PanierMon compte
   
samedi
02
DÉCEMBRE
2017
19:00

Adresse

Hôtel de Soubise
Archives nationales
60 rue des Francs Bourgeois
75003 Paris

Authenticité musicale

David Petrlik | Violon
Volodia Van Keulen | Violoncelle
Théo Fouchenneret | Piano

Présentation

Les premières pièces de Chostakovitch possèdent déjà un style personnel, bien que révélant l'influence de compositeurs russes tels que Prokofiev ou Stravinsky.  L’unique mouvement du Trio nº1 en ut mineur, op. 8 de Chostakovitch  témoigne d’une sûreté de forme et d’une fermeté dans le propos qui étonnent sous la plume d’un adolescent encore étudiant au conservatoire. Plus frappante encore que la qualité de la facture, la personnalité de l’artiste s’impose dans toute sa puissance.

Tchaïkovski propose une harmonieuse synthèse de la tradition classique occidentale et russe. Sa musique, reflet de sa nature hypersensible et tourmentée, est très personnelle et d'une infinie sensibilité. La charmante Valse-Scherzo en do majeur pour violon et piano, op. 34 nous emmène dans une atmosphère légère et insouciante.

La veine slave est toujours abondamment présente dans l’œuvre de Dvořák. Klid (Chant de la forêt), op. 68, propose au violoncelle un rappel nostalgique de la forêt entourant la petite maison de Vysoka, appartenant au compositeur. L’authenticité du matériau mélodique donne à cette transcription fraîcheur et émotion. La guirlande de « dumky », présente dans son dernier Trio « Dumky », op. 90, apparaît comme une libre improvisation dont les humeurs changeantes et capricieuses semblent mélodiquement construites sur des motifs slaves, aussi versatiles que réinventées.

L’écriture de Janáček se fonde sur le folklore authentique de son terroir et son inspiration est fréquemment russe. Le 1er octobre 1905, à Brno (capitale de la Moravie), une partie de la population proteste contre l'ouverture d'une université tchèque. Janáček, heurté tant par le décès d'un jeune contre-manifestant moldave que par l'attitude militaire, témoigne de son indignation en composant sa Sonate pour piano. C'est la volonté de transcender l'émotion qui bâtit alors la forme de cette œuvre, aux fragments tantôt nostalgiques, tantôt furieux.

Programme

  • Dmitri Chostakovitch (1906 – 1975)
    Trio nº1 en ut mineur pour violon, violoncelle et piano, op. 8 | 1923
  • Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840 – 1893)
    Valse-Scherzo en do majeur pour violon et piano, op. 34 | 1877
  • Antonín Dvořák (1841 – 1904)
    Klid (Silence des bois) pour violoncelle et piano, op. 68 | 1891
  • Leoš Janáček (1854 – 1928)
    Sonate en mi bémol mineur « 1er octobre 1905 » | 1905
    Con moto « Pressentiment »
    Adagio « La Mort »
  • Antonín Dvořák (1841 – 1904)
    Trio n°4 en mi mineur pour violon, violoncelle et piano, op. 90 « Dumky » (extrait) | 1890 – 1891
    Dumka 1 (Lento maestoso - Allegro quasi doppio movimento - Lento maestoso - Allegro)
    Dumka 2 (Poco Adagio - Vivace non troppo - Poco Adagio - Vivace)
    Dumka 3 (Andante - Vivace non troppo - Andante)
    Dumka 4 (Andante moderato - Allegretto scherzando - Meno mosso)
    Dumka 5 (Allegro - Meno mosso, quasi tempo primo)
    Dumka 6 (Lento maestoso - Vivace - Lento - Vivace)