Concert

Opéras à 16 cordes ou l’utopie du chant

Quatuor Akilone

Présentation

Mozart, maître incontesté de l’opéra, réussit le tour de force d’incorporer cette forme dramatique à sa musique instrumentale. Il écrit ce quatuor, dont l’introduction a fait couler beaucoup d’encre, en hommage à Haydn. Les quatre instruments à cordes se transforment en personnages, dialoguent, se querellent, s’aiment et parlent.

Janáček, compositeur tchèque, moins connu, mais tout aussi stupéfiant, réinvente l’opéra. Ses livrets se transforment en intrigue policière et philosophique (L’affaire Makropoulos) ou ses personnages en animaux (La petite renarde rusée). Comme Mozart on reconnaît sa musique dès les premières notes. Et les deux compositeurs ont le sens de la dramaturgie. Ici, Janáček nous parle de son amour impossible pour une jeune danseuse alors qu’il est à la fin de sa vie. L’alto (viole d’amour à l’origine) est personnifié dans le chant d’amour et on passe de la fougue au désespoir, de la passion à la haine sans transition. Il en ressort une œuvre d’une puissance rarement égalée et d’un lyrisme passionnel. Nous pensons que l’œuvre de Janáček peut apporter un autre regard à cette sidérante introduction du quatuor de Mozart appelé Les dissonances. Deux œuvres d’un lyrisme assumé, deux opéras pour un quatuor à cordes.

Programme

  • Wolfgang Amadeus Mozart (1756 – 1791)
    Quatuor en ré majeur, K. 155 | 1773
    Allegro
    Andante
    Molto allegro
  • Leoš Janáček (1854 – 1928)
    Quatuor à cordes n°2, « Lettres intimes » | 1928
    Andante
    Adagio
    Moderato
    Allegro
  • Wolfgang Amadeus Mozart (1756 – 1791)
    Quatuor n°19 en do majeur, « Les dissonances », K. 465 | 1785
    Adagio – Allegro
    Andante cantabile
    Menuet (Allegretto)
    Allegro

Opéras à 16 cordes ou l’utopie du chant

Samedi
18
MAI
2019
19:00

Adresse

Lycée Louis-le-Grand
Amphithéâtre Patrice Chéreau
123 rue Saint-Jacques
75005 Paris