PanierMon compte
   
Jeudi
31
MAI
2018
12:30

Adresse

Petit Palais
Auditorium
Avenue Winston Churchill
75008 Paris

Nuits magiques

Sahy Ratianarinaivo | Ténor
Qiaochu Li | Piano

Présentation

Dans Clairières dans le ciel, Lili Boulanger s’identifie à la jeune femme des poèmes dont les thèmes dominants sont la tristesse, la solitude, la folie, la mort et la foi. Le langage modal marqué par Fauré (auquel ce cycle est dédié) et Debussy s’allie à l’influence allemande de Schubert à Wagner.

En 1888-1889, Richard Strauss se tourne vers un poète de l’école de Munich, Felix Dahn, pour un ensemble de cinq lieder qu’il offre à sa sœur Johanna. Du meines Herzens Krönelein est une chanson d’amour fraîche et pure, dans le style schubertien.

Composés d’août à novembre 1885, les Acht Gedichte aus « Letzte Blätter » von Hermann von Gilm, op. 10 forment un recueil de poèmes amoureux. Die Nacht reflète l’anxiété de l’amant en présence de la nuit qui prend toutes les beautés du monde et peut dérober aussi sa bien-aimée. Dans Zueignug, l’amant se languit loin de sa « chère âme » qui a béni sa coupe d’améthyste et conjuré les démons.

L’imagination marque les mélodies des Soirées musicales de Gioacchino Rossini. La virtuosité vocale s’épanouit librement, particulièrement dans les codas. La Promessa débute comme une douce barcarolle, mais s’anime dans une section centrale plus contrastée. La Danza, quant à elle, est une tarentelle napolitaine enivrante.

L’Isle Joyeuse de Debussy, pièce de maturité du compositeur pour piano seul, regroupe des évocations poétiques merveilleuses et une richesse de nuances considérable.

Très typé par les moyens musicaux, mais sans couleur locale excessive, Camille Saint-Saëns ne cède pas à l’orientalisme dans sa Nuit persane, op. 26 bis. Charmant, ce cycle est rempli d’innovations.

Programme

  • Lili Boulanger (1893 – 1918)
    Clairières dans le ciel sur des poèmes de Francis Jammes (extraits) | 1913 – 1914
    Elle était descendue au bas de la prairie
    Elle est gravement gaie
    Un poète disait
  • Richard Strauss (1864 – 1949)
    Schlichte Weisen (Simples mélodies), fünf Gedichte von Felix Dahn, op. 21 (extrait) | 1888 – 1889
    Du meines Herzens Krönelein (Toi, petite couronne de mon cœur)
  • Richard Strauss (1864 – 1949)
    Acht Gedichte aus « Letzte blätter » von Hermann von Gilm (Huit Poèmes extraits des « Dernières Feuilles » d’Hermann von Gilm), op. 10 (extraits) | 1885
    Die Nacht (La nuit)
    Zueignung (Dédicace)
  • Gioacchino Rossini (1792 – 1868)
    Soirées musicales sur des poèmes de Pietro Metastasio et Carlo Pepoli (extraits) | 1830 – 1835
    La Promessa
    La Danza
  • Claude Debussy (1862 – 1918)
    L’Isle joyeuse | 1904
  • Camille Saint-Saëns (1835 – 1921)
    Nuit persane, op. 26 bis sur des poèmes d’Armand Renaud (extraits) | 1891
    La solitaire
    La fuite
    Au cimetière
    Les cygnes
    Sabre en main
    Tournoiement