Concert

Les amours du Poète

Bastien Rimondi | Ténor
Timothée Hudrisier | Piano

Présentation

« Je pourrais chanter à en mourir, comme le rossignol »

Robert Schumann à Clara Wieck, 1840

Francis Poulenc, moqueur, met en musique quatre poèmes de Jean Moréas qu'il n'aime pas du tout, jugeant le style néoclassique du poète dépassé. Il promet « tous les sacrilèges possibles » lors de la composition du cycle Airs chantés, ou « anti-cycle », faisant la part belle aux exagérations et autres parodies.

Formé au Conservatoire de Toulouse, le Duo Florestan présentera ensuite deux mélodies de Déodat de Séverac, compositeur lui-même originaire du Sud-Ouest et ayant étudié dans la ville rose. L'une sur l'amour, l'autre sur la mort, les poésies de Louise Espinasse-Mongenet et de Prosper Estieu annoncent l'univers du célèbre cycle de Robert Schumann qui clôturera le récital.

Les seize lieder qui forment les Dichterliebe laissent une grande place au piano pour former un véritable récit à deux voix, explorant les facettes d'un amour passionné et tourmenté. Les poèmes de Heinrich Heine, archétypiques du romantisme allemand, sont portés aux nues par un Schumann au sommet de son art.

 

Bastien Rimondi et Timothée Hudrisier

Programme

  • Francis Poulenc (1899 – 1963)
    Airs chantés, sur des poèmes de Jean Moréas | 1928
    Air romantique
    Air champêtre
    Air grave
    Air vif
  • Déodat de Séverac (1872 – 1921)
    Chanson de la nuit durable, sur un poème de Louise Espinasse-Mongenet | 1910
  • Déodat de Séverac (1872 – 1921)
    Chanson pour le petit cheval, sur un poème de Prosper Estieu | 1910
  • Francis Poulenc (1899 – 1963)
    Nocturne n°2, « Bal des jeunes filles » | 1933
  • Francis Poulenc (1899 – 1963)
    Improvisation n°15, « Hommage à Edith Piaf » | 1959
    Chiarina
    Chopin
    Aveu
  • Robert Schumann (1810 – 1856)
    Carnaval, op. 9 (extraits) | 1835
  • Robert Schumann (1810 – 1856)
    Dichterliebe (Les amours du poète) sur des poèmes d’Heinrich Heine, op. 48 | 1840
    Im wunderschönen Monat Mai (Au mois de mai quand la lumière)
    Aus meinen Tränen spriessen (De mes larmes s’épanouissent)
    Die Rose, die Lilie, die Taube, die Sonne (La rose, le lis, la colombe, le soleil)
    Wenn ich in deine Augen seh (À tes yeux si beaux)
    Ich will meine Seele tauchen (Dans le lis le plus pur mon âme)
    Im Rhein, im heiligen Strome (Aux flots majestueux du Rhin)
    Ich grolle nicht (J’ai pardonné)
    Und wüssten's die Blumen, die kleinen (Si les petites fleurs)
    Das ist ein Flöten und Geigen (De ma belle aujourd’hui c’est la noce)
    Hör ich das Liedchen klingen (Quand j’entends cet air qu’autrefois)
    Ein Jüngling liebt ein Mädchen (Un jeune homme adore une belle)
    Am leuchtenden Sommermorgen (Par un matin d’été splendide)
    Ich hab im Traum geweinet (En pleurant j’ai rêvé, ma belle)
    Allnächtlich im Traume (Chaque nuit je revois tes charmes)
    Aus alten Märchen (Les vieux contes charmant nos veilles)
    Die alten, bösen Lieder (Chants d’amour, tourments de mon âme)

Les amours du Poète

Jeudi
26
SEPTEMBRE
2019
12:30Réserver

Adresse

Petit Palais
Auditorium
Avenue Winston Churchill
75008 Paris