoire instrumental de la péninsule, au détour desquelles se dévoile une musique où « toutes sortes de progressions par ailleurs inaccoutumées, d'ornements cachés, de tours et de colorations ingénieux sont amenés sans souci d'observer la mesure ou la tonalité […] ici rapide et là hésitant, tantôt à une voix, tantôt à plusieurs et de temps à autre en retard sur la battue, sans mesure du son, mais non sans se montrer tout entier résolu à plaire, à surprendre et à étonner. » (Johann Mattheson, Der vollkommene Capellmeister, traduction Gilles Cantagrel)

Œuvres de : Giovanni Battista Riccio | Giovanni Battista Bovicelli | Girolamo Frescobaldi | Jacob van Eyck | Tarquinio Merula | Giovanni Battista Fontana | Giovanni Antonio Pandolfi Mealli | Samuel Scheidt
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Des siècles de musique
sam
09
DÉCEMBRE
2017
19:00
 
La bise à Nahash
Nahash Urban Brass Unit

Nahash (serpent en hébreu) est l'emblème qui symbolise l'esprit de ce programme sinueux aux accents décadents et à l’extravagance cuivrée.

En contournant les compositions d'hier pour enlacer une musique d’aujourd’hui, en faisant resurgir le son reptilien de cet ensemble hors normes, NUBU nous expose son Eden, son jardin musical coloré d'histoires et parfumé de timbres inédits…

Partant de la musique renaissance et de chants traditionnels pour aller vers le jazz sous toutes ses formes et bien au-delà, le serpent prend sa liberté et nourrit sa soif de diversité et de métissage sonore : laissons-nous empoisonner !

Ce concert est organisé en partenariat avec le Concours Musiques d’Ensemble de la FNAPEC.

Avec : Elisabeth Coxall, Serpent/Bugle/Voix | Victor Auffray, Flugabone/Voix | Nicolas Hohmann , Euphonium | Gabriel Lacombe, Tuba basse | Guillaume Lys, Percussions
Œuvres de : Elisabeth Coxall/ NUBU | Traditionnel écossais | Éden Ahbez | Victor Auffray | Elisabeth Coxall | Giulio Caccini | Bill Evans | John Lennon/Paul McCartney
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
07
DÉCEMBRE
2017
12:30
 
Autour de la poésie
Josquin Otal, Piano

Toutes les œuvres de ce programme ont un rapport plus ou moins direct avec la poésie.

Les Deux Poèmes, op. 32 représentent à eux deux tout l'univers de Scriabine, de par la sensualité et le charme du premier et par l'incandescence du deuxième.

La Sonate n°9 en ré majeur, K. 311 de Mozart, entre effets chromatiques et dissonances (Allegro con spirito), langueur (Andante con espressione) et virtuosité (Rondo), nous livre un divertissement gracieux et brillant.

La Sonate n°3 en fa dièse mineur, op. 23, alternant rythmes tendus et passages lyriques, peut être définie comme l’œuvre marquant le début de la période transitoire de Scriabine. L’évolution de sa personnalité créatrice se reconnaît au programme des quatre mouvements intitulés « États d’âme ».

Les Préludes sont le fruit de la haute maturité de Debussy. Ce sont des évocations destinées à rendre une atmosphère, à créer un état de sensibilité, de réceptivité, propice à l’identification de l’auditeur avec le thème choisi, paysage ou personnage. On ressent dans ces pages l'amour de Debussy pour les arts : la peinture mais aussi la poésie.

Enfin, dans sa Sonate n°5, op. 53, Scriabine rompt définitivement avec la forme en mouvements séparés au profit du « monobloc » selon le principe lisztien – rassemblant et juxtaposant divers épisodes, et transformant la sonate en poème pianistique. Les glissements chromatiques et la frénésie sont caractéristiques de cette sonate et du langage de Scriabine.

Œuvres de : Alexandre Scriabine | Wolfgang Amadeus Mozart | Claude Debussy
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# L'âme slave
sam
02
DÉCEMBRE
2017
19:00
 
Authenticité musicale
David Petrlik, Violon | Volodia Van Keulen, Violoncelle | Théo Fouchenneret, Piano

Les premières pièces de Chostakovitch possèdent déjà un style personnel, bien que révélant l'influence de compositeurs russes tels que Prokofiev ou Stravinsky.  L’unique mouvement du Trio nº1 en ut mineur, op. 8 de Chostakovitch  témoigne d’une sûreté de forme et d’une fermeté dans le propos qui étonnent sous la plume d’un adolescent encore étudiant au conservatoire. Plus frappante encore que la qualité de la facture, la personnalité de l’artiste s’impose dans toute sa puissance.

Tchaïkovski propose une harmonieuse synthèse de la tradition classique occidentale et russe. Sa musique, reflet de sa nature hypersensible et tourmentée, est très personnelle et d'une infinie sensibilité. La charmante Valse-Scherzo en do majeur pour violon et piano, op. 34 nous emmène dans une atmosphère légère et insouciante.

La veine slave est toujours abondamment présente dans l’œuvre de Dvořák. Klid (Chant de la forêt), op. 68, propose au violoncelle un rappel nostalgique de la forêt entourant la petite maison de Vysoka, appartenant au compositeur. L’authenticité du matériau mélodique donne à cette transcription fraîcheur et émotion. La guirlande de « dumky », présente dans son dernier Trio « Dumky », op. 90, apparaît comme une libre improvisation dont les humeurs changeantes et capricieuses semblent mélodiquement construites sur des motifs slaves, aussi versatiles que réinventées.

L’écriture de Janáček se fonde sur le folklore authentique de son terroir et son inspiration est fréquemment russe. Le 1er octobre 1905, à Brno (capitale de la Moravie), une partie de la population proteste contre l'ouverture d'une université tchèque. Janáček, heurté tant par le décès d'un jeune contre-manifestant moldave que par l'attitude militaire, témoigne de son indignation en composant sa Sonate pour piano. C'est la volonté de transcender l'émotion qui bâtit alors la forme de cette œuvre, aux fragments tantôt nostalgiques, tantôt furieux.

Œuvres de : Dmitri Chostakovitch | Piotr Ilitch Tchaïkovski | Antonín Dvořák | Leoš Janáček
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
29
NOVEMBRE
2017
12:30
 
Les voix de la viole
Valentin Tournet, Viole de gambe

À l’aube de ses 20 ans, Valentin Tournet offre aux amateurs un survol du répertoire de la viole de gambe autour de ses figures centrales : Marin Marais, le violiste de Louis XIV, son maître Monsieur de Sainte-Colombe et tous ceux qui ont fait rayonner l’instrument à travers l’Europe aux XVIIe et XVIIIe siècles.

À cette époque, aucune distinction n’était faite entre musiques d’origine « traditionnelle » ou « savante ». L’accord de la basse de viole à la manière de la lyra-viol avec le bagpipes tuning permet l’imitation de cornemuses, comme il en a été trouvé dans le Manchester Gamba Book, le plus important recueil de musique pour viole seule ayant survécu.

La grâce et la beauté de toutes ces musiques se laissent entrevoir et nous montrent un univers surprenant, plein d’émotion et de tendresse, de fantaisie et d’enchantement, de déchirements et de joie. Il peut devenir très proche de nous grâce aux charmes de cette âme profondément fragile, principal caractère de la viole comme de l’être humain.

Œuvres de : Karl Friedrich Abel | Johann Sebastian Bach | Johannes Schenck | M. de Machy | Marin Marais | Antoine Forqueray | Georg Philipp Telemann | M. de Sainte-Colombe, Le Fils | Tobias Hume | Louis de Caix d'Hervelois | Anonyme & Improvisations | Anonyme (Manchester Gamba Book)
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Les déconcertants
sam
25
NOVEMBRE
2017
19:00
 
La Pieuvre
Samuel Bricault, Flûte traversière | Hugo van Rechem, Violon | Sarah Margaine, Piano | Guillaume Vittel, Percussions

La Pieuvre est une nouvelle troupe de spectacle de quinze personnes rassemblant sur scène du cirque, du théâtre, de la danse, des musiques variées et des arts plastiques. Elle se produit également dans des formations plus réduites comme aujourd'hui, avec sa version « musique de chambre ». Telle une pieuvre, cette troupe change de forme, de couleur, de texture et de taille suivant l'humeur et le milieu environnant.

Le programme de ce soir offre un voyage au cœur des musiques traditionnelles (Inde, Colombie, Europe de l'Est, Irlande), complété d'une pièce de Claude Debussy, d'un standard de jazz, d'un arrangement des Pink Floyd, d'une composition collective et d'improvisations…

Il est placé sous le signe de l'émerveillement de la culture des autres et de la liberté que cela donne d'apprendre d’univers différents du nôtre. Les rencontres avec des traditions musicales variées font changer la vision du monde, et donnent des idées d'interprétation, d'improvisation, d'arrangements qui enrichissent énormément les personnalités des musiciens et les concerts.

Œuvres de : Goran Bregović | Traditionnel balkanique | Traditionnel colombien | Claude Debussy | Musique classique d’Inde du Nord | Pink Floyd | Bruno Martino | La Pieuvre | Traditionnel irlandais
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
23
NOVEMBRE
2017
12:30
 
Le vagabond
Emmanuel Hasler, Ténor | Thomas Tacquet, Piano

Les derniers mots empruntés à Robert Louis Stevenson dans Songs of Travel par Ralph Vaughan-Williams résument bien l’esprit de ce programme.

Se confronter à un monument tel que le Winterreise de Franz Schubert, même incomplet, est avant tout pour l’interprète un acte d’humilité : rien dans ce cycle composé en 1827, c’est-à-dire un an avant sa mort, ne permet la moindre paresse stylistique et technique. Le texte de Wilhelm Müller, souvent considéré comme mineur, a permis à Schubert de nous livrer un monument existentiel d’une grande profondeur, alternant désespoir, révolte, nostalgie et résignation.

Si les deux musiciens ont choisi de se concentrer sur des extraits du premier volume, c’est qu’une mise en regard s’imposait avec le principal hommage rendu par un autre compositeur au chef-d’œuvre de Schubert.

Composé entre 1901 et 1904, Songs of Travel précède la plupart des œuvres importantes de Ralph Vaughan Williams. Ces pièces démontrent cependant une vaste fluidité d’écriture, un grand respect du texte, et préfigurent ce qui fera l’originalité de son langage musical : l’influence du folklore britannique, sa profonde nostalgie, sublimée par une constante recherche harmonique, de couleurs, de textures.

Entre ces deux monuments, place à deux mélodies issues du cycle tout à fait remarquable de Thierry Escaich, Guernesey, sur des poèmes extraits des Contemplations de Victor Hugo. Cette pause dans le voyage n’en soulève pas moins les mêmes interrogations que celles de notre vagabond…

Œuvres de : Franz Schubert | Thierry Escaich | Ralph Vaughan Williams
Chapelle de la Madeleine
Rue Racine
02400 Château-Thierry
# Château Piano
dim
19
NOVEMBRE
2017
17:00
 
Carnaval dramatique
Yun-Ho Chen, Piano

D’un modernisme étonnant, le Rondo capriccioso, op. 14 de Mendelssohn reflète la virtuosité de l’auteur : les deux mains doivent faire face à des obligations contrapuntiques et pianistiques d’un intérêt égal. Littéralement inouïe à l’époque, cette musique devait engendrer bien des imitations, entre autres sous la plume de Liszt.

Ce dernier, l’un des pianistes les plus réputés de son temps, a un grand impact sur les générations suivantes de compositeurs. Son poème symphonique Hamlet inspiré par la tragédie du même nom de Shakespeare et transcrit ici par Yun-Ho Chen, est une pièce assez sombre, où se côtoient la trahison, le désespoir et la folie. La Mort d'Isolde, d’après Tristan et Isolde de Wagner est très fidèle à l’original et suit constamment le fil mélodique : outre les outils classiques du transcripteur (trémolos, arpèges), Liszt fait appel à de nombreuses innovations (accompagnement en doubles croches ternaires alternées de soupirs). 

La pièce Rain Tree Sketch II de Takemitsu, influencée par les sonorités et les harmonies raffinées de Debussy et Messiaen, nous dévoile une poésie légère et joyeuse.

En 1834, Schumann se fiance avec Ernestine von Fricken, pour laquelle il compose le Carnaval, op. 9. Ce chef-d'œuvre, sous-titré Petites scènes mignonnes sur quatre notes, est constitué de 22 miniatures, reliées par un motif récurrent : la – mi b - do - si (A-S-C-H en notation allemande ; Asch étant le nom de la ville de naissance d'Ernestine). Son amour véritable, Clara, est également présent dans le Carnaval, la 11e scène portant le titre affectueux de Chiarina. Cette œuvre virtuose, vive et théâtrale propose une explosion de couleurs et de personnages.

Œuvres de : Felix Mendelssohn | Tōru Takemitsu | Franz Liszt | Robert Schumann
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# L'âme slave
sam
18
NOVEMBRE
2017
19:00
 
Inspirations diverses
Ensemble Les Illuminations

La langue qui sonnait aux oreilles de Martinů, Borodine et Dvořák, ainsi que l’environnement de leur enfance, ont eu une influence considérable sur leurs compositions… Ils ont tous les trois voyagé et comme des populations se mélangeant et échangeant des pratiques culturelles, leurs œuvres reflètent cette diversité.

Lorsqu’il compose son Sextuor, Borodine ne cherche pas à promouvoir une musique spécifiquement russe mais s’inspire du style mendelssohnien « afin de plaire aux allemands ». Néanmoins, quelques années plus tard, il appartient au Groupe des Cinq qui revendique une certaine école russe.

Martinů compose son Sextuor à Paris où il s’installe en 1923, suite à la découverte bouleversante de Pelléas et Mélisande de Debussy. Sa musique se nourrit du folklore tchèque, de ce choc debussyste, du madrigal anglais de la Renaissance et également du concerto grosso baroque. Écrit en seulement huit jours, son Sextuor convainc tant par la vigueur de son inspiration que par sa forme claire et par son écriture instrumentale à la fois transparente et riche – au service d’une expression spontanée.

Dvořák s’engage lui aussi en utilisant le patrimoine populaire paysan de sa région natale. On retrouve dans son Sextuor une Dumka, mélodie élégiaque, et un Furiant, danse avec une superposition de binaire et de ternaire, mais également des références à Brahms dans la forme du Finale en variations.

Avec : Misako Akama, Violon | Jeroen Suys, Violon | Clément Batrel-Génin, Alto | Nicolas Loubaton, Alto | Aurélie Allexandre, Violoncelle | Jordan Costard, Violoncelle
Œuvres de : Alexandre Borodine | Bohuslav Martinů | Antonín Dvořák
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Parenthèse Instrumentale
jeu
16
NOVEMBRE
2017
12:30
 
Voyage en Amérique(s)
Quintette Apalone

Les vents français ont acquis leur popularité par leurs voyages dans le monde occidental et c'est dans le Grand Ouest que le Quintette Apalone souhaite nous transporter aujourd'hui.

Cet envol commence avec Gershwin, monument du cross-over de la musique savante et populaire. Né à New York, pianiste renommé à Broadway et dans le monde entier, c'est à Paris, après avoir rencontré (entre autres) Maurice Ravel qu'il écrit Un Américain à Paris, image d’Épinal dépeinte à travers le prisme d'un « enfant de la rue ». 

Après le tumulte parisien comme introduction, nous découvrons deux chefs-d’œuvre du XXe siècle pour quintette à vent : Summer Music de Samuel Barber, pièce multicolore où les instrumentistes sont tour à tour assommés par un soleil trop violent ou embrasés d'une intense ferveur ; le Woodwind Quintet d’Eliott Carter, souvent rêveur, qui introduit subtilement les rythmes caribéens fermement assumés dans les Aires Tropicales de Paquito D'Rivera.

Ce dernier, clarinettiste cubain cosmopolite et iconoclaste, signe une pièce qui réunit danses sudistes, parfois influencées par l'Europe, et introspections mélancoliques, notamment tournées vers son regretté ami Dizzy Gillespie, maître du Bebop et grand trompettiste américain.

Avec : Artem Naumenko, Flûte traversière | Ariane Bacquet, Hautbois | Joë Christophe, Clarinette | Jean Wagner, Cor | Blandine Delangle, Basson
Œuvres de : George Gershwin | Samuel Barber | Elliott Carter | Paquito D'Rivera
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Clavecin en partage
dim
12
NOVEMBRE
2017
12:30
 
Musiques de la Guerre de Trente Ans
François Gallon, Violoncelle baroque | Yoann Moulin, Clavecin

Les guerres ont-elles une musique? Le XVIIe siècle est traversé par de nombreux conflits en Europe. La Guerre de Trente Ans a opposé le camp des Habsbourg d'Espagne, soutenu par la papauté, aux états allemands protestants du Saint-Empire. Leurs musiques, elles, résonnent entre elles et se sont inspirées mutuellement…

Œuvres de : Matthias Weckmann | Bartolomé Selma y Salaverde | Francisco Correa de Arauxo | Philipp Friedrich Böddecker | Girolamo Frescobaldi | Giovanni Bassano | Samuel Scheidt | Giovanni Antonio Bertoli
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
09
NOVEMBRE
2017
12:30
 
Mana
Maroussia Gentet, Piano

Le mana désigne dans les sociétés primitives « cette force qui nous prolonge dans nos fétiches familiers ».  C’est cette idée de flux, transmis par les objets attachés à un être, qui inspire André Jolivet lorsqu’Edgard Varèse lui offre six statuettes en fil de fer, paille ou cuivre. Recréant l’énergie de leur maître absent, Jolivet écrit Mana en 1935, œuvre qui marque le début de l’accomplissement de son style personnel, à propos de laquelle il parlera de « transmutation de la matière sonore ».

C’est cette énergie vibrante qui forme la trame de ce programme avec notamment des personnages mythologiques comme Puck, malin lutin de la mythologie nordique immortalisé par Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare, Ondine, génie des eaux de la mythologie celtique ou encore Ö de Philippe Schoeller. Ö est un mot tibétain qui signifie lumière. Pour Schoeller, « c’est un flux vibratile, scintillant, turbulent, une lumière acoustique composée d’atomes, comme un souffle de grains ».

Cette force du piano comme « espace micro percussif, traversé de myriades d’impulsions en autant de contacts légers, effleurant, des dix doigts sur le clavier » est aussi celle qui habite les œuvres virtuoses et colorées de Roussel et de Dukas.

Œuvres de : Claude Debussy | Albert Roussel | André Jolivet | Paul Dukas | Philippe Schoeller
Eglise Saint Louis en l’Ile
19 rue Saint-Louis en l’Ile
75004 Paris
# Point d’orgue
dim
05
NOVEMBRE
2017
12:30
 
Joyaux de l'orgue allemand
Gabriel Bestion de Camboulas, Orgue

Outre leur origine germanique, plusieurs points relient les trois compositeurs de ce programme. Tous d'abord, ils sont imprégnés d'une même culture protestante, qui influe sur une écriture chorale, comme le montre l'introduction de la Sonate n°5 en ré majeur, op. 65 de Mendelssohn. De plus, ils maitrisent les formes musicales allemandes, alternant fantaisies improvisées et polyphoniques construites, comme on l'entend dans le Prélude en mi mineur de Bruhns.

Mais regrouper ces œuvres sous le thème de la musique baroque allemande est à la fois juste et insuffisant. S'il est vrai que ces musiques sont unies par certaines caractéristiques similaires, elles sont néanmoins nourries par des inspirations extérieures diverses.

Les trois compositeurs représentent trois générations successives. Bruhns demeure le plus ancien, héritant de la tradition de Buxtehude, issue du siècle précédent. Bach est à la fois le pilier de l'époque baroque allemande mais aussi la synthèse d'autres styles tels que l'art italien comme le montre son Concerto en ré mineur, BWV 596, magnifique transcription du Concerto RV565 de Vivaldi. Cependant, à plusieurs reprises, le génie de Bach l'amène à créer de nouvelles formes, telles que ses sonates en trio pour orgue dont la destination d'origine est uniquement un entrainement musical domestique, mais ô combien sublimé dans sa réalisation. Enfin, Mendelssohn est le plus jeune des trois, orientant le discours musical vers le romantisme en ce début du XIXe siècle.

Œuvres de : Nicolaus Bruhns | Johann Sebastian Bach | Felix Mendelssohn
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Des siècles de musique
sam
04
NOVEMBRE
2017
19:00
 
Modernité française
Nam Nguyen, Violon | Hanna Salzenstein, Violoncelle | Vincent Gailly, Accordéon

Ce programme haut en couleur nous invite à redécouvrir les magnifiques mélodies de Fauré et de Poulenc dans des arrangements insolites, à explorer les univers originaux de Rihm, Cavanna, Hersant et Uberto, et à apprécier la Sonate pour violon et violoncelle de Ravel au tissu compositionnel si minutieux et maîtrisé.

Quasi-exclusivement français, il propose une alternance entre œuvres modernes et contemporaines, sans qu’il y ait de rupture entre les unes et les autres.

Par leur formation et leur programme étonnants, Nam, Hanna et Vincent nous convient à un véritable voyage dans le temps et l’espace musical.

Œuvres de : Wolfgang Rihm | Gabriel Fauré | Bernard Cavanna | Maurice Ravel | Philippe Hersant | Francisco Uberto | Francis Poulenc
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Itinéraire baroque
sam
28
OCTOBRE
2017
19:00
 
Les couleurs d’un trio
Les Vestales

L’Ensemble Les Vestales nous présente un programme en trois dimensions : trois musiciennes, trois instruments et une infinie palette de couleurs à parcourir !

Dans la Sonate n°1 en mi mineur de Leclair, la flûte est mise à l’honneur, accompagnée par la basse. On y décèle tout le génie du compositeur, qui soigne particulièrement la mélodie et l’harmonie.

À travers la transcription de la Sonate en trio n° 4 en mi mineur pour orgue, BWV 528 de Bach, nous explorons l’écriture en trio proprement dite, à deux voix égales et basse continue. Cette sonate fait partie des sommets de l’art du contrepoint.

La célèbre Sonate en sol mineur pour viole de gambe et clavecin obligé, BWV 1029 de Bach relève du même principe, mais la répartition des voix est différente puisque le clavecin prend cette fois en charge deux voix sur trois et laisse à la viole le rôle de soliste. Reprenant la forme du concerto italien, elle alterne richesse polyphonique et expression raffinée.

Pour finir, dans ses Pièces de clavecin en concerts, Rameau fait voler en éclats le carcan traditionnel du trio en donnant au clavecin, habituel accompagnateur, le rôle de soliste, et aux deux autres instruments celui de soutien afin d’embellir et nuancer l’ensemble. Ce sont de véritables chefs-d’œuvre de la musique française.

Avec : Raquel Martorell Dorta, Traverso | Salomé Gasselin, Viole de gambe | Jeanne Jourquin, Clavecin
Œuvres de : Jean-Marie Leclair | Johann Sebastian Bach | Jean-Philippe Rameau
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
25
OCTOBRE
2017
12:30
 
De Purcell à Bach
Théo Imart, Sopraniste | Clément Geoffroy, Clavecin

Au seuil du siècle des Lumières, baragouiner français et singer Versailles n’offre qu’un pis - aller aux cours d’Europe confrontées à de graves problèmes économiques et sociaux. Dentelles et rubans masquent le désarroi de nations désarmées, tourbillonnant entre mimétisme et revendications identitaires, raison et démesure, scepticisme et foi, libertinage et morale. Pourquoi la musique de ces temps difficiles n’épouserait-elle pas ces paradoxes ?

Réunir Purcell, Bach, Haendel et Reincken, revient à offrir un passionnant panorama d’originalité, de fantaisie, d’incitation musicale à la piété, de fastes italiens implantés en Angleterre, et d’art savant. Les musiques baroques misent sur l’illusion, l’éphémère, les contrastes. Toutes choses en lesquelles ces compositeurs sont passés maîtres. Une Plainte aux accents déchirants au milieu du burlesque et de la féerie, une sublime Chaconne pour terminer tenant à la fois de la danse et de la variation, mais de style français, cela n’a rien d’étonnant chez Purcell.  Bâtir son succès à Londres en donnant à l’opera seria italien un élan fantastique et rebondir avec les mêmes moyens en tant que compositeur de musique religieuse, est une carrière banale, même s’il s’agit de celle d’Haendel. Ignorer la distance entre l’opéra et l’église, ne pas méconnaître la vocation liturgique de sa musique, mais céder cependant à l’émotion pure, à la jubilation personnelle… en bref, spéculer sur le plaisir peut résumer Bach. Ces débordements expressifs se retrouvent dans sa somptueuse musique pour orgue ou clavecin avec ses incontournables Suites dont les « anglaises » ne contenant que des danses françaises ! Grâce à de grands maîtres dont Reincken, la musique de clavier tourne autour de la fugue, forme stricte et savante, mais goûtée par de nombreux hédonistes. Le baroque n’est donc pas à un paradoxe près. (Samuel Coquard)

Œuvres de : Henry Purcell | Johann Sebastian Bach | Johann Adam Reincken | Georg Friedrich Haendel
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# L'âme slave
sam
21
OCTOBRE
2017
19:00
 
Emprunts au folklore
Quintette Feanor

Chostakovitch compose son Quintette en sol mineur, op. 57 en 1940, à la demande initiale du Quatuor Beethoven. Alors que Chostakovitch subit couramment la censure de ses œuvres, la création de ce quintette avec piano rencontre un véritable succès et se voit attribuer un grand nombre d’éloges. Composé de cinq mouvements, il allie la tradition musicale du folklore russe, très mélodique, avec une parfaite maîtrise d’une forme d’inspiration classique occidentale, en particulier dans les deux premiers mouvements Prélude et Fugue.

Le Quintette n°2 en la majeur, op. 81, composé en 1887 par Dvořák, rencontre également un franc succès. Quinze ans après la composition de son Quintette n°1 en la majeur, op. 5 considéré comme une œuvre de jeunesse, il décide de s’atteler à l’écriture d’une nouvelle pièce pour cet ensemble. De style plus classique que celui de Chostakovitch, ce deuxième quintette est une véritable ode à la danse : si le premier mouvement est de forme sonate et de constitution très occidentale, le deuxième mouvement Dumka évoque quant à lui une douce ballade ukrainienne, le troisième mouvement Scherzo-Furiant fait allusion aux danses traditionnelles bohémiennes et le Finale n’est autre qu’une polka enjouée et allègre.

Avec : Rachel Sintzel, Violon | Sarah Jégou-Sageman, Violon | Ludovic Levionnois, Alto | Côme Giraudon, Violoncelle | Aude-Liesse Michel, Piano
Œuvres de : Dmitri Chostakovitch | Antonín Dvořák
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Parenthèse Instrumentale
jeu
19
OCTOBRE
2017
12:30
 
À l'aube d'un siècle nouveau
Polina Streltsova, Violoncelle | Orlando Bass, Piano

Ce programme réunit trois sonates pour violoncelle et piano, écrites chaque fois à l’aube d’un siècle nouveau.

La Sonate n°3 en la majeur op. 69 de Beethoven est la première qui place le pianiste et le violoncelliste sur le même plan. Par la grandeur du premier mouvement, par l'obsession rythmique du Scherzo et par la pétillante vivacité du Finale, cette œuvre est à mi-chemin entre le classicisme et le romantisme.

Les deux musiciens nous proposent ensuite une création exclusive d’Orlando Bass. Particulièrement contrapuntique, sa Sonate utilise des structures à connotation archaïque (Passacaille, Fugue, Ricercar, Toccata) dans un langage plus moderniste. Elle est conçue dans une vision nihiliste, chaque construction devant fatalement être détruite.

Rachmaninov achève sa Sonate en sol mineur op. 19 en 1901, en même temps que son célèbre Concerto n°2 pour piano, d’où une certaine parenté entre ces deux chefs-d’œuvre. Les quatre mouvements associent virtuosité et lyrisme, superposant de foisonnantes textures avec d’immenses phrases, dans une esthétique héritée du romantisme.

Œuvres de : Ludwig van Beethoven | Orlando Bass | Sergueï Rachmaninov
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Piano du prince
mer
18
OCTOBRE
2017
20:00
 
Sons et mélodies du Danube
Duo Patchinko

Le Duo Patchinko nous propose un programme articulé autour des sons et mélodies de l’un des plus grands fleuves d'Europe de l'Est : le Danube. Serpentant le long de bon nombre de capitales européennes de la musique (Budapest, Prague, Vienne), ce dernier se nourrit non seulement de thèmes folkloriques et populaires, mais également de l’âme de voyageur des compositeurs, dont voici un émouvant exemple, extrait des correspondances de Franz Liszt à Marie d’Agoult : « Un paysage grandiose s'éleva devant mes yeux : c'était la forêt bien connue, retentissant du cri de chasseurs ; c'était le Danube précipitant son cours à travers les rochers ; c'étaient les vastes prairies où paissaient librement les troupeaux pacifiques ; c'était la Hongrie, ce sol robuste et généreux qui porte de si noble enfants ; c'était mon pays enfin, car moi aussi, m'écriai-je dans un accès de patriotisme qui vous fera sourire, moi aussi j'appartiens à cette antique et forte race ; je suis un des fils de cette nation primitive, indomptée, qui semble réservée pour de meilleurs jours… »

Avec : Marie Sevagen, Piano | Jean-Philippe Fonsalas, Piano
Œuvres de : Franz Liszt | György Kurtág | Bedřich Smetana | Antonín Dvořák | Franz Schubert | Wolfgang Amadeus Mozart | Johann Strauss II
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Des siècles de musique
sam
14
OCTOBRE
2017
19:00
 
À vents coureurs
Quintette Akébia

Influencés à la fois par leurs terres d’origine respectives et leurs voyages à travers le monde, les compositeurs de ce programme transmettent à travers leur musique leur goût de la découverte : laissons-nous porter au gré des vents !

Wolfgang Amadeus Mozart nous emmène dans un monde symbolique et imaginaire avec La Flûte enchantée, K. 620. Un courant nous porte ensuite à la découverte du Nouveau Monde recherché et chéri par Antonín Dvoràk. Puis les vagues nordiques de Car Nielsen nous bercent avant de se soustraire au monde teinté d’humour - franc, noir ou satirique - de Paul Hindemith.

« Le vent laisse d’étranges traînées sur le quai de nos certitudes » - H.F. Thiéfaine

Avec : Upama Muckensturm , Flûte traversière | Augustin Gorisse, Hautbois | Juliette Adam, Clarinette | Manon Souchard, Cor | Marceau Lefèvre, Basson
Œuvres de : Wolfgang Amadeus Mozart | Antonín Dvořák | Carl Nielsen | Paul Hindemith
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
12
OCTOBRE
2017
12:30
 
Études et Danses
Gaspard Martin, Piano

Il est difficile de catégoriser l'étude instrumentale comme un simple terrain de travail technique pour l’interprète. À l'image des Études de Chopin ou de Liszt, les études sont des œuvres à part entière. Plus encore chez Debussy, Bartók et Ligeti, on peut parler d'études compositionnelles où la contrainte technique choisie par le compositeur devient un outil d'écriture, à la façon d'un jeu qui s'articule autour d'une règle prédéfinie et qui participe ainsi au renouvellement du langage musical du compositeur.

Qu'il s'agisse de Debussy, Ravel, Bartók ou encore de Ligeti, ces compositeurs entretiennent un lien fort avec la danse et le folklore qui marquent leur style immédiatement reconnaissable.

Œuvres de : Claude Debussy | Maurice Ravel | Belà Bartók | György Ligeti
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# L'âme slave
sam
30
SEPTEMBRE
2017
19:00
 
Entre rire et larmes
Eva Zavaro, Violon | Selim Mazari, Piano

« Je suis née de mère polonaise et de père français. Il y a en moi deux mondes, et ma corde slave vibre plus fort lorsque je joue…

Avec Selim, nous vous vous proposons une découverte de la musique slave en deux parties : la première sérieuse et tourmentée, la deuxième folklorique et dansante (mais la fête slave oscille souvent entre rire et larmes).

La Sonate pour violon et piano du compositeur tchèque Janáček, en quatre mouvements contrastants, dépeint la nature tantôt verdoyante et abondante, tantôt brutale et glaciale. Les Berceuses du polonais Nikodemowicz, natif de Lublin, comme mes grands-parents et le compositeur-violoniste Wieniawski, apaisent les émotions. Puis c’est la nostalgie du russe Tchaïkovski qui transparaît dans son Souvenir d’un lieu cher...

Enfin, les Danses slaves de Dvořàk, adaptées pour violon et piano par Friedrich Hermann, ainsi que trois pièces de Wieniawski, virtuoses et inspirées du folkore, complètent notre programme riche en émotions. » Eva Zavaro

Œuvres de : Leoš Janáček | Andrzej Nikodemowicz | Piotr Ilitch Tchaïkovski | Antonín Dvořák | Henryk Wieniawski
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
28
SEPTEMBRE
2017
12:30
 
Les tableaux d'une exposition
Brenda Poupard, Mezzo-soprano | Jean-Michel Kim, Piano

A l’occasion de l'exposition de l'œuvre d'Anders Zorn au Petit Palais, les deux artistes ont souhaité mettre en lien des pièces susceptibles de traduire musicalement ce que leur ont inspiré de nombreux tableaux du peintre. Ils se sont donc concentrés sur trois particularités qu'ils ont observées à travers ses différentes œuvres : le caractère lumineux, les jeux d'ombres et la forte présence de la nature.

Par ailleurs, ils ont souhaité y intégrer certaines mélodies qui ont été composées par un artiste de la même époque qu’A. Zorn, également suédois. Il s'agit de mélodies composées par Wilhelm Peterson-Berger. Il est intéressant de noter que ces deux artistes ont chacun fréquenté les plus hautes écoles de Suède : l’Académie royale des beaux-arts pour le premier, et l'Académie royale de musique pour le second, toutes deux situées à Stockholm et respectivement fondées en 1773 et 1771.

C'est donc un voyage à la fois contemplatif, méditatif et haut en couleurs, que nous proposent de vivre Brenda Poupard et Jean-Michel Kim.

Œuvres de : Henri Duparc | Gabriel Fauré | Robert Schumann | Luciano Berio | Franz Schubert | Wilhelm Peterson-Berger | Henriette Puig-Roget | Fabien Touchard
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
27
SEPTEMBRE
2017
12:30
 
Sonates en trio a due violini
Taylor Consort

Jean-François Dandrieu ne figure pas parmi les compositeurs les plus connus de l’histoire. Quelques musiciens connaissent son ouvrage expliquant les règles de l’accompagnement, un document très détaillé et pédagogique utilisé aujourd’hui pour apprendre l’art de la basse continue. Mais les sonates en trio sont toujours dans l’oubli, et pourtant… quelles sonates ! À la croisée entre les styles italien et français, virtuoses et pleines de caractères, Le Consort Taylor adore les défendre. Les musiciens ont choisi de les associer aux sonates en trio de Corelli, grand maître incontesté du genre. Laissons-nous emporter avec ces sonates toutes extraordinaires, joyaux de l’art musical baroque !

Avec : Théotime Langlois de Swarte, Violon | Sophie de Bardonnèche, Violon baroque | Louise Pierrard, Viole de gambe | Hanna Salzenstein, Violoncelle | Justin Taylor, Clavecin
Œuvres de : Jean-François Dandrieu | Arcangelo Corelli
Chapelle de la Madeleine
Rue Racine
02400 Château-Thierry
# Château Piano
dim
24
SEPTEMBRE
2017
17:00
 
Au-delà des frontières de la nuit
Kaoli Ono, Piano

La nuit a toujours été propice à l’imagination de l’homme, à l’inspiration de l’artiste, du musicien qui sommeille en nous…

Kaoli Ono nous emmène au cœur de la nuit, sous le regard parfois bienveillant, parfois inquiétant de la Lune, dans le monde fantastique que favorisent nos rêves, ou au plus profond de nos désirs : suivons cette invitation à l’introspection et à l’évasion, le tout dans un temps suspendu que seule crée la poésie ! Plongeons-nous dans celle-ci avec Scriabine, allons rencontrer Ondine au clair de lune, Shéhérazade aux couleurs orientales, ou encore la princesse de la lune qui réside au fond de l’amour chopinesque et nous révèle sa flamme… !

Œuvres de : Alexandre Scriabine | Maurice Ravel | Claude Debussy | Karol Szymanowski | Frédéric Chopin | Fabien Waksman
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Des siècles de musique
sam
23
SEPTEMBRE
2017
19:00
 
Du romantisme à l’expressionnisme
Quatuor Bergen

Le Quatuor Bergen nous plonge au cœur du répertoire germanique avec près de deux siècles de musique et trois compositeurs majeurs de l’histoire de la musique, aux esthétiques bien différentes et caractérisées : Ludwig van Beethoven, Félix Mendelssohn et Anton Webern.

Les Six Bagatelles, op. 9 de Webern ont été publiées en 1924 et sont parmi les pièces les plus brèves de la musique occidentale. Elles s’apparentent à  des miniatures, chaque bagatelle étant comme un instantané qui disparaît aussitôt. Arnold Schönberg écrit à leur propos dans la préface de la première édition : « non multa, sed multum », « peu en quantité, mais beaucoup en intensité ».

Le Quatuor n°10 en mi bémol majeur, op. 74 de Beethoven est organisé en quatre mouvements et les nombreux pizzicati du premier mouvement lui ont valu le surnom de quatuor « Les Harpes ». Dans le troisième mouvement apparaît, pour la première fois dans toute l’œuvre de Beethoven, la cellule rythmique extrêmement intense du premier mouvement Allegro con brio de la Symphonie n°5 en ut mineur, op. 67 dite « Symphonie du Destin ».

Enfin, le Quatuor n°2 en la mineur, op. 13 est une œuvre de jeunesse puisque Mendelssohn compose ce quatuor à 17 ans. Son écriture suit le décès de Beethoven, dont on ressent l’inspiration dans l’œuvre. C’est un quatuor au caractère très intensément passionné et fiévreux. Le premier mouvement débute sur un Adagio dont le thème est repris d’un lied composé peu avant (Frage, op. 9). Le quatuor se termine sur ce même thème, comme un cycle.

Avec : Mathilde Klein, Violon | Sakkan Sarasap, Violon | Mirabelle Le Thomas, Alto | Hanna Salzenstein, Violoncelle
Œuvres de : Anton Webern | Ludwig van Beethoven | Felix Mendelssohn
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Parenthèse Instrumentale
jeu
21
SEPTEMBRE
2017
12:30
 
La harpe à travers les temps
Marcel Cara, Harpe

Depuis la fin du XIXe siècle, de nombreux compositeurs ont su valoriser la harpe de manière remarquable, que ce soit dans le répertoire soliste, orchestral, ou dans celui de la musique de chambre.

Du baroque à aujourd’hui, entre transcriptions et œuvres originales, ce programme met en valeur la virtuosité et les multiples sonorités de cet instrument enchanteur : nous pourrons entendre successivement le brillant contrepoint de Johann Sebastian Bach, l’impressionnisme de Claude Debussy, les couleurs sombres de Paul Hindemith, les éclats novateurs de Bruno Mantovani, la poésie d'Henriette Renié et de Gabriel Fauré, ainsi que l’expression de Marcel Grandjany…

Œuvres de : Johann Sebastian Bach | Claude Debussy | Paul Hindemith | Bruno Mantovani | Henriette Renié | Gabriel Fauré | Marcel Grandjany
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
07
SEPTEMBRE
2017
12:30
 
Au fil de l’eau
Nicolas Dross, Piano

Les pièces musicales composant ce programme sont rassemblées comme autant de tableaux réunis dans une salle. Elles ont en commun un cadre aquatique, et se font écho : doux scintillement dans Rain Tree Sketch II de Takemitsu, marines dans la Sonate-fantaisie n°2 en sol dièse mineur, op. 19 de Scriabine et dans le poème pianistique Barque sur l’océan de Ravel, lignes contrapuntiques noyées de pédales dans l’abstrait Wasserklavier de Berio, Tourbillons aux traits presque improvisés de Rameau, impressionnisme dans Reflets dans l’eau de Debussy, ainsi que dans Jeux d’eau de Ravel, paysages champêtres avec Au bord d’une source de Liszt et l’exotique Lotus Land de Scott, et enfin… créatures aquatiques avec la dangereuse Ondine de Ravel et les vivaces Poissons d’or de Debussy. Bon voyage au fil de l’eau !

Œuvres de : Tōru Takemitsu | Alexandre Scriabine | Maurice Ravel | Luciano Berio | Jean-Philippe Rameau | Claude Debussy | Franz Liszt | Cyril Scott
Eglise anglicane Saint-Bartholomew
6, avenue Georges Clémenceau
35800 Dinard
dim
20
AOÛT
2017
20:30
 
Cello solo
Yan Levionnois, Violoncelle

Seules au monde dans la littérature pour violoncelle seul jusqu'au début du XXe siècle, les Suites de Bach ont été depuis rejointes par une pléthore de pièces aux formes et langages multiples.

La raison principale en est sans doute l'engagement des violoncellistes en général, et de Rostropovitch en particulier, pour commander aux compositeurs d'aujourd'hui des œuvres de concert pour leur instrument seul, leur permettant de tenir un récital entier seul en scène, privilège réservé jusque-là aux pianistes.

Yan Levionnois nous propose ainsi une immersion dans ce répertoire encore trop peu méconnu pour découvrir toutes les facettes du violoncelle, cet instrument envoutant si proche de la voix humaine...

Œuvres de : Johann Sebastian Bach | Eugène Ysaÿe | Benjamin Britten | Henri Dutilleux
Fossé sec - Château-Thierry
Esplanade du Château « Fossé sec »
02400 Château Thierry
mar
15
AOÛT
2017
17:00
 
Folklores et origines
Quatuor Zahir

Contrairement à tous les autres ouvrages de longue haleine, le Quatuor n°2 en ré majeur de Borodine semble avoir été écrit en deux mois, alors que son auteur rentre d’un voyage en Allemagne en compagnie de Liszt et qu’il revient auprès de sa femme Ekaterina. Cette partition aurait été conçue comme un présent du compositeur à son épouse, à l’occasion du vingtième anniversaire de leur mariage. Il est le plus connu des deux quatuors à cordes, notamment grâce à son mouvement lent Notturno, qui assure sa renommée. Membre du Groupe des Cinq, Borodine se montre donc héritier de la première école viennoise dont il conserve le formalisme, en y ajoutant une touche de folklore et de romantisme.

Dans Fireworks, Beffa utilise une écriture contrapuntique experte et complexe pour mettre en exergue un concentré d’énergie et un feu d’artifice de sonorités.

Grieg compose sa Suite Holberg, op. 40 en 1884 afin de célébrer le bicentenaire de la naissance du dramaturge et auteur danois Ludvig Holberg. Originellement intitulée Suite dans le style ancien, l’œuvre respecte le découpage traditionnel de la musique baroque du XVIIIe siècle. On remarque sans difficulté les analogies entre cette pièce et certaines suites baroques de Bach, contemporain d’Holberg, ainsi que les accents folkloriques particulièrement présents dans le Rigaudon et essentiels dans l’œuvre du compositeur.

Rhapsodish est un mariage savant entre folklore yiddish et thèmes rhapsodiques. Alexis Ciesla nous transporte dans son univers, alternant lamentations d’enterrements et danses de fêtes endiablées.

Avec : Guillaume Berceau, Saxophone | Sandro Compagnon, Saxophone | Florent Louman, Saxophone | Joakim Ciesla, Saxophone
Œuvres de : Alexandre Borodine | Karol Beffa | Edvard Grieg | Alexis Ciesla
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
28
JUIN
2017
12:30
 
Miroirs baroques
Louise Cournarie, Clavecin

Les pianistes ont toujours interprété la musique baroque. Aujourd’hui, elle suscite un regain d’intérêt auprès de la jeune génération, avec un répertoire toujours plus large et inédit.

Selon Louise Cournarie, la créativité, l’inventivité, et les interprétations courageuses semblent être réservées au monde du clavecin. Elle s’interroge : « Pourrait-on rêver un jour de la même passion au piano ? ». Cette problématique engendre son futur travail de doctorat. Plusieurs convictions guident sa recherche et son approche : tout d’abord, Louise Cournarie pense que la meilleure manière de servir l’esprit de liberté de la musique baroque est de ne pas s’interdire de la jouer au piano ; ensuite, elle estime que le pianiste apprend beaucoup en travaillant cette musique au clavecin mais qu’il ne doit pas pour autant imiter au piano le jeu du clavecin ; enfin, elle nous confie que le piano est un excellent « instrument » non seulement de diffusion mais aussi d’interprétation de la musique baroque.

Ce programme met ainsi en miroir le piano et le clavecin à travers des œuvres de Duphly et de Royer, très rarement interprétées sur piano moderne, et apportant néanmoins une tout autre lumière à ce répertoire, ô combien moderne.

Autre son, autre instrument, autre style, et pourtant la même émotion et toujours baroque…

Œuvres de : Jacques Duphly | Joseph-Nicolas-Pancrace Royer
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Révisez vos classiques !
sam
24
JUIN
2017
19:00
 
Liberté d'imagination, révolution d'écriture
Quatuor Akilone

Écrire pour quatuor est toujours un exercice délicat pour un compositeur car à travers cet instrument à seize cordes extrêmement exigeant, nous pouvons apercevoir l'âme des compositeurs et l'essence même de leur musique.

Ludwig van Beethoven révolutionne la façon de penser la musique, il ébranle les règles jusqu'alors établies et dit lui-même à propos de son Quatuor n°7 en fa majeur, op. 59 n°1, incompris à l'époque : « Ce n'est pas pour vous mais pour l'avenir ». Porté par les idées des Lumières, déçu par Napoléon, il croit en la liberté et la défend corps et âme toute sa vie : « Prince, ce que vous êtes, vous l'êtes par le hasard de la naissance. Ce que je suis, je le suis par moi-même. Des princes, il y en a et il y en aura encore des milliers. Il n'y a qu'un seul Beethoven ».

Claude Debussy, né seulement trente-cinq ans après la mort de Beethoven, cherche à son tour une issue différente de ce qui existe déjà. Anticonformiste, il rejette tout académisme musical. Il puise en lui-même pour trouver son propre langage et insuffle un nouveau vent de liberté aux genres musicaux qu’il aborde (La Mer, Jeux d'eau, Pelléas et Mélisande). Muni d'un fort caractère, il secoue le monde musical avec une limpidité et des couleurs harmoniques à couper le souffle.

Ces deux chefs-d’œuvre sont le reflet du souffle de liberté qui animait leurs créateurs. Ils contiennent en chacun d'eux, une révolution intime et spirituelle, un univers qui leur appartient…

Avec : Emeline Concé, Violon | Elise De-Bendelac, Violon | Louise Desjardins, Alto | Lucie Mercat, Violoncelle
Œuvres de : Ludwig van Beethoven | Claude Debussy
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
mer
21
JUIN
2017
21:30
 
Fête de la musique aux Archives nationales
Ensemble Rayuela

Pour la Fête de la musique 2017 à Soubise, nous vous proposons 8 mini-concerts éclectiques à partir de 18h !

Avec : Rui Ozawa, Saxophone | Raquel Paños , Saxophone | Nahikari Oloriz, Saxophone | Livia Ferrara, Saxophone | Maroussia Gentet, Piano
Œuvres de : Johannes Brahms | Pedro Iturralde
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
mer
21
JUIN
2017
21:00
 
Fête de la musique aux Archives nationales
Nam Nguyen, Violon | Clément Peigné, Violoncelle | Vincent Gailly, Accordéon

Pour la Fête de la musique 2017 à Soubise, nous vous proposons 8 mini-concerts éclectiques à partir de 18h !

Œuvres de : Bernard Cavanna | Johann Sebastian Bach | Maurice Ravel | Wolfgang Rihm
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
mer
21
JUIN
2017
20:30
 
Fête de la musique aux Archives nationales
Brenda Poupard, Mezzo-Soprano | Jean-Michel Kim, Piano

Pour la Fête de la musique 2017 à Soubise, nous vous proposons 8 mini-concerts éclectiques à partir de 18h !

Œuvres de : Giacomo Meyerbeer | Franz Liszt | Franz Schubert | Gabriel Fauré | Luciano Berio
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
mer
21
JUIN
2017
20:00
 
Fête de la musique aux Archives nationales
Quintette Feanor

Pour la Fête de la musique 2017 à Soubise, nous vous proposons 8 mini-concerts éclectiques à partir de 18h !

Avec : Rachel Sintzel, Violon | Sarah Jégou-Sageman, Violon | Ludovic Levionnois, Alto | Côme Giraudon, Violoncelle | Aude-Liesse Michel, Piano
Œuvres de : Robert Schumann
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
mer
21
JUIN
2017
19:30
 
Fête de la musique aux Archives nationales
Roxane Chalard, Soprano | Cécile Monsinjon, Harpe

Pour la Fête de la musique 2017 à Soubise, nous vous proposons 8 mini-concerts éclectiques à partir de 18h !

Œuvres de : Cécile Chaminade | Claude Debussy | Benjamin Britten | Gaetano Donizetti | Vincenzo Bellini | Francis Poulenc | Jacques Offenbach | André Messager
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
mer
21
JUIN
2017
19:00
 
Fête de la musique aux Archives nationales
Quintette Apalone

Pour la Fête de la musique 2017 à Soubise, nous vous proposons 8 mini-concerts éclectiques à partir de 18h !

Avec : Artem Naumenko, Flûte | Ariane Bacquet, Hautbois | Joë Christophe, Clarinette | Jean Wagner, Cor | Blandine Delangle, Basson
Œuvres de : Paquito D'Rivera | George Gershwin
Musée Jean de La Fontaine
12 Rue Jean de la Fontaine, 02400 Château-Thierry
mer
21
JUIN
2017
19:00
 
Fête de la Musique à Château-Thierry
Robin Pharo, Viole de gambe | Ronald Martin-Alonso, Viole de gambe
Œuvres de : Monsieur de Sainte-Colombe | Philippe Hersant
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
mer
21
JUIN
2017
18:30
 
Fête de la musique aux Archives nationales
Polina Streltsova, Violoncelle | Orlando Bass, Piano

Pour la Fête de la musique 2017 à Soubise, nous vous proposons 8 mini-concerts éclectiques à partir de 18h !

Œuvres de : Dmitri Chostakovitch
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
mer
21
JUIN
2017
18:00
 
Fête de la musique aux Archives nationales
Noé Clerc, Accordéon | Clément Daldosso, Contrebasse | Martin Ferreyros, Guitare

Pour la Fête de la musique 2017 à Soubise, nous vous proposons 8 mini-concerts éclectiques à partir de 18h !

Œuvres de : Dave Brubeck | Clifford Brown | Thelonious Monk | Sammy Cahn | Jule Styne
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
mer
21
JUIN
2017
16:30
 
Fête de la musique au Petit Palais
Éléonore Pancrazi, Mezzo-Soprano | Clément Debieuvre, Ténor | Jeanne Jourquin, Clavecin

Pour la Fête de la musique 2017 au Petit Palais, nous vous proposons 4 mini-concerts baroques à partir de 14h30, en rapport avec les expositions « Le baroque des lumières » et « De Watteau à David ».

Œuvres de : André Campra | Henri Desmarets | François Couperin | Jean-Philippe Rameau | Jean-Baptiste Lully
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
mer
21
JUIN
2017
16:00
 
Fête de la musique au Petit Palais
Camille Ravot, Clavecin

Pour la Fête de la musique 2017 au Petit Palais, nous vous proposons 4 mini-concerts baroques à partir de 14h30, en rapport avec les expositions « Le baroque des lumières » et « De Watteau à David ».

Œuvres de : François Couperin | Johann Sebastian Bach
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
mer
21
JUIN
2017
15:00
 
Fête de la musique au Petit Palais
Le Palais des songes

Pour la Fête de la musique 2017 au Petit Palais, nous vous proposons 4 mini-concerts baroques à partir de 14h30, en rapport avec les expositions « Le baroque des lumières » et « De Watteau à David ».

Avec : Cécile Madelin, Soprano | Paul-Antoine Bénos-Dijan, Contre-ténor | Nicolas Rosenfeld, Flûte à bec | Julie Petit, Viole de gambe | Jeanne Jourquin, Clavecin
Œuvres de : Jean-Baptiste Lully | Antoine Forqueray | Elisabeth Jacquet de la Guerre | Jean-Marie Leclair | Michel Pignolet de Montéclair
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
mer
21
JUIN
2017
14:30
 
Fête de la musique au Petit Palais
Valentin Tournet, Viole de gambe

Pour la Fête de la musique 2017 au Petit Palais, nous vous proposons 4 mini-concerts baroques à partir de 14h30, en rapport avec les expositions « Le baroque des lumières » et « De Watteau à David ».

Œuvres de : M. de Machy | Marin Marais | Antoine Forqueray | Charles Dollé
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Concert zen
sam
17
JUIN
2017
19:00
 
Leyendas
Thibaut Garcia, Guitare

Avec beaucoup de poésie et de finesse, Thibaut Garcia reprend la sublime Suite « L’infidèle »,  composée par le contemporain et ami de Johann Sebastian Bach, Sylvius Leopold Weiss, et tant prisée par les luthistes et guitaristes. Le titre de l’œuvre s'inspire de la présence d'intervalles surprenants aux couleurs de l’Orient, qui s’éloignent des règles harmoniques conventionnelles de l’époque.

Il interprète ensuite Aire vasco, œuvre d’Antonio Jiménez Manjón, qui débute dans un style libre pour s’enchaîner à un énergique Tempo di zorzico, rythme pointé évocateur du pays basque, qu’ont utilisé notamment Camille Saint-Saëns et Maurice Ravel. Cette page, l’une des plus célèbres de Manjón, met en lumière son exceptionnel talent.

Thibaut poursuit avec deux chansons populaires catalanes de Miguel Llobet : El Testament d’Amelia et El Noi de la Mare, deux des 26 œuvres pour guitare solo du compositeur qui se placent dans la lignée de la guitare classique espagnole.

Enfin, c’est au tour d’Isaac Albéniz et d’Astor Piazzolla d’être mis à l’honneur. Avec élégance et passion, le jeune guitariste interprète Asturias et Les Quatre Saisons, œuvres légendaires qu’il reprend également dans son tout dernier disque Leyendas. « Si près de mon cœur, ces œuvres font partie de ma vie et de mes voyages » révèle Thibaut.

Ces deux œuvres sont traversées par le Moment musical de Vincent Jockin, pièce composée en 2013 par un ami de Thibaut. S’articulant autour d’une forme sonate, cette œuvre est basée sur l’opposition de deux thèmes. L’œuvre trouve l’équilibre entre deux mondes : des accords pleins et sonores et de longues phrases ininterrompues, entre espace et mouvement. Servie par un discours clair et pur, l’œuvre nous enveloppe dans une atmosphère de paix et de sérénité.

Retranscrite pour guitare par Francisco Tárrega, la partition d’Asturias (connue également sous le nom de Leyenda), appartient à la Suite espagnole, op. 47 composée par Albéniz en 1886 avec ses Souvenirs de Voyage (Recuerdos de viaje). Grande page du répertoire pour guitare, ses rythmes effrénés, sa sensualité harmonique et sa mélancolie envoûtante dessinent merveilleusement les couleurs de l’Andalousie. 

Dans la même veine, Les Quatre Saisons nous emportent au rythme de Buenos Aires, laissant la guitare dialoguer entre virtuosité et lyrisme nostalgique.

Œuvres de : Silvius Leopold Weiss | Antonio Jiménez Manjón | Miguel Llobet | Isaac Albéniz | Vincent Jockin | Astor Piazzolla
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
15
JUIN
2017
12:30
 
Légendes ordinaires
Fabien Hyon, Ténor | Adriano Spampanato , Piano

Les légendes ordinaires, ce sont ces refrains populaires que l’on se raconte dans la rue, de balcon à balcon ou sur le pas de l’église…, ces récits qui se transmettent d’une génération à l’autre pour amuser, faire rire ou pleurer, pour éduquer aussi. Leur écho résonne, par exemple, sur les chemins que parcouraient rémouleurs, rétameurs et drapiers auvergnats partis faire fortune en Espagne. D’un rien, – un tissu déchiré, un badinage amoureux, un homme en train de se peigner… – ils faisaient une histoire, véritable terreau pour de nombreux compositeurs. En compagnie de Joseph Canteloube, Manuel de Falla, Joaquín Turina, Enrique Granados et Maurice Ohana, les musiciens nous invitent à un voyage du Carladès jusqu’en terre d’Espagne. Chemin faisant, les Hermit songs de Samuel Barber venus d’Outre-Atlantique colorent ces chants de la vie quotidienne d’une teinte plus spirituelle.

Œuvres de : Joseph Canteloube | Manuel de Falla | Joaquín Turina | Enrique Granados | Maurice Ohana | Samuel Barber
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Piano du prince
mer
14
JUIN
2017
20:00
 
La danse à travers les époques
Charlotte Coulaud, Piano

La danse a toujours été une source d’inspiration pour les compositeurs.

Dans ses partitas pour clavier, Johann Sebastian Bach innove en s’écartant du cadre de la suite de danses et atteint le sommet de son art dans la manière de traiter la suite pour clavier. Sa Partita n°1 en si bémol majeur, BWV 825 se distingue par sa simplicité relative et par la concision de son Prélude.

La mazurka, danse à trois temps, est très populaire en Pologne dès le XVIe siècle. Frédéric Chopin en compose près de soixante tout au long de sa vie. Il en a conservé le rythme, mais, pour reprendre l’expression de Franz Liszt, « il a ennobli la mélodie, agrandi les proportions ».

De son côté, Franz Liszt fait appel à la valse pour traduire en musique l’épisode Danse à l’auberge du village du Faust de Nikolaus Lenau. Sa Méphisto-Valse n°1, S. 514 nous propulse dans les tourbillons d'une danse satanique et virtuose.

Albéniz, espagnol d'origine et voyageur infatigable, évoque son pays natal dans la plupart de ses œuvres et notamment dans les cahiers d'Iberia, une œuvre complexe et fascinante. Tandis que la pièce El puerto se déroule sur un rythme d’une danse populaire andalouse appelée polo, Triana (nom d’un quartier de Séville) débute par un thème de paso doble.

La passacaille est une danse populaire espagnole qui remonte à la Renaissance. Elle est ensuite devenue une forme musicale à part entière utilisée par de nombreux compositeurs dont Eric Tanguy.

Enfin, La Valse de Maurice Ravel est, selon les propres mots du compositeur, « une apothéose de la valse viennoise à laquelle se mêle l’impression d’un tournoiement fantastique et fatal »…

Œuvres de : Johann Sebastian Bach | Frédéric Chopin | Franz Liszt | Isaac Albéniz | Eric Tanguy | Maurice Ravel
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Baroque français
sam
10
JUIN
2017
19:00
 
Le goût parisien du XVIIIe siècle
Olivier Riehl , Traverso | Amandine Solano, Violon baroque | Xavier Marquis, Basson baroque | Cyril Poulet, Violoncelle baroque | Jean-Luc Ho, Clavecin

Joseph Bodin de Boismortier, Michel Corrette, Jean-Féry Rebel, Jean-Henry d’Anglebert, Jean-Marie Leclair : à la fois compositeurs et musiciens de renom, ces grands personnages français sont réunis ce soir pour illustrer le goût parisien du XVIIIe siècle. Le Petit Trianon nous propose ainsi un florilège pittoresque de pièces instrumentales, comme une promenade au temps de Louis XV, de la cour versaillaise aux salons bourgeois.

Ballet de Rebel ou pièces plus rustiques de Corrette et Boismortier, les goûts sont réunis, la légèreté des danses françaises côtoie la fougue et l’obscurité du style italien. Leclair danse avec d’Anglebert, Boismortier se met à la flûte, Corrette au violon, et la fête est lancée !

Prenant la liberté de varier l'instrumentation selon les pièces, Le Petit Trianon nous expose au fil du concert une palette de couleurs riches, tant pour les dessus que pour la basse continue…

Œuvres de : Joseph Bodin de Boismortier | Michel Corrette | Jean-Féry Rebel | Jean-Henry d’Anglebert | Anonyme | Jean-Marie Leclair
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Parenthèse Instrumentale
jeu
08
JUIN
2017
12:30
 
Balade dans l’air du temps
Amaury Viduvier, Clarinette | Guillaume Vincent, Piano

Les deux musiciens nous proposent une balade musicale au cœur d’œuvres captivantes.

Les Trois Romances, op. 94 de Robert Schumann, initialement écrites pour hautbois, ont été rédigées comme des notes d’amour en hommage à Clara. Malgré leur apparente simplicité, elles portent manifestement la marque du génie schumannien.

Ecrites au printemps 1913, les Vier Stücke pour clarinette et piano d’Alban Berg appartiennent à cette floraison d’œuvres miniatures que les Viennois ont composées pendant leur période atonale. Le soutien des structures tonales et des formes classiques y a disparu. Pierre Boulez nous livre : « L’intensité du moment, l’émotion à l’état brut, l’impact de la sonorité se substituent à l’idée de construction et de discours musical développé. Telles les amorces de nouvelles que l’on peut lire dans le Journal de Kafka, ces pièces nous laissent soupçonner des prolongements non-exprimés, au-delà de l’écriture réelle, fermée. ».

Les deux Sonates pour clarinette et piano, op. 120 constituent les dernières œuvres de musique de chambre composées par Johannes Brahms. Outre leur magistrale exploitation des possibilités de jeu de la clarinette, elles offrent en chacun de leurs mouvements une perfection formelle. Le travail thématique s’y déploie avec aisance, délaissant toute virtuosité.

Selon le clarinettiste et compositeur allemand Jörg Widmann, la Fantasie pour clarinette seule est une petite scène imaginaire où se mêlent les dialogues et sentiments de nombreux personnages, dans l'esprit de la commedia dell’arte.

Enfin, la Fantaisie de Louis-Adolphe Mayeur retranscrit les célèbres thèmes de La Traviata de Giuseppe Verdi, à travers plusieurs variations. Cette œuvre représente un véritable exercice de virtuosité pour le clarinettiste.

Œuvres de : Robert Schumann | Alban Berg | Johannes Brahms | Jörg Widmann | Louis-Adolphe Mayeur
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
01
JUIN
2017
12:30
 
Echappée
Eloïse Bella Kohn, Piano

Le Concerto Italien, BWV 971 de Johann Sebastian Bach forme avec l’Ouverture dans le style français la seconde partie de la Clavier-Übung publiée en 1735 Nuremberg, chez l’éditeur Christoph Weigl le Jeune : Bach est alors directeur de la musique et cantor à Saint-Thomas de Leipzig. Avec cette œuvre, il revient à la manière italienne qu’il cultive avec enthousiasme lors de son séjour à la cour de Weimar (1708 – 1717). S’il emprunte les thèmes de quelques-unes de ses fugues à Corelli, Albinoni, Legrenzi, c’est Vivaldi qui semble avoir retenu son attention et suscité son admiration. Le genre du concerto italien, tel qu'il a été fixé principalement par Vivaldi, repose sur l'opposition entre l'orchestre et de l'instrument soliste. Bach imite cet effet en utilisant les ressources du clavecin qui permettent de restituer un tutti et un solo par le choix judicieux de la registration et, idéalement, de l'accouplement des deux claviers.

Les Préludes sont le fruit de la haute maturité de Claude Debussy. Ce sont des évocations destinées à rendre une atmosphère, à créer un état de sensibilité, de réceptivité, propice à l’identification de l’auditeur avec le thème choisi, paysage ou personnage. Véritables suggestions sensorielles, les préludes n’étaient pas destinés à être exécutés dans un ordre précis, et il est à noter que Debussy choisit de n’indiquer le titre des préludes qu’à la fin de chacun d’entre eux. Les sources d’inspiration du compositeur sont les paysages, qu’ils soient de terre ou de mer, qu’ils s’évadent vers l’Espagne, l’Italie, l’Extrême-Orient, une attirance aussi bien pour l’Antiquité gréco-égyptienne aux mystères impénétrables que pour le monde des fées et lutins…

Œuvres de : Johann Sebastian Bach | Claude Debussy
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
24
MAI
2017
12:30
 
L’image d'Antoine Forqueray

Ce concert propose un hommage à Antoine Forqueray vu par Rameau, Couperin, Duphly, Dornel et ... Forqueray lui-même !

Il a été préparé avec l’aide des professeurs du département de musique ancienne du 7e arr. : Christine Plubeau, Catherine Girard, Hélène d’Yvoire et Elisabeth Joyé.

Musiciens :
Anastasia Vledouts, traverso
Cibeles Bullon Munoz, Po-wei Oliver Su, violon
Noémie Lenhof, Tomofumi Shimané, Iris Tocabens, viole de gambe
Lucas Martin, Edurne Molina, Hsiu-Tzu Ryan, clavecin

Œuvres de : Louis-Antoine Dornel | François Couperin | Antoine Forqueray | Jacques Duphly | Jean-Philippe Rameau
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
18
MAI
2017
12:30
 
Procession
Romain Dayez, Baryton | Paul Beynet, Piano

De la Révolution française (1789) à la séparation des Églises et de l’État (1905), la France politique et administrative s’est progressivement détachée de toute tutelle religieuse. Cependant, parallèlement, les artistes ou élites intellectuelles contribuent à une redéfinition du sacré dont les manifestations plurielles s’observent dans la naissance de divers courants, le Saint-simonisme en étant un des plus marquants. Cette « recomposition du sacré » se remarque encore « dans le lent passage d’une religion de la prescription […] à une religion de croyance personnelle » (Fureix et Jarrige) : si certains compositeurs, comme Franck, Chausson ou Caplet s’affirment catholiques, d’autres tels Massenet ou Chabrier, ont la foi du charbonnier, tandis que Saint-Saëns se juge athée malgré les nombreuses pièces religieuses qu’il nous laisse. En 1893, le critique dramatique Jules Lemaitre observait cette présence singulière – et diversifiée – du mysticisme dans les arts, en affirmant : « C’est très sincèrement qu’on vénère les grandes doctrines religieuses qui ont consolé et soutenu les hommes dans le cours des siècles. On aime les vertus et les rêves qu’elles ont suscités ; on aime les innombrables inconnus qui, dans le passé profond, ont fait ces rêves et pratiqué ces vertus […]. Mais enfin, cette piété retrouvée n’est, au fond, qu’un exercice de la sensibilité, et qui ne comporte ni la croyance à des dogmes définis, ni la reconnaissance d’une obligation morale. C’est un jeu voluptueux qui consiste à extraire des religions, pour en jouir, ce qu’elles ont de touchant, d’émouvant, de plastique, et finalement, de sensuel.

Jean-Christophe Branger, Université de Lorraine

Œuvres de : Déodat de Séverac | César Franck | Ernest Chausson | Claude Debussy | Olivier Greif | André Caplet | Maurice Ravel | Francis Poulenc | Gabriel Fauré | Nadia Boulanger | Camille Saint-Saëns | Maurice Duruflé
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Du vent !
sam
13
MAI
2017
19:00
 
Vents d'ailleurs
Quintette Odyssée

L'assemblage des cinq vents du quintette forme une sonorité très particulière : c'est le souffle de chacun qui donne corps à la musique. Dans ce programme, le Quintette Odyssée nous propose un moment oxygéné, à travers des pièces variées.

Il nous fait naviguer vers des vents chauds avec Summer music de Samuel Barber, puis rend ensuite hommage à Claude Debussy, qui transcrit si bien les effets du vent à travers un arrangement des Six épigraphes antiques originalement composés pour piano à quatre mains.

Il nous permet d’assister à un véritable vol d'aéronaute avec la pièce Manual de vuelo del aeronauta inexperto de Mikel Urquiza, jeune compositeur.

Enfin, le superbe arrangement de David Walter du Quatuor américain d’Antonín Dvořák nous emporte dans un dernier voyage exotique, où l'on perçoit bien sûr l'influence des chants traditionnels recueillis par Dvořák lors de son séjour aux États-Unis, mais où les racines slaves du compositeur restent malgré tout très présentes.

Avec : Joséphine Olech, Flûte | Guillaume Gerbaud, Hautbois | Joséphine Besançon, Clarinette | Manuel Escauriaza, Cor | Jean Detraz, Basson
Œuvres de : Samuel Barber | Claude Debussy | Mikel Urquiza | Antonín Dvořák
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Parenthèse Instrumentale
jeu
11
MAI
2017
12:30
 
Le trio avec piano, trois cent ans d'histoire...
Trio Guermantes

Depuis près de trois siècles, les plus grands compositeurs se passionnent pour la formation du trio avec piano.

Dès l’invention du pianoforte au XVIIIe siècle, Joseph Haydn, compositeur autrichien, s'illustre par ses sonates et concertos pour pianoforte, mais aussi particulièrement par ses œuvres de musique de chambre, à savoir les quatuors à cordes et surtout les trios avec piano, genre dont il est considéré comme le pionnier. Ces œuvres virtuoses et légères sont d'abord destinées à l'intimité des salons. C'est dans cette formation intimiste que s'exprime particulièrement l'esprit brillant et facétieux du compositeur, qui sera plus tard le professeur de Beethoven.

Un siècle plus tard, enrichi des inspirations germaniques de Beethoven et Mendelssohn, c'est en France, avec Camille Saint-Saëns, que le trio avec piano trouve un nouveau souffle. Considéré quant à lui comme l'un des pionniers du « style français » au XIXe siècle, il dénote par son attachement à la pureté de la forme et l'équilibre du style classique, à contre-courant des effusions passionnelles de nombreux compositeurs romantiques. Il nous offre une musique gracieuse, où la pureté classique et le sentiment romantique cohabitent dans la plus grande évidence.

Les Trois Nocturnes d'Ernest Bloch sont de véritables bijoux, trop souvent oubliés du répertoire. D'origine juive et ayant émigré aux États-Unis, Bloch compose dans la lignée romantique et post-romantique. Le Nocturne n°2 évoque une berceuse calme et apaisante. 

A la même époque en France, Maurice Ravel prend la suite de Camille Saint-Saëns et compose son Trio en la mineur, véritable monument et sommet inégalé du répertoire pour trio. Principal représentant avec Claude Debussy du style français dit « impressionniste », il ne cache pas son admiration pour la perfection formelle et le savant équilibre sonore de son aîné Saint-Saëns.

Enfin, le trio avec piano ne saurait se limiter à la musique classique dite « savante » et inspire également Astor Piazzolla, compositeur argentin qui donne ses lettres de noblesse à la musique populaire argentine et particulièrement au tango. Chacune des Quatre saisons qu'il compose offre une version différentes des rythmes sud-américains, autant dans leur chaleureuse sensualité que dans leur violence exaltante.

Avec : Théotime Langlois de Swarte, Violon | Cameron Crozman, Violoncelle | Paul Drouet, Piano
Œuvres de : Joseph Haydn | Camille Saint-Saëns | Ernest Bloch | Maurice Ravel | Astor Piazzolla
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Talents émergents
sam
06
MAI
2017
19:00
 
Le ciel était trop bleu
Duo Perbost - Ambroselli

Le ciel était trop bleu est un roman musical racontant la vie d'une femme, de ses premiers émois jusqu'à l'accomplissement de ses rêves, de ses illusions jusqu'à la folie. Cette histoire, librement inspirée du roman Une Vie de Guy de Maupassant, est racontée par deux musiciennes : une pianiste et une soprano. Celles-ci allient avec intelligence et finesse des extraits du roman de Maupassant, qu’elles nous content, avec des mélodies qui viennent illustrer les événements dramaturgiques, émotionnels et psychologiques. Elles nous livrent une histoire simple, touchante et poétique : une sorte de petit opéra !

Avec : Marie Perbost, Soprano | Joséphine Ambroselli Brault, Piano
Œuvres de : Hugo Wolf | Johannes Brahms | Gabriel Fauré | Claude Debussy | Reynaldo Hahn | Francis Poulenc | Richard Strauss | Franz Schubert | Edvard Grieg
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
04
MAI
2017
12:30
 
Hommage à Beethoven
Théo Fouchenneret, Piano

Ce programme nous propose de découvrir trois grandes périodes créatrices de Ludwig van Beethoven.

À travers les Six variations en fa majeur, op. 34, nous découvrons sa première période inventive, encore très imprégnée de l’influence de Haydn et Mozart. On y trouve un Beethoven lyrique, drôle, explorateur des possibilités pianistiques et improvisateur talentueux.

La Sonate n°23 en fa mineur, op. 57 « Appassionata » est très représentative de la période « héroïque » du compositeur. En effet, l'image impétueuse, fougueuse, tourmentée et à la fois incroyablement humaine que nous avons de Beethoven est indéniable dans cette sonate. L’écrivain Romain Rolland la qualifie de « torrent de feu dans un lit de granit ».

Enfin, les Six Bagatelles, op. 126, sortes de petites miniatures combinant la concision classique de ses débuts à son tempérament incontrôlable, sont une ouverture à son dernier style, où le message universel et humaniste transcende la perfection compositionnelle.

Œuvres de : Ludwig van Beethoven
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Baroque français
sam
29
AVRIL
2017
19:00
 
Héroïnes tragiques
Taylor Consort | Eva Zaïcik, Mezzo-Soprano

La musique française au XVIIIe siècle est à la fois grandiose et intimiste, rappelant la richesse et le faste du règne de Louis XIV, ou exprimant avec une infinie poésie des sentiments que l'on ne saurait traduire par des mots.

Les deux cantates content, avec l’appui d’un texte, une histoire tragique où la voix est le moyen d'expression de l'amour déçu : dans la première, intitulée La Bergère, une femme essaie d'oublier son amant qui l'a trahie ; dans Léandre et Héro, l'homme aimé périt dans les flots suite à une tempête.

La Seconde Leçon de Ténèbres, quant à elle, exprime des lamentations en latin d'une profonde tristesse. Dans un registre tout autre, la mélancolie l'emporte sur la colère.

Enfin, pas de paroles ni d'intrigues dans les pièces instrumentales de Dandrieu et Couperin. Pas de texte… mais une infinité de mots et d'histoires possibles à inventer par l'auditeur !

Avec : Gabrielle Rubio, Traverso | Sophie de Bardonnèche , Violon baroque | Louise Pierrard, Viole de gambe | Justin Taylor, Clavecin
Œuvres de : Jean-François Dandrieu | Michel-Pignolet de Montéclair | François Couperin | Louis-Nicolas Clérambault
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Piano du prince
mer
26
AVRIL
2017
20:00
 
Autour de la poésie
Madoka Fukami, Piano

Le programme s’ouvre avec le Rondo en sol majeur op. 51 n°2 de Beethoven, fantaisiste et charmeur. Écrit en 1801, il semble être primitivement destiné à Giulietta Guicciardi mais Beethoven le lui réclame lorsqu’il veut rendre hommage à la comtesse Henrietta von Lichnowsky.

Les Préludes sont le fruit de la haute maturité de Debussy destinés à rendre une atmosphère, à créer un état de sensibilité, de réceptivité propice à l’identification de l’auditeur avec le thème choisi, paysage ou personnage. Le compositeur s’inspire de Paul Verlaine dans Le vent dans la plaine, de Charles Baudelaire dans Les sons et les parfums tournent dans l’air du soir et nous livre un Océan, avec ses rafales, son ciel lourd et sombre traversé de verts crus dans Ce qu’a vu le vent d'Ouest

Gaspard de la nuit de Ravel, quant à lui, est un triptyque d’après trois poèmes en prose extraits du recueil du même nom d'Aloysius Bertrand. Sa noirceur et son extrême difficulté en ont fait une des œuvres les plus emblématiques de son auteur.

En 1846, la rupture entre George Sand et Chopin se confirme : la Polonaise-fantaisie en la bémol majeur, op. 61, contemporain d’un épisode si douloureux du compositeur, paraît d’abord comme un reflet de ses sentiments et de ses désillusions. Elle déborde d’une tristesse élégiaque.

D’un modernisme étonnant, le célèbre Rondo capriccioso, op. 14 de Mendelssohn reflète la virtuosité pianistique de l’auteur. Le Rondo proprement dit est procédé d’un Andante mélodieux, en forme de chant scénique. Les deux mains doivent faire face à des obligations contrapuntiques et pianistiques d’un intérêt sans égal.

C’est l'art du poète américain Wallace Stevens, tentant de trouver, avec des moyens resserrés, le caractère transcendant inhérent à la musique, qui est au centre de Vexierbilder II de Pesson.

Enfin, la pièce de Liszt Après une lecture du Dante (Fantasia quasi Sonata) est inspirée de la lecture d'un célèbre poème épique de Dante Alighieri, la Divine Comédie. D’un seul mouvement continu, puissant, passionné, « orchestral », elle est considérée comme l'une des œuvres les plus difficiles du répertoire pianistique.

Œuvres de : Ludwig van Beethoven | Claude Debussy | Maurice Ravel | Frédéric Chopin | Felix Mendelssohn | Gérard Pesson | Franz Liszt
Chapelle de la Madeleine
Rue Racine
02400 Château-Thierry
# Pause Piano
dim
23
AVRIL
2017
17:00
 
Hymne à la joie
Nicolas Chevereau, Piano

Ce programme est un hymne à la joie composé d’œuvres très variées, toutes influencées par les pays du bassin méditerranéen, apportant de chaleureuses couleurs orientales.

Il débute avec la Sonate n°11 en la majeur, K. 331 de Wolfgang Amadeus Mozart, l’une des plus célèbres sonates du compositeur. Par leur esprit, les trois mouvements constituent un hommage à la France. L’Allegro initial est remplacé par une série de six variations sur un thème d’une grande pureté mélodique. Le Menuetto est noble et lyrique, traité librement à la manière française. C’est par l’éminent Alla turca, rondeau plus français que « turc » que se conclut cette brillante sonate.

En 1895, Camille Saint-Saëns écrit une paraphrase, très peu connue du public, condensant la dernière scène de Thaïs de Jules Massenet et la dédie à Louise Massenet, épouse du compositeur. Elle mêle virtuosité, couleurs dramatiques, sonorités éthérées et nous plonge au cœur de l’action qui se situe en Égypte.

Les Chants d’Espagne d’Isaac Albéniz nous entraînent dans un charme authentiquement espagnol. Le Prélude, de caractère mystérieux, fait entendre, dans sa section centrale, une mélodie déclamée à la manière d’un chant traditionnel. La pièce suivante, Orientale, lui fait suite et prolonge le caractère nocturne par des harmonies énigmatiques. Sous le palmier est une danse lumineuse dont le rythme rappelle celui du tango. Córdoba nous replonge au cœur de la nuit et suggère le chuchotement du vent et le parfum du jasmin au milieu des airs et des mélodies enflammées. La Seguidillas finale termine le cycle dans un festival de joie débordante et exubérante.

Enfin, les Variations sur Auprès de ma blonde de Naji Hakim, écrites spécialement pour Nicolas Chevereau, clôturent brillamment ce récital en un hommage à la France et à sa culture.

Œuvres de : Wolfgang Amadeus Mozart | Camille Saint-Saëns | Isaac Albéniz | Naji Hakim
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Révisez vos classiques !
sam
22
AVRIL
2017
19:00
 
From Russia with Love
Trio Zadig

Dans ces trios russes, le chagrin se sublime en pure beauté : Tchaïkovski et Chostakovitch nous offrent deux hommages saisissants suite à la perte d’un ami musicien.

Plus mélancolique que funèbre, sans tragédie, le Trio en la mineur, op. 50 de Tchaïkovski surprend par ses dimensions insolites (il est presque aussi long que la Symphonie Pathétique) et par sa forme : deux vastes volets qui ne s’apparentent guère à l’ordonnance traditionnelle. Le compositeur redonne vie, dans onze variations, à des souvenirs et à la personnalité de son ami pianiste Nikolaï Rubinstein.

L’élégiaque Trio n°2 en mi mineur, op. 67 de Chostakovitch s’inscrit dans la tradition de Rachmaninov et Tchaïkovski. Créé à la mémoire de son meilleur ami, le musicologue Ivan Sollertinsky, il nous révèle un paysage sonore désolé, auquel succède une danse macabre déchirante.

Avec : Boris Borgolotto, Violon | Marc Girard Garcia, Violoncelle | Ian Barber, Piano
Œuvres de : Piotr Ilitch Tchaïkovski | Dmitri Chostakovitch
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
20
AVRIL
2017
12:30
 
Les amours de Schumann
Adèle Charvet, Mezzo-Soprano | Florian Caroubi, Piano

La musique de Robert Schumann, sujette à de constants et instables changements, épouse les méandres de son âme romantique : d'une infinie tendresse à d'irrésistibles élans passionnés, d'un fervent optimisme au plus noir des désespoirs, elle semble s'adresser personnellement à l'interprète et à l'auditeur, parler à l'intime de chacun d'entre nous.

Il n’existe pas de compositeur dont la vie soit aussi entièrement liée à son œuvre musicale. La connaissance de la biographie de Schumann nous renseigne sur un univers clos, touchant et unique. Son abondante correspondance notamment, nous permet d'en savoir davantage sur ce personnage singulier, sur son amour inconditionnel pour sa femme, Clara, son amitié avec le jeune Johannes Brahms... Croiser sa musique et la lecture de ses lettres, c'est mettre en évidence la fragilité du génie et l'humanité du compositeur ; c'est aussi tenter de saisir la trajectoire éphémère et intense de cet artiste, de comprendre pourquoi cette musique nous touche tant…

Œuvres de : Robert Schumann | Clara Schumann | Johannes Brahms
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Parenthèse Instrumentale
jeu
13
AVRIL
2017
12:30
 
Le basson à travers l’Europe
Victor Dutot, Basson | Paul Drouet, Piano

Souvent méconnu, le répertoire pour basson et piano peine à dépasser le cadre des récitals de fin d’année des conservatoires ou bien des congrès de bassonistes. Pourtant, ce répertoire s’est discrètement enrichi de véritables petites perles au cours des siècles. Qu’il s’agisse du Solo de concert, op. 35 de Gabriel Pierné, un des apôtres du romantisme français, de la traditionnelle fantaisie du XIXe siècle sur des airs d’opéra, ici par le bassoniste virtuose italien Giuseppe Tamplini, ou encore de la plus récente Sonatine du compositeur norvégien Olav Berg, des compositeurs de toute l’Europe ont porté de l'intérêt aux possibilités solistes et virtuoses du basson en duo avec le piano. Les musiciens nous proposent donc de découvrir cette formation à travers les époques et l’Europe pour un moment musical unique et très agréable !

Œuvres de : Henri Tomasi | Giuseppe Tamplini | Gabriel Pierné | Alexandre Tansman | Louis Spohr | Olav Berg | Reynaldo Hahn | François-René Gebauer
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
12
AVRIL
2017
12:30
 
Hommages croisés
L’Instrument-grenouille

Lorsque l’on parle de la formation violon, viole de gambe et clavecin, les Pièces de clavecin en concerts de Jean-Philippe Rameau nous viennent presque instantanément à l’esprit. Étant l’unique héritage de musique de chambre laissé par Rameau, il est intéressant de bâtir un programme autour de ces œuvres dont le raffinement n'est plus à prouver.

Au XVIIIe siècle en France, il est courant pour un compositeur de rendre hommage à ses confrères ou amis à travers une pièce dédiée, tantôt caricaturale, tantôt admirative.

Ce programme nous propose donc de parcourir un large tableau à travers des pièces de maturité de Marin Marais, Jean-Philippe Rameau, Antoine Forqueray et Jacques Duphly, entre hommages et autoportraits. Il nous permet également d’entendre le Trio n°5 en sol mineur pour violon, basse de viole et basse continue, TWV 42:g1 de Georg Philipp Telemann, pièce incontournable du répertoire.

Avec : Agnès Boissonnot-Guilbault , Viole de gambe | Augustin Lusson , Violon | Kaori Yugami, Clavecin
Œuvres de : Jacques Duphly | Jean-Philippe Rameau | Georg Philipp Telemann | Antoine Forqueray | Marin Marais
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Concert zen
sam
08
AVRIL
2017
19:00
 
La harpe à facettes
Pauline Haas, Harpe

Instrument singulier et encombrant, la harpe tient une place à part dans le monde musical.

Née de la corde vibrante d'un arc de chasse bien avant notre ère, il lui faudra attendre de longs siècles avant d'atteindre sa forme définitive.

De la lyre, aux harpes égyptiennes en passant par la harpe celtique, ce sont toutes ces voix qui résonnent à travers les 47 cordes de nos instruments modernes.

A l’image de son histoire riche et mouvementée, la harpe possède une infinie palette de couleurs et de nuances, capable de se métamorphoser au gré des styles.

Ce programme ébauche son portrait : transcriptions et œuvres originales, genres et langages se mélangent pour nous livrer une infime partie des secrets de cette muse intemporelle...

Œuvres de : Heitor Villa-Lobos | Félix Mendelssohn | César Franck | Gabriel Fauré | Johann Sebastian Bach | Hélène Breschand | Edmund Schüecker
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
06
AVRIL
2017
12:30
 
Le goût français
Adriano Spampanato , Piano

Puisqu'il n'est point de mots qui puissent contenir,
Ce soir, mon âme triste en vouloir de se taire,
Qu'un archet pur s'élève et chante, solitaire,
Pour mon rêve jaloux de ne se définir.

Ô coupe de cristal pleine de souvenir ;
Musique, c'est ton eau seule qui désaltère ;
Et l'âme va d'instinct se fondre en ton mystère,
Comme la lèvre vient à la lèvre s'unir.
Sanglot d'or !... Oh ! voici le divin sortilège !
Un vent d'aile a couru sur la chair qui s'allège ;
Des mains d'anges sur nous promènent leur douceur.

Harmonie, et c'est toi, la Vierge secourable,
Qui, comme un pauvre enfant, berces contre ton cœur
Notre cœur infini, notre cœur misérable.

Musique d’Albert Samain

Œuvres de : Grégoire Rolland | Jean-Philippe Rameau | Gabriel Dupont | Claude Debussy
Eglise Saint Louis en l’Ile
19 rue Saint-Louis en l’Ile
75004 Paris
# Point d’orgue
dim
02
AVRIL
2017
12:30
 
Destination Hambourg et Lübeck
Valentin Rouget, Orgue

Aux XVIIe et XVIIIe siècle, l’Allemagne du Nord est essentiellement luthérienne. L’élan spirituel porté par la Réforme conditionne profondément la liturgie et son accompagnement. Les chorals, dont les mélodies et les textes sont intégrés par tout croyant pratiquant, sont chantés en langue allemande, tandis que le Magnificat conserve sa pratique séculaire de l'alternance entre l'orgue et les versets chantés en latin.

Les compositeurs de cette époque étaient bien souvent maîtres de chapelle et organistes titulaires d’une tribune importante. Ils ont tout naturellement composé ou improvisé autour de ces chorals ou de l'antique plain-chant, représentant ainsi le cœur de leur activité créatrice.

A Hambourg et à Lübeck, villes qui ont porté l'art de la facture d'orgue à un véritable âge d'or, se sont illustrés les plus grands maîtres de l'Allemagne baroque ; orgues et organistes y ont attiré et fasciné le jeune J. S. Bach, et l'ont marqué durablement.

Œuvres de : Matthias Weckmann | Heinrich Scheidemann | Franz Tunder | Dietrich Buxtehude | Johann Sebastian Bach
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Révisez vos classiques !
sam
01
AVRIL
2017
19:00
 
Cordes romantiques
Magdalena Sypniewski, Violon | Anna Sypniewski, Alto | Caroline Sypniewski, Violoncelle | Clément Lefebvre, Piano

L’inspiration thématique du premier mouvement du Trio à cordes n°1 en si bémol majeur, D. 471 de Schubert se situe encore au stade de recherche d’un langage personnel dans le domaine de la musique de chambre. Son caractère est alerte, spontanément lyrique. Le second mouvement, constitué d’environ quarante mesures, est inachevé.

Les Klavierstücke, op. 119 de Brahms, ces « berceuses de ma souffrance » selon les mots du compositeur, sont les ultimes confidences que le maître viennois confie au piano seul.

Pièce maîtresse du répertoire de la musique de chambre, le Quatuor n°1 en sol mineur pour piano et cordes, op. 25 de Brahms se constitue de quatre mouvements très variés. L’imposant Allegro, de forme assez libre, propose une écriture thématique complexe. Le deuxième mouvement « nocturne », qui n’a rien de commun avec le scherzo, mêle poésie intime et mystère. L’Andante con moto, quant à lui, commence comme un lied effusé et se transforme en une marche militaire, fanfaronne. Le dernier mouvement, véritable chef-d’œuvre, prolonge étonnamment une tradition de finales « tziganes » instaurée par Haydn. Outre sa forme indépendante, on y perçoit un souci constant de reproduire les caractérisations sonores hongroises, une alternance d’humeurs contrastées, une profusion thématique, un agencement général défiant les règles classiques et un rythme endiablé…

Œuvres de : Franz Schubert | Johannes Brahms
Chapelle de la Madeleine
Rue Racine
02400 Château-Thierry
# Château Piano
dim
26
MARS
2017
17:00
 
Transcriptions
Tanguy De Williencourt, Piano

Le dévouement inébranlable dont Liszt fait preuve tout au long de sa vie envers le génie wagnérien se révèle de manière poignante au travers des transcriptions qu’il a écrites pour le piano, provenant d’extraits des opéras de Wagner.

Quel immense défi alors que de transposer l’univers multi-dimensionnel wagnérien à la dimension unilatérale du piano, gageure dont Liszt franchit les pièges et obstacles tout en les sublimant ! Faisant usage du piano comme synthèse complète d’une pensée orchestrale et dramatique tout en lui préservant son privilège de liberté et d’improvisation, ces transcriptions possèdent sans exception le juste rapport entre vocal et orchestral, forme et virtuosité, dans un respect absolu de l’art de Wagner.

Œuvres de : Franz Liszt | Richard Wagner
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Du vent !
sam
25
MARS
2017
19:00
 
Broadway
Saxback Ensemble

La comédie musicale est un genre riche et varié, divertissant et populaire, c’est donc tout naturellement que le Saxback Ensemble s’est tourné vers ce répertoire. Composée de deux clarinettes, trois saxophones et un euphonium, cette formation apporte des couleurs cuivrées, boisées, mates et timbrées. Pour mettre en avant toute l’ampleur de cet alliage, le Saxback Ensemble a choisi quatre comédies musicales aux couleurs et aux influences différentes.

Basée sur le conte philosophique éponyme de Voltaire, la musique de Candide de Bernstein est appréciée dès le début. Elle est reprise par le New York Philharmonic seulement un mois après sa création et devient très populaire. West Side Story est certainement la comédie musicale la plus connue du compositeur. Inspirée du roman de Roméo et Juliette, c’est un trésor du genre. Il y prédomine une musique riche et mélodique aux couleurs américaines et aux rythmes latins.

L’Opéra de Quat’Sous de Kurt Weill se déroule à Soho, dans un quartier de Londres en proie à une guerre des gangs. Un policier véreux, un assassin au couteau facile, des commerçants douteux…: voilà une recette idéale pour une comédie musicale ! Kurt Weill excelle dans le genre avec une musique âpre, amère et rythmique.

Enfin, Fiddler on the roof de Jerry Bock se déroule à Anatekva, un village d'Ukraine où un musicien a l'habitude de jouer du violon sur les toits. Le laitier, Tevye, espère que ses filles échapperont à la misère en les mariant à des hommes riches mais elles bouleversent les traditions et poussent l'« indécence » jusqu'à s'unir par amour. Baignée dans la musique traditionnelle d’Europe de l’Est, cette comédie musicale a connu 3 243 représentations et a été récompensée par neuf Tony Awards.

Avec : Juliette Adam, Clarinette | Joséphine Besançon, Clarinette | Nicolas Arsenijevic, Saxophone | Antonin Pommel, Saxophone | Martin Trillaud, Saxophone | Hélène Escriva, Euphonium
Œuvres de : Leonard Bernstein | Kurt Weill | Jerry Bock
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
23
MARS
2017
12:30
 
Entre ciel et terre
Guilhem Worms, Baryton | Nicolas Chevereau, Piano

La voix de baryton-basse a inspiré de nombreux compositeurs qui ont mis en lumière son caractère sombre et séduisant, avec une thématique souvent dramatique.

Ce récital nous propose ainsi un voyage mouvementé depuis les enfers décrits par Rameau et Schubert jusqu'à l'élévation spirituelle et religieuse de Liszt, en passant par Vaughan Williams (Songs of Travel), Tchaïkovski (Moï ghenii), Déodat de Séverac (Les Hiboux), Jacques Ibert (Quatre chansons de Don Quichotte), Schubert (Fahrt zum Hades).

Trois pièces pour piano seul viennent donner du relief à ce programme : La terrasse des audiences du clair de lune de Debussy aux couleurs orientales, le Prélude, BWV 867 de Bach au tissu harmonique dense, et le liturgique Miserere d’après Palestrina de Liszt, autant d'aspirations au paradis céleste…

Œuvres de : Johann Sebastian Bach | Jean-Philippe Rameau | Franz Schubert | Déodat de Séverac | Maurice Ravel | Claude Debussy | Jacques Ibert | Franz Liszt | Nicolas Chevereau | Ralph Vaughan Williams | Piotr Ilitch Tchaïkovski
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
22
MARS
2017
12:30
 
Fantaisies pour instruments seuls

Pour ce trimestre, le département de musique ancienne du Conservatoire du 7e met à l’honneur l’incontournable Georg Philipp Telemann et ses fantaisies pour instruments seuls. Au violon, au traverso, à la flûte à bec, à la viole de gambe et au clavecin, nous pourrons re(découvrir) ces bijoux musicaux !

Œuvres de : Georg Philipp Telemann
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Révisez vos classiques !
sam
18
MARS
2017
19:00
 
Dialogue de sourds
Quatuor Confluence

On imaginerait mal un muet prétendre faire un discours. Cela serait aussi impensable qu'un quatuor à cordes composé par un sourd...

Le 6 octobre 1802, le jeune Ludwig van Beethoven adresse à ses frères une lettre dans laquelle il se confie sur sa surdité naissante. « Il faut que vous sachiez que depuis 6 ans, je vis une tragédie, un mal affreux. Aggravé par des médecins incompétents qui m'entretiennent d'illusions. Un mal qui ne guérira peut-être jamais. » Un an auparavant, il termine enfin son premier recueil de quatuors à cordes : l'opus 18. Dans le 6e et dernier quatuor de cet opus, il abandonne l'usage et fait précéder son finale d'une déchirante introduction lente qu'il nomme La Malinconia. « Chaque note doit être interprétée avec la plus grande délicatesse » indique-t-il. A n'en pas douter, Beethoven évoque ici son bouleversement face à la manière dont le sort malmène ses espérances. Tout au long du finale de ce quatuor se glissent des résurgences de La Malinconia, comme une ultime interrogation sur son avenir. Avant les dernières mesures, on ignore qui, du désespoir ou de l'optimisme, finira par l'emporter... La réponse se trouve quelque part entre les lignes de sa lettre, lorsqu'il finit par se demander : « Comment quitter ce monde sans avoir accompli tout ce dont je me sentais chargé ? ».

120 ans plus tard, un autre génie, lui aussi devenu sourd, fait face à la même question. Nous sommes alors en 1923, et Gabriel Fauré pressent qu'il est au crépuscule de sa vie. Mais comme Beethoven, il ne peut se résoudre à quitter ce monde sans avoir exprimé tout ce qu'il porte en lui... Ainsi, il compose à 79 ans son premier quatuor à cordes qui sera aussi sa dernière œuvre.

Quant à la raison qui le pousse à attendre la fin de ses jours pour aborder ce genre, il évoque un génie du siècle passé dont il se sent peut-être proche par certains aspects : « C'est un genre que Beethoven a particulièrement illustré, ce qui fait que tous ceux qui ne sont pas Beethoven en ont la frousse... alors tu peux penser si j'ai peur à mon tour. Je n'en ai parlé à personne... ».

Avec : Clara Mesplé, Violon | Daniel Vlashi, Violon | Pierre-Antoine Codron, Alto | Tom Almerge-Zérillo, Violoncelle
Œuvres de : Ludwig van Beethoven | Gabriel Fauré
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Parenthèse Instrumentale
jeu
16
MARS
2017
12:30
 
Trois siècles de trios avec piano
Trio Harma

Joseph Haydn compose quarante et un trios pour piano et cordes entre 1750 et 1797. Par leur richesse et leur profondeur expressive, ils se situent musicalement au même niveau que les quatuors à cordes. Le Trio n°42 en mi bémol majeur, Hob.XV:30 est remarquable par sa profusion thématique et sa subtilité harmonique.

Ivan Eröd, compositeur et pianiste austro-hongrois, est très touché par la seconde guerre mondiale. Son Trio n°1, op. 21, commandé par le Trio Haydn de Vienne, mêle des éléments hétérogènes reflétant de nombreux courants musicaux : musique tonale, modale, impressionniste, emprunts au jazz et au folklore hongrois…

Le Trio n°2 en do majeur, op. 87 de Johannes Brahms est créé le 29 décembre 1882 par des membres du Quatuor Joachim et le compositeur au piano. Brahms ne semble pas particulièrement attaché à défendre ce trio et n’y fait qu’exceptionnellement allusion dans sa correspondance. Il s’agit cependant d’une partition d’une grande richesse thématique et alliant une absolue maîtrise de la forme à la liberté de l’inspiration.

Avec : Hector Burgan, Violon | Jordan Costard, Violoncelle | Mathilde Nguyen, Piano
Œuvres de : Joseph Haydn | Iván Eröd | Johannes Brahms
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Clavecin en partage
dim
12
MARS
2017
12:30
 
Un illustre parrain
Francesco Intrieri, Flûte à bec | Béatrice Martin, Clavecin

Dans les années 1710 à Weimar (on suppose entre 1713 et 1716), Johann Sebastian Bach transcrit pour le clavecin 16 concerti. Les œuvres initiales étaient, entre autres, de compositeurs italiens renommés, mais l'une d'elles se trouve être de la main de Georg Philipp Telemann.

De la relation qui unit Bach et Telemann nous ne savons hélas quasiment rien. Il existe néanmoins un fait marquant de leur amitié. En 1714, dans les registres de l'église principale de Weimar, Telemann apparaît comme parrain du cinquième enfant de Maria Barbara et Johann Sebastian Bach : Carl Philipp Emanuel. Ce dernier relatera à la fin de sa vie, en évoquant la mémoire de son père : « Dans ses jeunes années, il vit souvent Telemann, qui fut mon parrain ».

Parrain et filleul sont donc ici réunis. Au brio, au charme, à l'inventivité foisonnante de Georg Philipp Telemann répondront l'extrême sensibilité, la mélancolie, la passion de Carl Philipp Emanuel Bach, grand maître de l'expressivité.

Œuvres de : Georg Philipp Telemann | Johann Sebastian Bach | Carl Philipp Emanuel Bach
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Back to Bach
sam
11
MARS
2017
19:00
 
Les dessous de J. S. Bach
Les Jupons de la Marquise

Le concert patron : créez votre propre jupon, modèle labellisé J. S. Bach !

[Assistant création : C. P. E. Bach]

La maison Bach vous propose sa nouvelle collection. Plus barock'n roll que Couperin, plus chic que Scarlatti, plus colorée que Telemann, plus audacieuse que Purcell : griffe de luxe, la marque Bach monte dans l'univers du mode et du prêt à jouer haut de gamme. Faisant du contrepoint sa marque de fabrique, le style Bach va devenir l'icône de plusieurs générations futures. Nous vous proposons ici la collection « Marquise en Allemagne », courbes audacieuses, textures concertantes et harmonies de couleurs…

Avec : Mariamielle Lamagat, Soprano | Clément Debieuvre, Ténor | Ajay Ranganathan, Violon baroque | Laurence Valentino, Violon baroque | Tania-Lio Faucon-Cohen, Alto baroque | Sarah Aguessy, Violoncelle baroque | Benoît Bératto, Violone | Nora Dargazanli, Clavecin
Œuvres de : Carl Philipp Emanuel Bach | Johann Sebastian Bach
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
09
MARS
2017
12:30
 
Le romantisme en folie
Alexandre Lory, Piano

Le romantisme s’exprime de manières très diverses en musique : plusieurs branches existent, sur de nombreuses décennies.

La Fantaisie en do majeur, op. 17 de Robert Schumann est une œuvre majeure, emblématique de la période romantique. En effet, il s’agit d’un déchirant cri d'amour adressé à Clara Wieck, la jeune virtuose qui allait devenir son épouse quatre ans plus tard et dont le père refuse, pour l'instant, de lui donner la main. L'œuvre est contemporaine de ses Scènes d'enfants, op. 15 et de ses Kreisleriana, op. 16, autres monuments pianistiques du musicien. Le dernier mouvement est considéré comme l’un des sommets du romantisme.

La Rhapsodie espagnole de Franz Liszt s’inscrit dans cette même période mais en constitue un autre volet : celui de la virtuosité. Liszt s'inspire de nombreux thèmes espagnols et de la Folia. Il trouve son inspiration lors d’une tournée en Espagne et au Portugal en 1845.

La S. Dance (S comme Slow), extraite des Initials Dances de Guillaume Connesson, « commence comme un menuet lent et capricieux qui va peu à peu s’animer dans un vertige romantique avant de s’abîmer dans un onirisme embué où les rythmes paraissent se diluer dans l’éternité. » (Guillaume Connesson)

D’une tout autre manière, le Prélude, choral et fugue de César Franck est aussi une œuvre emblématique du romantisme français tardif. Il dévoile une puissance expressive profonde due à l’apport de la science du contrepoint et constitue un parfait exemple de forme cyclique chez le compositeur.

Œuvres de : Robert Schumann | Franz Liszt | Guillaume Connesson | César Franck
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Talents émergents
sam
25
FÉVRIER
2017
19:00
 
Voyage musical au cœur du répertoire pour trio avec piano
Trio Cantor

Ce programme propose un parcours à travers l’histoire de la musique au cœur du répertoire pour trio avec piano.

Le Trio n°1 en si bémol majeur, op. 99, D. 898 de Schubert se distingue par son énergie rayonnante, sa fraîcheur radieuse et solaire.

Quelques décennies plus tard, au crépuscule du romantisme, le Trio n°3 en ut mineur, op. 101 de Brahms illustre l’ampleur dramatique, le lyrisme intense de sa période tardive, dans une remarquable concision formelle.

À l’optimisme de la clarté succèdent les sombres tourments de l’incertitude… Ces deux œuvres emblématiques du répertoire de chambre sont ponctuées par la pièce contemporaine Varga Bálint Ligaturája de Kurtág, aussi poignante que brève, et dont le mysticisme spectral apporte un éclairage contrastant.

Trois moments caractéristiques des grandes étapes de l’écriture pour trio avec piano sont ainsi exposés, ce qui permet d’en saisir les grandes évolutions mais également les inspirations constantes et les passions fixes.

Avec : Shuichi Okada, Violon | Gauthier Broutin, Violoncelle | Jean-Paul Gasparian, Piano
Œuvres de : György Kurtág | Johannes Brahms | Franz Schubert
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
23
FÉVRIER
2017
12:30
 
Voyage et amour du poète
Paul-Antoine Bénos-Dijan, Contre-ténor | Lucie Sansen, Piano

A la profonde douleur émanant du Winterreise de Franz Schubert, œuvre composée au crépuscule de sa vie, s'opposent l'optimisme et la joie de l'amour - naissant ou vécu -  décrits dans les cycles Dichterliebe et Schwanengesang de Robert Schumann. Quant aux mélodies hispanisantes de Ginastera, Mompou et Guastavino, elles nous parlent de la vie avec tendresse, simplicité, humour et philosophie.

Au travers d'un répertoire éclectique, « Voyage et amour du poète » retrace l'itinéraire imaginaire et original d'un personnage qui, au gré des saisons et des paysages changeants, déambule en quête de l'être aimé et du sens à donner à sa propre existence.

Bien qu'étant composés dans des styles et à des époques différents, tous ces lieder et mélodies évoquent communément la solitude, la mélancolie, mais aussi l'amour, l'espoir, la contemplation d'une nature complice de l'homme et miroir de ce dernier…

Œuvres de : Franz Schubert | Piotr Ilitch Tchaïkovski | Robert Schumann | Lucie Sansen | Carlos Guastavino | Federico Mompou | Alberto Ginastera
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Piano du prince
mer
22
FÉVRIER
2017
20:00
 
Atout de Suites
Paul Beynet, Piano

Voici trois illustrations du genre musical « suite de danses », magnifié par la musique de Johann Sebastian Bach, Claude Debussy et Maurice Ravel.

Créée en 2008, la pièce Réminiscences de Christian Elin introduit la thématique de ce programme, telle un prélude. Initialement composée pour saxophone soprano, elle évoque grand nombre de sonorités et de danses anciennes.

La Partita n°1 en si bémol majeur, BWV  825 de Johann Sebastian Bach, suite de danses à la remarquable intensité,  incarne idéalement son genre par sa construction.

La célèbre Suite Bergamasque est une délicieuse héritière assaisonnée et revisitée par l’univers d’un jeune Debussy.

Enfin, Le Tombeau de Couperin laisse entrevoir à travers un sublime langage de nombreuses réminiscences tonales et mélodiques issues du discours baroque, auquel Ravel accordait une si grande importance.

Œuvres de : Christian Elin | Johann Sebastian Bach | Claude Debussy | Maurice Ravel
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Intégrale des Sonates pour violoncelle et piano de Fauré
sam
18
FÉVRIER
2017
19:00
 
Chefs-d’œuvre pour violoncelle et piano
Volodia Van Keulen, Violoncelle | Théo Fouchenneret, Piano

Au début de 1921, Fauré entreprend d’honorer une commande de l’État français en vue de la cérémonie commémorative du centenaire de la mort de Napoléon 1er, le 5 mai suivant, aux Invalides : ce fut le Chant funéraire, dont le compositeur confia l’orchestration pour harmonie au chef de la musique de la Garde républicaine. Sous cette forme, cette très émouvante pièce de circonstance n’aurait pas survécu si Fauré n’avait pas ensuite décidé de l’introduire dans sa Sonate n°2 en sol mineur pour violoncelle et piano, op. 117. Plus mélodique et souriante que la Sonate n°1 en ré mineur, op. 109, elle est saisissante par le dépouillement de son écriture.

En 1849, les mois de tourmente révolutionnaire à Dresde sont incroyablement féconds pour Schumann, qui compose des œuvres de tous genres à une cadence effrénée. Ses Fantasiestücke, op. 73, initialement écrites pour clarinette et piano, sont intensément lyriques et reflètent avec passion ses états d’âme.

Composée sur les rives du lac de Thoune, la Sonate n°2 en fa majeur op. 99 pour violoncelle et piano de Brahms mêle richesse thématique, expression généreuse, ton héroïque, couleurs populaires, autant de qualités propres à la musique du compositeur. Elle constitue l’un des sommets de la littérature romantique pour violoncelle et piano.

Enfin, la Rhapsodie n°1 pour violon et piano, Sz. 87 de Bartók, directement influencée par le folklore hongrois et  roumain,  a été initialement écrite pour violon et piano et fait l'objet d'une transcription pour violoncelle et piano par le compositeur lui-même. Composée de deux mouvements contrastants, Lassú et Friss, les références à la danse sont omniprésentes tout au long de l’œuvre, guidée par les rythmes endiablés et saisissants du verbunkos (danse traditionnelle hongroise de recrutement militaire).

Œuvres de : Robert Schumann | Gabriel Fauré | Johannes Brahms | Belà Bartók
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Parenthèse Instrumentale
jeu
16
FÉVRIER
2017
12:30
 
Mythologies
Joséphine Olech, Flûte | Selim Mazari, Piano

« Mais voici que Pan, de sa flûte, se remet à jouer... » (L'Oréade, dans Psyché de Gabriel Mourey)

La flûte a toujours tenu un rôle tout particulier dans les différentes mythologies. Chez les grecs, c'est le dieu Pan qui en joue pour séduire la nymphe Syrinx. En Inde, elle est jouée par le dieu Krishna...  Magique, envoûtante, la flûte a ainsi inspiré de nombreux compositeurs pour conter avec mystère et sensualité les plus belles légendes. Joséphine Olech et Sélim Mazari ont choisi quelques-unes de ces pages.

La Sonate Undine en mi mineur, op. 167 de Carl Reinecke raconte la légende germanique d'une princesse des êtres de l'eau et de son amour impossible avec un humain.

Le Prélude à l'après-midi d'un faune de Claude Debussy, originalement pour orchestre, évoque cette créature des forêts, mi-humaine, mi-animale, parfois représentée jouant de la flûte.

Dans sa pièce Eolia, Philippe Hurel utilise la flûte de manière très surprenante pour décrire l'île d'Eole, le dieu du vent dans la mythologie grecque.

Enfin, le Chant de Linos, pièce phare du répertoire pour flûte et piano, est présenté ainsi par André Jolivet : « Le Chant de Linos était, dans l'antiquité grecque, une variété de thrène : une lamentation funèbre, une complainte entrecoupée de cris et de danses ».

Œuvres de : Carl Reinecke | Philippe Hurel | Claude Debussy | André Jolivet
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
15
FÉVRIER
2017
12:30
 
Scarlatti dans tous ses états
Mathilde Mugot, Clavecin

Les rares anecdotes qui existent sur Domenico Scarlatti ne nous renseignent que très peu sur ce compositeur hors du commun, mais on sait que c’était un homme extrêmement discret qui n’attirait jamais l’attention sur lui. À l’opposé, son jeu au clavecin devait être des plus spectaculaires.

« Porte-toi bien » écrit Scarlatti à l’attention des clavecinistes qui veulent jouer sa musique.

Remises dans leur contexte, les sonates de Scarlatti sont uniques, d’une modernité incroyable et ne semblent en rien être inspirées des styles nationaux contemporains. Les danses de cour de l’époque baroque ne sont pas au goût du compositeur : il préfère la tension obsédante des danses populaires de son pays d’accueil, l’Espagne…

 

Œuvres de : Domenico Scarlatti | Antonio Soler
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Back to Bach
sam
11
FÉVRIER
2017
19:00
 
Concertos et suites
Oasis of Horror

Ce sont trois chefs-d’œuvre de Johann Sebastian Bach que l’Ensemble Oasis of Horror nous propose d’entendre.

Dès 1721, le Concerto brandebourgeois n°5 en ré majeur, BWV 1050 comporte une partie soliste importante pour le clavecin. Malgré la présence de la flûte et du violon dans le concertino soliste, il demeure historiquement le premier concerto pour clavier et orchestre. Durant les années 1730, Bach utilise également l'orgue comme instrument soliste dans certaines sinfonias. La main gauche double alors la basse continue avant de devenir progressivement plus autonome. Le Concerto n°1 en ré mineur pour clavecin, BWV 1052 provient probablement d'une partition plus ancienne pour violon, aujourd'hui perdue. Bach utilise par la suite certains de ses thèmes dans les sinfonias de ses cantates BWV 146 (Wir müssen durch viel Trübsal) et BWV 188 (Ich habe meine Zuversicht). Son fils Carl Philipp Emanuel Bach reprend également son écriture, puis Bach, lui-même, aux environs de 1738 pour la version définitive.

Johann Sebastian Bach a composé quatre suites pour orchestre. Elles sont constituées d'une succession de danses variées, le premier mouvement étant toujours une ouverture constituée de deux parties : une lente et une rapide en forme de fugue. La Suite d’orchestre n°2 en si mineur, BWV 1067 a certainement été adaptée d’une partition antérieure, en la mineur. Bach instrumente dans le goût du temps, en introduisant la flûte, très en vogue à l'époque. Cette œuvre, légère, compte parmi les œuvres les plus populaires du compositeur.

Avec : Johanna Bartz, Traverso | Anthony Marini, Violon baroque | Boris Winter, Violon baroque | Satryo Yudomartono , Alto baroque | Nicolas Verhoeven, Violoncelle baroque | Nicolas Rosenfeld, Basson baroque | François Leyrit, Contrebasse baroque | Lillian Gordis, Clavecin
Œuvres de : Johann Sebastian Bach
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
09
FÉVRIER
2017
12:30
 
Paris et ses compositeurs, à l'aube d'un siècle nouveau
Valentin Cotton, Piano

Maurice Ravel et Claude Debussy sont deux compositeurs majeurs qui ont marqué leur époque. Au début du XXe siècle, ils sont dans une période faste.

Debussy, qui commence l'écriture de sa Suite bergamasque en 1890, met quinze ans pour l’achever. C’est un chef d’œuvre impressionniste par sa concision et son langage musical neuf et personnel, spécialement en ce qui concerne l’harmonie.

De son côté, Ravel compose Miroirs, son premier cycle d'une dimension impressionnante. Il écrit cinq pièces qu'il dédie à ses amis de la Société des apaches. L'intention de Ravel était de montrer les images visuelles et les ambiances de cinq personnages différents se regardant chacun dans un miroir. Elles participent au style impressionniste de Ravel, ce qui justifie le titre de ce recueil, citant Shakespeare : « La vue ne se connaît pas elle-même avant d'avoir voyagé et rencontré un miroir où elle peut se reconnaître. ».

Jeux d'eau, pièce composée en 1901, porte en épigraphe une citation d’Henri de Régnier : « Dieu fluvial riant de l'eau qui le chatouille ». Ravel écrit au sujet de ce chef d’œuvre : « Les Jeux d'eau, parus en 1901, sont à l'origine de toutes les nouveautés pianistiques qu'on a voulu remarquer dans mon œuvre. Cette pièce, inspirée du bruit de l'eau et des sons musicaux que font entendre les jets d'eau, les cascades et les ruisseaux, est fondée sur deux motifs à la façon d'un premier temps de sonate, sans toutefois s'assujettir au plan tonal classique. » (Esquisse autobiographique, 1928). L’œuvre connaît rapidement un grand succès, affirme définitivement la personnalité musicale de Ravel et a une influence sur un grand nombre de ses contemporains.

Œuvres de : Maurice Ravel | Xavier Bouchaud | Claude Debussy
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Clavecin en partage
dim
05
FÉVRIER
2017
12:30
 
À la française
Hélène Diot, Clavecin | Françoise Lengellé, Clavecin

Ce programme, consacré à la musique française des XVIIe et XVIIIe siècles, propose de faire découvrir certains compositeurs, peut-être moins connus du public que François Couperin ou Jean-Philippe Rameau, mais dont la qualité de l’œuvre le mérite amplement.

Les cent trente œuvres pour clavecin de Louis Couperin, oncle de François, sont contenues dans deux manuscrits (Parville et Bauyn), groupées par genre et par tonalité. Ainsi c'est à l'interprète de se faire sa propre suite, le plus souvent en l’introduisant par un prélude mesuré, forme d’improvisation écrite où le compositeur et l’interprète peuvent donner libre cours à leur imagination.

Elisabeth Jacquet de la Guerre est une claveciniste prodige, compositrice de talent et même professeur de clavecin, ce qui était une rareté pour une femme. Elle s’attire nombre d’admirateurs dont le roi Louis XIV qui, si l’on en croit le Mercure Galant, trouve sa musique « très belle mais aussi originale ».       

Que vient faire ici Johann Sebastian Bach, compositeur allemand ? Une de ses Suites françaises bien évidemment ! D’un format plus court que ses Suites anglaises, elles présentent les quatre danses phares de l’époque : Allemande, Courante, Sarabande, Gigue et en plus ici, une gavotte nommée Anglaise. On y retrouve l’influence exercée sur Bach par les musiciens français qu’il découvre dans sa jeunesse.

Le concert s'achève avec trois œuvres de Jacques Duphly, compositeur plus tardif. Tout en gardant l’esprit des pièces de caractère chères à la musique française, il impose au fur et à mesure de ses Livres de clavecin un style plus galant. Ici, La Félix, rondeau majestueux, Les Colombes, pièce tendre et délicate et La Victoire, d’un brio scarlattien, donnent un bon aperçu de son art.

Œuvres de : Louis Couperin | Elisabeth Jacquet de la Guerre | Johann Sebastian Bach | Jacques Duphly
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Révisez vos classiques !
sam
04
FÉVRIER
2017
19:00
 
Sur les bancs de l’école de Vienne
Ensemble Les Illuminations

Et si nous retournions sur les bancs de l'école ? A Vienne, par exemple ? Il y a dans cette ville deux écoles qui ont ouvert à plus d'un siècle d'intervalle. La première date du XVIIIe siècle : finesse, esprit et drame caractérisent la musique de Wolfgang Amadeus Mozart, l'un de ses éminents professeurs. La seconde a pour maître Arnold Schönberg, qui émancipe la musique de la tonalité et invente le dodécaphonisme. Il aura une influence marquante sur de nombreux compositeurs du XXe siècle. Le style classique de Mozart et le dodécaphonisme de Schönberg semblent bien lointains l'un de l'autre. Pourtant, Schönberg ne cesse de revendiquer l’héritage de Mozart, ainsi que celle de Brahms et Wagner, dans son œuvre. La Nuit transfigurée est une pièce de jeunesse, écrite bien avant sa période dodécaphonique, avec des accents de romantisme tardif. La voix proprement schönbergienne y est bien présente, faite de phrases asymétriques et d'un flux contrapuntique complexe. La partition est basée sur un poème extrait du recueil La Femme et le monde de Richard Dehmel, un ami du musicien. Le texte, Zwei Menschen, décrit une promenade nocturne d'un couple amoureux dont la femme avoue qu'elle attend un enfant d'un autre et obtient le pardon de son amant qui insiste sur l'importance de sa maternité. Ils marchent heureux, sous la lune, dans cette nuit transfigurée. Elle est devenue un grand classique, tout comme l’incontournable Symphonie concertante K. 364 de Mozart, ici revisitée dans une transcription pour sextuor à cordes. Deux écoles, deux maîtres, deux classiques : il n’y a plus qu'à réviser !

Avec : Misako Akama, Violon | Jeroen Suys, Violon | Violaine Despeyroux, Alto | Kei Tojo, Alto | Aurélie Allexandre, Violoncelle | Jordan Costard, Violoncelle
Œuvres de : Wolfgang Amadeus Mozart | Arnold Schönberg
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Intégrale des Sonates pour violoncelle et piano de Fauré
sam
28
JANVIER
2017
19:00
 
Premières œuvres
Yan Levionnois, Violoncelle | Guillaume Bellom, Piano

Ce programme propose de découvrir l’évolution du violoncelle à travers les époques et les pays, et plus spécifiquement avec les premières œuvres conséquentes de Mendelssohn, Fauré et Maratka pour cet instrument.

S'il fut un romantique dans l'âme, Felix Mendelssohn demeure un classique d'esprit. Même dans les moments les plus exaltés, sa musique conserve une grâce et une transparence, comme en témoigne sa Sonate n°1 en si bémol majeur pour violoncelle et piano, op. 45. Le violoncelle ne possède pas encore de rôle « soliste » mais sert plus de soutien au piano, qui détient la véritable partie brillante et mélodique.

Dans la Sonate n°1 en ré mineur pour violoncelle et piano, op. 109 de Gabriel Fauré, les rôles se retrouvent inversés, et bien que le piano soit en charge de toute l’harmonie, élément essentiel du langage fauréen, le compositeur laisse au violoncelle la trame dramatique et mélodique du discours.

L’œuvre Voja Cello du compositeur franco-tchèque Krystof Maratka laisse, quant à elle, apprécier les possibilités techniques et expressives révélées par les dernières générations de violoncellistes. Dédiée à François Salque, cette pièce essaye de capturer l’état de transe atteint par les musiciens improvisateurs de l’Europe de l’Est, au travers de quatre mouvements, chacun inspiré d’une ethnie différente.

Œuvres de : Gabriel Fauré | Krystof Maratka | Felix Mendelssohn
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
26
JANVIER
2017
12:30
 
Paysages d'une femme
Alice Lestang, Soprano | Juliette Sabbah, Piano

De Berlioz à Poulenc en passant par Schubert et Strauss, Alice Lestang et Juliette Sabbah nous content les « paysages d’une femme » avec des mélodies et lieder très contrastés.

Le magnifique cycle Nuits d'été de Berlioz nous entraîne à travers une multitude d'atmosphères et de paysages avec l’amour comme fil conducteur.

Schubert réordonne la savante irrégularité du poème Ganymed pour le traiter en une sorte de madrigal continu, au fil de variations resserrant peu à peu la fiévreuse ascension vers la pure extase céleste.

Die Nacht de Strauss reflète l’anxiété de l’amant en présence de la nuit qui prend toutes les beautés du monde et peut dérober aussi sa bien-aimée.

C’est en pensant à l’exil forcé de Louise de Vilmorin, retenue dans un château slovaque à cause de la guerre, que Poulenc met en musique en 1939 les Fiançailles pour rire, poésies mi-frivoles, mi-nostalgiques. « Voilà tout le rapport de mon œuvre avec cette horrible tornade » prévient-il ceux qui y voudraient y voir un message plus tragique. Il voulait faire de ce cycle le pendant féminin de Tel jour, telle nuit avec un ton plus léger, impertinent.

Dans Gretchen am Spinnrade de Schubert, la toute jeune Marguerite vient de découvrir l’amour et ne connaît plus de repos. Bien plus qu’un ronronnement de rouet, c’est le tourbillon du vertige érotique qui apparait précisément dans ce ton lugubre.

Enfin, Strauss nous livre une ravissante et intemporelle merveille avec le poème d’amour Morgen

Œuvres de : Hector Berlioz | Franz Schubert | Richard Strauss | Francis Poulenc
Chapelle de la Madeleine
Rue Racine
02400 Château-Thierry
# Château Piano
dim
22
JANVIER
2017
17:00
 
Fantaisies en mouvement
Spina – Benignetti Duo

Le Duo Spina-Benignetti met à l’honneur la danse autour du répertoire pour piano à quatre mains.

Mozart compose sa Fantasia en fa mineur, K. 608 pour orgue mécanique au moment d’une exposition commémorative à Vienne. Il en fait lui-même une transcription pour piano à quatre mains. C’est une œuvre remarquable pour sa richesse contrapuntique et harmonique.

Les Six morceaux, op. 11 de Rachmaninov sont de petits bijoux contrastés entre la mélancolique Barcarolle, le fiévreux Scherzo, la populaire Chanson russe, la spirtuelle Valse, la douleureuse Romance et l’imposant finale Gloire. La double présence de mélodies authentiquement populaires est un fait relativement rare chez le compositeur, peu enclin à ce genre de citations textuelles.

La deuxième partie de ce concert nous plonge toujours dans le thème de la danse avec une pièce contemporaine écrite par un des plus productifs et talentueux compositeurs italiens d’aujourd’hui : Luca Lombardi. Sa Valse s’inspire de celles de Chostakovitch et de rythmes du tango.

Le récital se termine avec la Ballet Suite, op. 28 de Barber. Elle se compose de six danses enjouées (Waltz, Schottische, Pas de deux, Two-step, Hesitation Tango et Galop), représentant des souvenirs qui sont chers au compositeur et qu’il associe à New York vers 1914.

Avec : Eleonora Spina, Piano | Michele Benignetti, Piano
Œuvres de : Wolfgang Amadeus Mozart | Sergueï Rachmaninov | Luca Lombardi | Samuel Barber
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Révisez vos classiques !
sam
21
JANVIER
2017
19:00
 
Trésors romantiques allemands
Trio Hélios

Le Trio n°5 en ré majeur, op. 70 n°1 « Les Esprits » est sans conteste l’un des plus célèbres de Beethoven. Composé entre 1807 et 1808, 10 ans après son Trio en si bémol majeur, op. 11, il est contemporain de la Symphonie n°5 et de la Symphonie pastorale. Dédié à la comtesse Maria von Erdödy, proche amie chez qui Beethoven séjourne au moment de la composition, son surnom des « Esprits » pourrait lui avoir été donné en raison de l'orchestration étrange et de l'ambiance lugubre qui règne dans le Largo assai ed espressivo. Le thème utilisé dans ce deuxième mouvement était initialement destiné à une scène de sorcières dans l'opéra MacBeth que le compositeur projetait alors. Entouré de deux mouvements rapides d’écriture très beethovénienne (modulations élaborées, ruptures de dynamiques, écriture en imitation…), il est le sommet expressif de l’œuvre et l’un des mouvements les plus impressionnistes du musicien.

« Ah si je connaissais le chemin du retour vers l'enfance… » songe Brahms. Dans son Trio n°1 en si bémol majeur, op. 8 écrit au cours de l'hiver 1853-1854 à Düsseldorf et à Hanovre – il n’a alors que 20 ans – il sait, sans aucun doute, capter ces passions juvéniles. Cette musique le rend suffisamment fier pour la faire jouer en première mondiale à New York et reste son trio le plus interprété. Le premier mouvement presque aussi développé que les trois autres réunis, déborde de poésie avec ses trois vastes thèmes, dont le premier rappelle l’épanchement de certains de ses lieder. S’ensuit un Scherzo fantastique, une « danse des elfes », dans l'esprit des Ballades pour piano, op. 10. Le troisième mouvement fait entendre un frémissement des cordes, dialogue suspendu du piano et du violoncelle dans un climat mystérieux : « on a souvent l'impression qu'il joue avec les étoiles » affirme Clara Schumann. Le Finale, très ramassé, conclut ce trio avec un lyrisme plus affirmé et généreux. 

Avec : Camille Fonteneau, Violon | Raphaël Jouan, Violoncelle | Alexis Gournel, Piano
Œuvres de : Ludwig van Beethoven | Johannes Brahms
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Parenthèse Instrumentale
jeu
19
JANVIER
2017
12:30
 
Autour du romantisme
Trio Sayat Nova

Le Trio n°1 en si bémol majeur, op. 99, D. 898 a probablement été composé par Franz Schubert pendant l'été de 1827, à l'intention d'un trio constitué par Carl Maria Bocklet, pianiste virtuose ami de Schubert, Schuppanzigh au violon et Linke au violoncelle. C'est avec eux qu'eut lieu la première audition privée, le 28 janvier 1828, chez Joseph von Spaun. L'œuvre ne fut jamais jouée en public du vivant du compositeur, et c'est en 1836 seulement qu'elle fut éditée par Diabelli. C’est une œuvre brillante, qui laisse une grande place à l'héroïsme, avec une énergie rythmique et un vivace extraordinaires.

Le Trio n°3 en do mineur, op. 101 de Johannes Brahms est un chef-d’œuvre par la concision de sa forme, sa concentration de la pensée et son caractère typiquement brahmsien. Il fut composé durant l’été de 1886 sur les bords du lac de Thoune, simultanément à la Sonate n°2 pour violoncelle et piano, op. 99 et à la Sonate n°2 pour violon et piano, op. 100. Comme ces deux partitions, il fut déchiffré entre amis, chez les Widmann qui séjournaient à Berne – Brahms tenant la partie de piano et les deux frères Hegar, de Zürich, les parties de violon et violoncelle. La première audition publique de l’œuvre fut donnée dans le courant du mois de décembre suivant à Budapest (par le compositeur, avec le violoniste Hubay et le violoncelliste Popper).

Ce programme se clôture sous le signe de la découverte avec le Trio n°1 du tout jeune pianiste et compositeur Jean-Baptiste Doulcet.

Avec : Sarah Décamps, Violon | Aurélie Allexandre, Violoncelle | Jean-Baptiste Doulcet, Piano
Œuvres de : Franz Schubert | Johannes Brahms | Jean-Baptiste Doulcet
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
18
JANVIER
2017
12:30
 
Endless Love
Ensemble Il Buranello

Epoque charnière pour l’écriture musicale, la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe siècle foisonnent de grands changements et d’innovations, notamment en Italie dans les centres artistiques comme Florence, Rome (Frescobaldi) ou Venise (Monteverdi). La principale caractéristique de ce bouleversement est l’abandon de la polyphonie au profit de la monodie, ou encore la prima prattica (où l’harmonie prime sur le texte), opposée à la seconda prattica (où le le texte domine sur l’harmonie). Cette nouvelle musique se propage en Europe par le biais des éditions de partitions italiennes. On retrouve donc cette pratique également en Angleterre.

La seconda prattica s’attache à mettre en exergue les expressions humaines : ce n’est plus la beauté « architecturale » et scientifique d’une belle harmonie qui prévaut mais les expressions terrestres et individuelles, les affects de l’âme. A cette époque, apparaissent des nouveautés dans les compositions comme les dissonances placées sur les syllabes fortes, des accords de septième, des figuralismes et une grande théâtralisation que nous retrouverons dans toutes les œuvres. Lamentations d’amants éconduits, lettres d’amour, amoureux qui se cherchent, folie de l’amour, il s’agit d’émouvoir le spectateur…

Avec : Stéphanie Révillion, Soprano | Lies Wyers, Viole de gambe | Ganaël Schneider, Clavecin
Œuvres de : Girolamo Frescobaldi | Alessandro Grandi | Riccardo Rognoni | Barbara Strozzi | William Byrd | Henry Purcell | Tobias Hume | Claudio Monteverdi
Eglise Saint Louis en l’Ile
19 rue Saint-Louis en l’Ile
75004 Paris
# Point d’orgue
dim
15
JANVIER
2017
12:30
 
Héritage des grands maîtres européens
Adriano Spampanato , Orgue

« Et toujours les orgues chantaient, poussaient par l'énorme monument les accents ronflants et rythmés de leurs gorges puissantes, qui crient au ciel la joie ou la douleur des hommes. [...] Tantôt elles jetaient des clameurs prolongées, énormes, enflées comme des vagues, si sonores et si puissantes, qu'il semblait qu'elles dussent soulever et faire sauter le toit pour se répandre dans le ciel bleu. Leur bruit vibrant emplissait toute l'église, faisait frissonner la chair et les âmes. Puis tout à coup elles se calmaient; et des notes fines, alertes, couraient dans l'air, effleuraient l'oreille comme des souffles légers : c'étaient de petits chants gracieux, menus, sautillants, qui voletaient ainsi que des oiseaux ; et soudain, cette coquette musique s'élargissait de nouveau, redevenant effrayante de force et d'ampleur, comme si un grain de sable se métamorphosait en un monde. »

Bel-Ami de Guy de Maupassant

Œuvres de : Dietrich Buxtehude | Girolamo Frescobaldi | Michelangelo Rossi | Johann Sebastian Bach | Jean-Adam Guilain | Alexandre Boëly
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Du vent !
sam
14
JANVIER
2017
19:00
 
Paris, entre romantisme et avant-garde
Quatuor Niobé

Breveté par Adolphe Sax en 1846 à Paris, la sonorité nouvelle du saxophone étonne autant qu’elle intimide. Utilisé au départ dans les musiques militaires, les compositeurs parisiens l'intègrent à l'orchestre romantique à travers les célèbres solos de l’Arlésienne de Georges Bizet, ou encore dans la Rhapsodie mauresque de Claude Debussy.

Originalement écrits pour piano à quatre mains, les Jeux d'enfants, op. 22 sont un recueil de douze pièces que Georges Bizet compose à l'automne 1871. C'est sans doute parce qu'il savait qu'il allait devenir père dans les mois suivants qu'il a entrepris d'écrire ces pièces. Ce recueil pour piano, d’une étonnante richesse mélodique et rythmique, est l'un des premiers du genre en France.

Ayant fait ses études au Conservatoire de Paris, Ichiro Nodaïra a cependant gardé de fortes influences de la musique traditionnelle japonaise. Dédié à Claude Delangle, son mystérieux Quatuor oscille entre calme et violence à travers de magnifiques couleurs spectrales.

Inspirée par le recueil de poèmes Fêtes galantes de Paul Verlaine, la Petite suite de Claude Debussy est initialement écrite pour piano à quatre mains. Elle fait preuve d’une telle richesse de sonorités dans l’écriture pianistique que l’orchestration s’imposait d’elle-même. Henri Büsser la réalise en 1907, à la pleine satisfaction de Debussy.

Alexandre Glazounov, l’un des derniers romantiques russes de la lignée de Tchaïkovski, est surpris par le Quatuor de saxophones de la Garde républicaine et le son très doux et chantant de leurs instruments. Il révèle à Maximilian Steinberg : « J’ai peine à croire que ce sont les mêmes instruments qu’on entend dans le jazz. La clarté et la douceur de leur son m’étonne… ». Composé à Paris en 1932, son Quatuor est un chef-d’œuvre.

Avec : Jan Gricar, Saxophone | Eudes Bernstein, Saxophone | Maxime Bazerque, Saxophone | Makoto Hondo, Saxophone
Œuvres de : Georges Bizet | Ichiro Nodaïra | Claude Debussy | Alexandre Glazounov
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
12
JANVIER
2017
12:30
 
Modernité sans frontières
Nathalia Milstein, Piano

Le début du XXe siècle est probablement l'une des périodes les plus diversifiées de l'histoire de la musique. Entre tradition et renouveau, recherche de sources folkloriques et renouement avec les maîtres baroques et de la Renaissance, les compositeurs développent des personnalités très opposées et sont pionniers de multiples mouvements artistiques.

Nous retrouvons ainsi dans ce programme trois génies de contrées et traditions différentes : Bartók, Prokofiev et Ravel, avec des œuvres composées à quelques années d'intervalle et représentant trois aspects distincts de la modernité classique.

Dans le Monde pianistique d’Arzoumanov, des influences harmoniques fortes de cet héritage du début du XXe siècle sont également présentes.

Œuvres de : Belà Bartók | Sergueï Prokofiev | Valéry Arzoumanov | Maurice Ravel
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Clavecin en partage
dim
08
JANVIER
2017
12:30
 
Danses et Airs à la Cour de France
Lea Desandre, Mezzo-Soprano | Violaine Cochard, Clavecin

L’air de cour conquit le monde musical français à la charnière de la Renaissance tardive et du premier baroque, approximativement entre 1580 et 1590, et perdura parallèlement à l’émergence de la tragédie lyrique dans la première moitié du XVIIe siècle. De ses origines de la Renaissance, l’air de cour conserva un caractère polyphonique important, mais ce fut bien sûr le chant soliste qui se tailla la part du lion. S’il insista bien souvent sur l’intelligibilité absolue du texte, l’air de cour à la française se frotta aussi à l’exercice de la virtuosité vocale.

Michel Lambert, le beau-père de Lully, signa ainsi plus de 300 partitions de ce genre dont on commence enfin à soupçonner l’importance. Sébastien Le Camus, membre de La Petite Bande créée par Lully, était éminemment bien placé pour tirer les leçons de son protecteur et ses airs de cour brillent par une élégance toute hexagonale. De son côté, Marc-Antoine Charpentier fut certes taxé d’italianophilie malvenue mais demeura pourtant intrinsèquement français dans sa manière.

L'autre passion du royaume de France était la danse. Les Bourbons l'avaient érigée en véritable art d'état. La grande école française du clavecin, établie par Jacques Champion de Chambonnières, Louis Couperin et Jean-Henry d'Anglebert, allait porter la suite de danses à des sommets que François Couperin, neveu de Louis, couronna d'une œuvre vertigineuse constituée de vingt-sept ordres. Le clavecin français, c'est un univers de clair-obscur, de délicats coups de pinceaux maniant l'élégance élusive et la suggestion. C'est aussi une fantastique galerie de caractères (au sens imposé par le grand Jean de La Bruyère), de portraits parfois mystérieux dont on cherche encore toutes les sources.

Le programme proposé est consacré à cette époque passionnante et à ces maîtres qui occupent une place unique dans l'histoire de la musique. Récital à deux voix, moment continu où les pièces instrumentales sont un écho, un commentaire des pièces chantées, les liant entre elles ou les annonçant.

Œuvres de : Jean-Henri d’Anglebert | Sébastien Le Camus | Marc-Antoine Charpentier | François Couperin | Michel Lambert | Louis Couperin
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Révisez vos classiques !
sam
07
JANVIER
2017
19:00
 
Quintettes au cœur du romantisme allemand
Bogdan Sydorenko, Clarinette | Aya Kono, Violon | Diana Mykhalevych, Violon | Ieva Sruogyté, Alto | Polina Streltsova, Violoncelle

De tous les ouvrages de musique de chambre de Weber, le Quintette, op. 34 est l’un des plus joués. C’est lors d’un séjour à Munich en 1811, tandis qu’il parcourait l’Europe comme pianiste et comme chef d’orchestre, que Weber avait rencontré Heinrich Bärmann, clarinettiste solo de la Cour et virtuose de son instrument. C’est à son intention que fut écrit le Quintette, achevé quatre ans plus tard. L’instrument à vent, aux ébats solistes, chante comme un oiseau dans la forêt : gazouillis chromatiques, bavardages en trilles, phrases mélodiques expressives, autant de chants joyeux pour une promenade enchanteresse.

Le chaleureux Quintette, op. 115 de Brahms fut composé rapidement, en même temps que le Trio op. 114, au cours du printemps et de l’été 1891 à Bad Ischl. Ses quatre mouvements font preuve d’un sens de l’architecture lucide et consommé. Le premier mouvement, d’une atmosphère mélodique très prenante, est écrit dans la forme sonate. L’Adagio, de forme lied ternaire, nous expose un véritable « chant d’amour ».  Le troisième  mouvement est presque fantastique avec les frémissements et les incertitudes de la clarinette frottée aux cordes. Le Finale est constitué d’un thème assorti de variations dans le style d’un Rondo avec une coda. Ce Quintette déploie ainsi ses ondulations sans pathétisme, avec une infinie tendresse et beaucoup d’espoir. La voix de la clarinette s'enroule mélancoliquement comme une berceuse contemplative, sans la moindre révolte. On peut y entendre une sorte de journal intime.

Œuvres de : Carl Maria von Weber | Johannes Brahms
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
21
DÉCEMBRE
2016
12:30
 
Portraits français du XVIIIe siècle

Pour ce premier concert de la saison 2016-2017 en partenariat avec le département de musique ancienne du Conservatoire du 7e, nous pourrons entendre un programme dédié aux portraits français du XVIIIe siècle.

Musiciens :

Aline Bieth, Augustin D'Arco, flûtes à bec
Noemie Lenhof, viole de gambe
Lucie Chabard, Matthieu Franchin, clavecin

Œuvres de : Pierre Danican Philidor | Gaspard Leroux | François Couperin | Marin Marais | Marc-Antoine Charpentier | Michel Richard Delalande
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
15
DÉCEMBRE
2016
12:30
 
Le ciel était trop bleu
Duo Perbost - Ambroselli

Le ciel était trop bleu est un roman musical racontant la vie d'une femme, de ses premiers émois jusqu'à l'accomplissement de ses rêves, de ses illusions jusqu'à la folie. Cette histoire, librement inspirée du roman Une Vie de Guy de Maupassant, est racontée par deux musiciennes : une pianiste et une soprano. Celles-ci allient avec intelligence et finesse des extraits du roman de Maupassant, qu’elles nous content, avec des mélodies qui viennent illustrer les événements dramaturgiques, émotionnels et psychologiques. Elles nous livrent une histoire simple, touchante et poétique : une sorte de petit opéra !

Avec : Marie Perbost, Soprano | Joséphine Ambroselli Brault, Piano
Œuvres de : Hugo Wolf | Johannes Brahms | Gabriel Fauré | Claude Debussy | Reynaldo Hahn | Francis Poulenc | Richard Strauss | Franz Schubert | Edvard Grieg
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Révisez vos classiques !
sam
10
DÉCEMBRE
2016
19:00
 
L’orchestre en quatre mains
Alexandre Lory, Piano | Clément Lefebvre, Piano

Au cours des XIXe et XXe siècles, les transcriptions d’œuvres orchestrales pour piano à quatre mains étaient courantes et parfois réalisées par les compositeurs eux-mêmes. C’est le cas du ballet Petrouchka de Stravinsky qui relate le début d'une fête de mardi gras (fête populaire du carnaval orthodoxe) où règnent la joie et l'amusement. La diversité de l’orchestration et des rythmes illustre parfaitement la hâte et les mouvements de la fête : l’orchestre se transforme en véritable fanfare, jouant une suite de danses.

Má Vlast est un cycle de six poèmes symphoniques de Smetana. Fidèle à ses convictions patriotiques, le compositeur évoque l'histoire et les paysages de son pays, la Bohême. Vltava, la pièce la plus célèbre du cycle, est connue également sous son nom allemand La Moldau. Vltava est le nom de la rivière qui traverse Prague et une grande partie de la Bohême avant de rejoindre l'Elbe dont elle est un affluent. La pièce se constitue ainsi de tableaux évoquant les bois, les danses paysannes (rythme de polka) et les nuits magiques de la Bohême.

Le Prélude à l'après-midi d'un faune de Debussy a été transcrit pour quatre mains par Ravel. Il s’agit d’une œuvre symphonique dont Debussy écrit dans le programme imprimé : « La musique de ce Prélude est une illustration très libre du beau poème de Stéphane Mallarmé. Elle ne prétend nullement à une synthèse de celui-ci. Ce sont plutôt des décors successifs à travers lesquels se meuvent les désirs et les rêves d'un faune dans la chaleur de cet après-midi. Puis, las de poursuivre la fuite peureuse des nymphes et des naïades, il se laisse aller au soleil enivrant, rempli de songes enfin réalisés, de possession totale dans l'universelle nature. »

La Sinfonietta, op. 49 de Kapustin profondément inspirée par le jazz et le Lebensstürme de Schubert sont, elles, des œuvres originales pour piano à quatre mains. Cependant, Kapustin et Schubert exploitent le large ambitus de l'instrument, les différents registres du clavier, et offre ainsi à ces œuvres une écriture riche et dense, leur insufflant de cette manière une dimension orchestrale.

Œuvres de : Franz Schubert | Igor Stravinsky | Nikolaï Kapustin | Claude Debussy | Bedřich Smetana
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Parenthèse Instrumentale
jeu
08
DÉCEMBRE
2016
12:30
 
Influences au XXe siècle
Raphaël Jouan, Violoncelle | Adriano Spampanato , Piano

Parmi les œuvres les plus jouées du célèbre compositeur estonien Arvo Pärt, Fratres fut composée initialement pour 3 voix sans instruments déterminés mais a engendré de nombreuses versions du compositeur pour des instrumentations diverses. Écrite après la mort de Benjamin Britten pour lequel Arvo Pärt éprouvait une grande admiration, c’est une véritable pièce d’atmosphère, se rapprochant du courant minimaliste.

La Sonate de Benjamin Britten fut dédiée à Mstislav Rostropovitch qui avait beaucoup impressionné le compositeur lors de la création du Concerto pour violoncelle de Chostakovitch. Elle combine la forme sonate et celle de la suite instrumentale. Le style est concis, tendu et parfois subtil.

La Sonate en ré mineur, op. 40 de Dmitri Chostakovitch fait partie des chefs d’œuvre du répertoire pour violoncelle et piano du XXe siècle. Régulièrement interprétée par Rostropovitch et Britten lors de nombreux récitals, l’œuvre fut écrite lors d’une période particulière pour le compositeur : il était alors séparé de son épouse à la suite d’une aventure avec une jeune étudiante. La structure classique de ses quatre mouvements ménage des espaces tant pour le lyrisme que pour la virtuosité endiablée et l’on retrouve de nombreuses caractéristiques de l’écriture de Chostakovitch qu’il continuera de développer tout au long de son œuvre. 

Œuvres de : Arvo Pärt | Benjamin Britten | Dmitri Chostakovitch
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Piano du prince
mer
07
DÉCEMBRE
2016
20:00
 
Le piano à travers les siècles
Tanguy De Williencourt, Piano

Ce programme nous invite à traverser les grandes époques que le clavier a connues, du clavecin jusqu'à notre piano moderne. Alors que la Partita n°1 en si bémol majeur, BWV 825 de Bach, lumineuse et joviale, est typique de la suite de danses baroque, Beethoven réinvente le genre de la sonate classique avec sa Sonate n°12 en la bémol majeur, op. 26 dite « Marche funèbre » dont la « Marcia funebre sulla morte d’un eroe » du troisième mouvement lui donne son surnom. Debussy, dans ses deux Préludes, nous plonge dans des univers successivement onirique, fantasque ou humoristique, et Les lumières du manège de Neuburger prennent la forme d'un tango fantomatique. Pour finir, nous revenons au cœur du répertoire romantique avec les célèbres Mazurka, op. 6 et Valses, op. 64 de Chopin.

Œuvres de : Johann Sebastian Bach | Ludwig van Beethoven | Claude Debussy | Jean-Frédéric Neuburger | Frédéric Chopin
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Clavecin en partage
dim
04
DÉCEMBRE
2016
12:30
 
Sweelinck in good company
Adeline Cartier, Clavecin | Sébastien Wonner, Clavecin

Le surnom de Jan P. Sweelinck, « l’Orphée d’Amsterdam », nous semble aujourd’hui amplement justifié. Il a le mérite de souligner le génie d’un des plus grands compositeurs et claviéristes de l’histoire mais il enferme un peu trop notre musicien dans sa cité. En toute justesse, Sweelinck a sûrement peu circulé en dehors de sa ville mais toute sa musique appelle au voyage. Sa présence dans la grande compilation anglaise, le Fitzwilliam Virginal book, et dans divers manuscrits européens atteste de multiples influences.

En raison des guerres de religion, cette charnière des XVIe et XVIIe siècles est très troublée et favorise paradoxalement les échanges entre les cultures. Amsterdam passe à la réforme en 1578. En 1582, le compositeur anglais Peter Philips émigre à Bruxelles « pour la foy Catholique ». Onze ans plus tard en 1593, on le trouve de passage à Amsterdam « to sie and heare an excellent man of his faculties », c’est-à-dire très sûrement rencontrer et entendre notre musicien. Philips est rejoint en 1613 à Bruxelles par un de ses compatriotes, le fameux Dr. John Bull, plus vraisemblablement pour des affaires de mœurs. Il sera en relation avec Sweelinck, peut-être ami, comme en témoigne sa touchante fantaisie sur un propre thème du hollandais, juste après sa mort en 1621.

Œuvres de : Jan Pieterszoon Sweelinck | John Bull | Peter Philips
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Talents émergents
sam
03
DÉCEMBRE
2016
19:00
 
Entre tradition et modernité
Stanislas Kim, Violoncelle | Marie Rosa Günter, Piano

Au fil de ce programme qui s'étend du classicisme viennois à la musique contemporaine, nous nous penchons sur l'influence de la tradition dans les œuvres de compositeurs qui ont marqué leur époque et l'héritage musical.

Beethoven, le révolutionnaire, représente la transition entre classicisme et romantisme. Les 7 Variations en mi bémol majeur sur « Bei Männern, welche Liebe fühlen » de la Flûte enchantée WoO 46 témoignent de l’admiration du compositeur pour Mozart et ont été composées dans la continuité de son prédécesseur.

Avec Marmor de Beffa, on retrouve une utilisation de l'harmonie qui donne toute sa force à une musique contemplative et riche en couleurs, musique qui n'est pas sans évoquer les chants liturgiques ou encore les cloches d’une église.

Debussy, l'anticonformiste, emblème de la période moderne et de l'avant-garde musicale, utilise dans sa Sonate en ré mineur plusieurs éléments issus de l'opéra baroque français. Cette pièce fantasque, pleine de sarcasme et de poésie, nous expose des images et des rythmes d’Espagne.

Les 5 Stücke im Volkston, op. 102 de Schumann sont, comme leur nom laisse entendre, imprégnées de divers genres du répertoire populaire, de la berceuse à la marche en passant par la danse paysanne.

Enfin, Stravinsky, qui choque en 1913 avec Le Sacre du printemps, fait revivre à sa manière les maîtres baroques Pergolèse et Gallo dans la Suite Italienne tirée du ballet Pulcinella.

Œuvres de : Ludwig van Beethoven | Karol Beffa | Claude Debussy | Robert Schumann | Igor Stravinsky
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
01
DÉCEMBRE
2016
12:30
 
Diagonales de la modernité
Jean-Paul Gasparian, Piano

Ce programme donne à entendre quelques grandes étapes de la modernité musicale, depuis le cœur du romantisme jusqu’à nos jours, en passant par le moment décisif des premières années du XXe siècle - moment que peuvent contempler les spectateurs du Petit Palais, dans le domaine de la peinture.

Les œuvres de Liszt et Chopin déploient les grandes passions contradictoires de l’âme humaine : on y voit le mysticisme de La Vallée des Larmes de Gustave Doré, et la profondeur tragique d’Ugolin de Carpeaux – sculpture inspirée, justement, par la Divine Comédie de Dante.

La Sonate de Prokofiev, audacieuse dans son classicisme même, fait jaillir une multiplicité chatoyante de couleurs, d’évocations et d’affects (en résonance immédiate avec l’atmosphère mystérieuse et fantastique des tableaux symbolistes), portée par l’énergie caractéristique du compositeur : tendue, percussive, presque géométrique, aux contrastes violemment exacerbés. Quant à Incises, il s’agit bien sûr de rendre hommage à Pierre Boulez, récemment disparu, et qui demeure une figure musicale majeure de notre temps.

Œuvres de : Frédéric Chopin | Franz Liszt | Pierre Boulez | Sergueï Prokofiev
Chapelle de la Madeleine
Rue Racine
02400 Château-Thierry
# Château Piano
dim
27
NOVEMBRE
2016
17:00
 
Le piano classique et ses résonances
Sebastian Ene, Piano

Instrument éclectique, à la fois capable de servir le compositeur ou bien de le pousser vers des nouveaux horizons de création, le piano acoustique est un instrument complexe dans son utilisation musicale et de par ses mutations continues, d'une éternelle actualité. Allant de Bach à Levinas, nous pouvons découvrir le rapport intime des différents compositeurs à cet instrument aux références historiques.

Le Prélude, BWV 867 de Bach est à la fois simple et foisonnant. Il se caractérise par la démarche régulière des croches de la main gauche qui soutiennent l’élément mélodique de la main droite, dans un tissu harmonique particulièrement dense. Sa Fugue, BWV 867 est l’un des sommets du Clavier bien tempéré, se rapprochant d’une pièce vocale de style sévère.

Œuvre de la dernière période créatrice de Beethoven, la Sonate n°32 en ut mineur, op. 111 opère une synthèse entre la forme sonate, la fugue et la variation en deux mouvements très contrastés. D’une grande difficulté technique, elle comporte des caractéristiques visionnaires, particulièrement rythmiques.

La Suite n°2 en ré majeur, op. 10 est le premier chef-d’œuvre pianistique d’Enesco. Elle présente une synthèse d’éléments néo-classiques, romantiques et impressionnistes. La Sarabande frappe par ses harmonies archaïsantes et son hommage à Debussy, tandis que la Pavane s’édifie entièrement sur une cellule de quatre sons.

Scriabine s’inscrit dans le prolongement du principe romantique lisztien, transformant la sonate en un poème aux épisodes et aux idées multiples, sans préjudice d’une forme rigoureusement étudiée et équilibrée. Selon les témoignages, sa Sonate n°2 en sol dièse mineur, op. 19 aurait été inspirée par la contemplation de paysages marins en Italie. Il est en effet possible de voir dans le premier mouvement une nuit en bord de mer et dans le second une tempête.

Enfin, dès ses premières œuvres, Michaël Levinas développe un style singulier d’une extraordinaire puissance expressive. Dans ses Trois Études, il travaille activement sur les transitoires d’attaque et l’hybridation des sons entre eux.

Œuvres de : Johann Sebastian Bach | Ludwig van Beethoven | Georges Enesco | Alexandre Scriabine | Michaël Levinas
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Influences italiennes
sam
26
NOVEMBRE
2016
19:00
 
Che fai tu ?
Les Kapsber’girls

Girolamo Kapsberger est un musicien virtuose et compositeur hors pair à la cour du Cardinal Barberini, à Rome, au début du XVIIe siècle. Ses compositions laissent encore de surprenantes interrogations tant interprétatives qu’analytiques mais l’extrême variété de son œuvre témoigne de l’effervescence artistique de l’Italie pré-baroque et de son immense talent.

Ses quatre livres de Villanelles à une, deux et trois voix, édités entre 1610 et 1623 à Rome sont de véritables joyaux musicaux. D’une œuvre à l’autre, Kapsberger nous transporte au cœur d’un univers poétique et bucolique mais édifiant de contrastes.

L’incroyable richesse des caractères et des couleurs de ces airs encore méconnus nous entraîne à rêver, nous surprend, nous émerveille et nous laisse sur le cœur une étrange et agréable sensation de nostalgie…

Avec : Alice Duport-Percier, Soprano | Axelle Verner, Mezzo-Soprano | Barbara Hünninger, Violoncelle baroque | Albane Imbs, Guitare baroque
Œuvres de : Johannes Hieronymus Kapsberger | Alessandro Piccinini | Giovanni Battista Vitali | Gaspar Sanz | Tarquinio Merula | Barbara Strozzi
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
23
NOVEMBRE
2016
12:30
 
Variations au XVIIIe siècle
Camille Ravot, Clavecin

Ce programme s’articule autour d’œuvres emblématiques pour clavecin du XVIIIe siècle, et plus particulièrement autour des variations.

La Folia, également appelée Follia (en italien) ou Folies d'Espagne, est une danse apparue au XVe siècle, probablement au Portugal. Son thème a servi pour des variations à plus de 150 compositeurs, de Lully à Sergueï Rachmaninov, en passant par Alessandro Scarlatti et Carl Philipp Emanuel Bach.

La Gavotte, dernière pièce de la Suite en la de Jean-Philippe Rameau, est suivie de six doubles, qui peuvent être aussi considérés comme des variations. Le nombre de doubles proposé ici est inhabituel pour l’époque et se rapproche des séries de variations écrites sur la Follia.

Œuvres de : Alessandro Scarlatti | Thomas Roseingrave | Domenico Scarlatti | Jean-Philippe Rameau | Carl Philipp Emanuel Bach
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Révisez vos classiques !
sam
19
NOVEMBRE
2016
19:00
 
Transcriptions de chefs-d’œuvre
Adélaïde Ferrière, Percussions

Possédant un répertoire relativement récent (les premières compositions apparaissent dans les années 1950), les marimbistes s’approprient souvent des pièces plus classiques en utilisant les transcriptions.

La majeure partie des œuvres pour clavier composées à l’époque baroque est parfaitement adaptable au marimba. Ainsi, Adélaïde Ferrière nous offre un panel d’œuvres de Johann Sebastian Bach, Jean-Philippe Rameau et Domenico Scarlatti, allant du Prélude à la Toccata en passant par des pièces de caractère comme L’Egyptienne.

Elle puise également dans le répertoire classique avec la Fantaisie en ré mineur pour piano, K. 397 de Wolfgang Amadeus Mozart pleine de réminiscences d’opéra et dans celui du romantisme avec le Caprice n°24 en la mineur pour violon de Niccolò Paganini, chef-d’œuvre technique et musical incontesté.

Adélaïde nous emporte au cœur de l'esthétique impressionniste avec deux pièces de Claude Debussy et nous fait découvrir l’univers du marimbiste Pius Cheung dans une Etude en mi mineur aux harmonies qui rappellent celles de Rachmaninov.

Enfin, elle nous immerge dans la folie du tango avec une adaptation d’Oblivion d’Astor Piazzolla signée Pius Cheung.

Œuvres de : Johann Sebastian Bach | Jean-Philippe Rameau | Claude Debussy | Wolfgang Amadeus Mozart | Niccolò Paganini | Astor Piazzolla | Domenico Scarlatti | Pius Cheung
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
17
NOVEMBRE
2016
12:30
 
Voix de femmes
Blerta Zhegu, Soprano | Fanny Prandi, Piano

Le temps d'un air d'opéra, d'une chanson de cabaret ou même d'une pièce pour piano, un personnage se dessine et nous dévoile un fragment d'âme…

Dans ce programme éclectique, onze figures féminines nous emportent, des jeux de la séduction aux affres du désespoir. Femmes touchantes, légères, déchirées, dangereuses, pétillantes, amoureuses, humaines sont ainsi mises à l’honneur par les incontournables compositeurs Massenet, Puccini, Donizetti, Liszt, Gounod, Debussy, Lehár, Weill, Aboulker et Satie : un hommage où l’émotion est à son comble !

Œuvres de : Jules Massenet | Giacomo Puccini | Gaetano Donizetti | Franz Liszt | Charles Gounod | Claude Debussy | Franz Lehár | Kurt Weill | Isabelle Aboulker | Erik Satie
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Intégrale des Trios de Mendelssohn
sam
12
NOVEMBRE
2016
19:00
 
Regards sur le trio avec piano
Trio Sōra

Le Trio Sōra nous propose une traversée musicale allant de l’Allemagne à l’Argentine, de 1786 à 2002, avec trois chefs-d’œuvre à (re-)découvrir.

Les trios avec piano de Mozart sont très peu joués en comparaison à ses opéras, quatuors et symphonies. Pourtant, le Trio en si bémol majeur, K. 502 contient tout ce qu’il y a de plus génial chez le compositeur : l’humour, la beauté des thèmes, la clarté du langage, une écriture flamboyante.

Mendelssohn ne compose que deux trios avec piano, incontournables du répertoire. Admirateur de Beethoven, né juif puis baptisé chrétien, il fait cohabiter dans son Trio n°2 en do mineur, op. 66 des thèmes yiddishs, des chorals, le fantastique et cette fougue si communicative qui caractérise son écriture.

Mauricio Kagel possède une double-casquette de compositeur et de metteur en scène. Mêlant dans ses œuvres théâtre et musique, nous pouvons entendre dans son Trio 2 in einem Satz une grande diversité d’ambiances, de caractères, tous plus captivants les uns que les autres.

Avec : Magdalēna Geka, Violon | Angèle Legasa, Violoncelle | Pauline Chenais, Piano
Œuvres de : Wolfgang Amadeus Mozart | Mauricio Kagel | Felix Mendelssohn
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Parenthèse Instrumentale
jeu
10
NOVEMBRE
2016
12:30
 
Amitiés franco-espagnoles
Duo Soleá

Au début du XXe siècle, les œuvres des compositeurs français s'imprègnent d'hispanisme (Le Boléro de Maurice Ravel, Carmen de Georges Bizet, España d'Emmanuel Chabrier...).

En Espagne, la vie musicale à cette époque est telle que le système est limité à son univers populaire, refusant la jeune France. Certains compositeurs espagnols rêvent de quitter cette Espagne vieillissante pour la France et apprendre la musique de là-bas…

Ainsi, Enrique Granados et Manuel de Falla, compositeurs espagnols, ainsi que Joaquín Nin, compositeur cubain, décident de partir à Paris. Ils rencontrent alors Gabriel Fauré, Maurice Ravel, Claude Debussy, Paul Dukas, Jacques Ibert et beaucoup d'autres.

Les compositeurs espagnols s'inspirent des chants de leur pays, les français construisent leur propre imaginaire, leur propre Espagne. En effet, certains n'y sont même jamais allés !

Entre inspiration et fascination, ces échanges musicaux entre les deux pays sont source d'une grande énergie créatrice.

Au cœur de ce programme franco-espagnol, nous pourrons également entendre les 3 Duos pour violoncelle et guitare du jeune compositeur français Romain Dumas qui propose une réflexion sur le rapport à l'autre, une étude en musique de l'interaction entre deux personnes : conflit, rapprochement, admiration, rejet, amour..., la liste est infinie ! Ces trois miniatures effleurent les sentiments de deux humanités qui se croisent.

Avec : Michèle Pierre, Violoncelle | Armen Doneyan, Guitare
Œuvres de : Maurice Ravel | Manuel de Falla | Gabriel Fauré | Enrique Granados | Romain Dumas | Joaquín Nin
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Du vent !
sam
05
NOVEMBRE
2016
19:00
 
Le bal
Quatuor Zahir

Le Quatuor Zahir nous offre un voyage dans le temps et dans l’espace où la danse et la musique, ces deux arts aussi familiers que riches, s’entremêlent. Ce programme s’articule autour de la pièce Le bal du compositeur contemporain Thierry Escaich et nous amène ainsi à explorer une succession de danses typiques et emblématiques de différentes cultures (tango, valse, disco, be-bop…).

Astor Piazzolla, bandonéoniste et compositeur argentin est considéré comme le musicien le plus important du XXe siècle pour le tango. Dans Violentango et Four for Tango, nous pouvons entendre sa spécificité : il fait la synthèse du tango traditionnel avec des éléments progressifs de la musique néoclassique.

Compositeur, organiste et improvisateur de renommée internationale, l’écriture de Thierry Escaich trouve sa source aussi bien dans le plain-chant grégorien que chez Brahms, Bartók ou Messiaen, comme en témoigne Le Bal.

Christophe Monniot, compositeur et saxophoniste, nous emmène dans un univers jazzy avec sa Valse pour Alex et sa Bourrée des Mariés.

Gabriel Pierné, organiste, pianiste, compositeur et chef d'orchestre, aborde tous les genres avec succès. L’Introduction et variations sur une ronde populaire commence avec une introduction lyrique calme et se poursuit avec une série de variations légères et lumineuses.

Pedro Iturralde est un saxophoniste de jazz espagnol considéré comme l'une des figures majeures du jazz espagnol. Il a été l'un des créateurs du flamenco-jazz. C’est à 20 ans qu’il compose sa pièce la plus célèbre La pequeña Czarda.

Leonard Bernstein, connu pour sa légendaire comédie musicale West Side Story a une grande aisance à passer d'un style à l'autre.

Enfin, Alexis Ciesla, clarinettiste et compositeur, s’intéresse particulièrement aux musiques improvisées. Sa Rhapsodish est clairement marquée par les musiques klezmer.

Avec : Guillaume Berceau, Saxophone | Sandro Compagnon, Saxophone | Florent Louman, Saxophone | Joakim Ciesla, Saxophone
Œuvres de : Astor Piazzolla | Thierry Escaich | Christophe Monniot | Gabriel Pierné | Pedro Iturralde | Leonard Bernstein | Alexis Ciesla
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
03
NOVEMBRE
2016
12:30
 
Invitation chez Misia Sert
Juliette Journaux, Piano

Nous sommes au cœur de la Belle Epoque, en pleine effervescence culturelle et c’est Misia, la reine de Paris du moment. Elle accueille de célèbres artistes dans son salon où les plus grands chefs-d’œuvre de l’époque se découvrent pour la première fois. Il est midi, Misia Sert organise une nouvelle rencontre d’artistes et d’amateurs d’art dans son bel appartement parisien. Debussy, Ravel, Satie et Fauré sont autour du piano, les amis proches de Misia sont présents aussi : on y voit Mallarmé, Proust, Stravinsky, Bonnard, Chanel et Colette.

Debussy s’apprête à interpréter ses Estampes, trois pièces impressionnistes qui nous font voyager à Bali, en Espagne et au milieu d’un jardin merveilleux. Il fait découvrir également ses Arabesques, deux bijoux de finesse où le compositeur dévoile son infinie palette de couleurs harmoniques. Il finira par son Clair de Lune, un véritable tableau aux nuances bleutées.

Ravel présente pour la première fois sa Valse, projet pour la musique d’un ballet russe : une œuvre qui en surprendra plus d’un avec son rythme de valse revisité.

Puis, c’est l’humour et le sens de l’absurde de Satie qui fait sonner le piano de Misia avec les Trois morceaux en forme de poire qu’il lui dédie.

Enfin, Fauré, le professeur de piano de Misia, interprète ses Trois romances sans paroles, des miniatures intimes, mélodiquement fort attrayantes.

Un programme qui s’annonce riche en découverte chez Misia Sert ! 

Œuvres de : Claude Debussy | Maurice Ravel | Erik Satie | Guillaume Connesson | Gabriel Fauré
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Révisez vos classiques !
sam
29
OCTOBRE
2016
19:00
 
Sonates françaises
Fédor Rudin, Violon | Ingmar Lazar, Piano

De la Sonate de Poulenc trop rarement interprétée à la Sonate de Franck que chaque violoniste possède dans son répertoire en passant par la subtile Sonate de Ravel, les deux musiciens nous proposent un programme typiquement français. Mais ces œuvres représentent-elles véritablement une esthétique purement française ?

Poulenc écrit au sujet de sa Sonate en 1942 : « Le monstre est au point. Je vais commencer la réalisation. Ce n’est pas mal, je crois, et en tout cas fort différent de la sempiternelle ligne de violon-mélodie des sonates françaises du XIXe. Comme celles de Brahms sont belles ! Je les connaissais mal […] ». Nous pouvons ainsi sentir les influences de Rachmaninov et de Tchaïkovski dans cette sonate, bien équilibrée.

La Sonate de Ravel se caractérise par un dépouillement extrême et par la volonté d’individualiser les deux instruments, aboutissant à des combinaisons sonores inédites. Le second mouvement Blues traduit le goût du musicien pour la musique américaine, qui se confirme lors de son séjour aux États-Unis (il visite plusieurs night clubs new yorkais en compagnie notamment de George Gershwin).

La Sonate de Franck, quant à elle, constitue un très bel exemple de sonate cyclique, tous les mouvements partageant des motifs thématiques communs. Nous pouvons y entendre l’influence de Brahms d’un point de vue harmonique, ainsi que de celle de Liszt, à qui Franck emprunte cette technique cyclique.

Il serait donc difficile d’imaginer un programme français qui soit plus universel, la preuve que la musique ne connaît aucune frontière !

Œuvres de : Francis Poulenc | Maurice Ravel | César Franck
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Piano du prince
mer
26
OCTOBRE
2016
20:00
 
Traversée dansante
Duo Eclypse

Le Duo Eclypse nous propose un voyage musical en plein cœur du XIXe siècle, de la Bohême à la Norvège en passant par la France et l’Amérique.

Il nous emporte dans l’univers du piano à quatre mains au gré de multiples danses populaires illustrées par les célèbres Danses slaves de Dvořák et les Danses hongroises de Brahms.

Nous faisons une escale en France avec un répertoire d’œuvres un peu moins répandues comme le tout récent Lied-Fantaisie de Sebaoun composé spécialement pour le Duo Elypse et créé en janvier 2015, ou bien encore le pétillant et humoristique Quadrille de Chabrier.

Toujours en France, nous redécouvrons la seule pièce pour quatre mains de Fauré : la suite Dolly, op. 56, composée en l'honneur d'Hélène, surnommée Dolly, la fille d'Emma Bardac, cantatrice et future épouse de Claude Debussy.

Nous terminons ce périple en Amérique avec la Rhapsody in blue de Gershwin qui combine des éléments de classique et de jazz.

Un concert aux accents folkloriques et jazzy, plein de fraîcheur !

Avec : Antoine Mourlas, Piano | Elodie Meuret, Piano
Œuvres de : Antonín Dvořák | Michaël Sebaoun | Emmanuel Chabrier | Johannes Brahms | Gabriel Fauré | George Gershwin
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
26
OCTOBRE
2016
12:30
 
Mad Songs
Ensemble Leviathan

Les « Mad Songs » étaient des airs chantés exprimant la folie de certains personnages, dans le théâtre londonien de la fin du XVIIe siècle. Très souvent écrites pour des actrices célèbres, ces chansons explorent musicalement les différents aspects de la folie – amoureuse, la plupart du temps – dans laquelle sombrent ces personnages. Cette forme musicale a inspiré les compositeurs les plus talentueux de cette époque : Henry Purcell, évidemment mis à l’honneur dans ce programme, mais également des artistes méconnus comme John Eccles, disciple et successeur de Purcell et bien d’autres à découvrir...

L’Ensemble Leviathan propose donc un programme autour de ces « Mad Songs », les ponctuant de pièces instrumentales de la même époque, elles aussi extrêmement expressives et théâtrales, tirées de musiques de scène ou du répertoire de la musique de chambre. 

Avec : Eugénie Lefebvre, Soprano | David Witczak, Baryton | Lucile Tessier, Flûte à bec | Julie Dessaint, Viole de gambe | Pierre Rinderknecht, Théorbe | Clément Geoffroy, Clavecin
Œuvres de : Thomas Preston | Henry Purcell | Nicola Matteis | John Eccles | John Coperario | James Hart | Henry Lawes | Daniel Purcell
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Intégrale des Trios de Mendelssohn
sam
22
OCTOBRE
2016
19:00
 
Lumière et matière
Trio Guermantes

« Lumière et matière » ou comment confronter la puissance évocatrice de Felix Mendelssohn, Kaija Saariaho et Maurice Ravel dans une véritable invitation au voyage ?

Le premier mouvement du Trio n°1 en ré mineur, op. 49 de Mendelssohn nous plonge au cœur romantisme, avec d’emblée un thème très lyrique joué au violoncelle. L’Andante con molto tranquillo, romance paisible, reflète la vocalité du lied allemand et s'oppose au Scherzo, véritable danse fantastique où le monde des lutins et des fées est clairement représenté. Le brillant Finale, en forme de rondo-sonate, s’ouvre sur une ronde paysanne aux accents passionnés. Schumann écrira dans son Neue Zeitschrift für Musik : « C’est le maître trio de notre époque, comme ceux de Beethoven en si bémol et en ré, celui de Schubert en mi bémol, l’étaient de leur temps ».

Kaija Saariaho, s'inscrivant dans la lignée de l'école spectrale, propose une recherche très poussée sur la matière sonore. Dans son trio en un mouvement Light and Matter (Lumière et matière), on assiste à une exploration de la définition même du son par le mélange de trilles, de sons harmoniques et les timbres inouïs qui en résultent.

Chef d’œuvre de la maturité, le Trio en la mineur de Ravel a été entièrement composé à St-Jean-de-Luz. On y décèle d’ailleurs une influence du folklore basque, notamment dans le premier mouvement où un rythme de danse basque apparaît dès la première mesure et revient constamment. Pantoum, quant à lui, fait référence à un type de déclaration chantée dans la poésie malaise et nous livre une virtuosité étincelante et diabolique. La Passacaille contraste avec ses sonorités graves et sombres mais la lumière revient dès les premières notes du Final avec des trilles tour à tour diaphanes puis éblouissants, donnant à ce trio parfums, couleurs et souvenirs… 

Avec : Théotime Langlois de Swarte, Violon | Cameron Crozman, Violoncelle | Paul Drouet, Piano
Œuvres de : Felix Mendelssohn | Kaija Saariaho | Maurice Ravel
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
20
OCTOBRE
2016
12:30
 
Absence
Sydney Fierro, Baryton | Chloé Ducray, Harpe

Pendant l’année 1840, Schumann compose les Dichterliebe sur des poèmes d’Heinrich Heine extraits du Lyrisches Intermezzo. Il s’agit de seize instantanés, qui vont plonger l’auditeur dans le tumulte sentimental d’un poète amoureux… À l’origine de ce cycle préexistent les sensibilités assez proches de Heine et Schumann, dans leur rapport extrêmement changeant et imprévisible à la vie, et leur manque de modération. Cependant, Schumann vit son extraordinaire amour avec Clara, et jouit avec elle d’un confort et d’une grande reconnaissance de la société de leur époque, ce qui est moins le cas de Heine, homme en exil, et victime d’antisémitisme. Cela explique peut-être pourquoi le manque de confiance est central dans cette œuvre. Il s’y développe constamment l’idée d’être trompé, dupé…, la notion du sacré recèle en elle-même la perte. Il est d’ailleurs remarquable que Schumann, l’année de son mariage, se soit tourné vers un poète de la fragilité humaine, de la « faille » comme notion emblématique du romantisme.

La deuxième partie du concert reprend en miroir ces instantanés musicaux racontant un amour naissant qui finalement sombre dans le renoncement : Adelaïde nous fait entrevoir un moment printanier et champêtre, mais déjà empreint de nostalgie, comme un écho à Im wunderschönen Monat Mai. Schäfers Klagelied est une ode à une bien-aimée absente, l’attente se résolvant par la mort salvatrice (Abendempfindung). Enfin, Der Tod und das Mädchen fait écho au postlude des Dichterliebe, comme un cri de déchirement précédant le renoncement.

Œuvres de : Robert Schumann | Ludwig van Beethoven | Franz Schubert | Wolfgang Amadeus Mozart | Franz Liszt
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Influences italiennes
sam
15
OCTOBRE
2016
19:00
 
Nuove Invenzioni
L'Escadron Volant de la Reine

« Depuis que Corelli a inventé le genre de la sonate et du Concert, la musique a fait des progrès étonants dans toute l’Europe. C’est à cet illustre auteur à qui on est redevable de la bonne harmonie et de la brillante symphonie. Avant luy les Concerts en France étoient médiocres […] On executois de leur tems dans les Concerts de Paris que du Plein-Chant figuré avec quelques petites chansons d’un chant lugubre, et lamentable ; plus elles etoient tristes, et languissantes, et plus les amateurs de ce tems les trouvoient admirables. » Nul doute que Michel Corrette, l’auteur de ces mots dans Le Maître de Clavecin (1753), a choisi son camp depuis bien longtemps. Si le ton employé ici nous paraît très satirique, il n’en est pas moins révélateur de l’influence qu’a eue la musique italienne en France et dans toute l’Europe. Dès la fin du XVIIe siècle, le virus italien se propage à une vitesse incroyable ! La musique de Corelli, Vivaldi, Geminiani, Locatelli, Scarlatti… circule dans tous les foyers musicaux et les grands éditeurs en font leur fonds de commerce, si bien qu’à la fin du XVIIIe siècle il ne semble rester plus qu’elle.

Traversant près d’un siècle de musique, ce programme fait entendre quelques innovations italiennes : la sonate, le concerto et le trio avec clavier. Autant d’inventions qui auront de beaux jours devant elles !

Avec : Josèphe Cottet, Violon baroque | Antoine Touche, Violoncelle baroque | Clément Geoffroy, Clavecin
Œuvres de : Alessandro Stradella | Antonio Vivaldi | Johann Sebastian Bach | Francesco Antonio Bonporti | Luigi Boccherini | Johann Christian Bach
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Parenthèse Instrumentale
jeu
13
OCTOBRE
2016
12:30
 
Une idée du lyrisme
Camille Fonteneau, Violon | Audrey Lonca-Alberto, Piano

Inspirée du Regenlied dont elle tient son surnom Regensonate (sonate de la pluie), la Sonate n°1 en sol majeur, op. 78 de Johannes Brahms est imprégnée d’un sentiment de rêveuse mélancolie mis en valeur par un lyrisme intense et une prodigalité thématique.

Dans le ton homonyme de sol mineur, la Sonate de Debussy, l'une des dernières œuvres du compositeur, est un véritable labyrinthe de mystère et d'angoisse sous les miroirs de la sérénité. « Je suis simple comme l'herbe » disait-il, et sa musique est tendue toute entière vers l'expression poétique.

« Nuit sur l’immense édifice, massif et écrasant, soutenu par des colonnes cyclopéennes à l’aspect un peu barbare. Le plafond est en ivoire et les murs recouverts d’orichalque. Au centre, grande statue du dieu en or ». Dans Le temple de Poséïdon de Guillaume Connesson, toute l’œuvre est soutenue par des accords puissants et compacts mais toujours pianissimo surgissant de l'obscurité, énormes cloches d’une cathédrale antique au milieu desquelles s'élève la mélodie rituelle du violon…

Pour terminer, le Poème élégiaque, op. 12 d’Ysaÿe, où le violon accordé de façon inhabituelle « scordatura » (le sol grave est remplacé par un fa), bouleverse les codes de la virtuosité violonistique au service d’une expression funèbre et toujours plus intense.

Œuvres de : Johannes Brahms | Claude Debussy | Guillaume Connesson | Eugène Ysaÿe
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Révisez vos classiques !
sam
08
OCTOBRE
2016
19:00
 
Ecoles de Vienne
Quatuor Hanson

Après avoir posé les fondements du quatuor à cordes avec ses opus 17, 20 et 33, Joseph Haydn rédige son opus 50 en approfondissant les principes d'écriture présents dans l'opus précédent. Dans son Quatuor en ré majeur, op. 50 n°6, Hob.III.49 surnommé « La Grenouille », Haydn nous livre une page de musique d'une rhétorique très maîtrisée dans son approche formelle mais néanmoins remplie d'humour, d'esprit et de fraîcheur.

Mozart, suite à un apprentissage rigoureux du genre du quatuor à cordes, se détache du maître Haydn pour se rapprocher du style plus épuré qu'on lui connaît dans ses derniers opéras et ses derniers quintettes. Le premier quatuor de ce cycle dit « Prussiens » (Quatuor, K. 575), composé pour le roi Fréderic-Guillaume II de Prusse lui-même violoncelliste de talent, est le plus solaire des trois. Mozart ouvre cet opus dans la tonalité rayonnante de ré majeur, qui confère à l'œuvre une atmosphère sereine et généreuse.

Webern, quant à lui, poursuit la révolution musicale amorcée par son maître Schönberg. Il propose six pièces courtes de style atonal dans lesquelles il met en relief toute l'attitude expressionniste de l'époque. Les gestes sont concis, le matériau réduit à l'extrême et le silence devient un élément musical à part entière : Webern ouvre la voie à la musique d'aujourd'hui.

Avec : Anton Hanson, Violon | Jules Dussap, Violon | Gabrielle Lafait, Alto | Simon Dechambre, Violoncelle
Œuvres de : Joseph Haydn | Anton Webern | Wolfgang Amadeus Mozart
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
06
OCTOBRE
2016
12:30
 
Miniatures romantiques
Maroussia Gentet, Piano

Si Schubert aime les petites formes (lieder, impromptus, moments musicaux), Schumann affectionne lui aussi les miniatures à l’intérieur d’œuvres longues comme Bunte Blätter, Kreisleriana ou ici Davidsbündlertänze, op 6.

Schubert écrit les Drei Klavierstücke, D. 946 six mois avant sa mort. Elles sont redécouvertes et probablement réunies par Brahms qui les fait publier en 1868, soit 40 ans après leur composition. Elles appartiennent à la suprême maturité de Schubert et occupent une place capitale parmi ses pièces lyriques.

Nous changeons d’univers avec un extrait des Trois Préludes de Dutilleux, dont nous fêtons les 100 ans de la naissance cette année. Nous pouvons y entendre le subtil maniement des couleurs harmoniques et des textures orchestrales, ainsi que son art de la résonance. Dans Le jeu des contraires, il systématise l’écriture en miroirs de toutes sortes (d’où son nom).

Les Davidsbündlertänze, op. 6 sont constituées de 18 pièces réparties en deux cahiers de neuf pièces, écrites en référence au Davidsbündler (la Confrérie de David) imaginés par Schumann par analogie au combat de David contre les Philistins. Ils représentent l’association de musiciens et d’amis de Schumann luttant contre l’adversité, les critiques conformistes, le public réactionnaire... Dans cette œuvre, Schumann se met en scène sous une double identité poétique qui représente chaque facette de sa personnalité, d’un côté Eusébius le rêveur et sentimental, de l’autre Florestan le fougueux et passionné. 

Œuvres de : Franz Schubert | Henri Dutilleux | Robert Schumann
Eglise Saint Louis en l’Ile
19 rue Saint-Louis en l’Ile
75004 Paris
# Point d’orgue
dim
02
OCTOBRE
2016
12:30
 
The Great B
Louis-Noël Bestion de Camboulas, Orgue

La musique de Johann Sebastian Bach apparaît d’emblée comme un langage unique et sans précédent dans le monde occidental. Référence incontestée de l’esthétique baroque européenne avant l’heure, elle propose une synthèse de différentes influences, principalement germaniques, italiennes et françaises.

C’est incontestablement la tradition « nordique », reçue des maîtres du prospère bassin hanséatique, qui irrigue son œuvre de jeunesse. Marquée par la tradition du stylus phantasticus, elle est le reflet d’une époque d’effervescence musicale, où orgues et clavecins s’agrandissent et participent à la théâtralité de cette musique chargée de rhétorique.

Ses voyages musicaux à la rencontre de pédagogues reconnus le marquent également beaucoup. Il parcourt de nombreux kilomètres pour rencontrer Buxtehude, chez qui il séjourne à Lubeck et dont il faillit prendre la succession comme organiste de la Marienkirche (tout comme le jeune prodige Bruhns). Böhm, l’un des grands maîtres de musique de Hambourg et Lunebourg, l’influence aussi très fortement. Bach lui voue son respect, son estime et son amitié.

Œuvres de : Dietrich Buxtehude | Georg Böhm | Nicolaus Bruhns | Johann Sebastian Bach
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
29
SEPTEMBRE
2016
12:30
 
La musique des mots
Julie Prola, Soprano | Manuel Vieillard, Piano

Après l’apparition du lied, dont les fondements ont été posés par Schubert au début du XIXe siècle, des compositeurs comme Schumann ou Mendelssohn se sont efforcés de perpétuer ce genre en Allemagne. C’est dans cette lignée que se situent Brahms ainsi que Wolf, deux des derniers représentants du lied romantique. Nourris par l’explosion artistique du XIXe siècle, ils composent à leur époque quelques-uns des plus beaux lieder.

Quelques décennies plus tard s’opère une transformation de la conception « classique » du lied, grâce notamment aux compositions de Strauss, Mahler ou de la seconde école de Vienne qui s’affranchissent peu à peu de la tonalité et de la mélodie. De jeunes compositeurs comme Zemlinsky (héritier direct de Strauss ou Mahler, compositeur post-romantique expressionniste) puis Ullman s’approprient ce nouveau langage pour en tirer d’originales compositions. Malheureusement trop peu jouées, elles témoignent pourtant d’un grand savoir-faire et d’une inventivité de tous les instants, qui permettent de rendre toute l’atmosphère des poèmes qu’elles illuminent. La dernière œuvre provient également de cette descendance si riche qu’est le lied allemand, mais contemporaine cette fois, et preuve que ce genre n’est pas prêt de s’éteindre…

Œuvres de : Franz Schubert | Johannes Brahms | Richard Strauss | Alexander von Zemlinsky | Viktor Ullmann | Wolfgang Rihm
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
28
SEPTEMBRE
2016
12:30
 
Les fragments de Sieur Rebel
Loris Barrucand, Clavecin | Clément Geoffroy, Clavecin

À la mort du roi Louis XIV, la cour de Versailles, qui étouffe dans une atmosphère sombre et dévote, peut à nouveau respirer. Une nouvelle génération d’aristocrates ne tarde pas à faire appel aux meilleurs créateurs pour inventer des divertissements d’un tout nouveau genre. Jean-Féry Rebel, claveciniste, violoniste et compositeur, est un de ceux-là. Après l’échec de sa tragédie lyrique Ulysse, héritière d’une tradition qui peine à se renouveler, Rebel imagine avec la danseuse Françoise Prévost un genre musical qui lui apportera une grande célébrité : la symphonie de danse. Celle-ci, contrairement à la tragédie lyrique et au ballet de cour, se passe de paroles, qu’elles soient chantées ou déclamées. Dans cette pièce orchestrale de courte durée, la musique et la danse soutiennent seules la narration.

Figurant au répertoire des plus grands danseurs du XVIIIe siècle, les œuvres de Rebel ont également récolté l’approbation des meilleurs musiciens. Aux côtés des Caractères de la danse et des Plaisirs champêtres, figurent les extraordinaires Élémens dont le premier accord constitue ni plus ni moins que le premier cluster noté de l’histoire de la musique occidentale. Sur le frontispice d’une édition des Élémens figure cette étonnante indication : « On pourra aussy joüer le tout en maniere de piece sur le clavessin ». En effet, au XVIIIe siècle, il est habituel de changer l’effectif d’une pièce de musique afin de pouvoir l’entendre à nouveau chez soi une fois les représentations publiques terminées. François Couperin nous livre également cet aveu : « Il est souvent plus aisé de rassembler ces deux instruments [le clavecin], que quatre personnes, faisant leur profession de la Musique »

A l’occasion du 350e anniversaire de sa naissance, quelle meilleure façon de découvrir (ou de redécouvrir) les symphonies de danse de Jean-Féry Rebel qu’en les plaçant sous l’éclairage inédit d’une interprétation à deux clavecins ?

Œuvres de : Jean-Féry Rebel | Joseph Bodin de Boismortier
Chapelle de la Madeleine
Rue Racine
02400 Château-Thierry
# Château Piano
dim
25
SEPTEMBRE
2016
17:00
 
Impressions
Fanny Azzuro, Piano

Ce programme réunit des œuvres pianistiques du XXe siècle, composées vers 1905, de compositeurs liés au mouvement impressionniste. Ces années furent riches en renouvellement harmonique et en idées musicales d'impressions fugitives. Le foisonnement d'images aquatiques (Reflets dans l'eau, Barque sur l'océan), l'évocation d'un lieu (El Albaicin, La Vallée des cloches) et de l'Espagne (Albéniz et Ravel avec l'Alborada) font l'unité de ce programme d' « Impressions » à la fois visuelles et spirituelles. De la France à l'Espagne, laissons-nous bercer par ces Images debussystes, ces Miroirs ravéliens et cette ardeur d'Isaac Albéniz !

Nikolaï Kapustin, quant à lui, est un compositeur ukrainien, élève de Blumenfeld et Goldenweiser, les pairs de Rachmaninov, Scriabine ou Medtner. Considéré aussi bien comme un héritier de la tradition du piano virtuose classique que de celle de l’improvisation jazz, il mélange dans ses Variations, op. 41 un langage harmonique et rythmique résolument jazz avec des structures classiques.

Œuvres de : Maurice Ravel | Claude Debussy | Isaac Albéniz | Nikolaï Kapustin
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Parenthèse Instrumentale
jeu
22
SEPTEMBRE
2016
12:30
 
Oscar Wilde, couleurs franco-anglaises
Philibert Perrine, Hautbois | Jeanne Vallee, Piano

« La musique met l’âme en harmonie avec tout ce qui existe » écrit Oscar Wilde. Incarnant une nouvelle sensibilité à la fin de ce XIXe siècle, le poète anglais explore les liens entre art, beauté et mensonge. Nourrissant une grande admiration pour les auteurs français, notamment Honoré de Balzac, c’est dans ce pays qu’il termine sa vie, après le scandale et la prison qui mettent fin à sa carrière pleine de succès. Parmi ceux-ci, sa pièce Salomé revêt une importance majeure dans le domaine artistique et musical, puisqu’elle est notamment à l’origine de l’opéra éponyme de Richard Strauss. Créée à partir d’un conte de Gustave Flaubert, d’où Massenet puisera également son inspiration pour son opéra Hérodiade, elle est intégralement écrite en français. 

S’articulant autour d’un air du premier acte de l’opéra de Massenet (Il est doux, il est bon), ce programme nous permet de mettre en regard deux esthétiques musicales différentes. Tout d’abord, celle, toute britannique, de Benjamin Britten et Gerald Finzi. Tous deux partagent un intérêt indéniable pour le hautbois et dédicacent même certaines de leurs œuvres au même hautboïste anglais, Léon Goossens. De l’autre côté de la Manche, les œuvres de Gilles Silvestrini et Francis Poulenc se servent des capacités évocatrices du hautbois et du piano pour donner une esthétique plus impressionniste.

Œuvres de : Benjamin Britten | Gilles Silvestrini | Jules Massenet | Gerald Finzi | Francis Poulenc
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
15
SEPTEMBRE
2016
12:30
 
Autour de la sonate viennoise
Guillaume Bellom, Piano

Ce programme met en parallèle deux compositeurs viennois, Haydn et Schubert, dans le cadre de la forme sonate. Si cette forme est par nature très cadrée et formatée, il est paradoxal de voir à quel point elle permet au compositeur d'exprimer pleinement son propre langage.

On trouve dans la Sonate en la bémol majeur, Hob.XVI:46 de Haydn un discours extrêmement contrasté et vivant, comme en témoigne le premier mouvement rempli de surprises. Le second mouvement offre une expression presque schubertienne, avant de conclure sur un Finale pétillant et humoristique.

Dans la Sonate en sol majeur, D. 894 de Schubert, au contraire, les phrases semblent s'étendre à l'infini, tout du moins dans le premier mouvement d’essence contemplative. Le second mouvement s'inscrit dans la lignée du lied schubertien, suivi d'un menuet plus enlevé. Enfin, le dernier mouvement nous ramène à un esprit viennois et charmant.

Nous pourrons également découvrir Jeux de doubles de Thierry Escaich. Cette œuvre s'inspire directement de la Gavotte et six doubles de Rameau qui apparaît en filigrane au fil de la pièce sous la forme d'un souvenir, brusquement interrompu par une écriture particulièrement rythmée.

Œuvres de : Joseph Haydn | Franz Schubert | Thierry Escaich
Temple protestant - Château-Thierry
8 Place de l'Hôtel de ville
02400 Château-Thierry
dim
11
SEPTEMBRE
2016
17:00
 
Bach à la manière italienne
Benjamin Alard, Clavecin

À partir du dernier quart du XVIIe siècle, l'édition musicale connaît un essor considérable en Europe. Les œuvres qui jusqu'alors circulaient difficilement sont distribuées par un nombre important d'éditeurs. Rome, Paris, Amsterdam, Londres, Hambourg ou encore Vienne deviennent des capitales où l'on s'arrache la musique italienne.

C'est dans ce contexte que le jeune Johann Sebastian Bach a pu découvrir les concerti de Vivaldi, copiés très probablement en cachette à la lueur d'une bougie...

Ce « gusto italiano », Bach se l'approprie en réalisant des transcriptions pour le clavecin ou l'orgue et en composant à son tour le Concerto italien.

Ce concert est organisé par l’Association Les Amis des Temples de Château-Thierry et Monneaux.

Œuvres de : Johann Sebastian Bach | Domenico Scarlatti
Temple protestant - Château-Thierry
8 Place de l'Hôtel de ville
02400 Château-Thierry
# Claviers à Château
lun
15
AOÛT
2016
17:00
 
Figures musicales baroques
Justin Taylor, Clavecin

Jean-Henry d’Anglebert et Jean-Baptiste Forqueray sont deux grandes figures de la musique sous le règne de Louis XIV. En effet, d’Anglebert devient ordinaire de la Musique de la Chambre du Roy en 1664. Il est collègue et ami de Lully, dont il assure le continuo pendant toute sa carrière, et qui sera le parrain de son fils aîné. Cette magnifique Suite de Jean-Henry d’Anglebert se clôture par une transcription de la très célèbre Passacaille d’Armide de Lully. Jean-Baptiste Forqueray, quant à lui, joue devant le Roi Soleil lorsqu’il est âgé de 5 ou 6 ans seulement. Le jeune enfant prodige provoquera l’admiration de toute la cour. Malheureusement, la jalousie grandissante de son père, lui aussi violiste, mettra quelque peu dans l’ombre le jeune Jean-Baptiste. Emprisonné par son père, puis banni de France, il réussira tout de même à revenir en France et à poursuivre sa carrière. Sa Suite en do mineur est la plus personnelle et originale du recueil.

Ces deux compositeurs sont mis en regard avec deux chefs d’œuvres de Bach, la Toccata en en ré majeur, BWV 912 et la Toccata en mi mineur, BWV 91, qui mettent elles aussi en valeur l’inventivité et la maîtrise parfaite de Jean-Sébastien Bach.

Œuvres de : Johann Sebastian Bach | Jean-Henry d'Anglebert | Jean-Baptiste Forqueray
Fossé sec - Château-Thierry
Esplanade du Château « Fossé sec »
02400 Château Thierry
# Claviers à Château
dim
07
AOÛT
2016
17:00
 
Concert difforme
Guy-Loup Boisneau, Percussions

Les percussions, la voix et l'électronique se forment et se transforment pour ce concert difforme !    
L'interprète, qui vacille entre ces plates-formes, nous informe, malgré toutes ces réformes,
que ce spectacle multiformes, et bien réglé au cruciforme !

Tous les petits et les grands bonhommes,
en petite ou en pleine forme,
sont invités à venir en « bonnet difforme » !

Œuvres de : Pierre Jodlowski | Steve Reich | Daniel Almada | Isaac Albéniz | Georges Aperghis
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
29
JUIN
2016
12:30
 
Les voyages imaginaires
Lucie Chabard, Clavecin

Au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, de nombreux compositeurs se sont trouvés influencés ou se sont questionnés sur la musique venue d’ailleurs.

Bach opère une synthèse des principales traditions musicales européennes (pays germaniques, France et Italie), très novatrice pour son temps. Ses oeuvres sont extrêmement riches en invention mélodique, développement contrapuntique, science harmonique et lyrisme inspiré d’une profonde foi luthérienne. Bien qu’il n’ait pas créé de formes musicales nouvelles, il pratique tous les genres existant à son époque, à l’exception de l’opéra.

Rameau est souvent considéré comme l'un des plus grands musiciens français et comme le premier théoricien de l'harmonie classique : ses traités d'harmonie, malgré certaines imperfections, font toujours figure de référence. Ses Nouvelles Suites de Pièces de clavecin font  preuve d'ambition, de recherche et d'audace. Il évoque la danse de deux indiens d’Amérique dans sa célèbre pièce Les Sauvages, qu’il utilisera de nouveau dans le premier de ses six opéras-ballets, Les Indes Galantes.

Scarlatti doit sa renommée à son œuvre pour clavecin, qui est unique à maints égards. A partir de 1733, il devient le maître de musique de Maria Bárbara de Bragança, une princesse portugaise qui épouse en 1729 Ferdinand VI d’Espagne, futur roi d’Espagne. Il suit la princesse dans différentes villes espagnoles (Séville, Aranjuez), et, coupé du reste de l’Europe musicale de son époque, s’imprègne de la musique traditionnelle espagnole.

Œuvres de : Johann Sebastian Bach | Jean-Philippe Rameau | Domenico Scarlatti
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Couleurs du XXe siècle
sam
25
JUIN
2016
19:00
 
Aimer à perdre la raison
Enguerrand De Hys, Ténor | Elodie Roudet, Clarinette | Paul Beynet, Piano

Le XXe siècle succède à un XIXe  siècle glorieux ayant élevé le langage tonal à son paroxysme. Cet état des lieux d’époque laisse place à un terrain fertile que l’on pourrait définir comme étant celui de l’expérimentation, mais aussi celui du mélange des genres. Cela permet notamment à la musique de variété de prendre un certain essor mais aussi de savoir avoisiner la frontière de la musique classique, avec laquelle elle cohabite en réalité depuis le XVIIe siècle.

L’un des dénominateurs communs à ces deux mondes est la poésie. Un exemple parmi tant d’autres : Louis Aragon a été mis en musique par Francis Poulenc mais aussi par Jean Ferrat. Fort de ces constats, la frontière qui délimite la musique classique de la musique de variété semble au bout du compte bien mince…

Ce programme est construit autour d’une thématique qui, à toute époque, a fait couler autant d’encre que de larmes : l’amour. Par le biais de poèmes et de livrets somptueux, les musiciens tentent de mettre le doigt sur une frontière possible/impossible entre musique savante et musique populaire, par le biais de transcriptions et de transpositions de tout genre, aussi osées que surprenantes, aux couleurs du XXe siècle... « L’amour et la musique peuvent tout, tout hormis n’être pas » Hélène Grimaud

Œuvres de : Jean Ferrat | Isabelle Aboulker | Wolfgang Amadeus Mozart | Gaetano Donizetti | Giuseppe Verdi | Johann Sebastian Bach | Barbara | Giacomo Puccini | Michel Legrand | Jules Massenet | Ernest Chausson
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
mar
21
JUIN
2016
21:30
 
Fête de la Musique aux Archives nationales
Ensemble Les Illuminations

Pour la Fête de la Musique, Jeunes Talents vous propose 8 concerts exceptionnels à entrée libre aux Archives nationales !

Avec la participation de :

Misako Akama, Suzanne Durand-Rivière, Sarah Jegou-Sageman, Fukiko Matsuhita, Yoh Shimogoryo, Jeroen Suys, Keisuke Tsuhima, violons

Nicolas Loubaton, Antoine Paul, Stéphie Souppaya, altos

Aurélie Allexandre, Antoine Gramont, violoncelles

Jeanne Bonnet, contrebasse

Avec : ,
Œuvres de : Wolfgang Amadeus Mozart | Gustav Holst
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
mar
21
JUIN
2016
21:00
 
Fête de la Musique aux Archives nationales
Saxback Ensemble

Pour la Fête de la Musique, Jeunes Talents vous propose 8 concerts exceptionnels à entrée libre aux Archives nationales !

Avec : Juliette Adam, Clarinette | Joséphine Besançon, Clarinette | Nicolas Arsenijevic, Saxophone | Antonin Pommel, Saxophone | Makoto Hondo, Saxophone | Hélène Escriva, Euphonium
Œuvres de : Kurt Weill
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
mar
21
JUIN
2016
20:30
 
Fête de la Musique aux Archives nationales
Trio Sōra

Pour la Fête de la Musique, Jeunes Talents vous propose 8 concerts exceptionnels à entrée libre aux Archives nationales !

Avec : Magdalēna Geka, Violon | Angèle Legasa, Violoncelle | Pauline Chenais, Piano
Œuvres de : Felix Mendelssohn
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
mar
21
JUIN
2016
20:00
 
Fête de la Musique aux Archives nationales
Volodia Van Keulen, Violoncelle | Théo Fouchenneret, Piano

Pour la Fête de la Musique, Jeunes Talents vous propose 8 concerts exceptionnels à entrée libre aux Archives nationales !

Œuvres de : Felix Mendelssohn
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
mar
21
JUIN
2016
19:30
 
Fête de la Musique aux Archives nationales
Quatuor Niobé

Pour la Fête de la Musique, Jeunes Talents vous propose 8 concerts exceptionnels à entrée libre aux Archives nationales !

Avec : Jan Gricar, Saxophone | Eudes Bernstein, Saxophone | Maxime Bazerque, Saxophone | Makoto Hondo, Saxophone
Œuvres de : Jean Françaix | Antonín Dvořák | Astor Piazzolla | Vincent David
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
mar
21
JUIN
2016
19:00
 
Fête de la Musique aux Archives nationales
Théotime Langlois de Swarte, Violon | Paul Drouet, Piano

Pour la Fête de la Musique, Jeunes Talents vous propose 8 concerts exceptionnels à entrée libre aux Archives nationales !

Œuvres de : Sergueï Prokofiev | Maurice Ravel | George Gershwin
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
mar
21
JUIN
2016
18:30
 
Fête de la Musique aux Archives nationales
Victor Dutot, Basson | Paul Drouet, Piano

Pour la Fête de la Musique, Jeunes Talents vous propose 8 concerts exceptionnels à entrée libre aux Archives nationales !

Œuvres de : Henri Tomasi | Camille Saint-Saëns | Nikolaus von Krufft
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
mar
21
JUIN
2016
18:00
 
Fête de la Musique aux Archives nationales
Oasis of Horror | Boris Winter, Violon baroque | Fernando Gálvez , Violon baroque | Bimo Yudomartono , Alto baroque | Nicolas Verhoeven, Violoncelle baroque | François Leyrit, Contrebasse baroque | Lillian Gordis, Clavecin

Pour la Fête de la Musique, Jeunes Talents vous propose 8 concerts exceptionnels à entrée libre aux Archives nationales !

Avec : ,
Œuvres de : Johann Sebastian Bach
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
mar
21
JUIN
2016
16:30
 
Fête de la Musique au Petit Palais
Guilhem Worms, Baryton | Nicolas Chevereau, Piano

Pour la Fête de la Musique, Jeunes Talents vous propose 4 concerts exceptionnels à entrée libre au Petit Palais !

Œuvres de : Franz Schubert | Piotr Ilitch Tchaïkovski | Christoph Willibald Gluck | Nicolas Chevereau | Carl Loewe | Camille Saint Saëns
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
mar
21
JUIN
2016
16:00
 
Fête de la Musique au Petit Palais
Juliette Journaux, Piano

Pour la Fête de la Musique, Jeunes Talents vous propose 4 concerts exceptionnels à entrée libre au Petit Palais !

Œuvres de : Claude Debussy | Guillaume Connesson
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
mar
21
JUIN
2016
15:00
 
Fête de la Musique au Petit Palais
Mariamielle Lamagat, Soprano | Louise Akili, Piano

Pour la Fête de la Musique, Jeunes Talents vous propose 4 concerts exceptionnels à entrée libre au Petit Palais !

Œuvres de : Henry Purcell | Felix Mendelssohn | Jean-Philippe Rameau | Albert Roussel | Georg Friedrich Haendel | Joaquín Turina
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
mar
21
JUIN
2016
14:30
 
Fête de la Musique au Petit Palais
Valentin Cotton, Piano

Pour la Fête de la Musique, Jeunes Talents vous propose 4 concerts exceptionnels à entrée libre au Petit Palais !

Œuvres de : Felix Mendelssohn | Robert Schumann
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Les Romantiques
sam
18
JUIN
2016
19:00
 
Les évolutions du romantisme allemand
Raphaël Jouan, Violoncelle | Alexis Gournel, Piano

Considéré par tous comme le dernier grand compositeur classique et le précurseur du romantisme, Beethoven a ouvert la voie à toute la nouvelle génération du XIXe siècle dont Schumann, qui étudia beaucoup ses œuvres. Brahms, grand admirateur de Schumann, est encore reconnu de nos jours comme le successeur légitime de Beethoven. Tous trois ont apporté au répertoire pour violoncelle et piano de nombreux chefs-d’œuvre.

Beethoven fut le premier compositeur à réellement réinventer le genre de la sonate pour violoncelle et piano en confiant aux deux instruments des rôles aussi importants. Ses Sonates op. 5 montrent une grande maitrise du style classique, mais nous pouvons également y retrouver les caractéristiques d’écriture si particulières du compositeur : avec ses ruptures dynamiques, l’œuvre est pleine de gravité, d’un sentiment parfois douloureux.

Composées en seulement deux jours en février 1849, les Fantasiestücke op. 73 de Schumann sont écrites comme un cycle de lieder et expriment parfaitement les changements d’atmosphères caractéristiques du romantisme schumannien.

Enfin, véritable chef-d’œuvre par sa forme parfaite, sa fraîcheur et sa magnifique inspiration mélodique, la Sonate n°1 en mi mineur, op. 38 de Brahms est, sur bien des points, un hommage du compositeur à ses maîtres spirituels Bach et Beethoven.

Œuvres de : Ludwig van Beethoven | Robert Schumann | Johannes Brahms
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
16
JUIN
2016
12:30
 
Nacht und Träume
Ambroisine Bré, Mezzo-Soprano | Paul Beynet, Piano

Par leur existence concrète sur laquelle nous ne pouvons pourtant pas agir, la nuit et le rêve ont un fort point commun : ils lient le rationnel à l’irrationnel.

Cette relation a toujours été un puissant moteur pour la création artistique, car l’acte même de créer repose sur ces deux idées complémentaires et indissociables.

Pour démonstration, voici un choix d’œuvres musicales et littéraires de grands maîtres qui illustrent poétiquement ce lien essentiel à toute œuvre d’art.

Œuvres de : Jules Massenet | Alma Mahler | Erich Wolfgang Korngold | Maurice Ravel | Emmanuel Chabrier | Franz Schubert | Franz Liszt | Henri Duparc | Gabriel Fauré | Charles Gounod | Fernand Halphen | Isabelle Aboulker | Alban Berg | Richard Wagner | Francis Poulenc
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Piano du prince
mer
15
JUIN
2016
20:00
 
Musique pure ou musique évocatrice
Jacques Comby, Piano

La création musicale nécessite-t-elle d’autres sources d’inspirations qui n’appartiennent pas proprement à la musique, qu’elles soient picturales ou littéraires ? Ou bien se suffit-elle à elle-même, le compositeur ne créant qu’à partir de thèmes, de rythmes ou d’harmonies qui l’ont séduit ?

Tandis que Liszt compose après avoir lu Dante, voyagé et vu les Jeux d’eau à la Villa d’Este, Chopin nomme pudiquement ses pièces nocturnes, préludes ou ballades.

Les pièces qui ouvrent le concert (les Nocturnes n°1, op. 48 et op. 62 de Chopin, la Sonate en do majeur Hob.XVI.50 de Haydn et les Variations en fa dièse mineur sur un thème de Schumann, op. 9) sont un exemple de cette musique « pure », n’ayant pour d’autre but qu’elle-même.

Le concert se conclut en opposition avec des pièces dont l’inspiration peut se trouver dans les feuilles des arbres (Leaf, Cloches à travers les feuilles), dans l’Orient (Et la lune descend sur le temple qui fut), ou encore dans une estampe japonaise Poissons d’or, à l’origine de la pièce éponyme de Debussy. Ce dernier, pour parler de la création n’a-t-il pas affirmé : « Voir le jour se lever est plus utile que d'entendre la Symphonie pastorale » ?

Œuvres de : Frédéric Chopin | Joseph Haydn | Johannes Brahms | Luciano Berio | Claude Debussy
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Traversée
sam
11
JUIN
2016
19:00
 
Trios colorés
Trio Bel Air

Mathilde Caldérini, Charles Hervet et Aurèle Marthan nous proposent une véritable traversée dans le répertoire coloré du trio pour flûte, violoncelle et piano.

Le Trio n°28 en ré majeur Hob.XV:16 de Joseph Haydn est une œuvre très aboutie d'un point de vue structurel et musical. Destiné à la flûte tout autant qu’au violon, il explore avec expression le mélange des sonorités et offre un dialogue riche entre les trois instruments.

Flûtiste et chef d'orchestre de renom, Philippe Gaubert a vécu toute sa vie à Paris, partageant son temps entre la composition, l'enseignement et la direction. Dans ses Trois Aquarelles pour flûte, violoncelle et piano, il essaie de traduire en musique l'effet visuel de la technique d’aquarelle. Tout comme un peintre, il travaille sur les couleurs en variant les combinaisons de timbres et diversifie les textures en jouant avec les mélodies et les rythmes.

Nous aurons le plaisir de découvrir un trio spécialement écrit pour les trois musiciens par le jeune compositeur Jules Matton. Thierry Escaich nous livre à son sujet : « Jules Matton est un musicien ouvert et capable d’une grande diversité d’expression, une personnalité particulièrement intéressante dans le monde de la création actuelle ».

Carl Maria Von Weber est principalement reconnu pour ses opéras Der Freischütz et Oberon et quelques pièces telles que le Concerto pour clarinette. Néanmoins, le compositeur excelle dans le domaine de la musique de chambre. Le Trio en sol mineur, op. 63 en est un magnifique exemple. Composé de quatre mouvements, le compositeur développe avec brio une succession de thèmes mélancoliques et profonds et nous offre un Finale lumineux aux sonorités ravigotantes.

Avec : Mathilde Caldérini, Flûte | Charles Hervet, Violoncelle | Aurèle Marthan, Piano
Œuvres de : Joseph Haydn | Philippe Gaubert | Jules Matton | Carl Maria von Weber
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
09
JUIN
2016
12:30
 
Un siècle de musique française, de l’harmonie à la couleur
Julien Blanc, Piano

Le début du XXe siècle est animé d’une émulation musicale particulière. Alors que le système tonal s’essouffle, après avoir régi près de trois siècles de musique, les compositeurs en activité à la fin du XIXe siècle s’interrogent sur les voies à suivre.

Outre-Rhin, c’est l’exacerbation du chromatisme qui renouvelle le discours musical, phénomène aboutissant à la zwölftontechnik (technique dodécaphonique) d’Arnold Schönberg.

En France, on assiste plutôt à un retour à la modalité, notamment avec les modes anciens du chant grégorien. Ainsi, les harmonies échappent progressivement à toute forme de hiérarchie, les accords deviennent des objets sonores à part entière : on entre dans une ère de couleur et de timbre…

Au fil de ce programme consacré à la musique française, on esquissera cette subtile évolution, depuis Prélude, Choral et Fugue de Franck jusqu’à la touchante œuvre de Tristan Murail, Cloches d’adieu et un sourire. 

Œuvres de : César Franck | Gabriel Fauré | Tristan Murail | Olivier Messiaen
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Europe Baroque
sam
04
JUIN
2016
19:00
 
De la langueur à la fureur
Alice Lestang, Soprano | Eric Tinkerhess, Viole de gambe | Benoît Bératto, Violone | Takahisa Aida, Clavecin

Les passions, quelles qu’elles soient, régissent notre vie. À l’époque baroque en particulier, toutes les passions sont exacerbées : l’amour, accompagné de désir et de volupté bien sûr, mais aussi la jalousie, la fureur, et la rancœur sont omniprésents. De la langueur des plaintes londoniennes (The Plaint de Purcell) à la fureur des extravagances italiennes (Il povero mio cor de Vivaldi), en passant par l’austérité allemande (Chaconne de Schenck) et l’élégance française (La Rêveuse de Marais, et L’Impatience de Rameau), nous pourrons découvrir, en parcourant quelques-unes des plus belles pages du répertoire baroque, comment chaque compositeur a su à sa façon exprimer les passions qui l’animent.

Œuvres de : Henry Purcell | Marin Marais | Jean-Philippe Rameau | Johannes Schenck | Antonio Vivaldi
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Traversée
sam
28
MAI
2016
19:00
 
Réminiscences
Léo Marillier, Violon | SoYoung Sarah Yang, Piano

Traversées d'une vie, de sonorités, de passages d’époques : toute musique est voyage, toute musique existe en ce sens qu'elle cherche à aller au-delà d'elle-même dans sa vérité indivisible. Fugace, elle évolue tout en étant attachée à son temps. Trace, elle rassemble les potentiels d’interprétation de toutes les époques.

Composée dans la dix-neuvième année du compositeur, la Sonate n°2 en la mineur D. 385 montre à la fois un déchirement et une transfiguration de la forme. Elle illustre une traversée des genres entre sonate et mélodie. On y découvre un Schubert en quête d'identité et d’un format musical ajusté à ses désirs.

La Sonate n°2 de Ravel, composée pendant et à la suite d’une traversée de l’Atlantique, est marquée par un frottement de styles.

Satie nous peint le portrait de Bach dans Ces choses vues à droite et à gauche. Cet hommage touchant au père de la musique est ainsi énoncé par le plus imprévisible de ses fils.

C’est une traversée mystérieuse et tragique que nous propose le jeune compositeur bostonien Cody Forrest dans sa Ciaconna.

Vue comme le renouveau du genre de la sonate en France, et même ailleurs, la Sonate en la majeur de Franck, chef-d'œuvre narratif, méditatif et si intense, se veut fusion de styles, communion de genres et d'inspirations allant de Bach à Wagner. Composés en vue du mariage du violoniste Eugène Ysaÿe, ses quatre mouvements eux-mêmes racontent une vie, traversée à deux et nous proposent un éventail d'émotions.

Ce concert est le premier de la tournée Transatlantique organisée par Inventio.

Œuvres de : Maurice Ravel | Franz Schubert | Erik Satie | Cody Forrest | César Franck
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
25
MAI
2016
12:30
 
Autour de la musique française

Pour ce dernier trimestre, le Département de musique ancienne du Conservatoire du 7e nous propose un concert autour de la musique française. La voix, les cordes et le clavecin se mêleront dans de magnifiques œuvres de Morel, Rameau, Marais, Mondonville et Montéclair…

Artistes: 

Ileana Muñoz, soprano
Youn Young Kim, violon
Tomofumi Shimané, viole de gambe
Edurne Molina, clavecin

Œuvres de : Jacques Morel | Jean-Philippe Rameau | Marin Marais | Jean-Joseph Cassanéa de Mondonville | Michel Pignolet de Montéclair
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Concert de Maître
dim
22
MAI
2016
12:30
 
Fantaisies galantes
Benjamin Alard, Clavecin

La fantaisie chez Johann Sebastian Bach est souvent traitée de manière très structurée, surtout quand cette dernière est suivie d'une fugue. Au cours du siècle des lumières, les modes changent, le « sentiment » prend une place particulière dans la vie de chacun. Les musiciens sont de plus en plus indépendants, cela peut se faire sentir dans leurs compositions qui deviennent des pièces à part entière sans destination ou fonction particulières. C'est ce chemin emprunté par ses fils que le père Bach observe.

Œuvres de : Johann Sebastian Bach
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
19
MAI
2016
12:30
 
So British !
Jean-Christophe Lanièce, Baryton | Flore Merlin, Piano

Véritable plongée dans l'univers littéraire et musical du Royaume-Uni, ce programme nous livre les textes merveilleusement évocateurs de quelques-uns des plus grands poètes pré-romantiques et romantiques, respectivement écossais, irlandais et anglais : Stevenson, Yeats et Blake.

Les Songs of Travel de Stevenson, mis en musique par Vaughan Williams, nous invitent à une méditation sur l'errance, le voyage, la quête, le mouvement, la nature, l'amour, autant de thèmes chers au romantisme.

Les deux poèmes de Yeats ont été mis en musique par Fabien Touchard, merveilleux compositeur d'une grande sensibilité poétique. L'un est un chant d'amour diaphane, l'autre l'aveu de douloureux regrets.

La magnifique Night Piece (Notturno) pour piano solo de Britten nous interpelle dans sa poignante mélancolie.

Pour finir, les fameux Songs and Proberbs écrits et peints par Blake à la fin du XVIIIe siècle, dont la force et la noirceur impressionnèrent beaucoup Britten, développent les puissantes thématiques suivantes : l'innocence perdue de l'enfance, l'industrialisation, la souffrance, la misère sociale, l'injustice et la condition humaine. 

Œuvres de : Ralph Vaughan Williams | Fabien Touchard | Benjamin Britten
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
12
MAI
2016
12:30
 
Influences chopinesques
Alexandre Lory, Piano

Ce programme se constitue autour de Chopin et de son immense influence sur les générations suivantes de compositeurs, à travers certains genres musicaux tels que le nocturne et le prélude.

Pour Chopin, Mozart est un modèle absolu d’équilibre, de grâce, de beauté et de simplicité. En effet, la lumineuse Sonate n° 9 en ré majeur, K. 311 en regroupe toutes les caractéristiques.

La ballade instrumentale est un genre formellement très libre introduit par Chopin. Alternant rêveries douces et envolées sauvages et passionnelles, la Ballade n°2 en fa majeur, op. 38 est pleine de contrastes. Quant au genre du nocturne, bien qu’initié par l’irlandais John Field, il trouve son maître en Chopin. Le Nocturne op. 27 n° 1 est l’un des plus dramatiques mêlant passages tragiques et passages pleins d’espoir.

L’héritage du nocturne chopinien se retrouve chez de nombreux compositeurs dont Fauré, auteur d’un cycle de treize Nocturnes composés tout au long de sa vie. Le Nocturne n°6 en ré bémol majeur est un équilibre parfait entre les exigences d’une profondeur accrue de l’expression et celles d’une écriture pianistique encore très rattachée à l’éclat des pièces précédentes.

Chopin est le créateur du prélude autonome « poétique » qui ne prélude à rien. On retrouve cet héritage chez Dutilleux qui apporte aussi une forte contribution personnelle à ce genre déjà bien établi avec une grande clarté poétique et une utilisation de la polyphonie, de la pédale et des silences bien particulière. Ces caractéristiques se retrouvent d’ailleurs dans Le jeu des contraires.

Enfin, Rachmaninov a été également fortement influencé par Chopin dans la construction de son identité musicale. Nous pouvons l’entendre particulièrement dans ses différents Préludes qui font écho aux Vingt-quatre préludes, op. 28 de Chopin.

Œuvres de : Wolfgang Amadeus Mozart | Frédéric Chopin | Gabriel Fauré | Henri Dutilleux | Sergueï Rachmaninov
Eglise Saint Louis en l’Ile
19 rue Saint-Louis en l’Ile
75004 Paris
# Point d’orgue
dim
01
MAI
2016
12:30
 
Tout en fantaisie
Thomas Ospital, Orgue

Initialement, les Toccata et Praeludium accompagnaient le mouvement des fidèles entrant ou sortant de l’église. Chez Buxtehude, ces œuvres sont écrites d’un seul tenant et alternent des épisodes libres avec des épisodes contrapuntiques ou fugués. La Toccata en fa majeur Bux 156 est un modèle du genre.

Les musiciens de cette époque écrivaient aussi des préludes de choral venant introduire le chant des fidèles. Böhm, dans son Vater unser im Himmelreich, traite celui-ci à la manière d’un choral orné, faisant éclore des phrases au lyrisme abondant.

Bruna, plus connu à son époque sous le nom de « El ciego de Daroca », fut un organiste et professeur très apprécié en Aragon. Son inspiration mélodique très vive et son renouvellement constant du matériel rythmique sont deux éléments caractéristiques de son œuvre, comme en témoigne la pièce Tiento de 2° Tono Sobre la Letania de la Virgen.

En 1790, Mozart reçoit la commande d’une musique funèbre pour horloge mécanique : il écrit la Fantaisie en fa mineur, K. 594. Cette œuvre fut entendue dans la salle d’exposition du comte Deym-Müller à Vienne ; cette salle était en fait un mausolée à la mémoire du maréchal Laudon. Enfin, Bach, soucieux de former au mieux son fils aîné à la pratique de l’orgue, écrivit à cet effet six sonates en trio. Ces sonates allient parfaitement une ligne mélodique épanouie et inspirée, une écriture rythmique constamment renouvelée et un contrepoint au service d’une musique résolument solaire. La Fantaisie et Fugue en do mineur, BWV 537, œuvre poignante d’une profondeur intense, est une libre méditation sur l’idée de la mort.

Œuvres de : Dietrich Buxtehude | Georg Böhm | Pablo Bruna | Wolfgang Amadeus Mozart | Johann Sebastian Bach
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Traversée
sam
30
AVRIL
2016
19:00
 
Clair-obscur
Trio César Franck

Achevé au printemps 1944, le Trio n°2 en mi mineur, op. 67 naît d’une double tragédie, nationale et personnelle. Après plusieurs années d’une guerre brutale, la Russie est à bout de forces. C’est précisément à cette époque que Chostakovitch perd son ami Ivan Sollertinsky, excellent musicographe, brillant linguiste et orateur plein d’esprit. Le compositeur décide de lui dédier son Trio n°2, auquel il travaille depuis décembre, s’inscrivant ainsi dans la tradition russe du trio avec piano élégiaque. De mécanique inexorable, il reprend un thème juif populaire dans ce contexte sombre et pesant.

Le Trio n°1 en si majeur, op. 8 de Brahms, quant à lui, fut esquissé vers la fin de 1853 et composé à Hanovre en 1854, lors des années « Sturm und Drang » du musicien, marquées notamment par son amitié avec Schumann. Œuvre de jeunesse (la première de musique de chambre dans la production brahmsienne), elle fut remaniée trente-sept ans plus tard sur les conseils d’Eduard Hanslick. Loin de s’en tenir à des retouches de détail, le compositeur a parfois réécrit des sections complètes, remplacé des thèmes et modifié des développements entiers. Ainsi transformée, pleinement maîtrisée, certainement mieux équilibrée, l’œuvre a néanmoins conservé une certaine ardeur juvénile et cette imprégnation de poésie fantastique caractérisant le Brahms hambourgeois.

Avec : François Pineau-Benois, Violon | Nil Kocamangil, Violoncelle | Philippe Hattat, Piano
Œuvres de : Dmitri Chostakovitch | Johannes Brahms
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
28
AVRIL
2016
12:30
 
Lieder
Edwin Fardini, Baryton | Tanguy De Williencourt, Piano

Edwin Fardini et Tanguy de Williencourt mettent à l’honneur le lied dans un programme aux couleurs germaniques.

Ce récital s’ouvre avec la célèbre transcription Ouvertüre zu Tannhaüser, ainsi que la mystique méditation sur la mort libératrice Über allen Gipfeln ist Ruh de Liszt.

Alors que Brahms nous livre une grande puissance spirituelle dans Ich wandte mich und sahe an alle et O Tod, wie bitter bist du, Strauss nous emporte avec son tendre et nostalgique Allerseelen.

Nous retrouvons Liszt et sa magistrale transcription Liebestod pour piano seul, découvrons le chromatique Gruppe aus dem Tartarus de Schubert et l’expressif Verborgenheit de Wolf pour finir avec l’affranchi Versteinerung de Rihm et le poème de solitude Um Mitternacht de Mahler.

Bon voyage au coeur de la poésie allemande !

Œuvres de : Franz Liszt | Johannes Brahms | Richard Strauss | Franz Schubert | Hugo Wolf | Wolfgang Rihm | Gustav Mahler
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
27
AVRIL
2016
12:30
 
De Couperin à Bach, un laboratoire musical
Les Vestales

Après avoir parcouru les sentiers de la sonate en trio, Les Vestales ont souhaité découvrir des contrées inconnues. En s’appropriant des pièces qui n’étaient originellement pas destinées à leur formation, elles ont alors pu en extraire de nouvelles saveurs. L’idée d’arranger une pièce pour les musiciens disponibles sur le moment n’est pas nouvelle. En effet, le Cantor de Leipzig pratiquait lui-même régulièrement l’art de la transcription. Les Vestales ont ainsi trouvé la Sonate, BWV 528 ainsi que les fameuses Inventions particulièrement appropriées à l’exercice. Elles ont également eu l’idée de créer leur propre Suite, en réunissant des pièces de différents auteurs tout en suivant le modèle idéal des Concerts royaux de François Couperin dit « le Grand ».

Avec : Raquel Martorell Dorta, Traverso | Salomé Gasselin, Viole de gambe | Jeanne Jourquin, Clavecin
Œuvres de : François Couperin | Johann Sebastian Bach | Jean-Henry d’Anglebert | Marin Marais | Jacques-Martin Hotteterre « Le Romain » | Joseph Bodin de Boismortier | Antoine Forqueray | Jean-Philippe Rameau
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Les Romantiques
sam
23
AVRIL
2016
19:00
 
Le quatuor romantique en Europe
Quatuor Lakmé

Composé en 1905 alors que Webern était encore jeune élève de Schönberg, le Langsamer Satz montre une filiation évidente entre l'écriture extrêmement romantique de Webern et La nuit transfigurée de Schönberg composée six ans plus tôt en 1899. On y remarque un sens très développé de l’écriture polyphonique et un parcours harmonique singulier.

Brahms met beaucoup de temps avant de dévoiler ses deux premiers Quatuors op. 51. Il  avoue longtemps combien ce genre instrumental lui paraît semé d’embûches. Dès 1853, après sa rencontre avec Schumann, il songe à leur composition et se met à la tâche : il esquisse maints projets et joue certains fragments – dont nous ne connaissons plus rien – en présence d’amis dont il sollicite l’avis. Le Quatuor n°1 en ut mineur, op. 51 se caractérise par un langage très polyphonique dans l’Allegro, la souplesse des lignes et un lyrisme pudique dans la Romanze, une émotion contenue, légèrement pathétique dans l’Allegretto molto moderato e comodo et une grande richesse mélodique et rythmique dans le Finale.

Le premier cycle de la musique de chambre de Schumann voit le jour en huit mois (juin 1842- janvier 1843). Les Quatuors op. 41, composés en cinq semaines, rendent hommage aux classiques viennois et témoignent de l’amitié de Schumann pour Mendelssohn et de toute l’admiration qu’il voue à Beethoven. Il réussit à y conserver les traits caractéristiques de sa musique pour piano, tout en maîtrisant les éléments essentiels de la musique de chambre classique. Son Quatuor n°2 en fa majeur, op. 41 nous mène entre rêverie (dans l’Allegro vivace  qui semble être secrètement dédié à Clara et l’Andante quasi variazoni) et légèreté (Scherzo et Finale).

Avec : Mathilde Borsarello, Violon | Cécile Tête, Violon | Marie Chilemme, Alto | Louise De Ricaud, Violoncelle
Œuvres de : Anton Webern | Johannes Brahms | Robert Schumann
Chapelle de la Madeleine
Rue Racine
02400 Château-Thierry
# Château Piano
dim
17
AVRIL
2016
17:00
 
Thème et variations
Ada Gorbunova, Piano

Ada Gorbunova consacre son programme aux variations et aux différentes formes qu’elles peuvent prendre selon les époques.

Dans les chorals de Bach arrangés par Myra Hess, Harold Bauer et Ferruccio Busoni, la musique d’un chant simple se métamorphose à travers une savante architecture et facture sonore.

L’œuvre Variations en fa mineur de Haydn est l'une des plus belles pièces pour clavier du compositeur. Tragique, dramatique et d’écriture pianistique très avancée, elle fut composée peu après le décès de son amie et élève Marianne von Genziger.

Chef-d’œuvre de la musique pour piano romantique, les Variations sérieuses, op. 54 de Mendelssohn restent fidèles à l’idéal de la stricte variation classique sans que l’intégrité du thème soit mise en cause. Ce thème, chromatique et pathétique, reflète l'esprit du choral.

Dans la Gigue sur le nom de Maurice Ravel de Paul Brantley, la mélodie principale est basée sur les lettres principales du nom de Ravel, en hommage au compositeur français qui lui est cher.

Les Variations sur un thème de Schumann, op. 9 de Brahms sont un témoignage de tendresse et d’amitié, en même temps qu’un hommage au couple d’artistes. Il s’agit de variations « fantaisistes » qui s’écartent librement du thème par la tonalité, l’harmonie et la structure, en se contentant d’en conserver la tournure mélodique.

Enfin, la Vallée d’Oberman de Liszt expose un mono-thème varié et transformé plusieurs fois, jouant le rôle de Faust, Méphisto et Marguerite simultanément.

Œuvres de : Johann Sebastian Bach | Joseph Haydn | Felix Mendelssohn | Paul Brantley | Johannes Brahms | Franz Liszt
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Traversée
sam
16
AVRIL
2016
19:00
 
La flûte à travers les époques
Jessica Jiang, Flûte | Delphine Armand, Piano

Sancan, pianiste et compositeur français du XXe siècle, compose sa Sonatine pour flûte et piano en 1946 pour le concours d’entrée du Conservatoire de Paris où il était professeur de piano. Cette pièce contient de nombreuses difficultés techniques pour la flûte mais également pour le piano.

L'Introduction et Variations pour flûte et piano de Schubert utilise le lied Trockne Blumen du cycle Die Schöne Müllerin pour une série de variations d’une grande virtuosité. La flûte est mise en valeur dans ses différentes possibilités, comme dans de nombreuses œuvres pour flûte du XIXe siècle: légèreté, souplesse, agilité…

L'œuvre de Bach pour flûte et clavecin ou basse continue est un sommet de la musique de chambre du XVIIIe siècle. Dans le style de la sonate d’église, la Sonate en mi mineur, BWV 1034 nous livre un Adagio ma non tanto lyrique, un Allegro concertant, une Siciliano d’une belle écriture canonique, et un Final au langage mélodique riche.

Nous avons peu de certitudes sur l’Andante en do majeur pour flûte et orchestre K. 315 de Mozart. Il pourrait s'agir en fait d'une deuxième version du deuxième mouvement du Concerto n°1 en sol majeur K. 313, en remplacement donc de l'Adagio ma non troppo. Le commanditaire Ferdinand Dejean n'aurait apprécié l'Adagio et aurait donc demandé à Mozart de lui écrire en remplacement cet Andante plus court.

La Ballade pour flûte et orchestre à cordes du compositeur suisse Martin est un morceau épisodique: une série de pièces courtes, comme une suite miniature. Il a été composé pour le Concours international de Genève de 1939.

Enfin, Gilbert, flûtiste et compositeur belge, dédie son Xcantation pour flûte seule à Jessica Jiang. Pour Gilbert, la musique est universelle, quels que soient l'époque et le pays où elle émerge…

Œuvres de : Pierre Sancan | Franz Schubert | Johann Sebastian Bach | Wolfgang Amadeus Mozart | Frank Martin | Etienne Gilbert
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Piano du prince
mer
13
AVRIL
2016
20:00
 
Le piano-orchestre
Duo Y'voir

Au XIXe siècle, il était courant de transcrire des œuvres orchestrales pour la formation piano quatre mains. On trouve ainsi de nombreuses transcriptions réalisées par les compositeurs eux-mêmes. C’est le cas des Hébrides, op. 26 de Mendelssohn, sorte de carte postale musicale d'une excursion écossaise. Elle relève, selon le musicologue Marc Vignal, d'« une vision impressionniste avant la lettre » et constitue « le premier grand tableau marin de la musique romantique ». Cette œuvre fait écho à La Mer de Debussy, transcrite elle aussi pour quatre mains par le compositeur lui-même. La pièce, créée en 1905, n'est pas très bien reçue - en raison certainement d'une mauvaise exécution - mais s'est imposée au fil du temps comme une œuvre orchestrale majeure. A l'inverse, La Chauve-souris de Johann Strauss, roi de la valse, est un grand succès. A la fois inspirée par la musique d’Offenbach pour sa gaieté parisienne, l’opérette est aussi un hymne à Vienne et les thèmes forment un véritable recueil d'airs populaires. Composée initialement pour piano solo avant d'être transcrite pour orchestre à cordes, on retrouve dans la suite Holberg, op. 40 un hommage aux suites baroques de Bach (contemporain de l'écrivain danois Holberg) mais aussi des accents folkloriques chers à Grieg.

La Sinfonietta op. 49, comme la plus grande partie de la musique de Kapustin, est profondément inspirée par le jazz. Le compositeur, grâce à des harmonies colorées et une fabuleuse énergie rythmique, émule avec brillance le swing du jazz.  

Avec : Delphine Armand, Piano | Yun-Ho Chen, Piano
Œuvres de : Nikolaï Kapustin | Felix Mendelssohn | Claude Debussy | Edvard Grieg | Johann Strauss II
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Europe Baroque
sam
09
AVRIL
2016
19:00
 
Around the Channel
Anaïs Bertrand, Mezzo-Soprano | Robin Pharo, Viole de gambe | Thibaut Roussel, Théorbe

Si l'influence de la musique française en Angleterre est grande, surtout dans la deuxième moitié du XVIIe siècle, les deux pays gardent toutefois deux identités bien distinctes. Cette finesse, magique, qui émane des fabuleux chefs-d’œuvre d’Henry Purcell ou encore de « l’existentialisme » de Tobias Hume, se retrouve dans les airs de cour de Jean-Baptiste Drouart de Bousset mais aussi dans la tendresse des pièces pour viole de gambe de Marin Marais et dans l’œuvre de Henry Lawes. La guerre de Cent ans opposa violemment ces deux grandes nations, mais ici, par la grâce de la musique baroque, l'union semble naturelle. Around the Channel nous invite à goûter à ces épopées parallèles des deux côtés de la Manche.

Œuvres de : Tobias Hume | Henry Purcell | Jean-Baptiste Drouart de Bousset | Marin Marais | Charles Dollé | Anonyme | Henry Lawes
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
07
AVRIL
2016
12:30
 
Résonances françaises
Pauline Chenais, Piano

Axé autour d’une pièce du compositeur français Henri Dutilleux intitulée Le jeu des contraires, ce programme évoque avec justesse toute la richesse de notre patrimoine musical. De 1728 à 1988, il nous emmène sur la trace de trois compositeurs qui ont chacun marqué leur époque.

La Suite en La, tirée des Nouvelles Suites de Pièces de Clavecin, représente le sommet de la musique pour clavier de Jean-Philippe Rameau. Elle réunit sept danses traditionnelles. On y entend une grande richesse harmonique : équivoques entre mode majeur et mineur, enchaînements d’accords audacieux, emprunts à des tonalités éloignées, marches harmoniques… L’allusion au luth est très présente, notamment dans la Sarabande et la Gavotte, danse comportant un thème et six doubles à la virtuosité grandissante.

Au sujet de ses futures compositions pour piano, Dutilleux a dit : « C’est un piano que je veux sensuel, mais ce n’est pas un piano romantique ; je voudrais que ce soit un piano diamantaire ». Ce souhait a été entièrement réalisé avec son prélude Le jeu des contraires où les sons ciselés mettent superbement en valeur le piano.

Sommet pianistique de la littérature de Ravel, Gaspard de la nuit est l’une des plus belles pages pour piano du XXe siècle. Inspiré par trois poèmes d’Aloysius Bertrand, le compositeur s’est plu à dissimuler sa personnalité derrière celle du poète. 

Œuvres de : Jean-Philippe Rameau | Henri Dutilleux | Maurice Ravel
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Traversée
sam
02
AVRIL
2016
19:00
 
Le violoncelle français au fil du temps
Marion Oudin, Violoncelle | Marion Platero, Violoncelle

Longtemps cantonné à la botte italienne où il est né, le violoncelle s'exporte rapidement en Allemagne puis en France dès le début du XVIIIe siècle avec des musiciens comme Martin Berteau ou Jean-Baptiste Barrière. Ce dernier est sans aucun doute l'un des musiciens les plus virtuoses de son temps. Comme la plupart des grands interprètes d'autrefois, il compose beaucoup pour son instrument : il laisse quatre livres de sonates pour violoncelle, dont sa Sonate n°4 en sol majeur pour deux violoncelles. La tradition française de violoncelle perdure avec Jean-Baptiste Bréval et les frères Duport.

Au milieu du XIXe siècle arrive d'Allemagne un certain... Jacques Offenbach. Nous oublions la plupart du temps qu'Offenbach a été le plus grand violoncelliste de son temps avant d'être un célèbre compositeur d'opérette. Il nous laisse plusieurs cahiers de duos de difficultés progressives, dont le Duo n°2 en mi majeur op. 54, classé dans la catégorie « très difficile ».

Entre temps, Paris étant une étape indispensable pour tout interprète de renommée internationale, un certain Luigi Boccherini fait forte impression dans l'Hexagone. Il participe à la notoriété de cet instrument d'une réputation trop « populaire » pour s'imposer chez les familles nobles.  Boccherini nous laisse plusieurs concertos et des dizaines de sonates, dont la Sonate n°1 en la majeur G13.

Nicolas Bacri, éminent compositeur français du XXe siècle, écrit beaucoup pour le violoncelle. Il concurrence Bach en écrivant à son tour Six suites pour violoncelle seul. Les Variations Lucifer sont écrites à la base pour basson et alto, mais transcrites par le compositeur pour deux violoncelles. Une œuvre à découvrir !

Œuvres de : Jean-Baptiste Barrière | Nicolas Bacri | Luigi Boccherini | Jacques Offenbach
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
30
MARS
2016
12:30
 
Hommage à Johann Jakob Froberger

Pour ce trimestre, le Département de musique ancienne du Conservatoire du 7e célèbre le 400e anniversaire de Johann Jakob Froberger.

Ce compositeur germanique a occupé une place particulière dans la musique européenne de son temps. Il a été plus qu'aucun autre en contact direct avec les plus importantes traditions nationales : italienne, française, germanique, néerlandaise et anglaise. Véritable organisateur de la suite de danses, il est compté au nombre des plus importants compositeurs allemands du XVIIe siècle.

Œuvres de : Johann Jakob Froberger
Eglise Saint Louis en l’Ile
19 rue Saint-Louis en l’Ile
75004 Paris
# Point d’orgue
dim
27
MARS
2016
12:30
 
À chacun sa fantaisie
Camille Déruelle, Orgue

Qu'entends-je? Quelles sont ces harmonies?
Qui ose, qui s'est permis, qui se rit
Des sons rassurants et bien établis,
Qui trouble nos oreilles endormies?

Je ne saurais dire ce qui me choque
Le plus: le rythme de cette musique,
La mélodie qui s'enfuit tout à trac?
La forme, la phrase, tout est caduc.

Le sol se dérobe, j'ai perdu pied…
J'erre parmi les notes farfelues,
J'écoute, je doute, tout me déroute…
Et rien ne m'a tant plu. Si j'avais su!

Lassé du convenable et du bon droit,
Je m'élève, loin des sons étriqués
Vers un monde nouveau! Suivant la voie
De ceux qui ont su nous émerveiller.

Œuvres de : Johannes Brahms | Michelangelo Rossi | Anonyme | Jean de Macque | Wolfgang Amadeus Mozart
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Place aux Quatuors
sam
26
MARS
2016
19:00
 
Influences populaires
Quatuor Akilone

Nous oublions souvent que même les plus grands compositeurs de la musique dite classique puisent leur inspiration dans les musiques populaires qui les entourent.

Franz Schubert, digne représentant d'une tradition viennoise très ancrée à l'époque, reprend des ländler, des valses, avec toujours un certain raffinement typiquement autrichien. Son Quatuor à cordes n° 12 en ut mineur, D. 703 « Quartettsatz » est d’une grande richesse musicale. Il nous plonge dans un univers tragique, valorisé par une extrême finesse dans les jeux sonores.

Antonín Dvořák puise fréquemment son inspiration dans le folklore de son pays natal. Ses Cyprès sont des petits bijoux de lyrisme et de rythmes puisés dans les racines de la musique populaire tchèque. Ce sont initialement des lieder retranscrits par Dvořák lui-même pour quatuor à cordes.

C’est en France que le voyage se poursuit, avec le Quatuor à cordes de Roger Boutry et ses rythmes entraînants.

Enfin, dans le Quatuor en fa majeur, op. 35 de Maurice Ravel, nous savourons les odeurs et les couleurs d'une Espagne sensuelle revisitée par le compositeur, avec des pointes d'influences asiatiques et orientales, mais toujours dans une fluidité et une élégance très française.

Avec : Emeline Concé, Violon | Elise De-Bendelac, Violon | Louise Desjardins, Alto | Lucie Mercat, Violoncelle
Œuvres de : Franz Schubert | Antonín Dvořák | Roger Boutry | Maurice Ravel
Chapelle de la Madeleine
Rue Racine
02400 Château-Thierry
# Château Thierry
dim
20
MARS
2016
17:00
 
Kaléidoscope romantique
Alissa Zoubritski, Piano

Le lyrisme en musique est fréquemment associé, par l'esprit et l'oreille, à la période dite romantique. En effet, à cette époque, l’expressivité et la suavité de la mélodie sont portées à leur paroxysme, notamment avec le bel canto, mais son spectre est pourtant bien plus large. Alissa Zoubritski nous propose d'en découvrir le cheminement depuis ses prémices.

Dans le second mouvement de la Sonate n°38 en fa majeur Hob.XVI:23 de Haydn, la main droite fait entendre un chant poignant qui annonce déjà le courant romantique. Le timide chant se transforme en hymne à l'amour et au désir dans le Sonnet de Pétrarque de Liszt consacré à l’être vénéré. Rachmaninov y ajoute la mélancolie slave, teintée d'orientalisme si propre à son style. Enfin, dans la Sonate n°3 en la mineur, op. 28 de Prokofiev, les chants des vieilles comptines russes sont réutilisés sous forme de pastiche, genre tout autant affectionné de Strauss, Schoenberg, Lutoslawski et Stravinsky…

Ces esthétiques, qui paraissent de prime abord si différentes, sont intimement liées par la primauté de la ligne mélodique à laquelle elles rendent hommage.

Œuvres de : Sergueï Rachmaninov | Franz Liszt | Sergueï Prokofiev
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Romantisme allemand
sam
19
MARS
2016
19:00
 
Chefs-d’œuvre romantiques pour violoncelle et piano
Yan Levionnois, Violoncelle | Guillaume Vincent, Piano

Originellement composée pour arpeggione et pour piano, la Sonate arpeggione en la mineur D. 821 est certainement le résultat d'une commande de l'ami de Schubert et guitariste affirmé Vincenz Schuster, passionné par cet instrument nouveau qu'était l'arpeggione. Caractérisé par ses six cordes frottées, joué à l'archet et accordé comme une guitare, on n'en compte aujourd'hui plus qu'une dizaine d'exemplaires à travers le monde. Œuvre de détente, de charme, de caractère improvisé, cette pièce est donc désormais principalement jouée par un violoncelle, un alto ou, plus rarement, une contrebasse.

Bien qu'écrite tardivement, la Sonate n°2 en ré majeur, op. 58 de Mendelssohn arbore un style plutôt pré-romantique, remarquable notamment dans l’Adagio, où Mendelssohn entremêle un récitatif joué au violoncelle avec un choral dans le style de Bach au piano. Ce mouvement montre la fascination du compositeur pour le maître de Leipzig.

Hantée par l’esprit de Beethoven, mais sous influence directe de Brahms ou Mendelssohn que Strauss appréciait, la Sonate en fa majeur, op. 6 est la première en date de son auteur. Ses qualités sont évidentes : maîtrise des structures, affermissement des lignes mélodiques, richesse polyphonique, générosité lyrique…

Œuvres de : Franz Schubert | Felix Mendelssohn | Richard Strauss
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
17
MARS
2016
12:30
 
Mélodies passagères
Fiona McGown, Mezzo-Soprano | Bianca Chillemi, Piano

« Quoi de plus inspirant pour un créateur que de se tourner vers ce qui lui est apparemment étranger ?

Ce récital est l'occasion de chanter quelques rencontres poétiques et musicales audacieuses, à la croisée d'univers culturels différents qui se complètent dans une unité saisissante. 

En effet, que devient Shakespeare sous la plume d'un compositeur viennois du début du XXe siècle, Erich Korngold, si ce n'est un petit miracle évident de joie ? 

De même, comment se renouvelle Reynaldo Hahn, l'éternel enfant prodige de la Belle-Epoque, lorsqu'il s'associe au monde magique de Robert Louis Stevenson, l'auteur écossais de L'Île au trésor 

Comment prend forme l'univers musical du compositeur américain Samuel Barber au contact de la poésie de Rainer Maria Rilke, lui-même n'écrivant pas dans sa langue maternelle mais en français ?

Autant d'alchimies qui se retrouvent en filigrane dans la transmutation musicale des poèmes écossais de Robert Burns par Schumann dans son cycle Myrthen.

On peut imaginer l'écho que ces rencontres peuvent trouver dans l'imaginaire du jeune Othman Louati, compositeur à l'écoute d'un XXIe siècle durant lequel les frontières ne cessent de s'ouvrir.

De l'étrangeté et de l'hybridité de ces monstres musicaux à plusieurs têtes naît une magie singulière et stupéfiante. Grâce à ces rencontres, les mots sont donnés à entendre autrement, le langage musical prend un nouveau relief et nous mène vers des territoires aux couleurs inouïes. »

Fiona McGown

Œuvres de : Reynaldo Hahn | Samuel Barber | Othman Louati | Robert Schumann | Erich Wolfgang Korngold
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
mer
16
MARS
2016
12:30
 
Helldunkel – Clair Obscur
Cyril Guillotin, Piano

Aller rechercher l’origine d’un souffle musical sur des instruments anciens et historiques, redécouvrir cette réalité oubliée pour la ramener à la vie, la confronter à notre propre réalité moderne innovante, et en faire naître l’avant-garde, tel est le défi relevé avec succès par le jeune et brillant pianiste français Cyril Guillotin avec son nouvel opus discographique Helldunkel – Clair Obscur (disque Evidence Classics, distribué par Harmonia Mundi, et en partenariat avec Radio Classique), à travers lequel il nous livre une vision neuve et authentique des plus grands chefs-d’œuvre du répertoire pour piano.

Cyril Guillotin nous propose des extraits commentés du programme de ce double-disque (Mozart, Beethoven, Schumann, Chopin), en jouant sur le grand piano E-272 de la marque Steingraeber&Söhne équipé des systèmes révolutionnaires de pédales Mozart 1/2 chasse et Sordino, sur lequel il a enregistré spécialement à Bayreuth, et exceptionnellement présent pour cette occasion unique.

« Ambition et humilité: s'oublier soi-même, connaître les instruments corps et âme. L'interprétation de Guillotin est bouleversante, pleine de rigueur et de passion, d'invention. On perd la tête à aimer toutes ces voix ! Une expérience unique, un artiste unique. » Michèle Fizaine - Midi Libre (06.02.2016)

Œuvres de : Wolfgang Amadeus Mozart | Ludwig van Beethoven | Robert Schumann | Frédéric Chopin
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Concert de Maître
dim
13
MARS
2016
12:30
 
Johann Caspar Ferdinand Fischer
Elisabeth Joyé, Clavecin

Johann Caspar Ferdinand Fischer est considéré par Johann Nikolaus Forkel, organiste et historiographe allemand de la musique, comme l'un des plus grands compositeurs de musique pour clavier de son temps.

Avec un cycle pour orgue, Ariadne Musica, composé de 20 Préludes et Fugues dans 20 tonalités différentes, publiés 20 ans avant Le Clavier bien tempéré, il se fait une place de choix parmi les grands maîtres du clavier en Allemagne. Selon Carl Philipp Emanuel Bach, son père considérait Fischer comme l’un des meilleurs compositeurs de son temps.

En 1696, il publie Les Pièces de clavessin qui seront rééditées deux ans plus tard sous le nom de Musicalisches Blumen-Büschlein. Ce n'est que 40 ans plus tard, en 1736, qu'il publie un autre recueil de suites pour le clavecin intitulé Musicalischer Parnassus qu'il dédie aux 9 muses. Chacune de ces muses est dépeinte par une succession de danses qui ne suit pas la forme habituelle Allemande, Courante, Sarabande, Gigue, d'usage à cette époque. Fischer se réapproprie la suite de danses, en s'éloignant largement et avec grande fantaisie, de la forme préétablie. Il enchaîne, au gré de son invention, des menuets, des passepieds, des chaconnes, des ballets et montre ainsi son immense amour pour la musique française et son intérêt manifeste pour le mélange des goûts français et allemands. 

Œuvres de : Johann Caspar Ferdinand Fischer
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Place aux Quatuors
sam
12
MARS
2016
19:00
 
Summer street(s)
Les Francs Bassons | Rafael Angster, Basson | Audran Bournel-Bosson, Basson | Victor Dutot, Basson | Lomic Lamouroux, Basson

Le basson n’est pas un instrument rare, mais il est rare que l’on parle du basson.

A travers ce programme mêlant pièces originales et transcriptions, de la période baroque à la pointe de la musique actuelle, Les Francs Bassons ont à cœur de faire découvrir la sonorité de leur instrument dans des variations les plus inattendues. Tantôt rieur, comme dans les variations humoristiques sur un thème de Haydn de Karl Kolbinger, souvent animé, comme dans la transcription de la folklorique danse slave de Dvorak, toujours complice et passionné, chez Vivaldi ou le primesautier Hummel, nous pourrons également découvrir deux étonnantes dédicaces d’Alexandre Ouzounoff et Jean-Philippe Audin.

Avec : ,
Œuvres de : Antonín Dvořák | Johann Sebastian Bach | Gordon Jacob | Karl Kolbinger | Johann Nepomuk Hummel | Antonio Vivaldi | Alexandre Ouzounoff | Jean-Philippe Audin
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
10
MARS
2016
12:30
 
Le jeu des contraires
Antoine Préat, Piano

Cette promenade musicale propose un jeu de contrastes à la manière d'un clair-obscur, à la fois entre les œuvres et au sein des œuvres elles-mêmes.

Les Scènes de la forêt, op. 82 de Robert Schumann, recueil de neuf courtes pièces, invitent à une promenade forestière, tantôt légère et gaie, tantôt sombre, ténébreuse et mystérieuse. 

Après une lecture du Dante de Franz Liszt est une œuvre monumentale inspirée par la Divine Comédie, mêlant deux thèmes très contrastés : un thème chromatique en ré mineur, sorti des Enfers, puis un choral contemplatif en fa mineur, dérivé du premier thème, qui nous transporte au Paradis.

Maurice Ravel nous propose une Sonatine en trois mouvements, riche de couleurs, d'émerveillement ou de fougue. 

Enfin, les Trois Préludes d’Henri Dutilleux sont de véritables petits bijoux de la musique moderne faisant appel à toutes les ressources du piano. Ils révèlent des sonorités inattendues, empreintes d'une grande poésie.

Œuvres de : Robert Schumann | Franz Liszt | Maurice Ravel | Henri Dutilleux
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Couleurs du XXe siècle
sam
27
FÉVRIER
2016
19:00
 
Jouez nous une histoire ! | Concert famille
Mathilde Caldérini, Flûte | Claire Bagot, Hautbois | Elodie Roudet, Clarinette | Nicolas Josa, Cor | Antoine Berquet, Basson

Parce que les contes et récits ne se trouvent pas que dans les livres, le quintette Oxalis s’est intéressé à ceux que l’on trouve dans la littérature musicale. Trois compositeurs ont retenu leur attention : Camille Saint-Saëns, Malcolm Arnold et Sergueï Prokofiev nous racontent en musique des histoires extraordinaires.

Assistons d’abord à un défilé animalier haut en couleur avec Le Carnaval des Animaux de C. Saint-Saëns arrangé pour quintette à vent par R. Ostermeyer. Le compositeur décrit magnifiquement ces animaux en musique. Le quintette Oxalis n'oublie pas d'ajouter une touche d'humour dans son interprétation, élément important aux yeux de Saint Saëns qui déclarait avoir composé cette pièce pour faire rire.

Nous changeons ensuite d’univers pour rejoindre un groupe de marins qui, profitant d’une mer calme, se racontent en chanson leur dernier séjour sur le continent. En 1943, le compositeur britannique M. Arnold redonne vie à trois chants populaires marins dans ses Three Shanties et choisit le quintette à vent pour les interpréter. L’une des richesses du quintette à vents est le mélange de timbres et sonorités très différents. Cette particularité est mise en valeur par le compositeur qui illustre à la fois le récit burlesque d’une soirée trop arrosée, le dernier bal où l’on a dansé, ainsi que le souvenir douloureux d’une bataille perdue lors d’une guerre lointaine. 

Retour sur la terre ferme pour une nouvelle aventure, celle de Pierre et Le Loup. Nous pourrons redécouvrir le fameux conte musical de S. Prokofiev dans la transcription de J. Linckelmann pour quintette à vent. N'étant plus uniquement musiciens mais aussi conteurs, les membres du quintette Oxalis en livrent une interprétation haletante et passionnante.

Marins éméchés, ribambelles d’animaux et petit garçon bien téméraire : des personnages peu ordinaires nous accompagnent dans ce programme ludique aux tonalités aussi douces et mélancoliques que rythmiques et enjouées !

Œuvres de : Camille Saint-Saëns | Malcolm Arnold | Sergueï Prokofiev
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
24
FÉVRIER
2016
12:30
 
Attribuées à Bach
Paul Monteiro, Violon baroque | Julie Pumir, Clavecin

Parmi l’œuvre considérable de Johann Sebastian Bach, certaines pièces lui auraient été attribuées par erreur. Nous pouvons citer, par exemple, la Sonate en do mineur pour violon et basse continue, BWV 1024 qui, en réalité, aurait été composée par Johann Georg Pisendel et la Sonate en sol mineur pour violon et clavecin obligé, BWV 1020, qui aurait été écrite par Carl Philipp Emmanuel Bach. D’autres, à l’instar de la Fugue pour violon et basse continue, BWV 1026, sont encore sujettes à débat quant à leur attribution.

Ce programme met en regard ces pièces pour violon et clavecin à la paternité incertaine avec les incontestables œuvres de J. S. Bach. Les ressemblances stylistiques parfois troublantes entre ces différentes pièces expliquent les incertitudes qui peuvent encore les entourer aujourd’hui. Celles-ci sont révélatrices de la circulation des idées musicales entre J. S. Bach et ses contemporains mais aussi de l’influence qu’il a eue sur la génération suivante.

Œuvres de : Johann Sebastian Bach | Johann Georg Pisendel | Anonyme | Carl Philipp Emanuel Bach
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Concert de Maître
dim
21
FÉVRIER
2016
12:30
 
Fantaisies chromatiques
Benjamin Alard, Clavecin

Le terme de « chromatique » pourrait nous faire penser à la « couleur » musicale. Il est en fait une manière d'exprimer un sentiment d'instabilité puisqu'il se caractérise par l'utilisation de série de demi-tons ascendants ou descendants. Suivant les contextes harmoniques, ces progressions illustrent la douleur, un sentiment de lutte ou un triste abandon… C’est précisément ces deux caractères de la virtuosité pour clavier que l'on peut découvrir chez Bach, Sweelinck ou encore Merula.

Œuvres de : Johann Sebastian Bach | Jan Pieterszoon Sweelinck | Tarquinio Merula
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Place aux Quatuors
sam
20
FÉVRIER
2016
19:00
 
Le Quatuor Hanson à Vienne
Quatuor Hanson

Nous commençons ce voyage viennois avec le Quatuor à cordes n° 12 en ut mineur, D. 703 « Quartettsatz » de Franz Schubert qui est d’une grande richesse musicale. Il nous plonge dans un univers tragique, valorisé par une extrême finesse dans les jeux sonores.

Dans les lettres-circulaires qu’il adresse en décembre 1781 à des souscripteurs potentiels, Joseph Haydn écrit au sujet de ses Quatuors, op. 33 : « Ils sont d'un genre tout à fait nouveau et particulier, car je n'en ai pas écrit depuis 10 ans ». Les musicologues sont partagés sur le sens à donner à cette affirmation : certains parlent d’un nouveau traitement du contrepoint dans le travail thématique, d’autres penchent plutôt pour une attitude publicitaire alors que d’autres encore soulignent l'évolution stylistique conférant à l'opus 33 un véritable acte de naissance du quatuor classique.

Ludwig van Beethoven est particulièrement fier des trois quatuors de l'opus 59, mais le Quatuor n°7 en fa majeur, op. 59 n°1, comme les deux autres, ont suscité à leur époque, l'incompréhension aussi bien du public, des critiques que des exécutants. Beethoven leur rétorque : « Ce n'est pas pour vous ! C'est pour les temps à venir ». Ces temps ne tarderaient pas, puisque Schumann devait déclarer à propos du Scherzo : « Beethoven trouve ses motifs dans la rue mais il en fait les plus belles paroles du monde »…

Concert en partenariat avec le CIMCL

Avec : Anton Hanson, Violon | Jules Dussap, Violon | Gabrielle Lafait, Alto | Simon Dechambre, Violoncelle
Œuvres de : Franz Schubert | Joseph Haydn | Ludwig van Beethoven
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Piano du prince
mer
17
FÉVRIER
2016
20:00
 
Autriche - Hongrie : éclatement d'un empire et émancipations musicales
Guillaume Sigier, Piano

1886. Presque 20 ans après la fondation de l’Empire austro-hongrois, Franz Liszt, « magyar par le cœur et l’esprit », s’éteint à Bayreuth, où il est enterré.

Prague, 1892. Zdeněk Fibich, chef de chœur au théâtre national, termine la composition de son cycle méconnu de 300 pièces pour piano, Atmosphères, impressions et souvenirs. La couronne d’or devient la monnaie de l’Empire.

Eté 1893. Johannes Brahms livre, 4 ans avant sa mort le 3 avril 1897 à Vienne, capitale impériale, ses dernières confidences pianistiques à travers les Klavierstücke op. 118 et 119. Un an après la mort du compositeur, l’impératrice Sissi, est assassinée à Genève.

1er octobre 1905, Brno, capitale morave. L’ouvrier Frantisek Pavlik est tué lors d’une manifestation. Leoš Janáček, atterré, lui rend hommage à travers la fameuse et poignante Sonate pour piano. Vienne est secouée par les crises politiques et les velléités d’indépendance.

1905, Budapest. Les jeunes Béla Bartók et Zoltán Kodály, qui se sont rencontrés au Conservatoire Royal, décident de parcourir les villages roumains et hongrois pour recueillir et préserver les mélodies populaires traditionnelles. Les Danses roumaines voient le jour en 1915, les Pièces pour piano, op. 11 de Kodaly en 1917. Plongé dans la guerre, l’Empire austro-hongrois court à sa perte…

Œuvres de : Franz Liszt | Johannes Brahms | Leoš Janáček | Zoltán Kodály | Béla Bartók | Zdeněk Fibich
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Couleurs du XXe siècle
sam
13
FÉVRIER
2016
19:00
 
So British
Ensemble Polygones

Londres, tournant du XXe siècle. Un concours de composition pour la formation clarinette, violon, cor, violoncelle, et piano est annoncé : voilà de quoi tenter les meilleurs jeunes compositeurs du pays ! Thomas Dunhill, à peine 21 ans, dédie son Quintette en mi bémol majeur à son professeur de composition. Il offre une partition qui fait sa fierté et dont la première sera un succès, même s’il ne remporte pas le premier prix du concours. Ralph Vaughan Williams, lui, a 25 ans lorsqu’il compose son Quintette en ré majeur. Fraîchement marié, il étudie encore au Royal College of Music de Londres. Le prix convoité revient finalement à un italien aujourd'hui inconnu et dont le Quintette a mystérieusement disparu. Mais nous pouvons profiter de ces deux œuvres charmantes et inventives, lumineuses, exploitant brillamment les couleurs qui peuvent ressortir d'une telle association d'instruments, de caractère plus serein et affirmé chez Dunhill, plus fantaisiste chez Vaughan Williams.

Cette fantaisie britannique, nous la retrouvons avec Frank Bridge et ses Miniatures, un enchaînement de très courts mouvements aux atmosphères aussi évocatrices que leurs noms, qui nous transportent dans l’univers poétique de l’Angleterre du début du XXe siècle, irrésistiblement séduisants par leur fraîcheur et leur simplicité.

Avec : Carjez Gerretsen, Clarinette | Louise Salmona, Violon | Alexandre Collard, Cor | Natacha Colmez-Collard, Violoncelle | Guillaume Sigier, Piano
Œuvres de : Frank Bridge | Thomas Dunhill | Ralph Vaughan Williams
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
11
FÉVRIER
2016
12:30
 
Voyage fantastique
Agathe Peyrat, Soprano | Romain Louveau, Piano

Fées, sorcières, reines, princesses … autant de personnages qui peuplent l’imaginaire des légendes et des contes fantastiques. Tantôt elfes virevoltants, impertinents génies aquatiques, reines endeuillées ou princesses perdues, ces formes mouvantes se révèlent souvent plus inquiétantes qu’elles n’en ont l’air au premier abord.

Les lieder de Wolf et de Mendelssohn, les mélodies de Fauré, Debussy et Ravel et les airs de Mozart, Massenet et Thomas nous font parcourir ces forêts profondes où se cachent les elfes malicieux, nous dévoilent l’étang où vit la belle Ondine et nous emmènent sur la montagne où dansent les sorcières : autant de contrées magiques où le chant devient promesse de voyage !

Œuvres de : Gabriel Fauré | Felix Mendelssohn | Hugo Wolf | Joséphine Stephenson | Maurice Ravel | Claude Debussy | Jules Massenet | Wolfgang Amadeus Mozart | Ambroise Thomas
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Les Romantiques
sam
06
FÉVRIER
2016
19:00
 
Un romantisme allemand
Trio Hélios

Mendelssohn déploie une large palette d'expressions dans son Trio n°1 en ré mineur, op. 49. Rappelant les atmosphères intimistes de ses Romances sans paroles dans le deuxième mouvement, il laisse libre cours à son imaginaire fantastique dans le Scherzo tandis qu'il déchaîne passions et cavalcades si propres au langage romantique dans les premier et dernier mouvements. Cette œuvre d'une intensité remarquable suscita de la part de Schumann un élogieux commentaire : « C'est le trio dominant de notre époque, de même que ceux en si bémol majeur et en ré majeur de Beethoven et celui en mi bémol majeur de Schubert ont été les chefs d’œuvres de leur temps. »

Contemporain de son Quintette à cordes op. 88, le Trio n°2 en do majeur, op. 87 de Brahms est une partition d'une grande richesse thématique qui allie une absolue maîtrise de la forme à une totale liberté d'inspiration. Le premier mouvement frappe par son style grandiose, énergique mais aussi par ses zones de mystères. Le mouvement lent développe des variations sur un thème de caractère héroïco-pathétique. Le sombre Scherzo contraste avec le lyrisme du trio central. Enfin l'ampleur de ces trois premiers mouvements souligne la brièveté du final, teinté d'humour et de mystère.

Tous deux illustres représentants de l'ère romantique allemande, Félix Mendelssohn et Johannes Brahms nous livrent deux œuvres de maturité parmi les plus beaux joyaux du répertoire pour trio avec piano.

Avec : Camille Fonteneau, Violon | Raphaël Jouan, Violoncelle | Alexis Gournel, Piano
Œuvres de : Felix Mendelssohn | Johannes Brahms
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
04
FÉVRIER
2016
12:30
 
Entre romantisme et mysticisme
Jodyline Gallavardin, Piano

Le récital propose un voyage entre romantisme et mysticisme, entre silences et nécessités de « dire ». 

Litany de Takemitsu, écrite en hommage à Michael Vyner, nous invite à la contemplation, suspendant le temps autour d'une tradition musicale cérémoniale épurée dans laquelle semblent venir se précipiter quelques élans de vie. 

Le 1er octobre 1905, à Brno (capitale de la Moravie), une partie de la population proteste contre l'ouverture d'une université tchèque. Janáček, heurté tant par le décès d'un jeune contre-manifestant moldave que par l'attitude militaire, témoigne de son indignation en composant sa Sonate pour piano. C'est la volonté de transcender l'émotion qui bâtit alors la forme de cette œuvre, aux fragments tantôt nostalgiques, tantôt furieux.

La Sonate en si mineur, S. 178 de Liszt, dédiée à Schumann, se présente en un seul mouvement à deux thèmes principaux. Monumentale, elle se situe à une période-charnière de la vie créatrice du compositeur : la pensée prend manifestement le pas sur la virtuosité en nous laissant une sorte de poème symphonique pour piano.

Œuvres de : Toru Takemitsu | Leoš Janáček | Franz Liszt
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Place aux Quatuors
sam
30
JANVIER
2016
19:00
 
Arabesca
Quatuor Yendo

De l'expression espagnole « Yendo » (« En allant »), le Quatuor puise son identité et sa dynamique. Formé de quatre jeunes saxophonistes issus du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, le Quatuor Yendo reprend ainsi le genre le plus abouti de la musique de chambre : le quatuor. Une formation au départ vocale, puis à cordes, transfigurée aujourd’hui avec le Quatuor Yendo pour lui donner un air nouveau, en s’appuyant sur un répertoire éclectique composé de musiques modernes à classiques, en passant par celles plus traditionnelles comme le klezmer ou le pasodoble espagnol.

Dans ce programme, le Quatuor Yendo, dans sa démarche de création et d'innovation, a commandé une suite de pièces (Tangos Utopicos) au compositeur argentin Luis Naón, en lien avec les Danzas Españolas d'Enrique Granados, dont l'adaptation a été faite par le quatuor. Cette dynamique a amené les musiciens à une recherche de répertoire d'inspiration hispanique : ils ont ainsi choisi d’y associer le Quatuor en sol mineur, op. 10 de Claude Debussy, à travers ses arabesques, reflétant l’importance des voyages et des contacts que Debussy a pu avoir avec les compositeurs espagnols de son époque. 

Avec : Antonio García Jorge , Saxophone | Jonathan Radford, Saxophone | Antonin Pommel, Saxophone | Martin Trillaud, Saxophone
Œuvres de : Claude Debussy | Guillermo Lago | Luis Naón | Enrique Granados
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
27
JANVIER
2016
12:30
 
Métamorphoses
Louise Pierrard, Viole de gambe | Justin Taylor, Clavecin

L’histoire de Monsieur de Sainte-Colombe, jouant de la viole dans sa cabane de bois et notant à la hâte ses improvisations les plus inspirées, est aujourd’hui bien célèbre. Derrière ce mythe, il se cache une réalité baroque : plus qu’à toute autre époque, le compositeur des XVIIe et XVIIIe siècles joue et compose d’abord pour lui-même. Tandis que la notion moderne de « concert » n’existe pas encore, les grands maîtres français – Forqueray, Couperin, d'Anglebert, Marais – jouent, seuls ou en famille, pour le Roy et ses proches, pour leurs amis. Au gré des circonstances et des occasions, leur musique passe d’une main à l’autre : Forqueray compose La Couperin, Marais écrit un Tombeau pour son maître Sainte Colombe, De Visée transpose les pièces de son ami François Couperin, d’Anglebert transcrit la Passacaille d’Armide de son collègue Lully, et le fils Forqueray joue au clavecin les pièces de viole de son père…

Ce programme nous invite ainsi à un jeu subtil de transpositions : il nous propose d’écouter des pièces célèbres dans des versions connues ou inattendues, transformées par les compositeurs eux-mêmes, et parfois même des arrangements inédits.

En point d’orgue de ce concert, le fameux Labyrinthe de Marais nous entraine à nous perdre dans les méandres de son thème, lui aussi décliné et transposé dans les tonalités les plus surprenantes, en écho à ce programme de métamorphoses.  

Œuvres de : Antoine Forqueray | Jean-Baptiste Forqueray | Jean-Henry d'Anglebert | François Couperin | Marin Marais | Robert de Visée
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Les Romantiques
sam
23
JANVIER
2016
19:00
 
Intégrale des Sonates pour violon et piano de Brahms
Maria Sohn, Violon | Clément Caillier, Piano

La production de musique de chambre de Brahms compte vingt-quatre numéros d’opus au catalogue brahmsien (qui en comprend, au total, cent vingt-deux) : elle occupe donc une place à peu près comparable de la musique pour piano, revêtant, comme celle-ci, un caractère de confidence et parfois de confession mais manifestant un souci de la forme beaucoup plus exigeant et parfaitement « classique ». Brahms compose trois sonates pour violon et piano.

La Sonate n°1 en sol majeur, op. 78 est parfois surnommée Regensonate (Sonate de la pluie) car elle utilise dans les deux mouvements extrêmes un fragment de thème provenant du lied Regenlied, op. 59 n°3, écrit sur un poème élégiaque de Klaus Groth. Elle est imprégnée d’un sentiment de rêveuse mélancolie mis en valeur par un lyrisme intense et une prodigalité thématique

Brahms compose sa Sonate n°2 en la majeur, op. 100 sur les rives du lac de Thun près de Berne Thun en Suisse. Lumineuse et poétique, c’est l’écrivain bernois Widmann, ami du compositeur, qui la surnomme Thuner-Sonate. Clara Schumann, la muse chère à Brahms confie : « Aucune œuvre de Johannes ne m'a ravie aussi complètement. J'en ai été heureuse comme je ne l'aurai été depuis bien longtemps… ».

Achevée également sur les bords du lac de Thun, la Sonate n°3 en ré mineur, op. 108, avec ses quatre mouvements et sa puissance presque symphonique, renoue avec l’héroïsme et la fougue des sonates pour piano de jeunesse. Plus sombre que les deux autres sonates, elle est très expressive.

Œuvres de : Johannes Brahms
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
21
JANVIER
2016
12:30
 
Trois siècles de musique
Eloïse Bella Kohn, Piano

Eloïse Bella Kohn nous immerge dans trois siècles de musique où l’évolution du langage est frappante. De la dramatique Sonate n°8 en la mineur K. 310 de Mozart, en passant par la magnifique transcription de La Mort d'Isolde de Wagner par Liszt et l’étonnante Sonate, op. 1 de Berg, le programme se poursuit avec les impressionnistes Préludes de Debussy et se termine avec la dense Sonate n°3 en la mineur, op. 28 de Prokofiev. Bon voyage !

Œuvres de : Wolfgang Amadeus Mozart | Franz Liszt | Alban Berg | Claude Debussy | Sergueï Prokofiev
Chapelle de la Madeleine
Rue Racine
02400 Château-Thierry
# Château Piano
dim
17
JANVIER
2016
17:00
 
L'odyssée intérieure
Antoine de Grolée, Piano

Quatre voyages intimes, quatre œuvres de maturité nous entraînent dans les zones les plus secrètes de l'âme…

Dans son avant-dernière sonate, la Sonate n°30 en mi majeur, op. 109, Beethoven fait preuve d'une liberté d'inspiration totale, reprenant les formes classiques telles que le scherzo ou le thème et variations pour mieux s'en émanciper et laisser une œuvre d'une humanité bouleversante.

La pièce Les yeux clos de Takemitsu évoque un tableau d'Odilon Redon et laisse une place aussi importante aux sons, imitant notamment les cloches de la prière, qu'aux silences pour un périple mystique et sensoriel.

A l'exception des Ballades, op. 10, les 8 Klavierstücke, op. 76 constituent le premier grand cycle de pièces de formes libres que Brahms a composé pour le piano. Le compositeur y alterne rêverie et passion, lumière et crépuscule sur le ton de la confidence, préfigurant ses derniers opus.

L'ultime Sonate en si bémol majeur, D. 960 de Schubert, son chant du cygne, a été composée deux mois avant sa mort. L'écrivain Marcel Schneider écrit au sujet de ce fleuve grandiose multipliant sans cesse les changements de couleurs et d'éclairages : «… Schubert parvient à faire de sa dernière sonate un lied continu, illimité, si long, si varié, si touffu, à la fois si particulier et si général qu'il donne l'impression de l'infini… ».

Œuvres de : Ludwig van Beethoven | Tōru Takemitsu | Johannes Brahms | Franz Schubert
Eglise Saint Louis en l’Ile
19 rue Saint-Louis en l’Ile
75004 Paris
# Point d’orgue
dim
17
JANVIER
2016
12:30
 
Magnificat
Jean-Luc Ho, Orgue

Le sort ne manque pas d'ironie : alors qu'en son temps, Schütz était considéré comme un organiste de premier ordre et que l'on estime que la grande école germanique de l'orgue — qui produisit, outre les compositeurs, des instruments d'une richesse exceptionnelle — a subi fortement son influence, il ne nous reste aucune œuvre pour orgue du compositeur. Ce que l'on connaît du répertoire pour clavier alors en pleine émergence dans l'Allemagne du Nord du XVIIe siècle, les pièces de Scheidt ou de Weckmann, nous laisse entrevoir une écriture très centrée, comme au siècle précédent, sur la polyphonie et finalement assez proche encore de la musique vocale. Comment alors ne pas penser à ces pièces où l'orgue et les voix se complètent, se répondent, comme ces Magnificats de Senfl, de Scheidt, de Weckmann ? L'orgue et le domaine choral demeurent liés. Dès lors, n'est-il pas tentant d'imaginer ce qu'a pu être Schütz à l'orgue en y adaptant une œuvre vocale ? Ne fut-il pas tenté d'y faire aussi sonner la musique qu'il avait entendue et aimée en Italie, celle de Monteverdi par exemple, dont il fera sentir l'influence en Allemagne ?

Loïc-Alexandre Chahine

Œuvres de : Ludwig Senfl | Claudio Monteverdi | Giovanni Battista Bovicelli | Samuel Scheidt | Nicolas Gombert | Heinrich Schütz | Matthias Weckmann
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Europe Baroque
sam
16
JANVIER
2016
19:00
 
Concertos déconcertants
Ensemble Les Contre-Sujets | Samuel Rotsztejn, Flûte à bec | Laurence Valentino, Violon baroque | Ajay Ranganathan, Violon baroque | Tania-Lio Faucon-Cohen, Alto baroque | Eric Tinkerhess, Violoncelle baroque | Benoît Bératto, Violone | Takahisa Aida, Clavecin

Le concerto figure parmi les créations les plus emblématiques de la musique baroque. Souvent composé de trois mouvements (Vif – Lent – Vif), il fait dialoguer un ou plusieurs solistes avec l’orchestre, ou bien l’orchestre tout entier dans le cas d’un concerto grosso. Cependant, cette définition admet quelques exceptions qui ont contribué à la grande richesse du genre. Ce programme se compose d’œuvres connues et méconnues du répertoire de la première moitié du XVIIIe siècle. La chaleur dramatique de l’influence italienne, qu’elle soit vénitienne ou napolitaine, cède parfois la place à l’élégance française et à la fougue polonaise.

Le Quatuor attribué à Georg Friedrich Haendel ne fait pas partie du catalogue des œuvres du maîtres, ne porte donc pas de référence HWV et n’a a priori jamais été publié ni enregistré. Il pourrait s’agir d’une œuvre du jeune Haendel.  Le Concerto de Domenico Natale Sarri, compositeur qui s’illustra surtout dans l’écriture d’opéras, fait écho aux pièces de Francesco Mancini qui figurent dans le même recueil manuscrit. Ces deux pièces atypiques présentent un point commun : la partie d’alto (viola ou violetta à l’époque) est « obligée », ce qui rend la ligne mélodique jouée par ce pupitre particulièrement intéressante.

Nous pourrons également entendre trois œuvres incontournables du répertoire : des extraits des Pièces de clavecin en concerts de Rameau, le Concerto en sol mineur pour flûte à bec « La Notte » de Vivaldi et le Double concerto en la mineur pour flûte à bec, viole de gambe et orchestre de Telemann.

Avec : ,
Œuvres de : Attribué à Georg Friedrich Haendel | Domenico Natale Sarri | Jean-Philippe Rameau | Antonio Vivaldi | Georg Philipp Telemann
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
14
JANVIER
2016
12:30
 
Petits cycles… Grande musique…
Enguerrand De Hys, Ténor | Paul Beynet, Piano

Le pianiste Paul Beynet et le ténor Enguerrand de Hys nous invitent à la découverte de divers cycles de lieder et mélodies françaises. S’ils sont courts par leur durée, ils sont intenses par leurs textes et leurs musiques.

Nous découvrions ainsi la triste histoire du pauvre Peter, amoureux jusqu’à la tombe, mis en musique par Robert Schumann dans Der arme Peter, op. 53.

Nous entendrons l’alliance sublime des textes de Guillaume Apollinaire avec la musique de Francis Poulenc dans Banalités.

Les Drei Gesänge, op. 83 nous emporteront dans la mélancolie du romantisme allemand par Johann Wolfgang von Goethe et Ludwig van Beethoven.

Dans La Lune à la Fenêtre, nous pénètrerons dans l’univers poétique japonais des haïkus, mis en musique par Graciane Finzi.

Enfin, il sera question de passion amoureuse dans les Cinq Mélodies de Venise de Gabriel Fauré.

Petits cycles… Grande musique… !

Œuvres de : Robert Schumann | Ludwig van Beethoven | Francis Poulenc | Graciane Finzi | Gabriel Fauré
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Place aux Quatuors
sam
09
JANVIER
2016
19:00
 
A travers les siècles et les continents
Quatuor Lachrymae

Le Quatuor Lachrymae nous propose, à travers ce programme, un voyage à travers les siècles mais aussi à travers les continents, par le biais de trois œuvres représentatives de leurs époques respectives.

Le Quatuor n°4 en do mineur, op. 18 de Ludwig van Beethoven en constitue le point de départ. Beethoven, véritable génie, aura une influence considérable sur la production musicale européenne du XIXe siècle. Il est ainsi l'un des premiers à apporter une nouvelle dimension aux genres de la symphonie, du quatuor à cordes ou de la sonate pour piano. Par son climat d’ut mineur et une certaine effervescence d'inspiration dramatique, ce Quatuor n°4 en do mineur, op. 18, est le plus purement beethovenien de la série.

L'autre pilier de ce programme est le célèbre Quatuor Américain d'Antonin Dvořák, œuvre hybride, où l'on perçoit bien sûr l'influence des chants traditionnels recueillis par Dvořák lors de son séjour aux États-Unis, mais où les racines slaves du compositeur restent malgré tout très prégnantes.

L'œuvre du compositeur japonais Hikaru Hayashi, Intermedio, sert de pont entre ces deux œuvres majeures du répertoire de quatuor à cordes. Dans cette pièce singulière au titre évocateur, Hayashi fait preuve d'une grande maîtrise de l'écriture pour quatuor. Son imaginaire sonore est fortement imprégné du courant moderne qui s'est développé en Europe tout au long du XXe siècle, mais est aussi inspiré par ses nombreuses réalisations de musiques de film et de théâtre.

Avec : Eun Joo Lee, Violon | Nicolas Dupont, Violon | Kei Tojo, Alto | Adrien Bellom, Violoncelle
Œuvres de : Antonín Dvořák | Hikaru Hayashi | Ludwig van Beethoven
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Pause Piano
jeu
17
DÉCEMBRE
2015
12:30
 
À Paris
Natacha Melkonian, Piano

Paris, 1724, Jean-Philippe Rameau publie son Deuxième livre de Pièces de clavecin alors qu’il est définitivement installé dans la capitale.

Paris, 21 février 1908, le Deuxième livre d’Images de Claude Debussy est donné en première audition publique par Ricardo Vines, dédicataire de la troisième pièce Poissons d’or. Le compositeur n’est d’ailleurs pas très satisfait du jeu de son interprète, et demande discrètement l’intervention du critique G. Jean Aubry : « Il faudrait persuader doucement Vines qu’il a besoin de beaucoup les travailler. Il n’en sent pas encore clairement l’architecture et, malgré son incontestable virtuosité, il en fausse l’expression ».

Paris, 26 novembre 2011, Eliane Reyes interprète en concert à la Mairie du 4e arrondissement la Sonate n°2, op. 105, la Sonata classica et le Prélude et fugue, op. 91 de son mari, le compositeur Nicolas Bacri. Il s’agit là de la dixième audition publique de la Sonate n°2, op. 105, dont les éditions Durand viennent de publier la dernière version quelques mois plus tôt.

Paris, 26 avril 1835, dans la salle du Conservatoire, on entend pour la première fois la Grande Polonaise brillante, par le maître Frédéric Chopin lui-même et l'orchestre de la Société des concerts du Conservatoire.

Œuvres de : Jean-Philippe Rameau | Claude Debussy | Nicolas Bacri | Frédéric Chopin
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
16
DÉCEMBRE
2015
12:30
 
Hommage à François Couperin

Pour ce trimestre, le Département de musique ancienne du Conservatoire du 7e nous propose un programme en hommage à l’illustre compositeur français, organiste et claveciniste, François Couperin.

Œuvres de : François Couperin
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Concert de Maître
dim
13
DÉCEMBRE
2015
12:30
 
Couperin et Bach
Benjamin Alard, Clavecin

Louis Couperin et Johann Sebastian Bach ne se sont jamais rencontrés. Cependant, le Cantor de Leipzig a longtemps perpétué la tradition contrapuntique des maîtres de la Renaissance que Louis Couperin utilisait dans ses Fantaisies pour clavier. Cette tradition s’est achevée à la fin du XVIIIe siècle, Wolfgang Amadeus Mozart fut l'un des derniers à la faire vivre.

La forme de ces fantaisies, chez Bach, tout comme chez Louis Couperin était principalement de forme fuguée et le discours se trouvait souvent interrompu par le « stylus fantasticus » d'influence italienne.

Œuvres de : Louis Couperin | Johann Sebastian Bach
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Cordes en sonate
sam
12
DÉCEMBRE
2015
19:00
 
Voyage romantique autour de la sonate
Emeraude Bellier, Violoncelle | Jodyline Gallavardin, Piano

Construit autour de la célèbre Sonate n°1 en mi mineur, op. 38 de Johannes Brahms, ce programme nous propose un voyage romantique autour de la sonate. Il nous invite à découvrir la magnifique Sonate en la mineur, op. 40, si rarement jouée, du français Léon Boëllman ainsi que la Sonate en ré mineur, H.125 du britannique Frank Bridge, qui nous ouvre sur un langage plus moderne où le sentiment tonal tend à se perdre. Aux côtés de ces deux œuvres inédites, les musiciennes nous offrent la Sonate n°1 en mi mineur, op. 38 de Brahms, un véritable chef-d’œuvre par sa forme parfaite, sa fraîcheur et sa magnifique inspiration mélodique.

Bien sûr, la référence aux « Three Bs » n’aura pas échappé à l’auditeur initié ; sorte de clin d’œil et d’hommage aux géants de la musique classique que sont Bach, Beethoven et Brahms. Nous pouvons d’ailleurs retrouver plusieurs références aux fameux deux autres compositeurs dans la Sonate, op. 38 de Brahms, notamment avec un rappel de l’Art de la Fugue dans le troisième mouvement.

Œuvres de : Léon Boëllmann | Johannes Brahms | Frank Bridge
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Piano du prince
mer
09
DÉCEMBRE
2015
20:00
 
La fantaisie : forme ou liberté ?
Gaspard Dehaene, Piano

Par définition, la fantaisie est une « forme libre » dans laquelle les compositeurs de tous temps depuis le XVIIe siècle ont donné libre cours à leur imagination. 

A l'époque baroque, elle est de l'ordre du « prélude improvisé ». La Fantaisie chromatique et fugue en ré mineur, BWV 903 de  Bach en est un exemple typique : il s'agit d'une grande fresque dans laquelle se déroulent tour à tour des éléments de virtuosité, de longues plages d'improvisation harmonique et enfin un récitatif, laissant place à une fugue au sujet rampant et énigmatique.

Mozart suit aussi ce schéma dans la Fantaisie n°3 en ré mineur K. 397, dont la première partie, prélude dramatique, annonce prématurément le tragique inexorable de la scène du commandeur dans l'opéra Don Giovanni.

Dans la Fantaisie-impromptu en do dièse mineur, op. 66 de Chopin, si les deux termes fantaisie et impromptu renvoient à l'idée d'improvisation, (virtuose dans la première partie, vocale dans la partie centrale), la structure de la pièce n'en est pas moins organique (A-B-A-Coda), sur le même modèle que les trois autres impromptus.

Scriabine, dans sa Fantaisie en si mineur, op. 28, porte encore la marque de Chopin dans sa déclamation passionnée, et dans l'opposition des tonalités et des thèmes, héritée de la forme sonate ; ces derniers, unifiés par un motif rythmique, donnent à l'œuvre un double visage, ombrageux et lumineux.

La Fantaisie en ut majeur, op. 17 est une œuvre majeure pour piano de Schumann. Initialement appelée « Clara-Fantaisie », elle est selon le compositeur un long cri d'amour vers Clara...  La forme de la fantaisie est ici la seule forme permettant à Schumann de déclarer sa passion amoureuse débordante, l'expression de ses sentiments ne pouvant tenir dans une structure trop formelle. 

Œuvres de : Johann Sebastian Bach | Wolfgang Amadeus Mozart | Frédéric Chopin | Alexandre Scriabine | Pierre Boulez | Robert Schumann
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Les Romantiques
sam
05
DÉCEMBRE
2015
19:00
 
De Beethoven à Schumann : l'aventure romantique allemande
Trio Karénine

De Beethoven à Schumann, ce programme propose une plongée dans l’univers fascinant de la naissance du romantisme en Allemagne.

Des trois Trios de l’op. 1 de Beethoven, le Trio n°2 en sol majeur est vraisemblablement le premier esquissé. Il est dédié, comme les deux autres de l’opus, au prince Carl Lichnowsky, un des premiers mécènes du compositeur à Vienne. Plus serein que le Trio n°1, le Trio n°2 présente une innovation caractéristique de Beethoven : l’introduction du Scherzo entre l’Adagio et le Finale à la place du Menuet, devenu désuet. Le piano se veut fondamental mais non dominant, la conversation entre les instruments est élégante et l’indépendance toute nouvelle du violoncelle et la qualité de son chant sont mises en relief.

Les Variations Kakadu, op. 121a sont une série de variations sur l’air Die Schwestern von Prag de Müller. Un puissant Adagio assai, dans lequel on entend le « motif » conducteur, introduit l’énoncé mélodique. Celui-ci se prête à dix variations unies en un ensemble solidement construit, avec des jeux contrapuntiques plaisants et des variations de couleurs instrumentales subtiles et variées.

Le Trio n°3 en sol mineur, op. 110  est le moins joué des trois Trio pour piano et cordes de Schumann. Il se rapproche pourtant de l’idéal sonore que visait le compositeur. En effet, nous pouvons y entendre une indépendance maximale des trois instruments et une unité thématique entre les mouvements. C’est une œuvre d’une remarquable subtilité.

Avec : Fanny Robilliard, Violon | Louis Rodde, Violoncelle | Paloma Kouider, Piano
Œuvres de : Ludwig van Beethoven | Robert Schumann
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
03
DÉCEMBRE
2015
12:30
 
Chrysalide
Victoire Bunel, Mezzo-Soprano | Sarah Ristorcelli, Piano

C'est le premier matin du monde. Une femme naît et fait entendre sa voix pour la première fois. Elle commence ici un long voyage. A l'aube de sa vie, bercée par sa mère, elle ouvre déjà grands ses yeux pour ne rien laisser s'envoler. Elle entend la douce musique d'une voix maternelle qui l'enrobe et la protège. Puis elle devient indépendante, grandit et découvre de nouveaux sentiments, comme l'amour. L'amour de l'homme qui fera d'elle une femme. Cet homme qu'elle ne cesse d'inspirer. Le poète. Le musicien. Le peintre. Mais c'est elle la créatrice. Celle qui donne la vie avant de s'en échapper, dans un dernier souffle…

Œuvres de : Gabriel Fauré | Benjamin Britten | Claude Debussy | Robert Schumann | Jean-Baptiste Doulcet
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Cordes en sonate
sam
28
NOVEMBRE
2015
19:00
 
Pirouettes violonistiques en Espagne, France et Norvège
Hildegarde Fesneau, Violon | Antoine De Grolée, Piano

La diversité du programme proposé permet de découvrir ou de redécouvrir des œuvres espagnoles et norvégiennes du répertoire pour violon et piano et de laisser la part belle à l'écoute de nos compositeurs actuels français.

Edvard Grieg, aîné d'un an du violoniste et compositeur virtuose Pablo de Sarasate, était très respecté par Claude Debussy et Maurice Ravel. Homme de gloire à ses trente ans avec les suites de Peer Gynt, il continue une exceptionnelle carrière jusqu'à ce que la tuberculose l'emporte à 64 ans. Dans sa Sonate n°3 en ut mineur, op. 4 domine un sentiment tragique ainsi qu’une certaine intensité dramatique et, par intermittences, une profonde mélancolie.

Étrangement, Sarasate s’éteint un an après Grieg, emportant avec lui le même nombre d'années. Sarasate eut surtout une carrière reconnue de violoniste virtuose et fut dédicataire d'un certain nombre d’œuvres (Lalo, Saint-Sëns, Bruch). Son catalogue est composé principalement de pièces virtuoses dont l’Introduction et Tarentelle, op. 43 et la Fantaisie sur Carmen op. 25.

C'est 53 ans plus tard que naît Nicolas Bacri, compositeur français actuellement reconnu dans le monde musical. Signataire d'un important catalogue, d'une discographie conséquente ainsi que de nombreux prix, il est l’un des compositeurs actuels les plus en vue. Il est notamment édité par Durand et Leduc.

Compositeur tonal, Charly Mandon, 25 ans, maîtrise tôt les techniques d'écriture du langage musical. Suivant un long processus compositionnel, ses œuvres allient recherche du paroxysme expressif et grande virtuosité instrumentale. Elles sont jouées par les musiciens les plus brillants de la jeune génération. 

Œuvres de : Pablo de Sarasate | Charly Mandon | Edvard Grieg | Nicolas Bacri
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Europe Baroque
sam
21
NOVEMBRE
2015
19:00
 
Musica Mediteranea
Ensemble Lacertae

Fondé sous l’impulsion du serpentiste Patrick Wibart, l’Ensemble Lacertae vise à redonner vie aux œuvres instrumentales et vocales allant du XVe au XVIIe siècle. Cette formation unique propose de lier les sonorités sombres et envoûtantes du serpent à la voix lumineuse du contre-ténor Raphael Mas en s'appuyant sur un large continuo de cordes, de claviers et de percussions anciennes. Les musiciens de Lacertae développent leurs aventures musicales sous plusieurs formes et inventions artistiques conduisant l’auditeur, au-delà d’une expérience sonore dans un voyage poétique.

Entre péninsules ibérique et italique, orient et occident, la méditerranée semble avoir pour vocation, depuis les temps les plus anciens, l'échange de pensées, de biens, mais aussi de musiques. Dans une Europe en pleine renaissance, les XVIe et XVIIe siècles portent en eux une esthétique nouvelle, les prémisses de la pensée baroque. Ce formidable élan s'accompagne d'une musique qui aborde des horizons jusqu'alors inconnus. Il voit la naissance de nouveaux instruments tels que les luths théorbés, la harpe triple ou encore l'énigmatique serpent. Les musiciens de L'ensemble Lacertæ proposent ainsi une exploration de l'univers musical de ce temps, à la rencontre de grands voyageurs et de musiques teintées d’orient…

Avec : Raphaël Mas, Contre-ténor | Patrick Wibart, Serpent | Romain Falik, Théorbe | Thibaut Roussel, Théorbe | Bérengère Sardin, Harpe | Marie Van Rhijn, Clavecin
Œuvres de : Giovanni Maria Trabaci | Diego Ortiz | Johann Hieronymus Kapsberger | Antonio Bertoli | Giovanni Felice Sances | Ascanio Mayone | Lucas Ruiz de Ribayaz | Girolamo Frescobaldi
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Midi baroque
mer
18
NOVEMBRE
2015
12:30
 
Les Goûts Réunis
Mélanie Danae Flores Rodriguez, Clavecin

Ce programme « Les Gouts Réunis » nous montre à quel point l’influence de l’Italie fut importante à l’époque baroque.

Valente est un organiste, claveciniste et compositeur italien aveugle. Il est connu pour son Intavolatura écrite dans une notation numérique peu commune et contenant la fantaisie pour clavier la plus ancienne actuellement découverte, des ricercari imitatifs, ainsi que des variations.

La part la plus importante de l’œuvre du compositeur, claveciniste et organiste italien Frescobaldi est réservée au clavier. Il a joué un rôle primordial dans l’évolution de ce répertoire. L’oeuvre  Cento Partite sopra Passacagli est l’un de ses chefs-d’œuvre car elle témoigne d’une richesse d’invention infinie avec grand travail chromatique, un traitement étonnant du rythme, des figurations brillantes, l’emploi des trilles…  

Storace, compositeur, claveciniste et organiste italien à découvrir, nous livre dans son Selva di Varie Compositioni d’Intavolatura per Cimbalo ed Organo une série de variations sur des danses célèbres de l'époque.

Couperin est considéré comme l'un des plus grands compositeurs français de son temps. Les Pièces de clavecin restent son œuvre maîtresse et un des sommets de la musique tonale pour clavier. Il s’affirme d'abord dans la tradition française mais est très rapidement influencé par l'Italie en proposant un mode d’ornementation inventif.

L’incontournable Bach est lui aussi influencé par la musique italienne, notamment dans son Italienisches Konzert, BWV 971. S’il emprunte des thèmes de quelques fugues de Corelli, Albinoni et Legrenzi, c’est Vivaldi qui semble avoir le plus suscité son admiration. Il n’hésite pas à ornementer un thème dans le style qui convient à la sonorité du clavecin ou à combler une basse par des éléments polyphoniques nouveaux.

Enfin, Scarlatti a exercé une influence considérable sur ses contemporains. Ses Sonates contiennent une invention mélodique et rythmique inépuisable, une éblouissante virtuosité et une harmonie novatrice. 

Œuvres de : Antonio Valente | Girolamo Frescobaldi | Bernardo Storace | François Couperin | Johann Sebastian Bach | Domenico Scarlatti
Chapelle de la Madeleine
Rue Racine
02400 Château-Thierry
# Château Piano
dim
15
NOVEMBRE
2015
17:00
 
Traversée dansante
Duo Eclypse

Le Duo Eclypse nous propose un voyage musical en plein cœur du XIXe siècle, de la Bohême à la Norvège en passant par la France et l’Amérique.

Il nous emporte dans l’univers du piano à quatre mains au gré de multiples danses populaires illustrées par les célèbres Danses slaves de Dvořák, Danses Norvégiennes de Grieg et Danses hongroises de Brahms.

Nous faisons une escale en France avec la seule pièce pour quatre mains de Fauré : la suite Dolly, op. 56, composée en l'honneur d'Hélène, surnommée Dolly, la fille d'Emma Bardac, cantatrice et future épouse de Claude Debussy.

Toujours en France, nous découvrons un répertoire d’œuvres un peu moins répandues comme le pétillant et humoristique Quadrille de Chabrier ou bien encore le tout récent Lied-Fantaisie de Sebaoun composé spécialement pour le Duo Elypse et crée en janvier 2015.

Nous terminons ce périple en Amérique avec la Rhapsody in blue de Gershwin qui combine des éléments de classique et de jazz.

Un concert aux accents folkloriques et jazzy, plein de fraîcheur !

Avec : Antoine Mourlas, Piano | Elodie Meuret, Piano
Œuvres de : Emmanuel Chabrier | Antonín Dvořák | Gabriel Fauré | Michaël Sebaoun | Edvard Grieg | Johannes Brahms | George Gershwin
Hôtel de Soubise
Archives nationales

60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris
# Samedi musical
# Les Romantiques
sam
14
NOVEMBRE
2015
19:00
 
Quintettes au cœur du romantisme allemand
Bogdan Sydorenko, Clarinette | Aya Kono, Violon | Yoh Shimogoryo, Violon | Ieva Sruogyté, Alto | Jelena Ilic, Violoncelle

De tous les ouvrages de musique de chambre de Weber, le Quintette, op. 34 est l’un des plus joués. C’est lors d’un séjour à Munich en 1811, tandis qu’il parcourait l’Europe comme pianiste et comme chef d’orchestre, que Weber avait rencontré Heinrich Bärmann, clarinettiste solo de la Cour et virtuose de son instrument. C’est à son intention que fut écrit le Quintette, achevé quatre ans plus tard. L’instrument à vent, aux ébats solistes, chante comme un oiseau dans la forêt : gazouillis chromatiques, bavardages en trilles, phrases mélodiques expressives, autant de chants joyeux pour une promenade enchanteresse. 

Le chaleureux Quintette, op. 115 de Brahms fut composé rapidement, en même temps que le Trio op. 114, au cours du printemps et de l’été 1891 à Bad Ischl. Ses quatre mouvements font preuve d’un sens de l’architecture lucide et consommé. Le premier mouvement, d’une atmosphère mélodique très prenante, est écrit dans la forme sonate. L’Adagio, de forme lied ternaire, nous expose un véritable « chant d’amour ».  Le troisième  mouvement est presque fantastique avec les frémissements et les incertitudes de la clarinette frottée aux cordes. Le Finale est constitué d’un thème assorti de variations dans le style d’un Rondo avec une coda. Ce Quintette déploie ainsi ses ondulations sans pathétisme, avec une infinie tendresse et beaucoup d’espoir. La voix de la clarinette s'enroule mélancoliquement comme une berceuse contemplative, sans la moindre révolte. On peut y entendre une sorte de journal intime.

Œuvres de : Carl Maria von Weber | Johannes Brahms
Petit Palais
Auditorium

Avenue Winston Churchill
75008 Paris
# Musique et Voix
jeu
12
NOVEMBRE
2015
12:30
 
A la vie, à la mort, il faut s’aimer !
Mathilde Rossignol, Mezzo-Soprano | Fanny Prandi, Piano

De la passion, de la folie, de l’engagement, vite ! Aimons-nous ! Ce programme musical alliant mélodies françaises et étrangères, ainsi que quelques airs d’opéra, propose une traversée dans la