PanierMon compte
   
Samedi
07
AVRIL
2018
19:00

Adresse

Hôtel de Soubise
Archives nationales
60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris

Voyage à travers l’harmonie

Vashka Delnavazi | Violon
Alexandre Kantorow | Piano

Présentation

La Sonate n°2 en la majeur, op. 100 de Brahms est certainement la plus lyrique et la plus joyeuse de ses sonates ; elle est composée sur les rives du lac de Thun près de Berne durant l’été 1886, été radieux pour le compositeur qui, se sentant inspiré par le paysage, déclare que ce dernier est « tellement plein de mélodies qu’il faut faire attention à ne pas en piétiner ». Effectivement, la sonate en est remplie, à tel point qu’on pourrait y voir un recueil de lieds (les thèmes principaux sont d’ailleurs basés sur des mélodies pour voix et piano composées durant le même été). 

La Sonate pour violon de Debussy fait partie d’une série de six sonates pour divers instruments dédiées à la deuxième femme du compositeur, Emma Bardac. Cloitré depuis le début de la guerre, Debussy le patriote, alias « Claude de France » est dans un état de frustration qui freine sa créativité. C’est l’éditeur Jacques Durand qui le convainc de se lancer dans cette dernière série de compositions. Trois sonates seulement (violon et piano ; violoncelle et piano ; flûte, alto et harpe) seront achevées avant que Debussy ne meure en 1918. Selon lui, cette sonate est intéressante pour « illustrer ce que peut produire un homme malade en temps de guerre ». D’une inspiration riche de fantaisie et d’un langage dramatique inhabituel, elle est conçue avec la finesse, la transparence et ce parfait équilibre entre les instruments que l'on retrouve dans toute la production du compositeur.

Enfin, la Sonate en la majeur de Franck est une œuvre emblématique du répertoire. Admirée pour son langage harmonique riche et sa nature cyclique, elle demeure l’une des sources d’inspiration de la Sonate de Vinteuil, œuvre fictive évoquée par Proust dans A la recherche du temps perdu ; il s’agit pour l’écrivain d’un idéal esthétique qui, par sa résonance profonde dispose ses auditeurs à prendre mieux conscience d’eux-mêmes. 

Programme

  • Johannes Brahms (1833 – 1897)
    Sonate n°2 en la majeur, op. 100 | 1886
    Allegro amabile
    Andante tranquillo – Vivace di qui andante
    Allegretto grazioso (quasi andante)
  • Claude Debussy (1862 – 1918)
    Sonate en sol mineur | 1916 – 1917
    Allegro vivo
    Intermède (Fantasque et léger)
    Finale (Très animé)
  • Entracte

  • César Franck (1822 – 1890)
    Sonate en la majeur | 1886
    Allegretto ben moderato
    Allegro
    Recitativo - Fantasia (Ben moderato)
    Allegretto poco mosso