Concert

Russie éternelle

Victor Metral | Piano

Présentation

Ayant terminé tous deux le Conservatoire de Moscou en 1892, Scriabine et Rachmaninov sont deux pôles de la musique russe au seuil du XXe siècle qui en indiquent la vastitude et la stupéfiante diversité. Si le piano et la référence à Chopin les unissent, tout le reste semble néanmoins les séparer.
La fin du XIXe siècle est le moment où l'art occidental cherche frénétiquement des modèles d'ailleurs. Ce sont les musiques extra-européennes ou folkloriques, l'intérêt pour le jazz naissant, ce sont les modèles de la nature, d'abord dans l'impression qu'elle laisse, et plus tard dans son analyse scientifique… Mais Rachmaninov est totalement indifférent au sentiment d’épuisement qui force cette quête créatrice universelle. Doté de capacités hors du commun et confiant dans la vitalité du cadre établi, il l’élargit et l’éclate en menant à un degré paroxystique le goût attendu. Ainsi, son Moment musical op. 16 n°4 semble une improvisation démiurgique sur le Prélude op. 28 n°3 de Chopin.
Scriabine, en revanche, est l'un des rares à avoir cherché cet ailleurs hors terre, s'être mis en quête du « feu clair qui remplit les espaces limpides ». À l'instar des soufis persans, la musique est pour lui avant tout un mode d'accès privilégié au divin. Aussi, lorsqu'on pénètre la subtilité de sa pensée, la manière dont il affine son écriture pour la rendre souple et mouvante, on est presque dérangé par la relative brutalité d'autres compositeurs qui précèdent ou suivent. À partir d'un moment donné, sa musique se tourne tellement vers lui-même et vers les sphères qu'elle évolue en interne, sans contact avec la production de son temps, sans incidences visibles qu'aurait laissées sa vie pourtant pleine de soubresauts (divorce douloureux, voyages forcés, mort successive de deux de ses enfants). En revanche, muré dans une extrême solitude à sa manière et œuvrant de façon indépendante, Rachmaninov le terrien traduit chacun de ses émois passagers par le frissonnement du clavier démultiplié et par une virtuosité poétique qui n’a pas fini de nous surprendre.

Michel Petrossian

Programme

  • Alexandre Scriabine (1872 – 1915)
    Prélude et Nocturne pour la main gauche, op. 9 | 1894
  • Alexandre Scriabine (1872 – 1915)
    Fantaisie en si mineur, op. 28 | 1900
  • Alexandre Scriabine (1872 – 1915)
    Etude n°1 op. 2 | 1887
  • Alexandre Scriabine (1872 – 1915)
    Douze Etudes, op. 8 (extrait) | 1894-1895
    Etude n°12 : Patetico
  • Alexandre Scriabine (1872 – 1915)
    Huit Etudes (extrait), op. 42 | 1903
    Etude n°5 : Affanato
  • Entracte

  • Serge Rachmaninov (1873 – 1943)
    Variations sur un thème de Corelli, op. 42 | 1931
  • Serge Rachmaninov (1873 – 1943)
    Moments musicaux, op. 16 (extraits) | 1896
    1. Andantino
    3. Andante Cantabile
    4. Presto

Russie éternelle

Dimanche
01
MARS
2020
17:00
La billetterie de ce concert n'est pas ouverte.

Adresse

Chapelle de la Madeleine Rue Racine
02400 Château-Thierry