PanierMon compte
   
Jeudi
24
JANVIER
2019
12:30
Réserver

Adresse

Petit Palais
Auditorium
Avenue Winston Churchill
75008 Paris

Là, murmure la forêt

Natalie Pérez | Mezzo-soprano
Justine Verdier | Piano

Présentation

Des textes superbes où les poètes reconnaissent dans la nature leur propre vie intérieure. Car la nature parle à l’homme, idée commune à tous les romantiques allemands. Chez Goethe, Eichendorff, Schlegel et les autres grands poètes de ce mouvement, la Nature est idéalisée. Seul le poète a le don de déchiffrer ses secrets, lui seul peut entendre dans les murmures du vent dans les branches et dans le son des gouttes de pluie la voix du divin. Les aspects de la Nature sont un lien au divin, au sublime, pour celui qui sait voir et entendre. Et ce que l’on reconnaît dans cette Nature, fait écho au divin en nous-mêmes.

Programme

  • Franz Schubert (1797 – 1828)
    Heidenröslein (Petit rose des bruyères) sur un poème de J.W.Goethe, D. 257 | 1815
  • Johannes Brahms (1833 – 1897)
    Junge Lieder I | 1873
    Meine Liebe ist grün wie der Fliederbusch (Mon amour est aussi vert que le buisson du lilas) sur un poème de Felix Schumann
  • Franz Schubert (1797 – 1828)
    Im Frühling (Au printemps) sur un poème de Ernst Schulze, D. 882 | 1826
  • Johannes Brahms (1833 – 1897)
    Feldeinsamkeit (Seul dans les champs) sur un poème de Hermann Allmers, op. 86 n°2 | 1882
  • Franz Schubert (1797 – 1828)
    Fischerweise (Chanson de pêcheur) sur un poème de Franz von Schlechta, D. 881 | 1826
  • Johannes Brahms (1833 – 1897)
    Regenlied (Chant de pluie) sur un texte de Klaus Groth, op. 59 n°3 / WoO23 | 1873
  • Johannes Brahms (1833 – 1897)
    Klavierstücke (Pièces pour piano), op. 76 (extraits) | 1878
    Intermezzo (Gracioso)
    Intermezzo (Allegretto gracioso)
  • Franz Schubert (1797 – 1828)
    Suleika I, sur un poème de J.W. Goethe/Marianne von Willemer, D. 720 | 1821
  • Johannes Brahms (1833 – 1897)
    Fünf Gedichte, op. 19 (extrait) | 1858
    An eine Äolsharfe (A une harpe éolienne) sur un poème d’Eduard Mörike
  • Franz Schubert (1797 – 1828)
    Die Gebüsche (Les buissons) sur un poème de Friedrich von Schlegel, D. 646 | 1819
  • Johannes Brahms (1833 – 1897)
    O kühler Wald (Ô Forêt fraîche) sur un poème de Clémens Brentano, op. 72 n° 3 | 1877
  • Franz Liszt (1811 – 1886) (1811 – 1886)
    Zwei Konzertetüden (Deux études de concert) pour piano, S.145 (extrait) | 1862
    Waldesrauschen (Murmures de la forêt)
  • Gustav Malher (1860 – 1911)
    Ich ging mit Lust (Je marchais avec joie à travers un bois) sur un texte traditionnel anonyme | 1890
  • Gustav Malher (1860 – 1911)
    Lieder und Gesänge aus derJugendzeit, (Lieder et chansons de jeunesse, extrait) | 1888 – 1891
    Ablösung im Sommer (Relève de l’été) sur un texte anonyme traditionnel
  • Johannes Brahms (1833 – 1897)
    Lerchengesang (Le chant des alouettes) sur un poème de Karl Candidus, op. 70 n°2 | 1877
  • Hans Pfitzner (1869 – 1949)
    Die Einsame (Le solitaire) sur un texte de Joseph von Eichendorff, op.9 n°2 | 1888 – 1889
  • Robert Schumann (1810 – 1856)
    Liederkreis sur des poèmes d’Eichendorff, op. 39 (extrait) | 1840
    Frühlingsnacht (Nuit de printemps)